Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[ÉCLAIRAGE] Portrait des sociétés commerciales de l’ESS

[ÉCLAIRAGE] Portrait des sociétés commerciales de l’ESS

[SHOPPING] Kiehl’s s’allie à Matthew McConaughey pour lutter contre l’autisme

[SHOPPING] Kiehl’s s’allie à Matthew McConaughey pour lutter contre l’autisme

Le musée La Piscine lance une campagne de mécénat pour restaurer ses œuvres

Le musée La Piscine lance une campagne de mécénat pour restaurer ses œuvres

Le Refuge cultive la bonne cuisine

Le Refuge cultive la bonne cuisine

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

Création de la Fondation d'entreprise Up : favoriser le lien social

Création de la Fondation d'entreprise Up : favoriser le lien social

Le 21 septembre 2017, 400 personnes se sont réunies pour l’occasion : la Fondation Up a vu le jour en tant que fondation d’entreprise pour « impulser le pouvoir d’agir ensemble ». Après 18 ans sous la houlette de la Fondation de France, cette fondation, désormais autonome et dotée d’un fonds de 1 250 000 euros sur 5 ans, va mener une nouvelle politique internationale de mécénat pour le Groupe Up.

 

La fondation luttera contre toute forme d’exclusion et de discrimination

Présent dans 17 pays (Espagne, Slovaquie, Pologne, Maroc ou encore Roumanie, Bulgarie…) et fort de 3400 collaborateurs, le Groupe Up améliore le quotidien de plus de 24,5 millions de personnes dans le monde. La Fondation d’entreprise Up va centrer son action sur quatre secteurs pour lutter contre toute forme d’exclusion et de discrimination. Ainsi, l’éducation et la culture, l’alimentation, le logement et la santé sont les quatre domaines des projets qu’elle accompagnera dans une logique de co-construction sur 3 à 5 ans. 

La Fondation d’entreprise Up se donne pour mission de favoriser l’accès à la culture et donne les outils pour une meilleure compréhension du monde. Elle tentera de lutter pour améliorer la production alimentaire. Concernant les problématiques de logement, elle encouragera l’autonomie et le vivre ensemble et tentera d’améliorer l’accessibilité. Enfin, du côté de la santé, elle améliorera le quotidien des patients mais aussi celui de leur entourage et des soignants. 

La Fondation d’entreprise Up souhaite promouvoir le collectif

À travers ces quatre domaines, c’est en réalité une seule et même chose que la Fondation Up veut mettre à l’honneur : le collectif. Il s’agit de donner la possibilité d’agir ensemble aux personnes isolées en marge de la société. La fondation « est le fruit d’un travail participatif et collaboratif en interne et avec nos partenaires pour impulser le pouvoir d’agir ensemble »,
Thomas DELPECH, Délégué général, Fondation d’entreprise Up.

 

[POSITIVONS] Un photographe transforme les enfants malades en super-héros

[POSITIVONS] Un photographe transforme les enfants malades en super-héros

Le photographe américain Josh Rossi s’est récemment lancé dans une mission très spéciale : transformer six enfants de moins de huit ans atteints d’une maladie et/ou d’un handicap en super-héros de Justice League. Zoom sur cette belle initiative.

 

 

Des enfants malades et handicapés dans la peau de super-héros

Beaucoup d’enfants rêvent de devenir des super-héros. Pour six enfants de moins de huit ans atteints d’une maladie grave et/ou d’un handicap, ce rêve est devenu réalité grâce au travail de Josh Rossi, photographe installé à Los Angeles. Avec l’idée de montrer que ce sont précisément leurs faiblesses qui les rendent si forts, Josh a photographié les jeunes patients dans des costumes sur mesure de super-héros de Justice League, avant d’éditer les clichés à la manière d’affiches de film, de les imprimer en grand format et de les offrir aux enfants. Plus que réussis, les portraits ont suscité excitation et émerveillement au moment de leur déballage.

Qui sont les héros de la VÉRITABLE Justice League ?

Parmi ces super-héros en chair et en os, on retrouve Kayden Kinckle : âgé de cinq ans et amputé des deux jambes suite à une malformation de naissance entraînant le développement d’organes internes à l’extérieur de son corps, il incarne Cyborg. Il y a également Sofie Loftus, trois ans, atteinte d’un cancer très rare des tissus conjonctifs, dans la peau de Wonder Woman. Mais aussi Teagan Pettit, né avec seulement la moitié du cœur, en Superman, Mataese Manuma, souffrant d’une forme rare de cancer, en Aquaman, Zaiden Stolrow, atteint de trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité, en The Flash et Simon Fullmer, touché par un neuroblastome, en Batman.

 

Crédit photo : Josh Rossi

 

 

[ÉCLAIRAGE] Portrait des sociétés commerciales de l’ESS

[ÉCLAIRAGE] Portrait des sociétés commerciales de l’ESS

La loi relative à l’économie sociale et solidaire de 2014 a permis la reconnaissance du statut de société commerciale de l’ESS. Trois ans plus tard, l’Observatoire national du secteur dresse un premier portrait de ces nouvelles entreprises. Derrière les principes juridiques se cachent, en effet, des réalités de terrain plurielles, à mi-chemin entre performance économique et objectif social.

 

 

 

236 sociétés commerciales de l’ESS en 2017

 

D’après les derniers recensements réalisés par l’INSEE, on dénombrait en avril 2017 236 sociétés commerciales rattachées au secteur de l’ESS. Ces dernières relèvent initialement du droit des sociétés (société de personnes, de capitaux ou mixte) et peuvent ensuite être reconnues comme appartenant à l’ESS, à condition qu’elles respectent les quatre critères suivants : la définition d’un objet social, la démocratisation de leur mode de gouvernance, le report à nouveau de leur bénéfice ainsi que la création d’une réserve obligatoire et l’interdiction d’amortir ou de réduire leur capital. Ces nouvelles entreprises s’imposent donc à mi-chemin entre l’économie classique et l’économie sociale solidaire. La dualité est d’ailleurs perceptible lorsqu’on s’intéresse aux domaines d’activités dans lesquels elles exercent. Elles travaillent, en effet, pour près des trois quarts d’entre elles dans des secteurs « conventionnels » :  33,9 % dans le soutien aux entreprises, 19,5% dans l’industrie et la construction et 14,4 % dans le commerce. Par contraste, les autres acteurs de l’ESS (associations, coopératives…) sont davantage représentés dans l’action sociale, les sports et le loisir ainsi que dans les arts et le spectacle. Ces premiers constats démontrent le caractère hybride des sociétés commerciales. Si elles appartiennent certes à l’ESS, elles présentent un profil original, différent de celui pouvant être attendu.

 

Les visages de l’entrepreneuriat social : implantation territoriale, statuts et financement

 

Au-delà d’une caractérisation par secteur, l’Observatoire national de l’ESS propose des informations précises traduisant les réalités de terrain que connaît l’entrepreneuriat social. Du point de vue de l’implantation territoriale, s’il est représenté dans la plupart des régions métropolitaines, l’Ile-de-France demeure un centre névralgique où près de 33% des entreprises sociales sont recensées. À l’inverse, l’Outre-mer semble marginalisée de cette nouvelle dynamique. Concernant les statuts préférés par les entrepreneurs, la société par actions simplifiées (SAS) se détache nettement. 61 % des sociétés commerciales de l’ESS choisissent cette forme juridique, qui permet une plus grande flexibilité dans la gestion de l’entreprise. Enfin, la question des financements est tranchée par l’étude : « L’accompagnement porte surtout sur le plan financier aux débuts de la structure (prêts, microcrédits, investissements, élaboration du modèle économique), et plutôt sur le plan organisationnel lorsque l’activité est lancée (élaboration de stratégie, mise en réseau…). En ce sens, les sociétés commerciales sont en processus d’émancipation vis-à-vis des pouvoirs publics pour ce qui relève du financement, mais elles s’appuient sur les dispositifs d’accompagnement existants. » Face au reproche souvent adressé au secteur de l’ESS, consistant à dire qu’il est complètement dépendant des subventions de l’État, les sociétés commerciales offrent un contre-exemple significatif. Elles prouvent, en même temps, que la puissance publique joue davantage un rôle d’initiateur qu’un rôle de soutien permanent.

 

L’entreprise et l’ESS : une identité encore à construire ?

 

Parler d’un modèle de « société commerciale de l’ESS » paraît difficile ; car si des convergences existent entre les 236 structures déclarées, ces dernières conservent des différences notables. Selon l’ancienneté, la taille et les objectifs, les entreprises construisent, individuellement, leur rapport à l’économie sociale solidaire. Ainsi, l’intérêt pour certains entrepreneurs de rejoindre le secteur de l’ESS tient davantage à la légitimité et à la confiance supplémentaires conférées par de potentiels partenaires. Pour d’autres, l’accès à des financements privilégiés reste un argument majeur. Enfin, des professionnels mettent en avant le passage obligé par la qualification « ESS » dès lors qu’ils souhaitent mener un projet social. De ces divergences initiales, découlent aussi des modes d’organisations variées. La plupart des sociétés commerciales sont certes des TPE (plus de 85 % d’entre elles) et travaillent avec des effectifs réduits, témoignant souvent de la conduite d’un projet récent et innovant, né à la suite de la promulgation de la loi ESS en 2014 ; pour autant, il convient de rappeler que certaines entreprises ont été créées antérieurement à cette date et ont bénéficié de la reconnaissance ESS a posteriori. Un élément essentiel pour comprendre les différents modes de fonctionnements à l’œuvre au sein de ces sociétés. Les plus anciennes adoptent en effet des stratégies relevant d’une économie plus classique tandis que les plus jeunes s’attachent à expérimenter de nouvelles manières d’entreprendre, conciliant « ambition sociale et économique » au service de la collectivité. Dès lors, L’Observatoire national de l’ESS conclut : « Au vu du phénomène récent qu’est le développement des sociétés commerciales, il est nécessaire de penser à une autre manière de consolider cette identité encore fragile tout en s’adaptant à leur diversité. » Conserver l’autonomie, le potentiel d’innovation et la liberté des acteurs de l’ESS, tout en parvenant à structurer et organiser un secteur encore jeune semble alors constituer l’horizon des prochaines années.

Le musée La Piscine lance une campagne de mécénat pour restaurer ses œuvres

Le musée La Piscine lance une campagne de mécénat pour restaurer ses œuvres

Le musée La Piscine de Roubaix invite les particuliers à devenir mécènes en payant un supplément lors de l’achat de leur ticket. Les fonds récoltés serviront à financer la restauration d’œuvres d’art exposées.

 

Le ticket Mécène, une forme de philanthropie culturelle en vogue

 

Jusqu’en janvier 2018, le musée La Piscine de Roubaix lance une opération de mécénat en s’inspirant d’une initiative créée en 2013 par le musée d’art contemporain de Bordeaux. Il propose aux visiteurs d’acquérir un ticket Mécène, un billet d’entrée un peu plus cher que le billet standard, dont la marge est destinée à des fins bénéfiques. En effet, les quelques euros supplémentaires serviront à remettre à neuf différentes œuvres du musée montrées au public. Les œuvres soutenues par cette opération spéciale seront exposées dans les nouvelles salles de La Piscine, actuellement en construction.

 

Un premier objectif de 1 800 euros

 

La première œuvre du musée qui bénéficiera des fonds collectés est une toile de Pierre-Jean-Edmond Castan, baptisée Les Trois Amis. Comme le souligne Florence Douxami, la restauratrice chargée des travaux, ce tableau « mal stocké » présente des trous et des éraflures. Son travail de restauration consistera à nettoyer la toile, à la dépoussiérer, à réparer les dommages et à recoller certaines parties. Afin de mener à bien cette mission, le musée espère réunir 1 800 euros.

Vous souhaitez réaliser un don et bénéficier d’une déduction fiscale ? Envoyez un chèque avec le montant de votre choix libellé à l’ordre du Trésor public à l’adresse suivante : La Piscine – Musée d’art et d’industrie, BP 60429, 59058 Roubaix Cedex.

[DERNIÈRE MINUTE 38] LES BRÈVES MÉCÉNAT, ASSOCIATIONS & INTÉRÊT GÉNÉRAL

[DERNIÈRE MINUTE 38] LES BRÈVES MÉCÉNAT, ASSOCIATIONS & INTÉRÊT GÉNÉRAL

Toutes les infos en bref qui font rayonner l'intérêt général ! Cette semaine, Francky Vincent sort un titre pour appeler au soutien des personnes touchées par l'ouragan Irma, Stéphane Bern devient "Monsieur Patrimoine" et le musée des Augustins de Toulouse appelle aux dons.

Initiatives

Suite à une collecte organisée, Lidl a pu remettre un chèque de plus de 18 700 euros aux Restos du coeur. En 2016, l’enseigne a décidé de vendre des cagettes de fruits et de légumes abîmés à 1 euro, dont 50 centimes sont reversés aux Restos du Coeur. 

Action Enfance lance sa nouvelle campagne de mobilisation pour l’Enfance en danger. L’association qui aide et protège des enfants venus de tous horizons grâce à ses villages d’enfants à cette année choisi de mener une campagne digitale sur son site internet et à l’aide du hashtag #GrandirEnsemble.

 

Politique/Société

Près de 200 000 personnes se sont réunies place de la Concorde à Paris dimanche dernier pour assister au printemps solidaire. Une vingtaine d’artistes étaient présents pour appeler le président Macron à consacrer comme prévu 0,7 % de la richesse nationale aux questions de solidarité internationale et d’aide publique au développement.

 

Mécénat/ Entreprises

Le musée des Augustins de Toulouse appelle aux dons pour l’acquisition d’une œuvre régionale. En lançant un appel au mécénat participatif, le musée espère pouvoir acquérir une sculpture en terre cuite faite par François Lucas et la conserver pour les générations à venir. 

Lors des journées du Courtage, le groupe Henner a souhaité soutenir l’Institut Imagine (institut de recherche dédié aux maladies génétiques touchant les enfants). C’est autour d’un stand ludique que les courtiers ont frappé le plus fort possible à l’aide d’une mailloche, récoltant ainsi 10 000 euros pour l’association. 

C’est en contribuant à la modernisation des équipements de la salle mythique Richelieu, qu’Audika (spécialiste de l’audition en France) a décidé de devenir mécène de la Comédie-Française. La société équipera cette salle de trois consoles de son, permettant de répondre aux nouveaux besoins de sonorisation. 

 

People

De nombreuses personnalités se sont mobilisées pour appeler à la solidarité après le passage de l’ouragan Irma aux Antilles et en Floride. C’est notamment le cas de Francky Vincent. Oubliée la musicalité du zouk le temps d’une chanson, le chanteur a publié son  titre Irma sur sa page Facebook, sur laquelle il appelle au soutien des victimes. 

Emmanuel Macron a nommé Stéphane Bern "Monsieur Patrimoine" de l'Élysée. L’animateur a 6 mois pour finaliser la lettre de mission qui lui a été confiée et le charge de lister les monuments et bâtiments en péril des communes et petits propriétaires. il aura pour objectif de proposer de nouvelles pistes de financement pour ces rénovations, que l'État ne peut plus assumer. Un nouveau rôle critiqué sur les réseaux sociaux avec le hashtag #BernGate, qui tourne en dérision la nomination de Stéphane Bern.

Pour célébrer ses 20 ans de carrière, le groupe Placebo va mettre plus de trois cent pièces aux enchères le 27 septembre. Tous les bénéfices reviendront aux associations caritatives CALM et The Mercy Centre.

 

Évènements

Convergences annonce le lancement d’un MOOC le 25 septembre pas l’AFD France sur la transition énergétique dans les pays du Sud. 

Le 30 septembre, GenetiCancer lancera une campagne nationale de sensibilisation sur les cancers génétiques et héréditaires. Le 28 septembre sera projeté un film sur le sujet au Gaumont Opéra de Paris. 

Le 19 octobre au couvent Sainte-Cécile Grenoble seront exposées 68 gravures de Rembrandt, récemment acquises par la Fondation Glénat.

[SHOPPING] Kiehl’s s’allie à Matthew McConaughey pour lutter contre l’autisme

[SHOPPING] Kiehl’s s’allie à Matthew McConaughey pour lutter contre l’autisme

Kiehl’s a lancé une grande campagne de sensibilisation à l’autisme en partenariat avec l’acteur Matthew McConaughey. La marque a notamment créé une édition limitée de son « ultra facial cream », destinée à soutenir l’association Autism Speaks.

 

 

 

 

Une crème en édition limitée pour soutenir l’association Autism Speaks

 

Prenez soin de votre peau cet automne, tout en faisant une bonne action. Depuis la fin du mois d’août, la marque de produits cosmétiques Kiehl's propose une édition limitée de son « ultra facial cream » aux couleurs de l’association Autism Speaks, le plus grand organisme mondial de lutte contre l’autisme. En vous offrant cette crème pour le visage, disponible en boutique et sur l’e-boutique de Kiehl’s au prix de 52 euros le pot de 125 ml, vous soutenez les actions d’Autism Speaks et contribuez ainsi à améliorer le quotidien d’enfants et de familles concernés par l’autisme partout dans le monde.

 

Matthew McConaughey, un acteur engagé dans la lutte contre l’autisme

 

La commercialisation de l’édition limitée de l’ultra facial cream s’inscrit dans une campagne plus large de Kiehl’s en faveur de l’association Autism Speaks, pour laquelle la marque s’est associée à Matthew McConaughey. En plus d’être à l’origine du design du pot de crème, l’acteur apparaît dans une vidéo à partager sur les réseaux sociaux. Dans ce clip, Matthew alerte le public sur l’ampleur que prend l’autisme dans notre société et encourage tout un chacun à parler de la maladie autour de lui. Pour chaque partage de la vidéo, Kiehl’s s’engage à reverser 1 dollar à Autism Speaks.

 

Grand prix Convergences : L’agence du don en nature lauréate 2017

Grand prix Convergences : L’agence du don en nature lauréate 2017

Cette année et pour sa 10e édition, le Grand prix Convergences a vu s’affronter quatre des lauréats des années précédentes. Après avoir eu six minutes pour présenter leur projet solidaire, c’est le public qui a départagé ces quatre lauréats. C’est finalement Stéphanie Goujon, présidente de l’Agence du don en nature qui s’est vu remettre le Prix convergence 2017 par Frédéric Roussel.

 

Changer d’échelle : la nouvelle ambition pour un monde 3 zéros

Le forum mondial Convergences s’est tenu les 4 et 5 septembre dernier. Plus de 5 000 experts ont participé aux 40 ateliers, conférences et événements prévus pour l’occasion. Le prix convergences a (re)mis en lumière les projets répondants aux 17 objectifs de développement durable à atteindre en 2030. Si les anciens lauréats étaient de retour, c’était pour voir l’évolution de leurs actions.

Avant de connaître le résultat s’est tenue une table ronde ayant pour thème « Innovations et partenariats : Comment les changer d’échelle ? » avec des invités de marque pour débattre : Mahmoud Mohieldin (Vice-président de du développement de l’agenda 2030 des Nations Unies), Bettina Laville (présidente du Comité 21), Judith Jakubowicz (Responsable de la durabilité chez Danone, ancienne directrice de Convergences), Tony Meloto ( Fondateur de Gawad Kalinga) et Edda Schroeder (CEO d’Investi in VisionGmbH). 

Chacun leur tour ils ont expliqué comment et pourquoi il fallait changer d’échelle avec des exemples concrets, dans l’optique d’encourager les professionnels à être de plus en plus ambitieux et ainsi avoir un plus fort impact et des actions plus visibles. 

Projet de l’ADN : La redistribution de produits neufs aux plus démunis

C’est l’Agence du don en nature, présentée par Stéphanie Goujon, qui a majoritairement convaincu le public. 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, dont 3 millions d’enfants. En parallèle, des milliers de produits neufs non alimentaires sont jetés chaque année et dont la destruction émet des gaz à effet de serre. L’agence s’est donc donnée par mission d’aider les plus démunis par le don de produits neufs. 

900 000 personnes ont été aidées par l’agence, qui a redistribué l’équivalent de 32 millions d’euros de produits neufs. pour aller encore plus loin, l’agence a créé un site de e-commerce en ligne. Elle a également lancé une campagne autour des objets du quotidien, 7 produits surdimensionnés seront exposés dans les gares et à la Défense et pour chaque photo d’un objet partagé, celui-ci sera offert à une personne démunie. 

Vivre dans un monde plus solidaire : les trois autres projets candidats

Article 1

Benjamin Blavier, co-fondateur d’Article 1 est le premier à avoir parlé de son projet pendant le temps imparti de 6 minutes. Article 1 a décidé de se lancer dans la lutte pour l’égalité des chances après avoir fait le constat qu’entre un élève issu d’un milieu défavorisé et un autre, la proportion à faire de longues études était inférieure de 37%. 

Association Crésus

Jean-Louis Kiehl, président de Crésus a rappelé que le surendettement serait la cause de trois suicides chaque jour. L’objectif de l’association est d’accompagner les ménages dans leur démarche de désendettement. Au rythme d’un dossier déposé tous les trois jours se sont 33 000 ménages qui ont été aidés par l’association en 2011. Elle agit, en analysant la situation financière, en conseillant et en suivant ses clients. 

Prakti design

Mouhsine Serrar a créé des fours écologiques et économiques destinés aux populations rurales. En étudiant le sujet, il s’est rendu compte que 50% de la population mondiale n’avait qu’un seul choix en matière d’énergie : soit le bois, soit le charbon, des matériaux polluants qui se consument vite et dont le rejet de Co2 est néfaste pour l’environnement et la population (8 millions de morts prématurés à cause de la fumée)

[CHIFFRES] Bill Gates : un don record de 4,6 milliards de dollars à sa fondation

[CHIFFRES] Bill Gates : un don record de 4,6 milliards de dollars à sa fondation

Bill Gates, fondateur de Microsoft, a récemment effectué un don record de 4,6 milliards de dollars. Bien que le nom de l’organisme destinataire n’ait pas été dévoilé, les experts indiquent qu’il s’agit certainement de la Fondation Bill & Melinda Gates.

 

 

 

 

4,6 milliards de dollars, un don record pour Bill Gates

 

Le 6 juin dernier, Bill Gates émettait un don sous forme de 64 millions d’actions Microsoft. Ce qui, à hauteur de 73 dollars environ par action, revient à plus de 4,6 milliards de dollars. Ce don, qui a été révélé par la publication d’un rapport de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme boursier américain, est le plus important depuis l’année 2000 pour Bill Gates. L’organisme destinataire des fonds n’a pas été précisé, mais les observateurs précisent qu’il s’agit probablement de la Fondation Bill & Melinda Gates, créée au début du XXIe siècle par le fondateur de Microsoft lui-même et son épouse.

 

Une fondation philanthropique, impliquée dans divers domaines

 

Organisme philanthropique, la Fondation Bill & Melinda Gates travaille avec des organisations partenaires éparpillées dans le monde pour résoudre des problèmes liés à diverses thématiques : le recul de la faim et de la pauvreté sur la planète, l’avancée de la science et des technologies dans le domaine de la santé, l’amélioration de l’enseignement secondaire et postsecondaire aux États-Unis, ou encore le développement de relations politiques stratégiques. Même après son don record, qui représente près de 5 % de sa fortune personnelle, Bill Gates reste l’homme le plus riche du globe, avec une fortune personnelle de 86 millions de dollars.

Orange réaffirme son engagement auprès de l’association Énergie Jeunes

Orange réaffirme son engagement auprès de l’association Énergie Jeunes

Orange vient de renouveler son partenariat avec Énergie Jeunes, une association lancée en 2009, qui forme les collégiens des zones défavorisées à la persévérance scolaire. Ce nouvel engagement doit permettre la prise en charge de 300 000 jeunes d’ici 2020.

 

 

 

 

Des programmes pédagogiques pour favoriser la persévérance scolaire des collégiens

 

Orange renouvelle en 2017 son partenariat avec l’association Énergie Jeunes, qui aide les collégiens des quartiers défavorisés à développer leur persévérance scolaire grâce à divers programmes pédagogiques. L’opérateur de télécommunication historique soutient les actions d’Énergie Jeunes depuis la création de l’association en 2009, en mettant à sa disposition plusieurs centaines de salariés volontaires. Ceux-ci accompagnent les collégiens au quotidien, épaulés par des jeunes issus du Service Civique. Suite à ce nouvel engagement avec Orange, Énergie Jeunes espère étendre son action auprès de 300 000 jeunes d’ici 2020, ce qui représenterait 45 % des collégiens scolarisés dans des établissements d’éducation prioritaire.

 

Une association reconnue d’utilité publique, labellisée « la France s’engage »

 

Jugés utiles par 85 % des enseignants selon l'association, les programmes pédagogiques mis en œuvre par Énergie Jeunes pour former les collégiens à la persévérance scolaire ont fait l’objet d’une vaste étude d’impact, qui a permis de démontrer leur efficacité. Labellisée « la France s’engage » et reconnue d’utilité publique, l’association Énergie Jeunes est soutenue par 18 entreprises en plus d’Orange. Les salariés volontaires de l’opérateur télécom ont été présents, à eux seuls, auprès de 57 000 élèves, répartis dans quelque 2 300 classes. Jérôme Barré, Directeur des Ressources Humaines chez Orange, se félicite de cette action, qui montre « la réussite de la transmission des savoirs entre les différentes générations, quand il s’accompagne d’un cadre efficace et d’une grande générosité ».

Les collectes de dons via Facebook, c'est pour bientôt !

Les collectes de dons via Facebook, c'est pour bientôt !

Dès le 25 septembre, Facebook va lancer en Europe une phase de test qui va permettre aux associations de collecter des dons directement via Facebook. Sur le banc d’essai, 20 associations, dont quatre en France : les Restos du coeur, la Fondation de France, l’UNICEF et Action contre la faim. Testé aux Etats-Unis, le nouvel outil de fundraising est une réussite, en revanche avant son lancement en France il interroge.

 

Facebook crée un lien entre associations et donateurs

Si une grand part des organismes à but non lucratif sont actifs sur les réseaux sociaux, ce sont Les Restos du coeur, la Fondation de France, l’UNICEF et Action contre la faim qui sont les quatre associations françaises choisies pour participer à ce Beta Test en France. Dès le 25 septembre, Facebook lancera trois nouvelles options pour le faire fonctionner. 

Le bouton « Faire un don » sera introduit dans l’algorithme. Chaque utilisateur et les associations pourront insérer ce bouton dans les bannières des Pages et dans les posts, qu'ils contiennent de la vidéo, de la photo ou du texte.

L’outil Facebook Fundraisers permettra à tous de devenir « ambassadeur ». Grâce à cet outil, chaque utilisateur particulier pourra lever des fonds pour des associations sur Facebook. On pourra ainsi créer une page dédiée à une mobilisation et inviter des amis à s’y rallier. Comme cadeau d’anniversaire, et en le demandant à ses amis, un utilisateur ayant indiqué sa date de naissance pourra lever des fonds pour une association.

Dernière nouveauté : le don par Facebook Live. Rien de plus simple pour les utilisateurs et les pages Facebook vérifiées qui pourront lever des fonds pendant et après les Facebook Live. Deux possibilités pour y parvenir : soit en ajoutant le bouton “Faire un don“ directement dans leurs Facebook Live sous iOS, soit en attachant leur levée de fonds à leur Facebook Live sous Android.

 

Un système de donation déjà populaire aux États-Unis 

Cette nouvelle façon de collecter des dons, plus intuitive, rapide et accessible à tous, a déjà permis de lever des millions d’euros aux États-Unis. Selon l’entreprise Facebook, tout en créant une communauté de soutien sécurisé, permettre aux utilisateurs de faire des dons par le biais de la plateforme a permis une explosion des dons. 

Chacun a pu soutenir une cause qui lui tenait à coeur (donation après des catastrophes naturelles, pour l’accès à l’éducation ou encore pour sa famille). À titre d’exemple, ce sont 10 millions de dollars qui ont été récoltés via Facebook à la suite du passage de l’ouragan Harvey au Texas.

Pour l’entreprise, le réseau social rassemble en un même lieu associations et donateurs et se veut être le meilleur moyen pour les associations de récolter des fonds. 

 

Faire un don sur Facebook, une innovation qui divise…

16 pays européens et 20 associations ont été sélectionnés pour participer à ce test. Les associations qui souhaitent bénéficier de ces nouveaux outils peuvent d’ores et déjà s’inscrire pour faire partie des premières à atteindre leurs objectifs de levée de fonds.

Mais cette nouvelle ne fait pas l’unanimité. À l’image du site Zebulon, qui souligne que sur chaque don effectué, Facebook va prélever des frais à hauteur de 5 % du montant reçu pour couvrir, selon l’entreprise, les frais qui servent à vérifier l’organisation à but non lucratif et la gestion des frais liés au traitement du paiement. Le site s’interroge sur la bonne volonté du réseau social en prenant pour exemple Streamlabs qui n’a prélevé aucuns frais à la Croix-Rouge, lorsque l’association a fait une collecte de dons. 

 

… Mais enthousiasme les associations participantes

Axelle Davezac, directrice de la Fondation de France a déclaré : « À l’heure où nous vivons une période de crise comme celle que traversent les Antilles avec Irma, les Français veulent aider et s’entraider, et Facebook est un formidable outil pour faire appel à la générosité citoyenne. Le bouton “Faire un don“ sera d’ailleurs activé sur notre page Facebook, pour soutenir notre levée de fonds au profit des Antilles suite à l'ouragan Irma. »

En France, les quatre associations choisies voient en cette initiative une opportunité unique, comme Bernard Vaginay, Responsable bénévole du service donateurs des Restos du Cœur : « Les Restaurants du Cœur sont déjà très actifs sur Facebook et disposent d’une communauté active. Nous sommes donc naturellement très enthousiastes à l’idée de contribuer au développement des outils qui vont permettre au secteur associatif de mobiliser des dons via Facebook ».

La phase de test durera du 25 septembre au 29 octobre. La réussite de ce dernier dépendra du nombre de fonds levés, du nombre de donateurs et de la fonctionnalité de la plateforme.

L'information en direct des associations et des mécènes