Aller au contenu principal
Par FONDATION DE LA 2ème CHANCE - Publié le 3 mai 2016 - 16:13 - Mise à jour le 3 mai 2016 - 16:42
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Zabiullah fuit l'Afghanistan et crée une activité de tailleur / Faire un don

Zabiullah, 25 ans, fuit l'Afghanistan et arrive en France en 2010. Il devient lauréat de la Fondation de la 2ème Chance en 2015, avec une aide de 8 000 euros pour son projet de création d’activité de tailleur. Site-relais de Metz

Faire un don

Quelle est votre histoire? Comment êtes-vous arrivé à La Fondation de la 2ème Chance? Je suis né à 200 km au nord de Kaboul et j’ai commencé à travailler à l’âge de 8 ans dans un atelier de couture. Je me suis perfectionné au fil des années. Arrivé à l’adolescence, je me suis rendu compte du climat d’insécurité dans mon pays et des difficultés que connaissaient mes parents pour élever leurs enfants en toute sûreté, leur propre vie étant en perpétuel danger. A l’âge de 19 ans, j’ai décidé de quitter mon pays pour gagner l’Europe. Mon voyage a duré 10 mois dans des conditions très pénibles, sans hébergement et sans ressources. A mon arrivée en France j’ai campé au bord du canal Saint-Martin puis j’ai été admis àl’école Pierre Clavier qui prend en charge les demandeurs d’asile. J’ai fait tous les efforts pour apprendre très rapidement la langue française et démontrer ma volonté d’intégration. Deux années plus tard, j’ai obtenu le statut de protection subsidiaire et j’ai été envoyé à Metz. J’ai vécu en foyer, pour survivre j’ai fait des petits boulots, notamment aide-maçon et j’ai pu intégrer ensuite une formation de plombier chauffagiste à l’AFPA à l’issue de laquelle j’ai obtenu le titre professionnel d’installateur-sanitaire. Mon statut administratif précaire ne m’a pas permis de trouver un emploi dans ma nouvelle qualification c’est alors que je me suis inscrit à la mission locale de Metz. J’ai évoqué avec ma conseillère mon passé en Afghanistan et ma passion pour la couture ainsi que mon souhait de m’établir à mon compte. Ma conseillère m’a parlé de la Fondation de la 2ème Chance et j’ai ensuite construit mon projet de création d’un atelier de couture retouches avec une travailleuse sociale avec laquelle j’ai noué des liens d’amitié. J’étais sans ressources et c’est elle qui m’a avancé les fonds pour suivre un stage de créateur d’entreprise à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Avec les conseillers de la Chambre j’ai pu élaborer un plan d’affaire et un budget prévisionnel nécessaires au dépôt de mon dossier à la Fondation.

 

Comment la Fondation vous a-t-elle aidé? Les choses se sont passées très rapidement ensuite, j’ai obtenu en quelques semaines l’accord de financement de la Fondation. Dans l’intervalle, j’ai loué un local en centre–ville à proximité des grands magasins et j’ai déposé mes statuts d’auto-entrepreneur. J’ai commencé mon activité avec peu de matériels, une machine à coudre achetée d’occasion et des fournitures que j’achetais au coup par coup en fonction des commandes. Grâce à la Fondation j’ai pu récupérer un peu de trésorerie grâce à la prise en charge de mes frais de formation et d’installation. J’ai immédiatement remboursé l’avance consentie par mon amie et j’ai commandé le matériel nécessaire à mon activité dans une société à Lyon, la Fondation a réglé directement mon fournisseur. J’ai prospecté tous les magasins de Metz et j’ai obtenu rapidement des contrats avec les Galeries Lafayette et le Printemps ce qui m’a permis d’avoir un courant fixe de travaux de retouches. Puis j’ai contacté les magasins de vêtements de luxe en leur faisant valoir mes capacités à faire des retouches importantes et à travailler le cuir. J’ai obtenu rapidement des commandes pour des travaux plus rémunérateurs et le bouche à oreille a fonctionné jusqu’à obtenir des travaux en dehors de Metz et même régulièrement du Luxembourg.

 

Dans quelle situation vous trouvez-vous aujourd’hui ? Mon activité est confortée et je songe à modifier le statut de mon entreprise compte tenu de l’augmentation rapide de mon chiffre d’affaire. Je suis désormais reconnu sur la place de Metz et le lycée technique Fournier à Metz m’a demandé d’accueillir cinq stagiaires à l’automne dernier. Cette expérience sera renouvelée au printemps prochain. Je souhaiterai maintenant créer un emploi pour participer pleinement, en reconnaissance au développement, à mon petit niveau, de l’économie française. Je suis très bien intégré à la vie locale et j’ai énormément d’amis sur Metz. Je participe à la vie culturelle de la ville, j’ai fait des démonstrations de cerfs-volants afghans au FRAC à Metz. J’ai participé au festival de théâtre «Passages» à Metz. Dans mon parcours j’ai certes rencontré beaucoup de difficultés mais j’ai appris une chose c’est qu’en travaillant proprement et en étant honnête, on doit réussir. C’est d’autant plus facile dans un pays comme la France où les gens sont si chaleureux et toujours prêts à rendre service. Mes parrains sont très présents à mes  côtés, je vois mon parrain principal deux fois par mois et nous correspondons énormément entre deux rendez-vous. Ils me donnent des conseils précieux en matière de gestion de mon entreprise, ils me soutiennent dans tous les moments notamment au début dans mes relations avec les fournisseurs et pour l’examen des contrats que j’ai passé avec les magasins. Ils sont également très présents au niveau des formalités administratives, compte-tenu de ma situation encore précaire avant la délivrance d’une carte de résident et, je l’espère rapidement, de la prise en compte de ma demande de naturalisation. Sans l’aide de la Fondation, je n’aurai jamais pu concrétiser mon projet, bien évidemment je fais largement état du soutien qui m’a été apporté et je suis prêt à en faire la plus large promotion. Je signale que l’aide financière a été indispensable à la création de mon entreprise, mais au-delà c’est également le dispositif de parrainage que je dois citer en exemple, compte tenu du soutien de tous les moments de mes parrains, Jacques Goury et Bernard Stoeckle que j’associe pleinement dans la réussite de mon entreprise.

Zabiullah MERZAN

24 en Nexirue - Metz

Tel 07.50.92.91.42

merzane@hotmail.fr

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer