Aller au contenu principal
Par Fonds de dotation de l'Institut Henri Poincaré - Publié le 8 mars 2021 - 14:07 - Mise à jour le 4 avril 2021 - 20:25
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

La plus grande mécène de la Maison Poincaré est une femme…centenaire !

En ce mois de mars, alors que nous avons choisi de mettre en valeur des femmes et leurs parcours, il était évident de vous parler d’elle, la plus grande bienfaitrice de la Maison Poincaré. Surtout que hasard de calendrier, elle fête ses 100 ans, aujourd’hui le 10 mars 2021 !

 

Il y a quelques jours, elle nous a accordé une courte interview pour nous dévoiler un peu de son incroyable parcours de vie et nous expliquer pourquoi elle soutient depuis 2017, la Maison Poincaré. 

 

  • En tant que grande mécène de la Maison Poincaré, qu’est-ce qui vous a motivé et pourquoi continuez-vous de soutenir le projet ?

J’ai réellement eu beaucoup de chance dans ma vie qui fut une vie agréable. Une fois mes enfants élevés, j’ai essayé de faire ce que je pouvais, d’agir à mon niveau pour en faire bénéficier les moins chanceux. Soutenir ce qui représente le progrès est important pour moi, dès que j’ai pu le faire, j’ai été généreuse avec de nombreuses associations, depuis de nombreuses années.

L’éducation scientifique est fondamentale, elle peut permettre de décrocher un bon travail même si la réussite est aussi une question de chance et d’opportunité. Les circonstances nous amènent souvent à faire des choix. Il était évident pour moi de soutenir la Maison Poincaré, un lieu dédié aux Mathématiques, pour donner accès aux sciences au plus grand nombre.

Depuis une année, nos vies sont chamboulées, cela met tout le monde à l’épreuve. Les jeunes générations également mais j’ai du mal à comprendre la difficulté qu’elles ont à vivre cette crise. En ce qui me concerne, j’ai eu mon bac en 1939, juste avant le début de la guerre. Pendant les 4 années qui ont suivi, j’ai fait des études par correspondance, puis je suis entrée à la Sorbonne en fac de lettres. Par la suite, j’ai été contractuelle au Petit Lycée Condorcet pendant 8 ans, à l’époque il y avait un cruel manque de professeurs de lettres.

Du côté de ma vie personnelle, à 28 ans, j’avais déjà 4 enfants. Je me suis beaucoup occupée d’eux, puis à l’aube de mes 50 ans, je me suis reconvertie. J’ai fini ma carrière professionnelle en tant que conseillère en clientèle dans une banque.

  • Un livre ou un·e auteur·rice préféré·e ?

J’ai toujours beaucoup aimé lire : des œuvres classiques, des romans, des livres politiques… Un des livres que je préfère c’est « le Journal à quatre mains » de Benoite et Flora Groult. Je l’ai ressorti récemment, mais aujourd’hui j’ai plus de difficultés à lire.

  • Qu’est-ce que les mathématiques ont représenté dans votre vie ?

Il faut bien avouer que je n’étais pas bonne en mathématiques et que je n’aimais pas beaucoup ça. Je lisais beaucoup et suivais l’actualité avec beaucoup d’intérêt.

Les mathématiques, c’était plutôt la grande passion de mon mari. Il était polytechnicien et je suis très contente qu’il ait transmis ce goût des sciences, à l’une de mes filles, qui a suivi des études de physique puis une carrière dans la culture scientifique.

La Maison Poincaré fait écho à des souvenirs très chers pour moi et je suis certaine que mon mari serait très touché que j’y apporte mon soutien. Il trouvait dommage qu’il n’y ait pas plus d’étudiant·es en mathématiques et en économie.

  • Vous êtes aujourd’hui centenaire, quel(s) message(s) souhaiteriez-vous adresser aux jeunes générations et aux jeunes filles en particulier ?

J’adore avoir 100 ans ! Cela me procure beaucoup de joie, parce que je pense surtout à mes petits-enfants et arrières-petits-enfants.

J’ai 9 petits-enfants et 16 arrières-petits-enfants, en majorité des filles (13 contre 3 garçons !). Je sais qu’ils sont tous et toutes très heureux·euses et fières d’avoir une grand-mère et arrière-grand-mère centenaire. J’ai une pensée particulière pour mes arrières-petites-filles : je voudrais qu’elles aient une vie très remplie et aussi heureuse que la mienne, qu’elles puissent être indépendantes pour réaliser leurs rêves.

J’espère qu’elles auront la chance d’avoir des enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants aussi charmant·es que les miens !

 

Vous aussi, vous pouvez devenir mécène de la Maison Poincaré ! 
MERCI par avance de votre générosité !

Je fais un don !

 

Fermer
Fermer