Aller au contenu principal
Par Fondation EDF - Publié le 22 octobre 2019 - 10:29 - Mise à jour le 23 octobre 2019 - 12:13
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[INTERVIEW] Salomé Berlioux, présidente et fondatrice de Chemins d’avenirs

Le terme « égalité des chances » est souvent associé aux jeunes des banlieues aide zones d’éducation prioritaire. Salomé Berlioux, ex-boursière, a grandi dans l’Allier puis la Nièvre avant de venir, à 18 ans, étudier à Paris. Elle a remarqué que cette inégalité des chances concernait tout autant les jeunes issus de territoires ruraux. Elle a donc créé l’association Chemins d’avenirs en 2016 pour pouvoir accompagner ces jeunes vers des futurs pleinement choisis. Depuis trois ans, l’association grandit et sa cause ne cesse de gagner en visibilité : en 2020, 1 000 jeunes seront accompagnés, et cette année, Salomé Berlioux a publié le livre Les Invisibles de la République. Comment on sacrifie la jeunesse de la France périphérique (Robert Laffont) aux côtés d’Errki Maillard, conseiller diplomatique pour la direction du Groupe EDF, et a été missionnée par le ministre de l’Éducation nationale pour mener une réflexion sur les obstacles rencontrés par les jeunes qui grandissent loin des grandes villes. L’association a récemment organisé ses Rencontres Jeunesse et Territoires au CESE à Paris, rassemblant 350 jeunes accompagnés. Rencontre avec une fondatrice engagée et au palmarès débordant.

[INTERVIEW] Salomé Berlioux, présidente et fondatrice de Chemins d’avenirs

 

Quel a été votre moment le plus audacieux jusqu’ici ? 

 

Probablement quitter la voie du conseil stratégique pour fonder Chemins d’avenirs ! À l’époque, j’ai vécu cette étape plus comme une nécessité que comme une preuve d’audace. 

 

Comment enseigne-t-on aux jeunes que l’ambition n’est pas forcément une mauvaise chose ? Quelle est la spécificité de la méthode de Chemins d’avenirs pour que les jeunes s’approprient cette notion ?

 

En France, on a souvent tendance à considérer l’ambition comme quelque chose de louche ou de sale, d’une part ; et à la réduire d’autre part à des clichés de réussite tels que devenir riche ou célèbre. Ces deux réflexes brident les jeunes Français, notamment ceux dont l’environnement géographique ou social est peu propice à l’épanouissement personnel ou professionnel. Il faut au contraire leur faire sentir que par « ambition », on peut entendre réalisation de soi et de son potentiel, quelle que soit la nature de ce potentiel : devenir artisan, cuisinier, sportif, diplomate ou journaliste, ou encore suivre une voie hybride qu’ils traceront au fil des années. Pour ce faire, l’important est d’apprendre à bien se connaître - identifier ses forces, ses fragilités, travailler sur les unes et les autres - et de prendre progressivement confiance en soi. Puis d’ouvrir progressivement le champ de ses possibles, pour que l’avenir ne se réduise pas à une projection familiale ou à un choix par défaut. Pour être en mesure d’avoir des aspirations fortes, il faut avoir accès aux bonnes informations aux bons moments, être bien entouré, pouvoir être mobile et, progressivement, se sentir autorisé à envisager des chemins nouveaux. Chez Chemins d’avenirs, nous avons donc développé une approche à 360 degrés autour du jeune, de façon à pouvoir travailler sur tous ces freins en parallèle. 

 

Quels sont les objectifs de l’association pour les Rencontres Jeunesse et Territoires ?

 

Les Rencontres Jeunesse & Territoires ont plusieurs objectifs. D’abord, réunir une large partie de la communauté Chemins d’avenirs le temps d’une journée, filleuls, parrains, partenaires, amis de l’association, autour de thématiques fortes comme l’égalité des chances. Ensuite, proposer aux filleuls un programme sur-mesure qui abonde dans le sens de ce que nous cherchons à leur offrir au quotidien : des rencontres inspirantes, des visites culturelles, des ateliers d’empowerment. Cette année, nous avions choisi un fil rouge pour l’ensemble de la journée : « Une jeunesse audacieuse ! » Ce thème s’est imposé à nous, inspiré des rêves, projets et actions menées par nos filleuls au sein de leurs territoires. Les jeunes audacieux, ce sont eux ! Le leur dire et leur permettre d’en prendre conscience était sans nul doute le troisième objectif des Rencontres cette année. 

 

L’association a aujourd’hui 3 ans. Quels sont les projets d’avenir de Chemins d’avenirs ?

 

Nous atteindrons, durant cette année scolaire 2019-2020, 1 000 filleuls accompagnés au sein de 7 académies dans près de 40 établissements. C’est une première étape pour l’association dans le cadre de son progressif changement d’échelle. L’enjeu est de trouver un rythme de croisière qui permette de conserver la qualité d’un accompagnement sur-mesure pour nos jeunes tout en essaimant dans de nouveaux territoires et en accompagnant plus de collégiens et lycéens. Car c’est plus d’un jeune Français sur deux qui grandit hors des 25 grandes métropoles et de leurs banlieues. A horizon 2025, Chemins d’avenirs doit pouvoir avoir une couverture nationale et des référents dans tous les territoires pertinents. Mais l’enjeu est aussi, bien sûr, que les pouvoirs publics s’emparent plus activement de la question de cette jeunesse périphérique, restée trop longtemps dans l’angle mort des dispositifs d’égalité des chances. 

 

Racontez-nous le partenariat avec la Fondation Groupe EDF. Quelle en est la valeur ajoutée pour l’association ?

Le partenariat avec la Fondation Groupe EDF est fondamental pour Chemins d’avenirs. D’abord parce que le soutien d’une telle Fondation est symboliquement fort et crédibilisant pour une structure très jeune comme l’était Chemins d’avenirs lorsqu’EDF a décidé de lui faire confiance. Ensuite parce que son soutien financier d'envergure permet de mettre l’accent sur deux angles stratégiques pour l’association : le numérique d’une part, dans le cadre d’une fracture digitale qui reste encore très handicapante pour nos bénéficiaires, et notre changement d’échelle d’autre part. Enfin parce que la Fondation Groupe EDF est un partenaire très engagé, sur le fond comme sur la forme, qui sait aussi être force de propositions avec par exemple l’implication de collaborateurs qui deviennent parrains Chemins d’avenirs ou encore des offres de stages pour nos jeunes des territoires isolés. C’est en ce sens un partenariat très complet, qui joue un rôle déterminant dans la croissance rapide de l’association ! 

Crédit photo : Grégory Brandel – Fondation groupe EDF

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer