Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[AÀP] Le festival Rock en Seine lance son appel à projets

[AÀP] Le festival Rock en Seine lance son appel à projets

[EN IMAGE] Un Monopoly injuste pour dénoncer les inégalités

[EN IMAGE] Un Monopoly injuste pour dénoncer les inégalités

L’Adie et la loi Pacte : l’association se réjouit des engagements de l’État

L’Adie et la loi Pacte : l’association se réjouit des engagements de l’État

[#STREET] L'association Second Cycles remet en état des vélos

[#STREET] L'association Second Cycles remet en état des vélos

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

Renault renforce son soutien à l’emploi et la formation des jeunes

Renault renforce son soutien à l’emploi et la formation des jeunes

Dans le cadre de son programme d’entrepreneuriat social, “Mobilize”, Renault annonce la signature de trois nouvelles conventions de mécénat avec l’École de la 2e chance des Yvelines, Énergie Jeunes et l’Institut de l’Engagement, autour de projets d’accès à l’éducation ou à l’insertion professionnelle des jeunes. Ces partenariats courant sur trois ans viennent renforcer l’engagement sociétal du groupe, qui souhaite développer sa politique RSE autour de la mobilité durable et de l’inclusion.

 

Accompagner les jeunes dans leur transition vers le monde du travail

 

Renault va inscrire ces nouveaux partenariats dans la durée, puisque le groupe s’est engagé pour trois ans à l’issue desquels sera menée une évaluation d’impact. Auprès de l’École de la 2e chance des Yvelines, sa dotation contribuera au développement d’ateliers de travaux manuels visant à élargir les perspectives d’emploi des jeunes vers les métiers particulièrement porteurs de l’artisanat, du bâtiment et de l’industrie. Pour Énergies Jeunes, Renault financera la formation de 200 000 élèves jusqu’en 2021, à travers des programmes pédagogiques pilotés par les entreprises partenaires. Enfin, le soutien du groupe permettra à l’Institut de l’Engagement d’aider chaque année dans leur reprise d’étude ou recherche d’emploi une dizaine de jeunes repérés à l’issue d’un service civique et ayant montré un fort potentiel lors de cette mission.

 

“Mobilize”, pour consolider la démarche RSE de l’entreprise

 

Si ces partenariats sont essentiellement financiers, les collaborateurs du groupe auront la possibilité de s’impliquer dans les projets, par le biais du bénévolat ou en utilisant leur temps partiel de fin de carrière solidaire. Ces derniers partageront leur expertise métier avec les jeunes, afin de les aider à décoder le monde du travail. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du programme RSE de l’entreprise, “Mobilize”. En effet, Renault est depuis de nombreuses années engagé dans la création de passerelles entre le monde du travail et de l’éducation, mais souhaite avec ces signatures de convention passer à la vitesse supérieure. Le défi pour les prochaines années ?  “Généraliser, à grande échelle, des solutions performantes et innovantes autour de deux grands domaines d’action : l’inclusion et la mobilité durable”.

[AÀP] Les candidatures sont ouvertes pour les Trophées Défis RSE 2018

[AÀP] Les candidatures sont ouvertes pour les Trophées Défis RSE 2018

[#STREET] L'association Second Cycles remet en état des vélos

[#STREET] L'association Second Cycles remet en état des vélos

Ils sont nombreux à avoir fui la dictature, la répression policière, à avoir traversé la mer, parfois au péril de leur vie. Et pourtant, les quelques kilomètres qui les séparent de leur lieu de travail en France peuvent se révéler problématiques. Afin d'y remédier, des bénévoles d'Alpes-de-Haute-Provence ont créé l’atelier Second Cycles. Le but est de retaper des vélos usagés et ainsi fournir aux réfugiés un moyen de locomotion, qui plus est écologique !

 

" En quelques mois, l’association Second Cycles a collecté plus d’une centaine de vélos, en a offert quatre-vingts à des migrants, mais aussi à des familles sans gros moyens ou à des sans-abri "

 

Après avoir réparé des bicyclettes comme passe-temps en 2016, le groupe d'amis dont fait partie l'un des fondateurs de l'association, Lionel Clerc, a commencé à donner des vélos en état aux réfugiés. " Beaucoup d’entre eux éprouvent des difficultés à faire les 5 km qui les séparent d’un cours de français ou d’un rendez-vous avec une association ", confie Lionel.
Créée en 2017, l’association " Second Cycles ", située à Digne-les-Bains s'occupe ainsi de remettre en état de vieilles bicyclettes afin de permettre aux réfugiés de se déplacer.

 

 

" Le territoire comptait 200 ateliers vélo en 2016, pour seulement 5 en 2005 "
 

Selon la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB), la France possède 9 millions de vélos délaissés. Chaque année, 1,5 million d’entre eux est détruit.
C'est pourquoi de plus en plus d'ateliers coopératifs se mettent en place pour réparer leurs bicyclettes, voire transmettre leurs connaissances à d'autres personnes. À la clef : une réduction des volumes des déchets métalliques et un mode de déplacement 100 % écolo !

L’Adie et la loi Pacte : l’association se réjouit des engagements de l’État

L’Adie et la loi Pacte : l’association se réjouit des engagements de l’État

Déjà près de trois décennies que l’Adie soutient activement les personnes éloignées de l’emploi et du système de prêt bancaire. Créée en 1989 par Maria Nowak, l’association est l’une des pionnières du microcrédit en France. Devenue une actrice qui compte auprès des travailleurs indépendants, elle a lancé en janvier dernier une consultation identifiant les besoins des entrepreneurs qu’elle accompagne, le “Mégaphone”, et soumis une quinzaine de propositions au Gouvernement. Le ministre de l’Économie, Bruno Lemaire, a annoncé qu’il intégrerait une série de ces mesures dans la future loi Pacte. L’Adie s’en félicite, mais compte prolonger son action afin que l’ensemble de ses mesures soient adoptées.

 

Favoriser la création et la croissance des entreprises

 

Quatre mesures ont été retenues par Bruno Lemaire : la suppression limite d’âge pour les entreprises pouvant avoir accès au microcrédit, l’incitation des banques à orienter les porteurs de projet n’ayant pas accès au crédit bancaire classique vers une solution de microcrédit, la suppression de l’obligation de Stage Préparatoire à l’installation, ainsi que celle de l'obligation d'un compte bancaire dédié pour les plus petits micro-entrepreneurs. L’État renforcera par ailleurs son financement soutenant le développement du microcrédit. La dotation du Fonds de cohésion sociale, qui garantit les microcrédits, va augmenter progressivement. Baissée à 14 millions d’euros pour 2018, elle devrait atteindre une vingtaine de millions d’euros d’ici cinq ans. “Compte tenu de notre ambition de développement actuelle, on risquait de buter dès l’année prochaine sur une insuffisance de garantie. Donner des moyens supplémentaires est une très bonne mesure qui libère notre capacité d’octroyer plus de prêts”, a commenté Frédéric Lavenir, président de l’Adie.

 

L’Adie renforce son action pour les entrepreneurs

 

L’association ne compte toutefois pas s’arrêter en si bon chemin. Dans un communiqué, elle annonce qu’elle se lance dans une vaste campagne de plaidoirie dès ce printemps 2018, afin de “faire entendre l’ensemble des mesures proposées dans le Mégaphone, à tous les niveaux de prise de décisions”. Elle animera des débats autour des projets de loi, qui seront relayés par les hashtags #OnlAdieàlElysée et #OnlAdieauxDéputés. Pour l’Adie, qui a financé près de 15 000 entreprises depuis janvier 2017 (i.e. : pour un prêt moyen de 3 000 euros), il n’est pas encore temps de baisser la garde. “Plus que jamais, l’Adie réaffirme son ambition de faire en sorte, par ses actions de financement, d’accompagnement et de plaidoyer, que tout le monde puisse devenir entrepreneur”, conclut l’association.

 

[EN IMAGE] Un Monopoly injuste pour dénoncer les inégalités

[EN IMAGE] Un Monopoly injuste pour dénoncer les inégalités

Malgré les combats pour réduire les inégalités, elles sont plus que jamais d'actualité. L'égalité des chances reste utopique pour de nombreuses victimes de racisme, de sexisme ou de handicap. L'agence de publicité Hérézie et l’Observatoire des Inégalités ont décidé mettre ces injustices en scène par le biais d'un " Monopoly injuste ".

 

Le jeu est une analogie de la réalité où les inégalités sont encore monnaie courante
 

Sur la vidéo postée par Creapills, des enfants jouent au Monopoly avec les inégalités de notre société. Ainsi, un enfant noir doit passer par la case prison, un autre en béquille ne peut pas acheter de gare et une petite fille gagne 150 euros au lieu de 200 en passant par la case départ. L’organisation a souhaité sensibiliser les plus jeunes à la tristesse du quotidien de certaines personnes qui, chaque jour, subissent des inégalités.

 


 

L'agence Hérézie, déjà acclimatée aux opérations de sensibilisation

L'agence de publicité Hérézie s'était par ailleurs illustrée par sa collaboration avec l'ONG Handicap International et son opération " Body can't wait ", où des prothèses avaient été ajoutées aux sculptures célèbres à Paris, le mardi 6 mars 2018. L'idée était de mettre en lumière la longue attente que devaient subir les personnes en situation de handicap avant de recevoir une prothèse.

 

[AÀP] Femmes en chœur du Dr Pierre Ricaud lance sa 3e édition

[AÀP] Femmes en chœur du Dr Pierre Ricaud lance sa 3e édition

La marque de cosmétiques Dr Pierre Ricaud, en partenariat avec le magazine Femme Actuelle, récompense trois projets portés par des femmes. Si vous souhaitez améliorer la condition sociale des femmes en France, qu'elles soient malades, isolées, détenues, illettrées, victimes de violences ou en situation de handicap, alors venez participez à l'appel à projets Femmes en choeur jusqu'au 18 mai 2018 !


 

Le prix Femmes en chœur est mené par la marque Dr Pierre Ricaud
 

Femmes en choeur a pour partenaire Femmes Actuelles. Il soutient toutes les initiatives liées aux engagements sociaux avec un bénéfice direct pour les femmes, qu'il s'agisse de conditions sociales difficiles ou d'insertion professionnelle chez les jeunes filles.

 

Les inscriptions pour l'appel à projets seront closes le 18 mai 2018, afin de laisser le jury voter en juin.

En octobre, trois dotations seront attribuées pour les trois lauréats du jury à l'issue d'une cérémonie : 10 000 euros pour le 1e prix, 5 000 euros pour le 2e et 3 000 pour le prix " Coup de coeur Femme Actuelle ".

 

 

Les lauréates 2017 du prix Femmes en chœur
 

 

- 1er prix du jury : Muriel Robine pour l'association Cover-Dressing qui aide les femmes en situation de handicap à s’habiller dans les mêmes boutiques et aux mêmes prix que les autres

 

- 2e prix du jury : Laure Guéroult-Accola pour l'association Mon Réseau® Cancer du Sein, qui permet aux femmes malades de mieux affronter la maladie


- 3e prix du jury : Françoise Baraquin pour l'association Action Femmes Grand Sud qui permet à des femmes de plus de 45 ans de rejoindre le monde du travail.

 

[AÀP] Le festival Rock en Seine lance son appel à projets

[AÀP] Le festival Rock en Seine lance son appel à projets

Via son appel à projets, Rock en Seine propose à des associations et fondations d'investir les lieux du festival afin de sensibiliser les festivaliers aux causes qu'elles soutiennent. Les associations lauréates bénéficieront ainsi d'un espace où elles peuvent interagir avec les 120 000 festivaliers qui peuplent Rock en Seine et ce, durant trois jours, les 24,25 et 26 août 2018.

 

Premier appel à projets de Rock en Seine

 

Les autres membres du jury, Brut et Commeon, sélectionneront les associations et fondations présentes au festival Rock en Seine.

Les lauréats auront leur stand propre, une visibilité assurée sur de nombreux supports de communication du festival, un relai de communication assuré par Carenews, et enfin un accompagnement pour la collecte de fonds offert par Commeon.

 

Pour être sélectionnées, les associations ou fondations candidates doivent :

- être disponible sur toute la durée du festival et pouvoir mobiliser suffisamment de personnes pour animer le stand : du vendredi au dimanche, de 14 heures à minuit, lors de l’installation la veille et du démontage

- œuvrer pour l’intérêt général

- être basée en France


Vous pouvez candidater jusqu’au dimanche 6 mai pour faire partie des trois associations et fondations qui seront présentes à Saint-Cloud les 24, 25 et 26 août 2018.
 

Les associations/fondations ayant participé aux éditions précédentes de Rock en Seine


La Fondation Abbé Pierre, l'association Première Urgence Internationale, l'Institut Télémaque, Espoir CFDJ, l'association France Terre d'Asile, Les Connexions, Wimoov, Clowns Sans Frontières, Médecins du Monde, l'association En avant toute(s), Emmaüs, Ensemble contre la peine de mort, France Nature Environnement, Mobile en Ville, Oxfam,  Plan International France, Reporters sans frontières, l'association du Samusocial, l’association SIDA Paroles, l'association Solidarités International, l'ONG Surfrider Foundation et l'association UNICEF.

 

Pour en savoir plus.

 

[FUSAC] Création de la Fondation du Nord

[FUSAC] Création de la Fondation du Nord

Sous l'égide de la Fondation Agir Contre l'Exclusion (FACE), la Fondation du Nord a été créée afin de permettre plus d'inclusion sociale dans les territoires. Elle souhaite aider à l'insertion des personnes les plus fragiles afin de les accompagner vers l'autonomie, ouvrir la médiation sociale par la culture et l'environnement et aider les personnes âgées ou en situation de handicap.

 

 

" La Fondation du Nord soutient des actions innovantes en fonction des besoins et des spécificités de chaque territoire du Nord "

 

Pour soutenir ses actions, la fondation travaille en coordination et avec l’appui des acteurs locaux concernés, qu'il s'agisse d'associations, de collectivités ou même d'autres fondations.
Elle couvre différents enjeux :

- l'
accès à l'emploi pour les allocataires du RSA

- l'accompagnement des jeunes par des accès aux logements autonomes, la découverte de métiers dès le collège etc.

- l'autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap

- l'accès à la culture pour tous.


 

La Fondation du Nord sera un soutien pour les porteurs de projets grâce à un mécénat financier ou de compétences

 

La fondation va " permettre de repenser les logiques de co-financement pour expérimenter des solutions nouvelles, au service de l’intérêt général ", selon Jean-René Lecerf, président du Département du Nord.
Les projets sont proposés par les membres du Comité exécutif de la Fondation du Nord pour la première année d'activité, avant d'être, par la suite, sélectionnés dans le cadre d’appels à projets.

 

[MERCATO] Pierre Siquier est le nouveau président de France générosités

[MERCATO] Pierre Siquier est le nouveau président de France générosités

[LU] Téléthon, Enfoirés, Sidaction… la fin d’une ère ?

[LU] Téléthon, Enfoirés, Sidaction… la fin d’une ère ?

L’émergence des nouveaux modules de don (micro-don, arrondi, financement participatif…) va-t-elle sonner le glas des grandes opérations de collectes télévisées ? Ce n’est en tout cas pas pour demain, si l’on en croit un récent article paru sur francetvinfo.fr. En revanche, si les associations ayant investi le petit écran sont encore sont parmi celles qui récoltent le plus de dons en France, il leur faut désormais composer avec l’apparition de nouvelles formes de collecte et de nouveaux profils de donateurs.  

 

 

Les collectes à la télévision, nécessaires pour nourrir la solidarité ?

Si les principaux évènements caritatifs télévisés (Sidaction, Les Enfoirés pour les Restos du Cœur et le Téléthon) ont vu leur audience et le montant de leur collecte chuter en 2017, ils ne devraient toutefois pas disparaître du petit écran de sitôt. "Un : ces shows sont bien conçus par les associations et les médias qui les soutiennent. Deux : les Français ont besoin d’actions démonstratives, collectives et de proximité, comme celles suscitées par le Téléthon ou les Restos du cœur. Trois : nous sommes bombardés d’informations peu réjouissantes, soutient Jacques Malet, président de Recherches et solidarités à franceinfo. Or, pour secouer les Français, leur donner de l'espoir, il faut de grands moments de solidarité, relayés avec une force médiatique d'une grande puissance, afin que le message puisse passer au milieu d'infos anxiogènes.” Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les deux associations enregistrant le plus de dons déclarés au fisc (hors legs et dons d'entreprises) sont l'Association française contre les myopathies (AFM), qui organise le Téléthon, et les Restos du cœur, avec plus de 50 millions d’euros au compteur.

De nouveaux profits de donateurs

En règle générale, qui donne moins ? Selon une récente d’étude Recherche et solidarités sur la générosité des Français, ce sont les jeunes, qui ne représentent que 4 % des donateurs. Cela ne fait pas d’eux des sujets moins engagés pour autant, ainsi que le rappelle Jacques Malet : "les jeunes sont un peu écœurés parfois, mais ne baissent pas les bras. Deux termes leur parlent beaucoup : l’action et le sens. Ils sont prêts à relayer une belle cause sur les réseaux sociaux. Ou à donner par SMS”. De fait, le financement participatif, qui permet de donner en ligne quelques euros à des projets en quelques secondes, leur fait de l’œil. Rappelant que l’on donne aujourd’hui “moins à une marque qu'à un projet”, Thomas Guillochon, directeur du développement d'HelloAsso, sait qu’aujourd’hui, l’engagement des jeunes prend un autre visage. “Les jeunes ne se considèrent pas comme des donateurs, mais comme les membres d'une communauté mobilisée autour d'un projet. Et ils vont ensuite entrer dans une logique d'ambassadeurs sur les réseaux sociaux, avec une réactivité immédiate”, explique-t-il. Cela n’empêche pas les plateformes de financement participatif de récolter des dons conséquents, puisqu’à elle seule, HelloAsso a recueilli 30 millions d’euros en 2017.  

Les grandes transitions du secteur du don

Alors que la générosité “se diversifie avec de plus en plus de canaux”, comme le rappelle Laurence de Nervaux de la Fondation de France à franceinfo, les défis de demain sont multiples. Le premier sera de prendre le virage numérique requis par les nouvelles générations, et d’en maîtriser les différents outils, comme le crowdfunding et les micro-dons, en plein essor. Les codes de solidarité sont eux aussi en pleine mutation, du fait de la multiplication des outils de dons, et de causes à soutenir. Les donateurs ne sont plus uniquement touchés par des grandes causes, mais aussi par des projets ou des profils touchant à leur sensibilité personnelle.

 

L'information en direct des associations et des mécènes