Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 5 juillet 2021 - 11:28 - Mise à jour le 5 juillet 2021 - 16:44
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

#CeuxQuiFont : interview de Mathilde Neuville, présidente de Consentis

Bienvenue dans #CeuxQuiFont, le podcast de Carenews qui valorise les associations. « Ceux qui font », ce sont toutes celles et ceux qui veulent agir et être davantage solidaires. Depuis son canapé ou en extérieur, il y a beaucoup de manières de s’engager. Dans cet épisode, Louise Vignaud, journaliste, reçoit Mathilde Neuville, la présidente de Consentis, une association qui agit auprès de tout·es les fêtard·es en instaurant la bienveillance dans les soirées, pour plus de respect et plus de libertés.

Mathilde Neuville, présidente de Consentis
Mathilde Neuville, présidente de Consentis

En 2017, les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc posent publiquement et massivement le problème des violences sexuelles. En parallèle, force est de constater que les milieux festifs (clubs et festivals), considérés comme des lieux de séduction et spécifiques de par les substances qui y circulent, prouvent que la notion de consentement n’est pas acquise chez tout le monde. De cette libération de la parole grâce aux #MeToo et #BalanceTonPorc, et du constat qu’il n’existait aucune initiative pour la sensibilisation aux violences sexuelles dans les milieux festifs, l’association Consentis est née en février 2018.

 

L’objectif et le mot d’ordre de Consentis sont clairs : sensibiliser aux violences sexuelles, sexistes et discriminatoires pour danser librement en festivals et boîtes de nuit.

 

Les actions de Consentis pour sensibiliser aux violences sexuelles en milieux festifs

 

Consentis travaille en amont des évènements avec les organisateurs afin de les sensibiliser à la mise en place d’un dispositif de prévention des violences sexistes et discriminatoires en milieux festifs. Des formations sur deux demi-journées sont par exemple proposées pour accompagner les festivals à instaurer une culture du consentement dans leurs lieux. Consentis met aussi à disposition du matériel de prévention, comme des affiches libres d’impression, à exposer dans les festivals. Des ateliers permettent de donner des pistes pour intervenir en tant que témoin de violences, ou encore de savoir différencier conflit et violence sexuelle.

Sur le terrain, des stands de sensibilisation sont présents en festival. 

 

Côté grand public, Consentis visibilise les violences sexuelles dans les lieux festifs et sensibilise sur le caractère polymorphe et omniprésent de ces violences sur leur réseaux sociaux et auprès des établissements d’enseignement supérieur. Cette sensibilisation passe aussi par la mise en avant d’artistes minorisées (artistes femmes, queers, et / ou racisées) dans l’industrie musicale via des playlists publiées sur les plateformes de streaming. 

 

Définir le consentement 

 

Consentis donne les clés pour s’instruire sur les notions de violences sexuelles et met un point d’honneur à définir le consentement. En effet, Mathilde Neuville constate une connaissance limitée de ce terme : « souvent, les personnes ont une idée de ce que ça représente, mais c’est une idée seulement partielle ». 

Ainsi, pour le définir plus précisément, Mathilde Neuville explique que « le consentement, à la base, c’est la communication », et ajoute les cinq éléments de définition que Consentis a donné à cette notion : le consentement doit être enthousiaste, libre et éclairé, spécifique, informé et réversible. 

 

Comment aider l’association Consentis ? 

 

Consentis peut être soutenue de plusieurs manières : 

  • en les suivant sur leurs réseaux sociaux, afin d’être au courant de leurs actualités et de se sensibiliser aux questions de consentement,
  • en rejoignant Consentis, toujours à la recherche de nouveau•elles bénévoles,
  • en soutenant financièrement l’association via une campagne de crowdfunding, qui a pour objet de proposer aux fêtard•es des ateliers de sensibilisation au consentement et des solutions pour détecter les violences et intervenir. Ces ateliers permettront également de fournir des ressources pour accueillir la parole des victimes de violences.

 

Il y a encore trois ans, il n’y avait pas de dispositif mis en place par les organisations festives. On sent qu’il y a de plus en plus d’efforts faits pour combattre le sexisme et les discriminations dans ces lieux. Cela vient aussi d’une volonté du public, sensible à ces questions, même si on a encore beaucoup de travail devant nous pour que le consentement sexuel soit compris », explique Mathilde Neuville, présidente de Consentis.

 

Retrouvez l’association Consentis sur Facebook, Instagram, Twitter, ainsi que sur son site internet.

 

Cet épisode est co-réalisé dans le cadre d'un partenariat média avec le festival Rock en Seine. En 2021, les combats menés par les associations sont plus pertinents, plus importants que jamais. Et Rock en Seine en a conscience ! Le festival consacrera donc trois semaines, de juin à août, à la mise en lumière de trois associations déjà accueillies par le passé et dont le travail reste essentiel.

 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer