Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 11 juin 2021 - 12:00 - Mise à jour le 11 juin 2021 - 12:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Trois raisons de soutenir le développement de l'agriculture urbaine

On voit l'agriculture urbaine se développer partout : sur les toits du Parc des Expositions à Paris, où elle va à terme occuper 14 000 mètres carrés pour créer la plus grande exploitation d'Europe sur toit. On compte aujourd'hui environ 400 fermes urbaines en France, et leur popularité grandit. Certes, leur production ne suffit pas pour nourrir toute la population citadine, mais cela ne signifie pas que la démarche est dénuée de sens. Lieu de rencontre et d'apprentissage, l'agriculture urbaine a de nombreux bienfaits. Et si on s'y intéressait plus longuement ?

Trois raisons de soutenir le développement de l'agriculture urbaine. Source : iStock.
Trois raisons de soutenir le développement de l'agriculture urbaine. Source : iStock.

Raison #1 : Améliorer son alimentation et sa santé

Selon une étude publiée dans la revue médicale The Lancet, un décès sur cinq dans le monde est dû à une mauvaise alimentation. Nos modes de vie industrialisés ont affaibli nos rapports avec les origines de notre nourriture et ses apports, qui sont devenues parfois des notions très abstraites. Loin de la théorie, grâce à l'agriculture urbaine et aux nombreuses actions de médiation qu'elle permet, on apprend en faisant, en expérimentant. On se sensibilise à l’alimentation responsable, aux questions de biodiversité, on apprend à manger de saison et plus local. Ainsi, la ferme urbaine du Parc des Expositions comprendra à terme plus d'une centaine de mini-jardins que les Parisiens pourront utiliser pour faire pousser leurs propres légumes.

À une échelle plus large, l'agriculture urbaine joue sur notre santé car elle influe positivement sur notre environnement. Les installations végétales permettent de lutter contre les îlots de chaleur, de diminuer les émissions de CO2 et d'améliorer le confort thermique des bâtiments, par exemple, rendant la ville plus durable et vivable.

Raison #2 : Agir pour l'économie locale

La pandémie de Covid-19 a révélé nos dépendances envers l'extérieur, et la nourriture n'est pas exclue de ce problème. L’agriculture urbaine permet de développer les circuits courts de production, de transformation et de distribution, ce qui est bon pour notre autonomie alimentaire mais aussi pour nos emplois. C'est pourquoi, des projets de grande ampleur se développent dans plusieurs villes de France.

Par exemple, la startup Les Nouvelles Fermes cherche à relancer une ceinture de production maraîchère autour de Bordeaux Métropole à partir de l'aquaponie. Cette technique de l'Amérique pré-colombienne combine la culture des fruits et légumes et l'élevage des poissons. Les Nouvelles Fermes expérimente ce procédé agricole sans pesticides, ni intrants depuis 2019. Elle veut donc créer une nouvelle ferme aquaponique de 5 000 m2 à Mérignac, une des plus grandes d'Europe. Pour monter ce projet, l'entreprise vient de lever deux millions d'euros.

Raison #3 : Un moyen de créer du lien social

Enfin, l'agriculture urbaine permet de créer de nouveaux espaces partagés en ville, des espaces de rencontre et de reconnexion à la nature. Afin d'assurer leur viabilité économique, les fermes urbaines s'appuient fortement sur des activités de médiation et des propositions d'ateliers, devenant ainsi des tiers-lieux culturels.

Ainsi à Rennes, le collectif 35 volts va ouvrir fin juin 2021 la Ferme de Quincé, dans le quartier de Beauregard. Il définit la ferme comme un « tiers-lieux de production ». En effet, ce sera un espace de production d'alimentation saine, mais il proposera en complément de nombreux autres services comme des ateliers, des chantiers participatifs, et des événements culturels. Les principes clés du lieu : une ouverture et une accessibilité des savoirs liés à l'alimentation pour tous et toutes.

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer