Aller au contenu principal
Par Fondation groupe EDF - Publié le 12 novembre 2018 - 10:30 - Mise à jour le 12 novembre 2018 - 10:42
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[MÉCÉNAT CULTUREL] La Fondation Groupe EDF invite ERWIN REDL

Exposé pour la première fois à Paris, l’artiste autrichien, Erwin Redl inverse le traditionnel rapport entre virtuel et réel. Au cœur des 400m2 de la Fondation Groupe EdF, il crée une œuvre immersive composée de milliers de LEd programmables de couleur bleu et rouge, qui traduisent les états émotionnels que traverse le visiteur, invité littéralement à pénétrer et expérimenter cet univers numérique et sensoriel. Avec cette installation qui s’inscrit dans la série MATRIX (États-Unis, Autriche, Italie, Allemagne, Corée du sud...). Erwin Redl traduit dans l’espace physique le langage esthétique abstrait de la réalité virtuelle et de la modélisation 3d, structurant un environnement architectural par de grandes installations lumineuses.

[MÉCÉNAT CULTUREL] La Fondation Groupe EDF invite ERWIN REDL

 

LIGHT MATTERS à la Fondation Groupe EDF à Paris

L’installation lumineuse immersive menant à une expérience totale. Les visiteurs pénètrent dans un labyrinthe de lumières LED réparties sur deux étages et dont les tons varient lentement entre le rouge et le bleu. Ces deux couleurs délimitent le spectre chromatique visible ainsi que celui des émotions humaines. Le rouge représente l’extrême de la sensualité et le bleu son contrepoint froid et rationnel. L’expérience esthétique immersive alliée aux aspects technologiques particulièrement sophistiqués brouille la frontière entre réel et virtuel.

Avec la dimension architecturale de l’œuvre, toute personne simplement « présente » devient un véritable élément de celle-ci en faisant partie intégrante de l’installation.

Erwin Redl joue ainsi entre la matière et la lumière, le réel et le virtuel, questionnant la place du corps et de ses sensations dans leur rapport à l’œuvre d’art et à l’univers du numérique.

Dans cette nouvelle « matrice », l’espace est alors perçu comme une seconde peau, la peau sociale qui enveloppe chacun des visiteurs lors de cette expérience physique déroutante.

Un monde virtuel où la disparition du corps dans l’œuvre interroge la disparition de la matière et de soi et jusqu’à la disparition de l’humain, de l’histoire, de l’espace et du temps.

Deux autres pièces sont présentées à l’occasion de cette exposition : Reflection, on Patterns and Signs v2 et Dial, White-Red White-Blue v2.

 

 

 

Fondation Groupe EDF

6, rue Récamier - 75007 Paris M° Sèvres-Babylone

Entrée libre du mardi au dimanche 12h-19h (sauf jours fériés) 

 

Illustration © P. Di Sciullo

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer