[ÉVÈNEMENT] La 12e édition de PRODURABLE aura lieu les 9 et 10 avril 2019

[ÉVÈNEMENT] La 12e édition de PRODURABLE aura lieu les 9 et 10 avril 2019

Une semaine pour promouvoir l’économie sociale et solidaire auprès des élèves

Une semaine pour promouvoir l’économie sociale et solidaire auprès des élèves

[CHIFFRE] 21 280 salariés de France ont fait un micro-don sur salaire en 2018

[CHIFFRE] 21 280 salariés de France ont fait un micro-don sur salaire en 2018

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

Journée mondiale de l’eau : tour d'horizon des initiatives

Journée mondiale de l’eau : tour d'horizon des initiatives

« Ne laisser personne de côté ». C’est le thème choisi cette année pour la Journée mondiale de l’eau. Pourquoi ? Parce que d’ici 2030, l’accès à l’eau pour tous est une des cibles des Objectifs de développement durable (ODD). Le challenge est immense aux regards des éléments qui nuisent à cette or bleu. Carenews vous propose à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, un tour d’horizon des initiatives mises en place par les acteurs de l’engagement et vous invite à passer à l’action.

 

 

L’eau, l’or bleu

Aujourd’hui, 2,1 milliards de personnes ne disposent pas d'eau potable, et 2,6 millions meurent chaque année de maladies liées à l’eau bien que les Nations Unies ont reconnu en 2010 que « le droit à l'eau potable et à l'assainissement est un droit de l'homme, essentiel à la pleine jouissance de la vie et à l'exercice de tous les droits de l'homme ». Face à l'ampleur de ce défi, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a rédigé un manifeste identifiant 10 engagements d'urgence en faveur de l'accès à l'eau potable pour tous, en complément de la 5ème édition de  son Baromètre de l'eau.

 

Réduire les déchets plastiques

Prendre soin de l’eau, c’est aussi protéger les plages qui bordent l’océan, en ramassant les déchets. Jusqu’au 24 mars, des collectes de déchets sont organisées par des bénévoles grâce à l’accompagnement de Surfrider Foundation Europe. L’objectif de cette initiative appelée Initiatives Océanes ? Nettoyer des plages, des lacs, des rivières et des fonds marins partout dans le monde.

Difficile de se rendre compte de la pollution des océans. Surtout quand on sait que les déchets apparents, en surface, représentent moins d’1% des plastiques noyés dans l’océan. Grâce à son navire ambassadeur et aux nouvelles technologies, Race for Water navigue exclusivement à propulsion mixte solaire-hydrogène-kite pour proposer des solutions afin de préserver les océans de la pollution plastique, véritable catastrophe environnemental planétaire.

Plastic Odyssey, quant à lui, est le premier bateau à être uniquement alimenté grâce à une énergie obtenue à partir de débris plastiques. En mars 2020, il partira pour une expédition de 3 ans et le navire servira d’atelier pour construire et tester des machines low-tech et open-source. Plastic Odyssey se veut être un ambassadeur des technologies de recyclage pour faire émerger des solutions à taille humaine et lutter contre la pauvreté.

 

Assurer l’hygiène et l’assainissement

En raison des conflits ou des catastrophes naturelles, de nombreuses personnes déplacées souffrent d’un accès insuffisant et inadapté à l’eau et à des services d’assainissement et d’hygiène, désignés par l’acronyme WASH. Or, une bonne santé publique permet d’éviter les épidémies. Chaque jour, dans le monde, plus de 700 enfants de moins de cinq ans meurent de diarrhées causées par de l’eau insalubre ou par le manque d’assainissement selon l’ONU.

De nombreuses ONG humanitaires sont engagées pour répondre à ces problématiques. Vision du Monde agit au quotidien pour permettre l’accès à l’eau potable pour les populations vivant dans les zones géographiques les plus reculées. En travaillant main dans la main avec les communautés locales, cette ONG humanitaire développe des projets WASH au sein de ses programmes de développement pour fournir de l’eau potable, améliorer les systèmes d’assainissement, délivrer des formations sur les bonnes pratiques d’hygiène et former des comités de l’eau qui assurent la maintenance des installation.

En vue de financer les programmes de l’UNICEF d’accès à l’eau potable au profit des enfants en Haïti, la Fédération Française de Natation organise la Nuit de l'Eau, le 23 mars 2019. Chacun est incité à nager dans l’une des 230 piscines participantes à travers la France où des animations festives, éducatives et solidaires seront mis en place.

 

L’accès à l’eau : un engagement porté par les entreprises

Dans le monde encore 850 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau. En janvier 2019, Danone Communities, fonds d’investissement et incubateur d’entreprises sociales de Danone a investi dans OSHU, un projet d'entrepreneuriat social pour développer l’accès à l’eau potable en Afrique. La mission déployée au Sénégal consiste à développer une offre d’eau potable à un prix accessible. La Fondation SUEZ est aussi engagée auprès d’ONG qui œuvrent pour l’accès à l’eau pour les plus fragiles dans les camps de réfugiés, les zones éloignées et les bidonvilles. Celle-ci a par ailleurs soutenu des projets au Soudan du Sud, au Bangladesh et au Niger.

 

Pour celles et ceux qui veulent aller plus loin, Carenews vous propose une web série  « En immersion », réalisée par l’Agence de l’eau et le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire pour découvrir la gestion des milieux aquatiques en France.

 

[DERNIÈRE MINUTE 12] Les brèves mécénat, associations et intérêt général

[DERNIÈRE MINUTE 12] Les brèves mécénat, associations et intérêt général

Toute les infos en bref qui font rayonner l’intérêt général ! Cette semaine, une pétition pour demander à McDonald's de mettre en place une politique zéro déchet, une antenne strasbourgeoise d'Emmaüs Connect contre l'exclusion numérique, une nouvelle verrière pour l'Hôtel de la Marine à Paris grâce au mécénat des Fondations Velux, un prix pour récompenser les femmes engagées.

Mécénat culturel

Hauteville House, la maison de Victor Hugo pendant son exil à Guernesey, va ouvrir à nouveau ses portes le 7 avril prochain aux visiteurs. La demeure de l’écrivain, décorée et aménagée par Victor Hugo lui-même, a bénéficié de travaux de restauration pendant une année grâce au mécénat de Pinault Collection, à la Fondation du Patrimoine et à la Mairie de Paris (qui l’a reçue en donation du petit-fils de l’auteur).

À Paris, l’Hôtel de la Marine situé place de la Concorde va bénéficier d’une verrière de 300 m2, conçue par l’architecte Hugh Dutton. Son financement est pris en charge par le mécénat exclusif des Fondations Velux, qui ont signé un partenariat avec le Centre des monuments nationaux. L’établissement deviendra un lieu de visite, avec librairie, boutiques, restaurant, café et salon de thé. Les travaux, d’une valeur totale estimée à 3,2 millions d’euros, débuteront courant 2019.

Le CIC renouvelle pour trois ans son mécénat envers le musée de l’Armée, pour soutenir sa politique culturelle et patrimoniale.

Le musée Bonnard lance jusqu’au 22 avril 2019 une campagne de financement participatif sur Commeon pour acquérir l’œuvre du peintre Nu orange. Le tableau est actuellement conservé dans une collection américaine.

Appels à projets et remise de prix

L’association Yon remporte le premier prix national des Trophées des Associations de la Fondation EDF pour le projet Kanawa SxM en faveur de la protection du littoral à Saint-Martin. L’île a en effet été durement touchée par l’ouragan Irma.

Groupama lance en partenariat avec Ulule le programme « Nos engagements vélo par Groupama » pour soutenir les projets de vélo solidaire. Les initiatives retenues bénéficieront d’un soutien financier sous forme d’abondement dans la limite de 1 000 euros par projet.

Les candidatures au Prix Femmes en Chœur Dr Pierre Ricaud 2019 sont ouvertes. Lancé en partenariat avec le magazine féminin Femme actuelle, il récompense les femmes engagées via une dotation financière (1er prix : 10 000 euros). Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 18 mai 2019 sur le site Dr Pierre Ricaud.

La quatrième édition du concours vidéo national Grand Angle de la Fondation MAIF est maintenant ouverte. Amateurs ou professionnels, vous avez jusqu’au 29 avril 2019 pour soumettre vos courts-métrages (1 minute). Le thème de l’édition 2019 est la voiture autonome. Un prix sous forme de dotation financière récompensera les meilleures réalisations.

Éducation et insertion

La Fondation Orange a remis un chèque de 17 000 euros aux écoles sinistrées par les inondations dans l’Aude pour financer le rachat de matériel pédagogique.

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au Numérique, a inauguré une nouvelle antenne d’Emmaüs Connect à Strasbourg. L’association entend lutter contre la fracture numérique en mettant à disposition du public en situation de précarité du matériel informatique et en proposant des formations à son utilisation.

En région PACA, l’association d’aide aux jeunes travailleurs (AAJT) travaille en partenariat avec les entreprises locales pour accompagner chaque année 1 000 jeunes de 15 à 30 ans récemment immigrés afin qu’ils deviennent autonomes. L’association leur propose des formations en alternance, des stages, des cours d’apprentissage du français et un accompagnement administratif.

 

Citoyenneté et solidarité

ADRÉA Mutuelle renouvelle pour deux ans son partenariat avec l’Institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe. La mutuelle contribue au programme « Mieux vivre le cancer », dispositif d’accompagnement et de soutien complémentaire aux soins que reçoivent les patients, pour améliorer leur qualité de vie à travers notamment des activités sportives, artistiques, un accompagnement socio-esthétique.

14 chefs de renom, dont 8 étoilés, conçoivent un dîner gastronomique au Palais des Papes d’Avignon le 26 avril prochain. Parrainé par l’animateur Frédéric Lopez, le dîner de gala aura lieu au profit de l’association humanitaire Partage dans le monde pour financer un dispensaire au Népal. Les réservations sont déjà ouvertes.

La 9e édition de la Semaine européenne de la jeunesse se tient du 29 avril au 5 mai 2019 sur le thème « La démocratie et moi ». Initiée par les institutions européennes, elle cherche à explorer toutes les formes d’engagement et de citoyenneté des jeunes Européens.

François Marien, ancien candidat de l’émission Un dîner presque parfait, ouvre au mois de mai 2019 dans le quartier Vauban à Lille le restaurant Inclusion, pour rapprocher la gastronomie et tous les publics. Le restaurant, 100 % inclusif, proposera des plats locaux et de saison à petits prix, pour les personnes à faibles revenus, comme les étudiants. François Marien souhaite également y mettre à disposition des protections périodiques, pour lutter contre la précarité menstruelle.

Quel risque fait courir le retrait de l’Article 61 de la Loi Pacte qui permettait aux entreprises d’inscrire leur raison d’être dans leurs statuts ? Antonella Cellot-Desneux, déléguée générale du réseau Les entreprises pour la cité répond dans un article publié dans Les Échos.

Plus de 124 000 ont déjà signé la pétition de Marine Lacautre, une jeune femme de 24 ans originaire de Poitiers, pour demander à McDonald’s de mettre en place une politique Zéro Déchet dans l’ensemble de ses restaurants en France.

 

Lyon : soirée « Ashoka Talks : devenir acteur du changement » sur l’éducation

Lyon : soirée « Ashoka Talks : devenir acteur du changement » sur l’éducation

Le 11 avril 2019, l’ONG Ashoka organise une soirée « Ashoka Talks : devenir acteur du changement » pour donner la parole à ceux qui dessinent l’éducation de demain à la Maison de la Danse de Lyon. Des experts de l’éducation comme Aurélien Barrau, les   lauréats nationaux 2018 du concours d’éloquence Eloquentia et des membres du projet Blue Turn (expérience unique et interactive de la Terre) seront présents pour réfléchir au rôle que chacun peut tenir pour élaborer une expérience éducative propice au développement des talents.

 

 

1 200 spectateurs sont attendus pour réfléchir à l’éducation de demain

 

Les 1 200 spectateurs seront invités à vivre une expérience inspirante, artistique et immersive et à réfléchir au rôle que chacun d’entre nous peut jouer, à Lyon et ailleurs, pour contribuer à l’émergence d’une expérience éducative dans laquelle chacun peut développer les talents pour  devenir pleinement auteur de sa vie, et acteur d'une société en mouvement.

Au programme de cette soirée , animée par Karla Pollux, chorégraphe et interprète :


- Témoignage d’Aurélien Barrau, astrophysicien, à l’origine de l’« Appel de 200 personnalités pour sauver la planète »
- Diffusion de l’expérience BlueTurn, une expérience unique et interactive de la Terre totalement éclairée, en rotation, vue depuis de l'espace
- Témoignage de François Taddei, fondateur du Centre de Recherches Interdisciplinaires, auteur de l’ouvrage  Apprendre au XXIe siècle, publié aux éditions Calmann Levy
- Battle d’éloquence par les lauréats nationaux 2018 du concours d’éloquence Eloquentia
- Et beaucoup d’autres interventions d’experts, d’innovateurs, de jeunes, de professeurs, qui vivent dès aujourd’hui, l’éducation de demain...
 

Lien d’inscription : http://bit.ly/AshokaTalks

 

Tarifs : 5 euros (réduit) -10 euros (normal)

 

Adresse : Maison de la danse, 8 Avenue Jean Mermoz, 69008 Lyon

 

Ashoka est une ONG, un réseau d’acteurs de changement, qui agit en faveur de l’innovation sociale. Depuis 2018, à Lyon, aux côtés d’organisations locales, nationales et internationales, cette association contribue à créer une dynamique de coopération entre tous les acteurs impliqués dans des projets d’apprentissage (institutions, collectivités, établissements scolaires et universitaires, associations, entreprises...) sur le territoire.

L’objectif ? Assurer à chaque habitant de la région lyonnaise, jeune ou moins jeune, d’avoir accès à des opportunités de développement des compétences, de création et  de rencontres.

 

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat média.


 

[QUOI DE NEUF ?] Actualités, évènements du mécénat et des assos (22-31 mars)

[QUOI DE NEUF ?] Actualités, évènements du mécénat et des assos (22-31 mars)

Quelle est l’actualité du mécénat et du non-profit ces prochains jours ? Carenews vous présente l’actualité solidaire, les évènements, remises de prix ou encore appels à projets qui rythment le calendrier du secteur de l’intérêt général, de la philanthropie et de la RSE.


 


 

Vendredi 22 mars 2019

 

Lancement de la Semaine du Don en Nature par ADN France pour sensibiliser le grand public aux dons non alimentaires. La soirée annuelle 2019 est dédiée aux enfants en situation de précarité.

 

Journée mondiale de l’eau.

 

Dimanche 24 mars 2019

 

Yellow Run, course solidaire organisée par l’AMFE, association de parents d’enfants malades du foie, au parc des Buttes Chaumont à Paris.

 

Dimanche 24 et lundi 25 mars 2019


 

Startup for kids organisée en partenariat avec la direction du numérique du ministère de l’Éducation nationale à l’École 42.. L’édition 2019 est consacrée à l’inclusion scolaire. L’évènement est gratuit et ouvert au grand public et aux scolaires.

 

Lundi 25 mars 2019

 

Lancement de la Semaine de l’ESS à l’école, évènement national s’adressant aux élèves, aux professionnels de l’ESS et aux équipes pédagogiques pour promouvoir l’économie sociale et solidaire.

 

Fin de l’appel à talents de la Fondation Schneider Electric et Ticket for Change pour une énergie accessible à tous.

 

Mercredi 27 mars 2019

 

33e édition de la Course du cœur, de Paris à Bourg Saint Maurice Les Arcs : 4 jours et 4 nuits de course à pied en relais pour sensibiliser le grand public au don d’organes.

 

Journée nationale du sport et du handicap pour promouvoir et développer le sport adapté. Suivez sa programmation sur les réseaux sociaux avec #JNSH2019.

 

Jeudi 28 mars 2019

 

Journée d’échanges et de rencontres ouvertes à tous organisée par RespectOcean à l’occasion de son assemblée générale avec déjeuner-débat, visites et ateliers.

 

Soirée annuelle d’ADN France à Paris, à l’occasion de la Semaine du Don en Nature. L’évènement est dédié aux enfants en situation de précarité.

 

Vendredi 29 mars 2019

 

Fin de l’appel à projets « Graines d’entrepreneurs » lancé par la Fondation Entreprendre pour soutenir les acteurs de l’éducation, de l’orientation et de la formation professionnelle qui accompagnent les jeunes dans leur projet professionnel.

 

Fin de l’appel à projets du club d’entreprises Mécène et Loire pour récompenser les initiatives d’intérêt général valorisant le territoire du Maine-et-Loire.

 

Samedi 30 mars 2019

 

Earth Hour, journée mondiale de mobilisation citoyenne pour la planète organisée par WWF.

 

Fin de l’appel à projets de la Fondation Lire et Comprendre pour prévenir l’illettrisme et le décrochage scolaire dès la classe de CP.

 

Dimanche 31 mars 2019

 

Fin de mars bleu, mois national de mobilisation au cancer colorectal.

 

Fin de l’appel à projets de la Fondation TFC aux Oscars du Mécénat 2019 pour mettre à l’honneur et soutenir les initiatives sportives et solidaires mises en œuvre dans le Grand Toulouse.

 

Wamiz run, course solidaire et « dog-friendly » organisée au bois de Vincennes à Paris par Wamiz au profit de l’École de chiens guides de Paris.

[CHIFFRE] 21 280 salariés de France ont fait un micro-don sur salaire en 2018

[CHIFFRE] 21 280 salariés de France ont fait un micro-don sur salaire en 2018

L’entreprise sociale microDON, qui fête ses dix ans, vient de publier son Baromètre 2019 du micro-don sur salaire (ou arrondi sur salaire), une forme particulière de micro-don qui consiste, pour les salariés volontaires d’une entreprise, à faire un don au profit d’une association sur leur net à payer. Cette nouvelle forme de don s’installe progressivement dans les entreprises françaises.

 


 

Les grandes entreprises de plus en plus séduites par le concept

 

En un an, selon le Baromètre 2019 du micro-don sur salaire publié par microDON, 85 nouvelles entreprises françaises ont mis en place ce dispositif pour leurs salariés. Si ce nombre est moins important que les années précédentes (+ 88 entreprises en 2017, + 106 en 2016), il s’agit cette fois d’une majorité de grandes entreprises (employant plus de 1 000 salariés) : Carglass, Rémy Cointreau, la MGEN ou encore Saint-Gobain, font partie des nouveaux participants de l’année 2018.

 

21 280 salariés, soit 7 051 de plus que l’année dernière (+49,5 %), s’engagent désormais avec un arrondi sur salaire ou une somme fixe par mois sur leur net à payer. La collecte a ainsi été doublée en deux ans. microDON a enregistré exactement 979 131 euros de micro-dons sur salaire collectés en 2018 (contre 644 848 euros en 2017). Le don moyen a également augmenté, s’élevant à 2,60 euros par mois par salarié (contre 2,51 euros en 2017).


 

Un moyen d’engager les salariés dans la stratégie RSE

 

Comment expliquer cet engouement pour l’arrondi sur salaire ? La principale explication, pour Elisabeth Hugot, directrice commerciale don sur salaire chez microDON, est stratégique : « Le micro-don sur salaire est pour les grandes entreprises un moyen d’engager facilement un grand nombre de collaborateurs dans la durée, ce qui contribue fortement à leur RSE », explique-t-elle. Une stratégie intéressante, alors que, selon une étude menée par microDON en 2017, seulement 26 % des salariés affirment se sentir impliqués ou sollicités dans les actions mécénat de leur entreprise.

 

Au total, 140 associations ont pu être soutenues en 2018 grâce aux sommes récoltées avec l’arrondi sur salaire, soit 39 % de plus qu’en 2017. En tête du classement, l’association de solidarité internationale et de protection de l'environnement Planète Urgence, membre du groupe SOS, a récolté plus de 146 000 euros. Viennent ensuite, l’association Aide et Action, avec plus de 66 000 euros, et la fondation pour l’éducation Epic, avec presque 44 000 euros.

 

[PODCAST 4] Sophie Vannier, La Ruche : « Accompagner tous les entrepreneurs »

[PODCAST 4] Sophie Vannier, La Ruche : « Accompagner tous les entrepreneurs »

Pour ce 4e épisode du podcast Changer la norme, nous avons rencontré Sophie Vannier, présidente de La Ruche, un réseau d’incubateurs en France qui accompagne des porteurs de projet mus par l’entrepreneuriat social, la technologie digitale, l’artisanat et la culture. La Ruche réunit aujourd’hui une communauté apprenante de plus de 1 000 entrepreneurs avec 7 espaces de coworking en France.

 

Un réseau d’incubateurs dédié à l’innovation sociale

 

Ne pas avoir de « réseau » comme on dit ou ne pas avoir suivi de grandes études sont loin d’être des barrières pour futurs entrepreneurs. C’est en tout cas la conviction du réseau d’incubateurs La Ruche, né en 2008. « Il faut accompagner tous les entrepreneurs qui ont une idée ou identifié une idée même quand ils n’ont pas encore de statut ou de structure », explique Sophie Vannier, présidente de La Ruche. Leur credo : chaque acteur peut avoir un impact social, sociétal ou environnemental.

 

Avec 7 espaces de coworking en France, soit plus de 500 mètre carrés, une permanence juridique, un accompagnement stratégique, des conférences et un réseau de clients et d’expert potentiels, La Ruche propose des programmes d’incubation de 6 à 12 mois.

 

83 % de taux de survie à 3 ans pour les entrepreneurs incubés

 

« 83 % des entrepreneurs accompagnés existent encore après 3 ans. Nous les accompagnons dès le début avec une vraie ingénierie et de vrais réseaux », précise Sophie Vannier avant d’ajouter : « Une quinzaine de grandes entreprises collaborent avec nous grâce au mécénat, aux appels à projets et aux programmes d’accompagnement. »

 

Dans ce secteur, les femmes se font plus rares. « Il faut aller les chercher », explique Sophie Vannier. La Ruche a lancé un programme spécifique appelé « les audacieuses » pour encourager les femmes, moins présentes dans les dispositifs d’accompagnement non genrés, à entreprendre.


 

Comment fonctionne La Ruche ? Quels accompagnements apportent-ils aux entrepreneurs ? Comment se différencie La Ruche des autres incubateurs ? Retrouvez toutes les réponses dans ce second épisode du podcast de Carenews, Changer la norme !

21 mars : la journée internationale des forêts

21 mars : la journée internationale des forêts

En 2012, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 21 mars Journée internationale des forêts (JIF). L’occasion de réveiller les consciences sur les enjeux autour de cette ressource essentielle – mais fragile – du développement durable. Jusqu’au 24 mars, plus de 720 évènements ouverts à tous auront lieu partout en France pour valoriser, faire découvrir et célébrer la forêt, l’arbre et le bois. En France, c’est l’association Teragir qui coordonne la JIF avec le soutien de nombreux partenaires depuis la création de l’édition française en 2014.

 

 

L’Empreinte Forêt : un constat alarmant

 

Quatrième pays le plus boisé de l’Union Européenne, la France dispose d’un patrimoine forestier considérable, souvent méconnu du grand public. La forêt possède à la fois une fonction économique avec plus de 350 000 emplois qui en dépendent en France, une fonction sociale pour y pratiquer les loisirs et les sports avec 11 000 km de sentiers de randonnée ainsi qu’une fonction écologique essentielle puisque les forêts protègent les sols, améliorent la qualité de l’eau, abritent et protègent plantes et animaux.

 

Pourtant, il faut en moyenne en déboiser l’équivalent de 350 m2 pour répondre aux habitudes annuelles de consommation d’un Français, selon l'étude de WWF et de Envol vert parue en novembre 2018. À l’échelle internationale, la déforestation est une cause majeure de perte de la biodiversité, en plus d’être responsable de 11à 17 % des émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines. Selon, l’ONG Envol vert, les forêts mondiales – en particulier tropicales – disparaissent à un rythme alarmant. Créée en 1990 par Nicolas Hulot, la Fondation pour la Nature et l'Homme s’est donné pour mission de soutenir des initiatives environnementales en France et à l’international comme des projets de sauvegarde des primates et des forêts qui les abritent. À travers le programme Rajako, la Fondation soutient l’ONG l’Homme et l’Environnement qui œuvre depuis 1993 à protéger l’exceptionnelle biodiversité malgache menacée par la déforestation. Dans le cadre de sa stratégie RSE, le Crédit Agricole Assurances s’engage à planter 500 000 arbres par an en partenariat avec Plantons pour l’Avenir et Reforest’Action. Cette dernière est également partenaire de la chaîne Ushuaïa TV qui souhaite planter 1 000 arbres via différents projets à travers le monde.

 

« La Forêt s’invite à l’École »

 

Depuis 2016, les écoles, établissements scolaires et d’accueil périscolaires sont invités à organiser durant l’année scolaire un parcours pédagogique afin de présenter la gestion durable et la multifonctionnalité des forêts à leurs élèves. Des plants d’arbres et/ou d’animation de forestiers pourront être également être proposés pour les accompagner.

 

Des fondations d’entreprises engagées pour protéger les forêts

 

Du côté des entreprises, certaines fondations ont fait le choix de protéger le poumon vert de la planète. Depuis sa création en 2016, la Fondation Maisons du Monde, sous l’égide de la Fondation pour la Nature et l’Homme, soutient des projets pour revaloriser le matériau bois en France et en Europe et préserver des forêts et leur biodiversité dans les pays du Sud. La Fondation Maisons du Monde organisait les 8 et 9 juin 2018 « Aux arbres ! », un évènement dédié à la protection des forêts, en présence de nombreux acteurs nationaux et internationaux du secteur. Depuis sa création en 2014, le Fonds de dotation Plantons pour l'avenir a quant à lui permis grâce au soutien de plus de 70 entreprises mécènes de planter plus d’un million d’arbres. À une échelle locale, la Fondation Pierre et Vacances Center Parcs et l’association Planète Mer ont signé un accord pour accompagner les populations et les acteurs locaux dans une meilleure préservation de leur territoire littoral sur le territoire de Saint-Malo/Côte d’Émeraude. D’autres partenariats de mécénat ont vu le jour comme celui de la GMF et les Parcs Nationaux de France sur le thème  La nature en partage » qui, depuis 2008, vise à faciliter l’accès à la nature, soutenir des opérations de préservation et de restauration de la biodiversité et accompagner les jeunes de moins de 26 ans réalisant un service civique au sein des parcs. En moins de dix ans, cette entreprise française du secteur de l'assurance a soutenu plus de 80 projets portés par les agents des parcs nationaux.

 

Les bienfaits des arbres : les découvrir grâce à des documentaires ou des livres

 

Sorti en 2017, le documentaire pédagogique  L’intelligence des arbres tiré du livre best seller La Vie secrète des arbres, montre que les arbres sont des êtres sociaux, qui communiquent et se soutiennent entre eux par le système racinaire. Plus récemment, dans son dernier ouvrage, Les bienfaits des arbres (Éditions du chêne, 2018), Christophe De Hody invite les lecteurs à redécouvrir les propriétés culinaires des arbres. Il décrit également les propriétés nutritives et médicinales d’une vingtaine d’arbres parmi les plus communs de nos forêts européennes. Ces productions nous incitent finalement à porter un autre regard sur les forêts qui nous entourent !


 

 

 

[HORS-FRONTIÈRES] Le Kenya, pays le plus généreux d’Afrique ?

[HORS-FRONTIÈRES] Le Kenya, pays le plus généreux d’Afrique ?

Dans sa rubrique mensuelle Hors-Frontières, Carenews vous en apprend plus sur la philanthropie et l'organisation du mécénat dans un pays, en Europe ou ailleurs dans le monde. Cap aujourd'hui sur l'Afrique. Si le nom du Kenya peut d’abord évoquer les plaines du Parc National du Serengeti, ce pays d’Afrique de l’Est s’est imposé ces dernières années comme l’un des hubs de l’Afrique. Et comme le plus généreux ?

 

 

 

Le Kenya, un poid lourd économique

 

Grand comme la France (580 000 km2), le Kenya est néanmoins bien moins peuplé (42 millions d’habitants). Indépendant depuis 1963 après plusieurs décennies de tutelle perse, portugaise, allemande puis britannique, la jeune république est secouée dans les années 1990 puis 2000 par plusieurs attentats suivis de cycles de violence pré et post-élections.

Malgré cette instabilité, le Kenya s’impose comme le poids lourd économique de l’Afrique de l’Est. Sans ressources naturelles importantes, le pays s’est bâti une économie diversifiée : industrie, tourisme, agriculture ou encore services permettent au pays de faire face plus facilement aux différentes crises et retournement de conjoncture.

 

La population la plus généreuse d’Afrique

 

Malgré un contexte local mouvant, le Kenya s’est imposé l’année dernière comme le pays d’Afrique le plus généreux selon le CAF World Giving Index (8e mondial) devant le Nigeria et le Liberia. Les Kényans déclarent ainsi à 72 % avoir aidé un étranger, 46 % avoir donné de l’argent, 45 % avoir donné de leur temps. Si le pays a été touché par d’importantes sécheresses et inondations en 2018, ces bons résultats sont loin de n’être que conjoncturels : le Kenya se classait 3e en 2017. Une dynamique qui explique que le premier Giving Tuesday s’est tenu en 2015 dans le pays.

En plus de cette générosité partagée, le Kenya, 3e économie d’Afrique subsaharienne a vu une classe supérieure se développer. Ayant parfois fait des études aux USA ou au Royaume-Uni, ces entrepreneurs ont été sensibilisés aux questions de philanthropie. En 2012, Forbes identifiait ainsi plusieurs philanthropes comme Naushad Merali ou Manu Chandaria (avec des dons estimés à 1,2million de dollars chacun pour la construction de deux hôpitaux).

 

Une RSE et un mécénat d’entreprise à géométrie variable

 

Si les Kenyans sont généreux, il est en revanche beaucoup plus difficile de jauger de la maturité des acteurs économiques sur le sujet. En effet, les quelques études à disposition indiquent clairement un manque de structuration. Un article de recherche de 2009 sur les pratiques de publicités des démarches RSE des entreprises cotées au Nairobi Stock Exchange pointait plusieurs axes d’amélioration. « Extrême diversité dans la forme et la nature » des informations mise à disposition du public, « publicité des démarches RSE sur mesure et de nature auto-promotionnelle », les auteurs ne sont pas tendres.

Il faut pourtant nuancer le tableau : plusieurs entreprises ont créé une fondation alors même qu’il n’existe pas de cadre légal spécifique pour la philanthropie d’entreprise au Kenya : les incitations fiscales sont les mêmes pour les individus que pour les entreprises. Cependant, certains secteurs (industrie minière, paris et loteries) doivent, de par la loi, donner une partie de leurs revenus. Au-delà d’un contexte moyennement incitatif, les avantages existants sont mal connus, plusieurs rapports pointaient que « peu d'organisations connaissent les dispositions légales de base concernant l'exonération fiscale ».  

 

Une structuration balbutiante et des données encore éparses

 

Au final, la générosité au Kenya reste largement informelle ce qui pose problème lorsque l’on souhaite, comme le voudrait cet article, donner une vision d’ensemble de la philanthropie du pays. Ainsi, le travail d’organisations de référence comme le East Africa Philanthropy Network est avant tout tourné vers la collecte de données et la structuration d’un complexe philanthropique encore largement dans les limbes dans la région. L’Ouganda, la Tanzanie ou le Rwanda sont peu outillés tandis que le Kenya Philanthropy Network revendique le chiffre honorable de 60 organisations membres.

Il existe pourtant de belles histoires et des initiatives de pointe : la Kenya Community Development Foundation (KCDF), créée en 1997, a notamment développé un modèle de « community development ». La KCDF accompagne les communautés dans la structuration de programmes de développement locaux via la mobilisation des ressources locales et le conseil stratégique. La fondation revendique l’accompagnement de 20 communautés dans la constitution d’endowment funds pour une dotation cumulée d’environ 1,3 million de dollars.

 

Dans un pays où la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté et qui devrait voir sa population urbaine tripler d’ici 2050, les défis sont nombreux. Néanmoins, une culture du don partagée et quelques acteurs en pointe sur la question de la philanthropie seront des éléments clés à mobiliser dans la transformation du Kenya.

 

Schneider Electric Marathon de Paris s’annonce durable et solidaire

Schneider Electric Marathon de Paris s’annonce durable et solidaire

Le 14 avril 2019, ils seront des milliers de coureurs à se confronter aux 42,195 km du célèbre Marathon de Paris. Schneider Electric, sponsor de l'événement, souhaite mobiliser l’ensemble des coureurs et être exemplaire dans sa politique de gestion des déchets pour un marathon solidaire & neutre en carbone.

 

Schneider Electric lance un appel aux Green Runners

Les Green Runners rejoindront la communauté des collaborateurs et des clients de Schneider Electric ayant adopté des réflexes durables dans leur préparation du Marathon.

Avec le programme Green Runners, les coureurs peuvent bénéficier de conseils, d’informations pratiques et participer en ligne à des défis hebdomadaires comme ramasser ses déchets pendant sa course. À chaque fois que les Green Runners auront économisé 65 kg de CO2 grâce à ces défis, Schneider Electric fera don d'une lanterne solaire Mobiya, d'un four à bois amélioré et de 10 graines de palétuviers à ses ONG partenaires en Afrique et en Asie de l'Est.

Le Groupe s’est également engagé depuis 2016 à compenser toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par les déplacements de tous les coureurs et l’organisation l’évènement auprès de Livelihood,un organisme spécialisé dans la compensation carbone grâce à un projet déployé au Kenya. En effet, c’est un territoire symbolique ; le Kényan Paul Lonyangata a remporté le marathon de Paris l’an dernier. En 2017, 70% de GES compensés, 80% en 2018.

 

Courir aux couleurs d’une association ou d’une fondation

 

Courir avec un “dossard solidaire” pour une association ou une fondation, c’est lui permettre de gagner en visibilité et de lever des fonds. Courir pour une association lui garantie son inscription au marathon en évitant la précipitation de l’ouverture des inscriptions. La Fondation Arc pour la recherche sur le cancer, les Restos du Coeur, Le Rire Médecin et Mécénat Chirurgie Cardiaque sont partenaires caritatifs. Chaque coureur est invité à collecter a minima 800 euros pour l’une de ces associations. L’an dernier, les Restos du Coeur ont pu récolter 10 298,20 €. Parallèlement, dans une démarche plus inclusive, des collaborateurs de Schneider Electric et d'autres bénévoles accompagneront des personnes en fauteuil roulant.

 

Un  objectif zéro déchet et 100% recyclage

 

“0 déchet sur la chaussée”, c’est le pari que fait, cette année, le Schneider Electric Marathon de Paris. Chaque année, Vittel fournit près de 560 000 bouteilles d’eau 100% recyclable aux marathoniens. Afin d’éviter de les retrouver dans la nature, un dispositif complet de collecte est mis en place. Un programme de réduction des emballages est également mis en place depuis 2017 afin de réduire de 75% la quantité d’emballages utilisée. Cela concerne principalement les denrées nécessaires aux stands de ravitaillement –  livrées en vrac.

 

 

 

[AÀP] Eau : la Fondation Caisse d’Epargne Rhône-Alpes lance son appel à projets

[AÀP] Eau : la Fondation Caisse d’Epargne Rhône-Alpes lance son appel à projets

Alors que se profile la journée mondiale de l’eau le 22 mars prochain, la Fondation d’entreprise Caisse d'Epargne Rhône-Alpes vient de lancer son quatrième appel à projets pour la préservation de la ressource en eau. Son objectif ? Accompagner des actions environnementales liées à l’eau dans le Rhône, l’Ain, l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie. Les dépôts des candidatures sont possibles jusqu’au 30 juin 2019.

 

 

La Fondation d’entreprise Caisse d’épargne Rhône-Alpes



Depuis sa création en 2010, la
Fondation d’entreprise Caisse d’Epargne Rhône Alpes s’oriente autour du social, de l'entrepreneuriat et de l'environnement pour mener à bien des actions solidaires sur le territoire rhônalpin. Dans ces trois domaines, 136 projets ont pu être financés par la fondation en 2018, pour un montant d’environ 2,8 millions d’euros.

 

Financer des projets en lien avec la préservation de la ressource en eau

 

Soucieuse de préserver la ressource en eau, la Fondation Caisse d'Epargne Rhône-Alpes soutient déjà le fonds de dotation Montagne Vivante destiné à préserver la ressource en eau en montagne grâce à plusieurs initiatives : l’Université des Alpes, le Prix Jeunes Chercheurs Alpins et les États Généraux de l’Eau en Montagne. Avec le lancement de ce 4e appel à projets, tout porteur de projets qui mène une action environnementale liée à l’eau au sein des départements de l’Ain, de l’Isère, du Rhône, de la Savoie et de Haute Savoie, pourra déposer un dossier de candidature jusqu’au 30 juin 2019. Dans un communiqué, celle-ci précise que cet appel est ouvert « uniquement à des structures ou des organismes d’intérêt général habilités à émettre des reçus fiscaux et qui n’ont pas bénéficié d’une aide de la fondation au cours des 24 derniers mois ». Les lauréats de cet appel à projets seront annoncés en novembre 2019 et pourront bénéficier d’un soutien via un don en mécénat.



 

L'information en direct des associations et des mécènes