Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[SHOPPING] Enlysée, la réponse solidaire à la boutique en ligne de l’Élysée

[SHOPPING] Enlysée, la réponse solidaire à la boutique en ligne de l’Élysée
“Je coûte un pognon de dingue”, “Dernier de cordée” ou “Je traverse la rue”. Ce sont les messages que l’on peut trouver sur les produits imaginés par un collectif d’une quinzaine de jeunes actifs, désormais en vente sur une boutique en ligne. Baptisée “Enlysée, la boutique officielle du ruissellement”, elle a été créée en réaction au buzz suscité par le lancement de la boutique en ligne de l’Élysée. Si elle en reprend les codes graphiques, elle s’en démarque par son ton parodique et son modèle économique : l’intégralité des bénéfices (hors coûts de fonctionnement) est reversée à des associations oeuvrant pour les personnes sans abri et les migrants.


 

 

Objectif  ? “Personne dehors, ni dans la rue ni dans les bois”

 

Déplorant que l’Élysée parvienne à dégager 350 000 euros de recettes avec sa boutique en ligne pour un “ravalement de façade”, une quinzaine de personnes, étudiants, graphistes, communicants sociaux et même musiciens, ont répondu par l’humour et lancé une ligne de vêtements et de vaisselle parodique. On y trouve des tote bags, des tee-shirts “Mafia Bretonne” ou “Gaulois Réfractaire”, des sweats ‘Premier de Cordée” ou encore des mugs. Les prix oscillent entre 10 et 30 euros. “Nous fabriquons à la commande depuis l’atelier à Paris, donc nous n’avons pas de stock, explique l’un des fondateurs du projet. Nous reprenons aujourd’hui un rythme de croisière, mais les deux premières semaines, beaucoup de gens ont travaillé sept jours sur sept et presque 24 heures sur 24 !”.  

 

Nouvelle étape pour Enlysée, capitaliser sur sa médiatisation

 

Parti d’une “blague entre amis”, Enlysée a récemment fêté ses un mois, et affiche bonne mine : près de 3 000 commandes expédiées, et 30 000 euros reversés aux associations partenaires du projet, SALAM Nord/Pas-de-Calais, l'Auberge des Migrants et la Fondation Abbé Pierre. Devenue une SAS, le structure enclenche désormais la seconde vitesse, puisqu’elle a annoncé vouloir médiatiser ces “acteurs de la solidarité à la française” en profitant de son buzz. “Nous allons bientôt nous réunir à Calais accompagnés par des médias nationaux, afin que les associations puissent délivrer leur message et montrer les réponses qu’elles apportent concrètement sur le terrain”, explique un membre d’Enlysée. La mise en vente de deux packs “avec des produits exclusifs” est également en préparation pour Noël.




 

, , , , ,