Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

« We Positive Invest », le nouveau fonds RSE du Crédit Mutuel Arkéa

« We Positive Invest », le nouveau fonds RSE du Crédit Mutuel Arkéa

[LU VU ENTENDU] Le discours d'Emmanuel Faber en faveur de la justice sociale

[LU VU ENTENDU] Le discours d'Emmanuel Faber en faveur de la justice sociale

[D'AILLEURS] L'AFD invite la Fondation Gates à soutenir ses actions au Sénégal

[D'AILLEURS] L'AFD invite la Fondation Gates à soutenir ses actions au Sénégal

Devoteam nouveau mécène du Palais de Tokyo

Devoteam nouveau mécène du Palais de Tokyo

Le mécénat à l’heure du football avec Sport dans la Ville

Le mécénat à l’heure du football avec Sport dans la Ville

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

La doctrine fiscale sur les dons aux associations d'intérêt général clarifiée

La doctrine fiscale sur les dons aux associations d'intérêt général clarifiée

Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, et Christian Eckert, secrétaire d’État chargé du Budget, ont récemment fait part de leur volonté de clarifier la doctrine fiscale relative aux dons aux associations d'intérêt général. Cette initiative visant à assurer une meilleure sécurisation du traitement fiscal de ces sommes.

Organisme d'intérêt général : des conditions à respecter

Cette volonté de clarification de la doctrine fiscale fait suite à un rapport établi par Yves Blein, député du Rhône. Pour rappel, afin de pouvoir être qualifiée « d'intérêt général », et donc de pouvoir percevoir des dons ouvrant droit à une réduction d'impôts, une association est tenue de remplir plusieurs conditions. Dont :

ne pas agir dans un but lucratif ;

avoir une gestion désintéressée ;

ne pas fonctionner au profit d'un cercle restreint de personnes.

C'est précisément sur la notion fiscale de « cercle restreint » que porte le rapport de M. Blein.

Le cercle restreint, une notion fiscale à préciser

Selon le député,  la notion de « cercle restreint » pose de grandes difficultés d'appréciation de la condition d'intérêt général d'un organisme par les services des finances publiques. Or, la qualification d'une association comme étant « d'intérêt général » a une incidence directe sur le montant des dons effectués par les particuliers. Il est donc essentiel de clarifier cette notion et de modifier la doctrine administrative, afin d'établir des principes clairs, applicables à tous sans possibilité de mauvaise interprétation par l'administration fiscale. Michel Sapin et Christian Eckert ont répondu positivement à cette demande, qui permettra de renforcer la sécurité juridique au profit des associations et de lutter contre les dérives.

 

Source

[LA MINUTE MÉCÉNAT] Xavier Delsol, Avocat associé du Cabinet d’avocats Delsol

[LA MINUTE MÉCÉNAT] Xavier Delsol, Avocat associé du Cabinet d’avocats Delsol

[D'AILLEURS] L'AFD invite la Fondation Gates à soutenir ses actions au Sénégal

[D'AILLEURS] L'AFD invite la Fondation Gates à soutenir ses actions au Sénégal

Déjà engagée dans divers travaux visant à restructurer en profondeur la ville sénégalaise de Pikine, à proximité de Dakar, l'Agence française de développement souhaite renforcer sa collaboration sur le terrain avec la Fondation Bill et Melinda Gates.

Des travaux de restructuration vitaux pour le futur de Pikine

Pikine, 2ème ville la plus peuplée du Sénégal, fait actuellement l'objet de travaux titanesques. Marquée par une population très pauvre et un terrain majoritairement inondable, elle peut à la fois compter sur les autorités locales et des organismes extérieurs, comme l'Agence française de développement (AFD), pour l'aider à assurer son futur. Très investie, l'AFD participe notamment aux travaux d'assainissement de la ville, au développement d'infrastructures scolaires et sociales, et à un projet de TER (Train Express Régional) destiné à désengorger l'agglomération. Rémy Rioux, directeur de l'AFD depuis à peine plus d'un mois, a d'ailleurs tenu à se rendre rapidement sur place après sa nomination, afin de constater les actions en cours.

L'AFD, la Fondation Gates et l'Afrique, une longue histoire

Afin de faire rapidement avancer les choses, Rémy Rioux compte mettre à contribution ses différents partenaires. À commencer par la Fondation Bill et Melinda Gates, déjà présente en Afrique aux côtés de l'AFD depuis plusieurs années. Dotée d'une forte expérience sur le continent et de larges capacités financières, avec 40 milliards de dollars d'actifs, la fondation du milliardaire américain a été conviée à prendre part à un volet pédagogie / éducation mené par l'AFD à Pikine, destiné à former les populations locales à la gestion des nouveaux équipements dont ils disposeront bientôt. De passage à Paris fin juin dernier, Bill Gates s'est d'ores et déjà entretenu avec les dirigeants de l'AFD, afin d'élargir la coopération entre son organisation et l'agence gouvernementale.

[LU VU ENTENDU] Le discours d'Emmanuel Faber en faveur de la justice sociale

[LU VU ENTENDU] Le discours d'Emmanuel Faber en faveur de la justice sociale

En tant qu'ancien diplômé d'HEC, Emmanuel Faber a eu l'honneur de participer à la cérémonie de remise des diplômes 2016. Il en a profité pour tenir un discours prônant la justice sociale, devant la future élite financière française. Des propos pour le moins étonnants dans ces circonstances.

Un discours loin des conventions, sur fond d'histoire personnelle

Les notions d'éthique et de business peuvent-elles faire bon ménage ? C'est en tout cas ce que croit fermement Emmanuel Faber. Le PDG de Danone a annoncé la couleur inhabituelle de son discours dès la première phrase : « Si vous attendez un discours de référence intellectuelle, vous allez être déçus. » Au cours de son intervention, Emmanuel Faber s'est référé à son frère, atteint d'une schizophrénie lourde et décédé il y a quelques années, pour expliquer sa vision de l'entreprise et de l'économie. Ce frère lui a notamment permis de découvrir « la beauté de l’altérité » et l'importance de la justice sociale.

Quand un patron du CAC 40 défend une économie humaniste

Emmanuel Faber est arrivé à la tête de Danone en 2014. Patron du CAC 40 atypique, il a pour ambition de « réconcilier l’économique et le social en défendant une approche humaniste de l’entreprise », comme le résumait l'Expansion en février dernier. Il est notamment à l'origine de la rencontre entre Franck Riboud, ex-PDG de Danone, et Muhammad Yunus, entrepreneur bangladais devenu depuis Prix Nobel de la Paix. Rencontre qui a donné naissance à Grameen Danone, une entreprise sociale ayant pour projet d'améliorer la santé des enfants au Bangladesh grâce à un yaourt enrichi en micronutriments. Si certains observateurs critiquent le bien-fondé des convictions d'Emmanuel Faber et l'accusent d'avoir pour priorité absolue la performance de son entreprise, on ne peut que remarquer sa vision originale de l'économie.

 

Lire l’article de Libération

« We Positive Invest », le nouveau fonds RSE du Crédit Mutuel Arkéa

« We Positive Invest », le nouveau fonds RSE du Crédit Mutuel Arkéa

Le Crédit Mutuel Arkéa lance un nouveau fonds d'investissement. Baptisé « We Positive Invest » et doté de 20 millions d'euros, il est destiné à accompagner et à financer les jeunes entreprises engagées en faveur de la transition énergétique, de l'économie circulaire et de la RSE.

Soutenir les entreprises dans les phases critiques de leur création

Fonds professionnel de capital – investissement, « We Positive Invest » est porté par Arkéa Capital, filiale du Crédit Mutuel Arkéa, et repose entièrement sur des fonds propres. Il est destiné prioritairement aux :

·      entrepreneurs en capital amorçage, ce qui correspond à la première levée de fonds afin de créer leur entreprise ;

·      entrepreneurs en capital risque, soit la phase visant à faire entrer des investisseurs dans le capital de leur entreprise pour en augmenter les capitaux.

Le Crédit Mutuel Arkéa constitue donc une belle opportunité pour les nouvelles entreprises, les fonds d'investissement privilégiant en général les sociétés dont la croissance est déjà bien lancée.

Des projets qui anticipent le futur, pour un meilleur avenir

Concernant l'objectif de « We Positive Invest », le Crédit Mutuel s'est donné un seul mot d'ordre : « épauler celles et ceux qui inventent le futur et anticipent l'avenir des territoires ». Pour bénéficier du fonds, les entrepreneurs doivent être à l'origine d'un projet portant sur la production d'énergie verte, les nouveaux modèles d'emploi ou encore l'économie des ressources. Une fois sélectionnés, ils peuvent espérer au maximum un financement de 2 millions d'euros et un accompagnement sur une période de 7 à 8 ans. En outre, « We Positive Invest » s'inscrit dans la propre politique RSE du Crédit Mutuel Arkéa, et devrait permettre au groupe de renforcer sa stratégie de responsabilité sociétale.

Le mécénat à l’heure du football avec Sport dans la Ville

Le mécénat à l’heure du football avec Sport dans la Ville

Lundi 4 juillet à Lyon, Sport dans la Ville organisait la cérémonie d’ouverture du Streetfootballworld Festival 16. 500 jeunes issus de plus de 60 pays du monde étaient présents pour participer au tournoi solidaire international et aux temps de partages interculturels exceptionnels prévus en parallèle de l’UEFA EURO 2016. Le Streetfootballworld, ONG basée à Berlin en Allemagne, est un réseau mondial regroupant de nombreuses associations qui prônent l’impact positif du football dans le monde entier, en l’utilisant comme outil de changement social. Créée en 1998 et basée à Lyon, Sport dans la Ville est la principale association d’insertion professionnelle par le sport en France, touchant près de 4 500 jeunes par an.

Philippe Oddou, co-fondateur et directeur général de Sport dans la Ville, a rassemblé pour l’occasion ses partenaires : Jürgen Griesbeck, co-fondateur et directeur du Streetfootballworld, Jacques Lambert, Président de l’UEFA Euro 2016, Jean-Michel Aulas, Président de l’Olympique Lyonnais, Georges Képénékian, premier adjoint au Maire de Lyon, et Thierry Braillard, Secrétaire d’État aux Sports.

Ce tournoi est l’événement solidaire de l’UEFA 2016, soutenu par la Fondation UEFA pour l’enfance, créée par Michel Platini. « Vous méritez d’être aidé ! » a déclaré Jacques Lambert. Jean-Michel Aulas, soutien historique et fondateur de Sport dans la Ville se dit fier « d’associer élitisme, professionnalisme et argent au cœur et à la passion ».

La soirée a également été dédiée à l’inauguration de l’Académie Job dans la Ville. Un programme qui vise à accompagner chaque jeune dès ses 14 ans, sur le chemin de la formation et de l’emploi. Trois de ces jeunes ont témoigné de leur parcours et des études qu’ils mènent aujourd’hui, grâce au soutien des mécènes. De belles histoires, des sourires rayonnants sous le regard d’Henri Lachmann, parrain et mécène de la première heure.

Animée par les journalistes sportifs Hervé Mathoux et Darren Tulett, la soirée s’est ponctuée du survol du campus par la Patrouille de France et des parachutistes de l’équipe de France. L’orchestre de l’Opéra de Lyon et les enfants de la Maîtrise de l’Opéra ont interprété la Marseillaise et l’hymne européen, l’Ode à la joie. La fête s’est terminée par un feu d’artifice grandiose de la Ville de Lyon.

Le Streetfootballworld Festival 16 a fait se rencontrer mécènes et passionnés du ballon rond au service des jeunes du monde entier et de leur avenir.

 

 

Nathalie Perrin

Directrice Associée de l’agence Co-Influence. www.co-influence.com

Co-Influence conseille et forme les organisations d’intérêt général au fundraising « grand donateur » et accompagne les entreprises et individus dans leur démarche philanthropique.

Devoteam nouveau mécène du Palais de Tokyo

Devoteam nouveau mécène du Palais de Tokyo

L’entreprise française de conseil en solutions numériques Devoteam est le mécène de la première exposition personnelle de Marguerite Humeau en France, exposition qui se tient au Palais de Tokyo depuis le 23 juin.

C’est tout d’abord le lieu en lui même qui a suscité l’intérêt de Devoteam. Le Palais de Tokyo est un centre d’art contemporain ambitieux qui présente des travaux originaux, poussés, novateurs autant que des rétrospectives sur des artistes depuis longtemps reconnu. Les locaux du Palais de Tokyo lui autorisent des expositions avant gardistes de taille importante.

Devoteam a pour ambition de participer au développement d’un monde en perpétuel mouvement, qui évolue tout le temps. « Innovation, audace et entrepreneuriat sont trois valeurs que nous portons fièrement chez Devoteam » explique d’ailleurs Stanislas de Bentzmann, co-fondateur et co-président de Devoteam. Ces trois valeurs sont reprises, sur le plan artististique, par le Palais de Tokyo et c’est pour cela que les deux structures se sont logiquement liées.

Pour ses 20 ans Devoteam a souhaité renforcé son action de mécénat et c’est pourquoi elle a décidé de soutenir la première exposition personnelle de Marguerite Humeau en France, au Palais de Tokyo. Au cœur de cette exposition, l’entreprise a retrouvé certains de ses intérêts et s’est donc sentie particulièrement avec le travail de l’artiste. Preuve est fait que l’art et la technologie numérique peuvent se retrouver et donner lieu à de belles démarches de mécénat.

 

Source

 

Crédit photo

Fondation Swiss Life : la musique pour aider les personnes malades d'Alzheimer

Fondation Swiss Life : la musique pour aider les personnes malades d'Alzheimer

Sous l'impulsion de la Fondation Swiss Life et des associations Music'o Seniors et France Alzheimer et maladies apparentées, un concert mêlant des jeunes chanteurs lyriques et 4 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer a été organisé au Musée Malraux (Le Havre) en juin.

Quand des malades d'Alzheimer deviennent chanteurs

Bien plus qu'une simple représentation musicale, le concert donné au Havre en juin dernier représente l'aboutissement d'un défi, initié par la Fondation Swiss Life et relevé par Music'o Seniors et France Alzheimer. Tout a commencé il y a 5 ans, avec l'organisation de concerts de musique lyrique en maisons d'accueil de personnes malades d'Alzheimer, visant à stimuler les patients par des airs d'opérettes. Le succès de cette initiative a conduit au lancement du projet « Ateliers d'écoute » en 2014. Épaulés par une musicothérapeute, 4 pensionnaires du centre d'accueil Les Iris au Havre ont réussi à apprendre des airs célèbres d'opéra, musique et paroles, pour les interpréter ensuite devant une centaine de spectateurs.

Un moyen de solliciter la mémoire et préserver le bien-être des patients

Cette performance aura tout de même demandé six mois de travail aux malades. Mais elle prouve l'impact positif de la musique lyrique sur la mémoire des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Selon Anne-Marie Beauvais, responsable de France Alzheimer 76 : « La musique lyrique permet de réactiver les capacités résiduelles de la mémoire avec des résultats surprenants. (...) Elle stimule, relaxe, calme la douleur, mais aussi a la capacité d'augmenter la plasticité du cerveau. » Ainsi, l'écoute de musique et le chant engendrent une expérience agréable pour les patients, qui leur permet de « s'échapper de leur quotidien, renouer avec les autres, revenir dans le monde commun à travers le partage de l'émotion », comme le résume Chantal Ardouin, directrice de l'association Music'o Seniors.

Emploi déguisé, alternative à la précarité : les dérives du service civique

Emploi déguisé, alternative à la précarité : les dérives du service civique

Lancé par le gouvernement en 2010 afin de renforcer la cohésion sociale, le service civique rencontre un vif succès. Mais si les volontaires ont à cœur de mettre leur temps à contribution, les missions constituent parfois un travail déguisé ou une échappatoire à la précarité de l'emploi.

Des missions d'intérêt général, pour développer la solidarité

Le service civique a été mis en place par le gouvernement il y a maintenant 6 ans, avec un objectif louable : « renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale » en offrant aux volontaires « l’opportunité de servir les valeurs de la République et de s’engager en faveur d’un projet collectif en effectuant une mission d’intérêt général ». Destinée aux jeunes français de 16 à 25 ans, cette initiative est basée sur le volontariat et indemnisée 573 euros net par mois. Le succès a vite été au rendez-vous : le gouvernement reçoit aujourd’hui 4 fois plus de candidatures que de missions disponibles, ce qui prouve la volonté des jeunes à s'engager pour la Nation.

Service civique : l'envers du décor

Cependant, certains observateurs alertent sur les dérives dont le service civique fait l'objet. Il n'est pas rare que les missions se transforment en emploi dissimulé. Face à la crise du financement associatif, de nombreuses petites structures considèrent les jeunes volontaires comme une main d’œuvre bon marché, qui plus est souvent diplômée. Ces derniers se voient confier des tâches courantes au sein des associations, qui devraient normalement être effectuées par un salarié classique. Par ailleurs, le service civique est de plus en plus perçu par les jeunes comme une alternative au chômage et à la précarité de l'emploi, de nombreux diplômés s’engageant faute de trouver un premier emploi qualifié.

 

Source

Donnez votre sang : il y a urgence !

Donnez votre sang : il y a urgence !

En juin dernier, L’Etablissement Français du Sang lançait un appel pour encourager les Français à donner leur sang, qu’il a renouvelé le 14 juin, lors de la Journée Mondiale du don du sang. Les réserves sont fragiles et les dons moins importants durant l’été. Il est donc urgent de se mobiliser.

Chaque minute, l’Etablissement Français du sang (EFS) collecte 19 dons de sang, qui permettent de soigner un million de malades chaque année. À l’occasion de la Journée Mondiale du don du sang le 14 juin, l’EFS a lancé un appel à la mobilisation pour le don.  " Les réserves sont basses et la situation est très fragile. Aussi, plus que jamais, chaque don compte" publiait l’organisme dans un communiqué.

L’été, la fréquentation des 132 centres de collecte est en baisse, il est donc nécessaire de se mobiliser. Pour donner, il faut avoir entre 18 et 70 ans, peser plus de 50 kg et être en bonne santé. Les hommes peuvent effectuer jusqu’à six dons par an et les femmes quatre.

Le don du sang est proscrit en cas de grande fatigue, d'anémie, de diabète insulinodépendant ou de traitement pour des crises d'épilepsie. Il est contre-indiqué chez les personnes souffrant de maladies graves, chroniques ou à rechute, chez ceux qui souffrent d’insuffisances respiratoires comme l’asthme sévère et chez ceux qui ont une maladie du cœur, des vaisseaux sanguins ou de la coagulation.

Près de la moitié des dons (46%) est destinée à soigner les patients atteints de maladies du sang et de cancers, 34% des dons sont utilisés dans le cadre d’interventions chirurgicales, 5% pour traiter des insuffisances rénales et 15% pour d’autres pathologies. En 2015, plus de 572 000 transfusions ont pu être réalisées grâce à 1, 6 millions de donneurs.

Si les hommes homosexuels peuvent donner leur sang depuis le 11 juillet 2016, ce qui permettra d’avoir 21 000 donneurs supplémentaires, les besoins restent importants. D’où la nécessité de se mobiliser.

Pour savoir où donner, rendez-vous ici.

L'information en direct des associations et des mécènes