Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[AÀP]La Fondation Jean-Luc Lagardère lance un appel à projets destiné aux jeunes

[AÀP]La Fondation Jean-Luc Lagardère lance un appel à projets destiné aux jeunes

[SOCIAL TECH] Lyft : arrondir sa course VTC pour soutenir une cause

[SOCIAL TECH] Lyft : arrondir sa course VTC pour soutenir une cause

La course Vertigo de PLAY INTERNATIONAL le 18 mai à la Défense

La course Vertigo de PLAY INTERNATIONAL le 18 mai à la Défense

[Tribune] l’ESS un perturbateur endocrinien pour l’intérêt général ?

[Tribune] l’ESS un perturbateur endocrinien pour l’intérêt général ?

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

Le site Solutions d’Associations de La Fonda et du Mouvement Associatif

Le site Solutions d’Associations de La Fonda et du Mouvement Associatif

La Fonda et le Mouvement Associatif ont lancé leur site, Solutions d’Associations. Le site a été créé pour réunir les prises de paroles de associations ainsi que leurs idées.

Pour donner une voix au secteur associatif dans le cadre de la campagne présidentielle

Deux voix valent mieux qu’une. En l’occurrence, il s’agit des voix d’une soixantaine d’associations qui sont réunies sous la bannière du site « Solutions d’Association ». Lancé en mars 2017 par la Fonda et le Mouvement Associatif, le site a été créé dans le cadre des débats qui ponctuent cette campagne présidentielle. Il s’agit en fait d’une plateforme dédiée à l’interaction des idées de toutes les associations, collectifs ou fédérations qui souhaitent participer. Accès Culture, April, AFEV : elles sont déjà plus de 60 à avoir répondu à l’appel. À travers la création de ce site, les deux organisations rassemblent le secteur associatif pour pouvoir porter des idées et des projets qui passeront la barrière du monde politique pour avoir un vrai impact dans la vie de tous les jours.

 

Le secteur associatif, un atout pour demain

Dans la présentation du site, la Fonda et le secteur associatif rappellent que les associations en France sont plus que jamais conscientes des enjeux politiques, économiques, écologiques… Le secteur est cependant inquiet de l’écart qui se creuse entre les idées des politiciens et les besoins de la population. Pour la Fonda et le Mouvement Associatif, les associations sont les organisations à privilégier pour construire la société de demain : « Parce qu’elles font un travail exceptionnel et possèdent une vision experte et pragmatique des défis à relever. » Grâce à cette plateforme commune, le secteur pourra peut-être réussir à porter ses projets jusqu’aux portes de l’Élysée.

Solidarité : Handicap International se mobilise pour déminer le Laos

Solidarité : Handicap International se mobilise pour déminer le Laos

Handicap International lance une campagne de collecte de fonds en faveur du Laos. Baptisée « Pour une terre sans mines », elle a pour objectif de déminer 100 000 m2 dans un pays qui a été bombardé une fois toutes les 8 minutes pendant 9 ans lors de la guerre du Vietnam.


Récolter 50 000 euros pour sauver des vies

Pendant la guerre du Vietnam, les Américains ont envoyé près de 270 000 millions de bombes sur le sol laotien. Près d’un tiers de ces bombes enfouies dans le sol n’ont jamais explosé et ont déjà tué plus de 50 000 personnes depuis la fin du conflit, dont 20 000 enfants. Afin de mettre fin à cette injustice, l’association Handicap International lance la campagne de collecte de fonds « Pour une terre sans mines ». Elle espère récolter 50 000 € pour déminer une superficie de 100 000 m2 dans la province de Savannakhet, au sud du Laos, une région qui a été particulièrement bombardée. Ainsi, le déminage éliminerait un risque qui menace plus de 50 000 personnes dans 89 villages.

Le déminage, une mission délicate

Handicap International vous invite à réaliser un don en ligne, un don qui sera fiscalement déduit. Tous les fonds récoltés serviront à localiser les bombes dans la zone délimitée, à évacuer les populations locales et à déminer naturellement chaque mètre carré. La vie pourra ainsi reprendre normalement dans ces villages, les agriculteurs pourront cultiver la terre et les enfants prendre le chemin de l’école sereinement. Entre 2011 et 2015, le programme « Pour une terre sans mines » a permis le déminage de 6,9 millions de m2, un territoire dans lequel vivent 1,3 million de personnes.

De l’éventuel danger de la suppression de l’ISF

De l’éventuel danger de la suppression de l’ISF

En cette période électorale, des sujets divisent les candidats à la présidentielle ainsi que l’électorat. C’est le cas de la suppression de l’ISF (Impôt sur la Fortune). En effet, le dernier baromètre Apprentis d’Auteuil-Ipsos du Don ISF, publié le 4 avril 2017, révèle des chiffres inquiétants concernant le nombre de donateurs suite à la suppression de l’ISF.

L’ISF, créateur de dons

La suppression éventuelle de l’ISF agite le tissu associatif français dans la mesure où ce dernier, grâce à l’impôt, bénéficie d’un montant de dons conséquent. Cela s’explique par la mise en place en 2007 de la loi TEPA, qui permet aux donateurs d’avoir droit à une déduction fiscale pouvant aller jusqu’à 75 % dans la limite de 50 000 euros. On a d’ailleurs pu remarquer une hausse des dons entre l’année 2015 et l’année 2016. Mais la suppression de cette déduction, par celle de l’ISF, pourrait entraîner les donateurs à être moins généreux, voire à s’abstenir tout à fait.

Une crainte de la part des ONG

Une partie des sondés (305) par le baromètre déclare ne pas reconduire les dons effectués en 2016 si l’ISF est supprimé, alors que 17 % d’entre eux souhaite en faire de moins importants. La tension qui irrigue nos élections présidentielles, les divergences idéologiques (traduites par des mesures différentes) poussent les Français à être plus prudents, et 81 % des personnes assujetties à l’ISF comptant reconduire leurs dons préfère attendre la fin des élections présidentielles avant de les contracter. Seuls François Fillon et Emmanuel Macron (le limitant néanmoins à l’immobilier) affichent l’envie d’une telle suppression. Mais celle-ci rime avec dangers pour les donations, d’autant plus que les Français assujettis à cet impôt sont les plus susceptibles d’effectuer de gros dons.

[AÀP]La Fondation Jean-Luc Lagardère lance un appel à projets destiné aux jeunes

[AÀP]La Fondation Jean-Luc Lagardère lance un appel à projets destiné aux jeunes

La Fondation Jean-Luc Lagardère lance un appel à projets qui s’adresse aux jeunes créateurs souhaitant mettre en place un projet innovant dans le domaine des médias ou de la culture. Les candidats ont jusqu’au 10 juin 2017 pour soumettre leur proposition.

Une enveloppe de 255 000 euros

Soutenir les jeunes professionnels qui nécessitent un coup de pouce pour révéler au grand jour leurs talents : tel est l’objectif de l’appel à projets de la Fondation Jean-Luc Lagardère. Cette année, la fondation affiche une nouvelle fois sa volonté de soutenir les jeunes dans deux domaines où la création a son mot à dire : les médias et la culture. Les lauréats de l’édition 2017 se partageront une enveloppe de 250 000 € qui financera une partie de leur projet. La Fondation soutiendra onze porteurs de projet, un par catégorie : un créateur numérique (25 000€), un écrivain (25 000€), un journaliste de presse écrite (10 000 €), un libraire (30 000 €), un musicien de jazz et de musique classique (12 500 €), un musicien de musiques actuelles (12 500 €), un producteur de cinéma (50 000€), un photographe (15 000 €), un scénariste de télévision (20 000 €), un auteur de film d’animation (30 000 €) et un auteur de documentaire (25 000 €).

Des bourses et du prestige

Outre une enveloppe, les jeunes créateurs soutenus par la Fondation Jean-Luc Lagardère bénéficient d’une notoriété à laquelle contribue le jury prestigieux chargé de retenir les meilleures initiatives. En effet, les bourses constituent souvent un tremplin pour leur carrière. Si vous avez moins de 30 ans (moins de 35 pour les catégories libraire, scénariste de télévision et photographe), et que vous souhaitez participer, il vous suffit de vous rendre sur le site Internet de la Fondation Jean-Luc Lagardère et de remplir votre dossier d’inscription avant le 10 juin 2017.

La course Vertigo de PLAY INTERNATIONAL le 18 mai à la Défense

La course Vertigo de PLAY INTERNATIONAL le 18 mai à la Défense

Envie de participer à un événement sportif et solidaire ? Prenez le départ de la course verticale Vertigo, dont la 5e édition se tiendra le 18 mai à la tour First de la Défense. L’ensemble des fonds récoltés seront reversés à l’ONG PLAY International.

La tour First : 48 étages, 954 marches, 230 mètres

 

Étape française du Vertical World Circuit (VWC), la course Vertigo est un peu spéciale. Lancée en 2013, c’est la première course verticale de l’Hexagone. Pour cette 5e édition, elle consiste à monter le plus rapidement possible les 954 marches de la tour First de la Défense, plus haute tour du pays. Avec ses animations originales, DJ dans les escaliers, mascottes avec canons à confettis ou encore mölkky, cet événement est aussi festif. Et solidaire : organisée à l’initiative de PLAY International, la course Vertigo permet à l’ONG de financer ses actions éducatives et de développement par le sport. Cette année, les fonds récoltés soutiendront des programmes de sensibilisation liés à la santé.

 

Quelles sont les conditions d’inscription ?

 

Sans temps limite imposé, la course Vertigo est ouverte à tous : adultes et enfants, sportifs confirmés et joggers occasionnels courront aux côtés de divers athlètes de haut niveau, ambassadeurs de l’ONG PLAY International. Les conditions d’inscription dépendent de votre profil :

- les particuliers doivent créer une page de collecte participative et rassembler 48 € au minimum ;

- les entreprises doivent présenter des équipes de quatre personnes, qui pourront courir ensemble ou en relais, chaque équipe impliquant un don de 954 € (381 € après défiscalisation).

Vous pouvez d’ores et déjà lancer votre campagne de collecte sur le site de PLAY International.

<br/>

<br/>

 

[SOCIAL TECH] Lyft : arrondir sa course VTC pour soutenir une cause

[SOCIAL TECH] Lyft : arrondir sa course VTC pour soutenir une cause

L’américain Lyft, concurrent notoire d’Uber, a décidé de jouer la carte de l’éthique. Il proposera bientôt à ses clients d’arrondir leur course au dollar supérieur via son application mobile, afin de soutenir une cause qui leur tient à cœur.

Lyft, un service de VTC éthique

 

Outre-Atlantique, le service de réservation de VTC Lyft et ses voitures aux moustaches roses livrent une guerre sans merci à Uber depuis plusieurs années. Si Lyft s’est jusqu’à maintenant aligné sur les prix de son concurrent, il a décidé de changer de stratégie en donnant à ses clients l’option de payer plus cher leurs trajets. Un revirement suicidaire ? Pas du tout : Lyft a en réalité décidé de donner aux consommateurs la possibilité d’arrondir leur note au dollar supérieur, et de reverser la somme payée en sus de leur course à la cause de leur choix.

 

Une option « Round Up & Donate »

 

La fonctionnalité « Round Up & Donate » (arrondissez et donnez), qui viendra très bientôt compléter l’application mobile du service de véhicule de tourisme avec chauffeur, permettra donc de soutenir la préservation de l’environnement, la défense de l’égalité des droits ou encore la retraite des vétérans de guerre, tout en profitant d’une prestation de transport. Cette option sera bien sûr facultative : s’ils le souhaitent, les clients pourront continuer de payer le prix non arrondi. Entreprise engagée, Lyft a par ailleurs déjà promis de donner 1 million de dollars à l’union américaine des libertés civiles au cours des quatre prochaines années.

L’engagement sociétal des entreprises françaises reconnu par l’OCDE

L’engagement sociétal des entreprises françaises reconnu par l’OCDE

D’après l’OCDE, deux entreprises françaises sur trois ont déjà mis en place une démarche RSE sérieuse. Ce chiffre encourageant, qui se situe bien au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE et du BRICS, fait de l’Hexagone un leader mondial de la RSE.

La RSE intégrée dans 63% des sociétés françaises

Ces derniers temps, la philanthropie des Français est souvent mise en avant. Les Français sont en effet de plus en plus généreux à l’heure de réaliser des dons aux associations ou autres organismes d’intérêt public. Cet élan de générosité concerne également les entreprises. D’après une étude récente de l’OCDE, 63% des sociétés françaises interrogées ont intégré une démarche RSE adaptée à leur contexte dans leur stratégie. C’est plus, bien plus que la moyenne des pays de l’OCDE (54%) et du BRICS (27%). Un chiffre qui place la France à la quatrième position des pays étudiés. Cette conclusion résulte d’une vaste enquête réalisée auprès de plus de 16 000 entreprises, dont 3 500 sociétés françaises. Chaque entreprise a été évaluée sur une vingtaine de critères, voire plus dans les pays considérés à risque.

Bémol pour la corruption et la concurrence

La France est en avance sur la plupart de ses voisins en ce qui concerne les démarches sociales et environnementales. Cependant, l’étude révèle que des efforts restent à faire en matière de lutte contre la corruption et les pratiques anticoncurrentielles. Pierre Pelouzet, Médiateur des entreprises, défend les sociétés françaises en rappelant que le manque de procédures et de processus n’est pas nécessairement synonyme de « comportements non éthiques ».

Source : La Tribune

Mécénat et grandes expos, deux armes pour les fondations privées

Mécénat et grandes expos, deux armes pour les fondations privées

Outre le mécénat culturel, les fondations privées ont d’autres façons de mettre en évidence leur esprit philanthrope tout en améliorant leur notoriété. Les expositions et les collections constituent, semble-t-il, une nouvelle stratégie marketing efficace.

Quand les fondations privées se prennent pour des musées

La présentation de la collection Chtchoukine vient de terminer et la Fondation Louis Vuitton peut se réjouir du succès de cette opération. La collection a connu un grand succès auprès du public parisien puisqu’elle a attiré 1,3 million de visiteurs. Un record depuis l’exposition « Toutankhamon et son temps » qu’a abrité le Petit Palais en 1967. Cet exemple illustre une nouvelle tendance à laquelle ont recours les fondations privées pour renforcer leur image : le soutien à la culture non sous la forme d’une enveloppe, mais d’expositions ouvertes au public. La loi sur le mécénat datant de 2003, baptisée « loi Aillagon », offre par ailleurs des avantages fiscaux aux fondations privées et les incite à mettre en place ce type de projet. La Fondation Cartier opte depuis plus de 20 ans pour le mécénat et les lieux d’expos. Une tendance qu’ont décidé de suivre également la Fondation Galeries Lafayette et la Fondation Hermès.

Faut-il s’inquiéter pour les musées ?

Cette nouvelle stratégie adoptée par les fondations privées ne représente pas un réel danger pour les grands musées comme le Louvre, car les grands mécènes tiennent à rester associés à un nom prestigieux et à un grand symbole de la culture française. Les musées plus modestes, en revanche, pourraient en pâtir et subir la loi des grandes fondations. Mais c’est surtout pour la philanthropie et son essence que l’on pourrait s’inquiéter davantage. Car en recherchant des lieux spectaculaires pour accueillir leurs expositions, les fondations privées ne font plus de la promotion de la culture leur première priorité. Derrière ce genre d’opérations se cache en réalité une volonté de créer son propre espace et de générer des profits. Une question d’ego et d’argent, donc, qui pourrait reléguer la culture à un second plan.

Source : Libération

Semaine du don en nature : Mustela s’engage pour les mamans dans le besoin

Semaine du don en nature : Mustela s’engage pour les mamans dans le besoin

La marque de soins pour bébé Mustela a organisé pendant la Semaine du don en nature une campagne de sensibilisation contre l’exclusion, qui s’est couronnée par le don de 300 000 produits à destination des mamans en situation de précarité.

300 000 produits distribués aux mamans en difficulté

 

Depuis 2013, l’Agence du Don en Nature (ADN) organise chaque année la Semaine du don en nature, afin de sensibiliser le grand public aux dons non alimentaires. À l’occasion de l’édition 2017, qui s’est tenue du 20 au 25 mars, Mustela a lancé une grande campagne sur les réseaux sociaux. C’est ainsi que les internautes ont été invités à liker un post expliquant la Semaine du don sur la page Facebook de la marque, celle-ci s’étant engagée à donner une certaine quantité de produits en fonction du nombre de mentions « J’aime ». Au total, la publication a été likée plus de 2 000 fois, ce qui a entraîné le don de 300 000 produits.

 

Améliorer le quotidien des mamans dans le besoin

 

Mustela explique n'avoir pas voulu se contenter du don de crèmes, soins et autres produits d’hygiène pour améliorer le quotidien des mamans dans le besoin. Durant la Semaine du don en nature, la marque a également organisé des ateliers de massage pour bébé accessibles aux mamans en situation de précarité dans toute la France, avec l’aide des associations partenaires de l’Agence du Don en Nature. Sous l’égide de kinésithérapeutes certifiés, ces femmes au quotidien trop souvent difficile ont ainsi pu découvrir les techniques de massage sur tout-petits pendant une demi-journée, afin de renforcer le lien avec leur bébé et d’augmenter son bien-être.

[MERCATO] Jean-Marc de Royere reprend la présidence de la Fondation Air Liquide

[MERCATO] Jean-Marc de Royere reprend la présidence de la Fondation Air Liquide

Membre du Comité Exécutif du Groupe, Jean-Marc de Royere a été nommé président de la Fondation Air Liquide le 30 mars 2017.

Jean-Marc de Royere travaille déjà au sein du Groupe Air Liquide, et y supervise l’International, la Gouvernance et la Responsabilité Sociale de l’Entreprise. Benoît Potier, le Président-Directeur Général du Groupe qui s’occupait jusqu’à présent de présider la fondation, a lui-même proposé à Jean-Marc de Royere de reprendre la présidence de la fondation du Groupe. Benoît Potier était à la tête de la fondation depuis sa création en 2008. Le nouveau président poursuivra ses activités au sein du Groupe.

 

Les activités de la fondation rejoignent le cœur de métier du Groupe avec trois grands axes : la recherche scientifique pour la préservation de l’environnement, la recherche scientifique pour la préservation de l’environnement et la recherche scientifique pour l’amélioration de la fonction respiratoire. Depuis sa création, elle a soutenu 263 projets dans 50 pays grâce à la participation à ces projets de 330 salariés du Groupe.

 

                                                                                                                  

L'information en direct des associations et des mécènes