Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[BEST OF] Les meilleures opérations solidaires pour la fête des Mères

[BEST OF] Les meilleures opérations solidaires pour la fête des Mères

La Fondation Maisons du Monde lance "Aux Arbres!" les 8 et 9 juin 2018 à Nantes

La Fondation Maisons du Monde lance "Aux Arbres!" les 8 et 9 juin 2018 à Nantes

[ENTRETIEN] Charlotte Debray, déléguée générale de La Fonda

[ENTRETIEN] Charlotte Debray, déléguée générale de La Fonda

Le Bon Hibou collecte vos pièces pour les personnes en situation de précarité

Le Bon Hibou collecte vos pièces pour les personnes en situation de précarité

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

[QUOI DE NEUF ?] Actualités & évènements du mécénat et des assos (25 mai-3 juin)

[QUOI DE NEUF ?] Actualités & évènements du mécénat et des assos (25 mai-3 juin)

L'actualité solidaire de Carenews et les évènements, conférences, remises des prix ou encore appels à projets qui vont rythmer le monde du non-profit, des associations, du mécénat, de la RSE et de l'intérêt général. 

 

 

 

 

Vendredi 25 mai 2018

 

Début des Musicales de Bagatelle, organisées par la Fondation Banque Populaire. Elles ont lieu jusqu’au 27 mai 2018 dans le Parc de Bagatelle et réunissent les musiciens soutenus par la fondation.

 

Freehand’ise Trophy, raid sportif et solidaire jusqu’au 2 juin réunissant personnes valides et en situation de handicap.

 

Samedi 26 mai 2018

 

Salon VivaTech ouvert au grand public, porte de Versailles à Paris. Rencontrez-y les acteurs de la Tech for Good.

 

Initiative océane organisée par la Surfrider Foundation Europe en partenariat avec le chef triplement étoilé Christian Le Squer à Paris. Rendez-vous sur les bords de Seine avec les équipes du Cinq et du Four Seasons Hotel George V pour ramasser les déchets qui polluent les bords du fleuve. Le nombre de places étant limité, l’inscription est fortement recommandée.

 

Collecte #RèglesdeSurvie organisée partout en France par la Fondation des Femmes au profit des femmes sans-abri dans les magasins Monoprix partenaires.

 

Première levée de fonds grand public et entreprises menée par le Fonds de dotation Kerpape. Des animations seront organisées toute la journée dans le cadre de la Fête de la Bretagne.

 

Dimanche 27 mai 2018

 

Fin de l’appel à projets de la Fondation Free pour le numérique en faveur du développement des territoires.

 

Fête des Mères (pensez à un cadeau solidaire !)

 

Lundi 28 mai 2018

 

Journée internationale pour la santé des femmes.

 

Début de la No Impact Week, une semaine d’action et de sensibilisation autour des enjeux du développement durable en entreprise.

 

Salon du handicap en entreprise au Palais des Congrès de Paris.

 

Mardi 29 et mercredi 30 mai 2018

 

Festival Déclic à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris : le festival des 12-25 ans, des enseignants et des entrepreneurs pour construire demain.

 

Mercredi 30 mai 2018

 

Journée mondiale de la sclérose en plaque.

 

Journée sans tabac.

 

23e course solidaire interentreprises à La Défense pour l’association Special Olympics France.

 

Table ronde LeadHER organisée par le MOUVES pour les femmes entrepreneures sur le thème : «  Articuler vie pro / vie privée, c’est possible ? ». Evénement gratuit et ouvert à toutes.

 

Début de la semaine européenne du développement durable. Jusqu’au 5 juin, de nombreux évènements sont proposés au public pour faire connaître les initiatives tournées vers la transition écologique et le développement durable.

 

Jeudi 31 mai 2018

 

Clôture des votes pour les lauriers du public de la Fondation de France.

 

Fin de l’appel à projets de la Fondation pour la Vocation.

 

Fin de l’appel à projets du Fonds de dotation Qualitel pour l’autonomie des séniors.

 

Fin de l’appel à projets La France des Solutions organisée par Reporters d’espoirs.

 

Fin de l’appel à projets de la Fondation Caisse d’Épargne Rhône-Alpes pour la préservation de l’eau.

 

Fin de l’opération Un gâteau pour la recherche 2018 organisée par l’association L’Étoile de Martin, au profit de la recherche sur les cancers pédiatriques.

 

Jeudi 31 mai et vendredi 1er juin 2018

 

Premier forum international de la Fondation de l’Académie de médecine à l’UNESCO sur l’accès au meilleur de la santé au plus grand nombre. Evénement gratuit et ouvert à tous.

 

Vendredi 1er juin 2018

 

Fin de l’appel à candidatures pour les Trophées défis RSE 2018.

 

Samedi 2 juin 2018

 

Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux.

 

Journée d’information et d’échanges sur les anomalies chromosomiques rares organisée par l’association Valentin APAC à Eragny-sur-Oise.

 

Festival We love green à Paris mêlant musique et développement durable.

[CHIFFRE] 38% des Français pourraient être candidats au bénévolat

[CHIFFRE] 38% des Français pourraient être candidats au bénévolat

Recherches & Solidarités a publié sa nouvelle édition de La France bénévole, qui mesure les désirs d’implication des Français dans les causes bénévoles et vise à accompagner les associations dans leurs pistes de réflexions pour encourager les participations citoyennes. Si, en 2016, 25 % des Français donnaient du temps à une association, le potentiel théorique de candidats au bénévolat s’élève quant à lui à 38 %. Une proportion non négligeable, qui conduit aujourd’hui les associations à observer plus attentivement les comportements de ces candidats potentiels, et à affiner leurs méthodes pour les séduire.

 

Les Français de plus en plus nombreux à s’engager

 

Si un quart des Français donnait “son temps gratuitement” en 2016, le potentiel d’engagement de ceux qui ne le font pas (ou plus) s’élève quant à lui à 38 %. Parmi eux, on compte des anciens bénévoles, des personnes engagées hors associations, et d’autres n’ayant jamais donné de leur temps à une association. Quoiqu’il en soit, Recherches & Solidarités note que les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir s’engager, notamment grâce à l’assouplissement des méthodes des associations, mais aussi à la multiplication des initiatives encourageant l’engagement sur le sol français, et ce tout au long de leur parcours : dans les collèges et lycées où le bénévolat est de plus en plus valorisé dans le parcours éducatif, au travail avec l’essor de la RSE, ainsi qu’en fin de carrière, où de nombreuses caisses de retraites accompagnent les retraités dans leur reconversion dans le bénévolat.

 

Internet, un vecteur d’engagement considérable

 

Mais le vecteur d’engagement phare de l’étude, c’est bel et bien le numérique. Recherches & Solidarités s’est appuyé sur les travaux de deux structures, Tous Bénévoles et Tous Unis Tous Solidaires, pour analyser les comportements des Français candidats au bénévolat dans l’Hexagone à l’échelle nationale et locale. Aujourd’hui, 73 % des associations ont un site Internet, une vitrine de choix pour renforcer leur notoriété et se faire connaître. De l’autre côté de la barrière, l’intérêt de l’outil numérique est bien réel pour l’ensemble des générations : 14 % des moins de 35 ans se sont engagés dans le bénévolat par internet, et les sites de mise en relation entre les associations et les bénévoles de Tous Bénévoles enregistrent plus de 750 000 visiteurs par an.

 

 

Le Bon Hibou collecte vos pièces pour les personnes en situation de précarité

Le Bon Hibou collecte vos pièces pour les personnes en situation de précarité

L’association Le Bon Hibou organise pour une deuxième édition une collecte de monnaie pour les sans-abri de Paris, jusqu'au 30 juin 2018. Les fonds récoltés seront reversés à trois associations venant en aide aux personnes en situation de précarité, Mobil'douche, ActionFroid Paris et Atouts Cours. Les tirelires sont disponibles sur demande via le site internet, et à redistribuer dans l’un des quatres points de collecte de la capitale.

 

Le Bon Hibou renouvelle son soutien à trois associations

 

L’opération avait permis de récolter plus de 2 500 euros en 2016, et Le Bon Hibou espère faire encore mieux cette année. Comme pour sa première édition, l’association reversera les fonds récoltés dans les tirelires à Mobil’Douche, ActionFroid Paris et Atouts Cours. Les deux premières associations proposent respectivement un service d'hygiène mobile à destination des SDF et des mal-logés, et une aide globale (matérielle, alimentaire et sanitaire). Atouts Cours offre quant à elle des formations linguistiques.

 

Une relation de confiance avec ses donateurs

 

Créée pour servir de levier de financement aux petites associations locales, Le Bon Hibou a été fondée en 2015 et son action est concentrée dans sa collecte annuelle de pièces de monnaie. Financée pour ses frais de fonctionnement par le crowdfunding sur HelloAsso, l’association a également reçu le soutien du Crédit Mutuel, et désormais du comité d’entreprise du Bon Marché. “Le crowdfunding nous a permis de sensibiliser les donateurs, et d’établir un lien de fidélité”, explique Sonia Podin, du pôle communication. En plus de ses trois partenaires liés à la collecte, Le Bon Hibou peut ainsi compter sur la solidarité de ses donateurs tout au long de l’année, puisqu’elle réalise également des collectes de dons en nature de vêtements ou produits d’hygiène, qu’elle redistribue “à une dizaine d’associations”.



 

La Fondation Maisons du Monde lance "Aux Arbres!" les 8 et 9 juin 2018 à Nantes

La Fondation Maisons du Monde lance "Aux Arbres!" les 8 et 9 juin 2018 à Nantes

" Aux Arbres! " est le premier mouvement d’ampleur lancé par la Fondation Maisons du Monde, sous égide de la Fondation pour la Nature et l'Homme, pour célébrer les forêts, la biodiversité et le climat. Il se déroulera à Nantes les 8 et 9 juin 2018 aux Machines de l’île de Nantes. Au programme : conférences débats, expériences de réalité virtuelle, ateliers pour végétaliser les villes, présentation de projets de reforestation ou encore projections cinéma.

 

" Aux arbres! " : Célébrer la forêt, avec l’arbre comme emblème
 

Plusieurs invités prendront la parole lors des débats : Francis Hallé, botaniste, Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, Tristan Lecomte fondateur d’Alter-Eco et de Pur Projet ou encore Sarah Toumi, entrepreneuse et fondatrice de Acacias for All, un programme tunisien contre le changement climatique.
 


" Changer les regards sur la forêt en adoptant celui de ceux qui sont directement impactés par la déforestation et le changement climatique "


Le public aura ainsi l'occasion de :

- découvrir la forêt à travers les yeux d’un animal

- se familiariser avec l’upcycling de mobilier en bois

- apprendre à faire son compost

- fabriquer des nichoirs pour oiseaux ou des bombes de graines

- voyager au cœur de la forêt tropicale, penser les forêts urbaines et végétaliser les villes.

 

L'entrée à l'évènement est gratuite. Un arbre sera planté par visiteur, grâce au moteur de recherche Ecosia, partenaire d'Aux Arbres!.

 

 

[ENTRETIEN] Charlotte Debray, déléguée générale de La Fonda

[ENTRETIEN] Charlotte Debray, déléguée générale de La Fonda

Fraîchement élue ministre de la vie associative du gouvernement virtuel de l'ESS, Charlotte Debray est depuis 2010 déléguée générale de La Fonda. Laboratoire d'idées consacré au monde associatif, La Fonda, reconnue d'utilité publique, représente les associations et éclaire les dirigeants associatifs sur les évolutions du secteur. Elle cherche à inspirer et à mutualiser ses forces vives. La Fonda vient d'ailleurs de lancer la plateforme web du Carrefour des innovations sociales, pour recenser les innovations sociales en France. Charlotte Debray porte pour Carenews son regard sur son parcours et sur un secteur associatif en perpétuelle mutation.

 

Pouvez-vous nous décrire votre parcours  ?

 

J'ai toujours été très attachée à l'intérêt général, qui est le fil conducteur de mon parcours. Mes rares expériences dans le «  monde lucratif pur  » n'ont pas été très heureuses... J'ai été investie à différents titre à avec Unis-Cité pendant 12 ans ; j'étais volontaire dans la deuxième promo, nous n'étions que 24 jeunes, des pionniers [6 105 jeunes inscrits en service civique en 2016]. Je voulais faire une pause dans mes études d'urbanisme et je cherchais à faire du bénévolat ; je n'ai finalement jamais repris mes études. La force d'Unis-Cité c'est de provoquer les rencontres improbables et édifiantes ! J'y ai ensuite été salariée puis j'ai travaillé pour des grands groupes sur leur politique de RSE ou mécénat. Par exemple avec l'IMS- Entreprendre pour la cité [actuellement Les entreprises pour la Cité]. Très concrètement, on a par exemple lancé «  Entreprise et quartiers  »  : on a inventé et testé le CV anonyme, le speed jobing, la formation par des DRH... J'ai fait un passage express chez Microsoft pour m'occuper du mécénat France et j'ai ensuite dirigé Unis-Cité Île-de-France. Avant de poursuivre par 4 ans en free-lance pour accompagner des projets artistiques et culturels. En 2010, je suis entrée à La Fonda et j'en suis devenue la déléguée générale. 

 

Quelles sont les missions de La Fonda et les vôtres  ? 

 

La Fonda est une association qui réunit 200 membres, personnes physiques et partenaires. Elle a deux missions. La première c'est la mission historique de construire une parole politique qui représente et défende le monde associatif et qui fasse reconnaître son apport essentiel ; c'est ainsi qu'a été créé Le mouvement associatif, qui assume aujourd’hui pleinement cette parole politique. Dans les années 2000, dans le contexte de la crise économique, La Fonda s'est donné une deuxième mission  : aider les responsables associatifs à se doter de visions stratégiques. En 2010, le programme Faire Ensemble 2020 a été lancé pour animer le débat et proposer des éclairages et des outils pour accompagner la réflexion des responsables associatifs sur nombre de sujets importants : modèle économique, problèmes de gouvernance, bénévolat, transition numérique, vieillissement démographique, alliances entre les associations et les pouvoirs publics ou les entreprises...

 

À La Fonda, j'anime le réseau, je copilote les dispositifs de travail, je suis en charge de la mobilisation de bénévoles (pour participer à nos travaux ou animer la gouvernance de l’association), mais 80 % de mon travail c'est de chercher des fonds  ! Nos mécènes principaux sont la Fondation SNCF, la Fondation du Crédit coopératif, Chorum, la Macif, et la Caisse des dépôts. Nous avons également des subventions de l’État et de la Mairie de Paris, ainsi que des mécènes qui souscrivent ponctuellement à nos études. 

 

Quel est votre regard sur le secteur  ? 

 

J'ai un poste d’observation privilégié. Si à La Fonda on a une attitude de réflexion, on ne veut pas pour autant rester dans une tour d'ivoire  ! J'observe un monde associatif en transition, qui est constitutif de la société et qui en est le reflet  ; il bat en brèche l'idée que la société est individualiste  ! 43 % des Français sont engagés dans une association, parfois même sans le savoir. Le modèle associatif a un bel avenir devant lui, car les «  réflexes  » associatifs sont partout, notamment la mise en commun et la puissance démultipliée du faire ensemble. Le format association «  loi 1901  » est  souple et intelligent, mais il n'a pas été pensé faire du "commerce". Pour certaines associations, devenir employeur et développer des activités génératrices de recettes est une transition qui doit être accompagnée. Avec le numérique, la tendance est plus dans des modèles d’action éphémères et locaux, ce dans un contexte de porosité croissante entre le privé lucratif, le non lucratif, le public, la recherche... Ma conviction, c'est que les communautés d'action sont l’avenir et le salut des associations de demain, elles sont très puissantes, car elles décloisonnent et réunissent des acteurs indépendants, mais qui décident de travailler ensemble  ! Mais si le modèle fédéral ne se réinvente pas rapidement, les communautés d’actions risquent de court-circuiter le monde associatif pyramidal et descendant. Pour finir, je soulignerais que le monde associatif a gagné en reconnaissance par les pouvoirs publics, mais il faut rester vigilants et sans cesse argumenter pour que la contribution du monde associatif soir reconnue et encouragée. C’est le sens du programme Faire ensemble 2030 que nous inaugurons : valoriser et amplifier l’action des associations et de leur partenaires en faveur des Objectifs de développement durable.

[AÀP] Appel à projets : Malakoff Médéric Handicap

[AÀP] Appel à projets : Malakoff Médéric Handicap

Vous êtes un organisme privé de type association, entreprise, start-up, coopérative ou un organisme public, groupement de coopération sanitaire... situé en France ? Vous souhaitez développer les initiatives en faveur d’une amélioration de l'accès aux soins et à la santé des personnes handicapées ? Alors venez postuler à l'appel à projets de Malakoff Médéric Handicap jusqu'au 15 juillet 2018 !

 

L'appel à projets Malakoff Médéric a comme partenaire le Comité national Coordination Action Handicap


Selon le rapport de Pascal Jacob,
Un droit citoyen pour la personne handicapée, un parcours de soins et de santé sans rupture d’accompagnement, le secteur de la santé peine encore à répondre aux besoins des personnes en situation de handicap.

C'est pourquoi la Fondation Malakoff Médéric Handicap lance un appel à projets afin de soutenir des initiatives innovantes qui contribuent à l’amélioration des parcours de soins et à l’accès à la santé des personnes en situation de handicap.

 

Les types de projets retenus doivent être :


- des outils et aides techniques, numériques ou pédagogiques (hors recherche et développement et recherche appliquée)
 

- des services, plateformes ou dispositifs de prévention et d’accès aux soins


- des services, plateformes ou dispositifs de coordination et de continuité des soins


- une coordination, mise en réseau et formation.

 

La dotation globale de l’appel à projets est de 300 000 euros, répartie entre les lauréats en fonctions des besoins financiers, de la qualité et de l’ampleur des projets.

Le dossier de candidature est à télécharger sur les sites de la Fondation Malakoff Médéric Handicap et du CCAH, et à renvoyer complété avant le 15 juillet 2018, par mail à l'adresse : fondationMMhandicap@ccah.fr.

[BEST OF] Les meilleures opérations solidaires pour la fête des Mères

[BEST OF] Les meilleures opérations solidaires pour la fête des Mères

La rédaction de Carenews a sélectionné sept opérations solidaires déployées à l’occasion de la fête des Mères ce dimanche 27 mai. Au programme : initiatives solidaires, hommages à toutes les mamans ou bénéfices de produits-partages reversés pour la bonne cause !

 

 

L'association SOS Villages d'Enfants rend hommage aux mamans

L'association SOSVE a décidé de rendre hommage à toute les mères à travers sa vidéo, avant d'inviter les internautes à poster des photos de leur mère sous le hashtag #collierdenouilles et #SOSvillagesdenfants. Pour chaque post publié, un euro sera reversé par Procter & Gamble France à SOS Villages d’Enfants, dans le but d’aider les actions des mères SOS en villages d’enfants SOS.
 


Des produits solidaires chez Planète Enfants & Développement

Si vous achetez un produit dans la boutique Solidaire de Planète Enfants & Développement, 100 % des bénéfices de ces ventes seront versés directement aux programmes menés sur le terrain, pour la protection et l’épanouissement des enfants. À disposition, bijoux, chèches, aliments… un choix varié pour une fête des Mères réussie !
 

 

Une fête des Mères solidaire à Bordeaux

Les 25 et 26 mai 2018, de 10h à 19h, une boutique éphémère ouvrira place Saint-Projet à Bordeaux. Lancée par les étudiants de l’ICFA Tertiaire, la boutique vendra des vêtements et accessoires féminins d’occasion à prix réduits. Les bénéfices des ventes seront reversés à l'association AMOS, dont le but est de faciliter le retour à l’emploi de personnes en difficulté sociale et professionnelle.


 

Le joaillier Claverin soutient le rire médecin

Pour chaque bracelet " 6 little treasures " acheté, 10 euros seront reversés à l'association Le Rire Médecin. Les bracelets sont or blanc 18 carats, accessibles pour la somme de 80 euros.
 

 

Une campagne pour sensibiliser à la sclérose en plaques

Avec 100 000 personnes en France touchées par la maladie, dont 3/4 de femmes, la Fondation ARSEP lance une campagne de sensibilisation et de collecte de fonds pour la recherche. Vous êtes invité·e à contacter la fondation pour obtenir un kit, comprenant tirelire, affiches et flyers, afin de démarcher les commerces près de chez vous et leur demander de participer à la campagne annuelle et nationale.
17 200 euros ont pu être collectés l'année dernière pour financer le projet de recherche de Aurélie Ruet sur les anomalies cérébrales en lien avec les fonctions cognitives.

 


Des cadeaux originaux et solidaires pour Handicap International

Partenaire de Handicap International, le site Cadeaux.com met à la vente un mug et/ou un miroir de poche personnalisable à l'occasion de la Fête des mères, du 9 au 28 mai. Pour chaque produit vendu, 1 euro est reversé à l’association au profit des personnes handicapées.


 

Des bagues personnalisables pour aider les animaux de la Réunion


Pascale Monvoisin, créatrice de bijoux décide de soutenir Sauvade, l’association qui sauve les animaux à La Réunion. Pour ce faire, elle a créé des bagues en or personnalisables pour y graver un prénom. Ainsi, pour chaque achat de bague, 50 euros sont redistribués à Sauvade. Les bagues sont accessibles pour la somme de 290 euros.

 

[AÀP] KLESIA présente la nouvelle formule du Prix Accompagnement Handicap

[AÀP] KLESIA présente la nouvelle formule du Prix Accompagnement Handicap

Pour sa 11e année d’existence, le Prix Accompagnement Handicap du groupe de protection sociale KLESIA fait peau neuve. Il s’ouvre désormais, en plus des associations, aux fondations, fonds de dotation, groupements de coopérations sociales et médico-sociales et structures de l'ESS avec agrément ESUS (hors mutuelles et coopératives). Le jury récompensera les initiatives développant des programmes innovants en matière de soutien aux personnes handicapées. 85 000 euros seront partagés entre les quatre lauréats à l’issue de la remise des prix en décembre 2018, qui pourront également bénéficier d’un accompagnement par Passerelles et Compétences.

 

Soutenir les programmes sur mesure et innovants à destination des personnes handicapées

 

Cet appel à projets vise à soutenir les structures œuvrant aux côtés des personnes handicapées et de leur famille, en apportant des réponses adaptées à leurs besoins et en favorisant leur mieux-être. Plusieurs critères seront valorisés, tels que l’impact sur la qualité de vie, le caractère innovant ou encore l’exemplarité des projets. Différents domaines peuvent être abordés, de l’hébergement à l’accompagnement à domicile en passant par l’aide à la vie quotidienne ou encore la scolarité et l’information.

 

Les porteurs de projets ont jusqu’au 12 juin 2018 pour déposer leur candidature

 

Le jury composé d’administrateurs de KLESIA et d’experts délibérera ensuite jusqu’au 9 octobre. KLESIA deviendra à l’issue de la remise des prix au mois de décembre 2018 partenaire des quatre lauréats, qui se verront décerner chacun 20 000 euros, ainsi que 5 000 supplémentaires pour le prix “coup de coeur”. Une mission d’accompagnement sera également proposée par Passerelles et Compétences.

 

Consulter l'appel à projets KLESIA pour le Prix Accompagnement Handicap 2018.

 

 

[EN IMAGES] L'ONG SOLIDARITÉS INTERNATIONAL répond à ses détracteurs

[EN IMAGES] L'ONG SOLIDARITÉS INTERNATIONAL répond à ses détracteurs

Avec l'accumulation de messages à caractère haineux suite au lancement de son " Kit dignité pour les réfugiés " deux ans auparavant, l'ONG SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a décidé de lancer une campagne en réponse à ses détracteurs. Signée par l'agence Ici Barbès, la campagne baptisée " Répondons Solidarité " rappelle l'engagement de l'ONG pour l'aide universelle.

 

 

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL relaye sa campagne sur les réseaux sociaux avec le hashtag : #RepondonsSolidarite


C'est après avoir lancé son kit pour aider les personnes contraintes à l'exil à cause de guerres, de catastrophes naturelles ou de crises chroniques que l'ONG a reçu des commentaires haineux. Elle a décidé d'y répondre à travers une campagne plurimédias, fidèle à ses valeurs solidaires.
 

“ Tous les messages, posts, tweets, sont authentiques. (…) Ils sont finalement la meilleure publicité que l’on pouvait faire aux hommes et aux femmes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ”

L'ONG a choisi de montrer certains des commentaires (" donnez-leur des pilules et des stérilisateurs ", " rien à foutre de tes putins de refugier " [sic], ou encore " j'espère qu'ils vont vite crever de faim "), dont seul le prénom a été modifié, par souci de confidentialité. À la fin de la vidéo qui montre en parallèle des images de personnes défavorisées, la voix-off annonce : " Si vous vous retrouvez un jour à la place des gens que nous aidons, soyez bien sûr d'une chose, nous ferons tout notre possible pour vous venir en aide. "

À travers ce message de paix et de solidarité au regard de la haine, l'ONG fait honneur à sa devise : " Parce la première réponse à la souffrance humaine doit être la solidarité ".

 

[TRIBUNE] Mettons-nous toutes et tous en « mode pro bono »

[TRIBUNE] Mettons-nous toutes et tous en « mode pro bono »

Depuis 2011, Pro Bono Lab recherche, agrège et organise le partage des compétences de femmes et d’hommes (collaborateurs d’entreprises, demandeurs d’emploi, étudiants, retraités, etc.) engagés collectivement pour favoriser le développement de structures à finalité sociale à très fort impact ; structures qui portent en elles des innovations sociales décisives pour notre société. L’association lance aujourd’hui une grande campagne de plaidoyer au niveau national et international via le Global Pro Bono Network dont elle est membre. Objectif : encourager entreprises et individus à mettre toutes leurs compétences au service du bien public. À se mettre en « mode pro bono » pour se révéler au service de l’intérêt général.

Les compétences sont partout... partout allons les chercher ensemble.

Une compétence n’a pas d’âge ni d’origine. Elle n’a pas de sexe ni de frontière. La compétence est partout, et partout elle s’acquiert. Elle n’appartient à personne car elle émane de tous. En chacun d’entre nous, la compétence naît et se développe au quotidien et au gré du temps. Au fil de nos rencontres, professionnelles ou non, nous la confrontons à celle des autres, à d’autres connaissances. Nous les enrichissons au gré des apprentissages, dès le plus jeune âge, à l’École de la République ou bien plus tard lors de nos formations professionnelles, des reconversions parfois, en entreprise, dans les associations, ou bien ailleurs ; via les enseignements que l’on nous prodigue à l’Université, dans les très grandes ou plus petites Écoles. Toutes nos compétences fondent notre capital humain, un héritage inestimable. Un bien commun qui se transmet pour donner plus de sens à sa propre existence. À un proche, un élève, un subordonné ou son manager, un collègue ou parfois, une personne inconnue, plus vulnérable, à qui l’on veut tendre la main. Quoi de plus naturel que la transmission et le don de compétences pour s’engager, pour répondre à une quête de sens ?

Pro Bono Lab a été fondé il y a près de 10 ans pour aller chercher les compétences partout, là où elles sont, et pour les transmettre aux structures qui œuvrent pour le bien public. Pour le bien public (en latin, pro bono publico), Pro Bono Lab défend cette conviction qui fait que tout partage de compétences ouvre la voie d’un enrichissement mutuel et qu’il s’impose comme l’engagement citoyen le plus riche pour la société.

 

Pro Bono Lab organise le partage de compétences pour les restituer à l’intérêt général.


Dans une société de plus en plus fragmentée et en manque de vivre-ensemble, face à des urgences sociales de plus en plus vives – dont le chômage –, qui menacent les équilibres et la prospérité de nos écosystèmes, d’autres modèles d’action collective s’imposent, en soutien des pouvoirs publics. Pro Bono Lab porte cette conviction que le partage et la transmission de compétences, au service du bien public, n’est ni une simple option d’engagement, ni une manière complémentaire d’exprimer sa générosité, mais une obligation d’agir au plus vite face à ces urgences. Ainsi, Pro Bono Lab porte depuis 2011, l’idée que chaque compétence possède une véritable utilité sociale et la force de transformer durablement notre société.
Que l’on soit salarié d’une entreprise ou l’entreprise à travers ses salariés, étudiant, retraité, demandeur d’emploi, migrant, français, étranger, en situation de handicap ou tout autre profil de volontaire, la pratique du pro bono consiste à donner sincèrement de soi pour se révéler d’abord à soi-même. Puiser dans ses connaissances, confronter ses expériences, adapter son expertise, accepter de se remettre en cause et à la cause, se dépasser pour l’autre, afin de l’amener personnellement et collectivement dans la meilleure direction : transmettre ses compétences, c’est d’abord se sentir utile. C’est trouver sa place dans la société en permettant à d’autres de la trouver à leur tour.

Mettons-nous toutes et tous en « mode pro bono »

Les perspectives qu’ouvre le don de compétences, l’impact de l’intelligence collective et la valeur partagée qu’il génère sur celui qui reçoit, sur l’entreprise à laquelle il appartient et sur celui qui donne sont indéniablement vertueux et durables. En témoigne ce chiffre : 76% des volontaires qui s’engagent dans des Missions Probono orchestrées par Pro Bono Lab développent leurs compétences, bien au-delà de les transmettre. Ainsi, indéniablement, celui qui donne reçoit et celui qui reçoit donne. Cet enrichissement mutuel fait du pro bono un engagement vertueux qui ouvre d’immenses perspectives tant pour l’individu lui-même, dans son propre accomplissement, que pour l’entreprise en matière de développement de ses Ressources Humaines et d’engagement du collaborateur, fier de défendre des valeurs fondamentales qu’il partage avec son employeur. Des valeurs qui font sens et qui rassemblent.
A l’heure où l’entreprise doit redéfinir son rôle, fidéliser ses talents, transformer ses métiers, répondre à la quête de sens de ses collaborateurs ou à l’exigence d’une meilleure qualité de vie au travail, le pro bono s’impose aussi comme un engagement fédérateur, vecteur de sens et de performance, idéal pour préparer l’avenir ou développer les compétences de demain.


C’est pour défendre cette vision que Pro Bono Lab sensibilise, agrège, accompagne, rassemble et expérimente le mécénat/bénévolat de compétences depuis près de 10 ans. Pro Bono Lab anime la réflexion, conseille, forme, mène vers ce type d’engagement citoyen et tente d’en mesurer pleinement l’impact. Entreprise, volontaires, bénévoles... vous qui souhaitez vous engager par le partage de compétences, ensemble, faisons en sorte que chaque grande cause ait accès aux compétences dont elle a besoin pour se réaliser durablement. Ensemble, mettons nos compétences à leur service. Mettons-nous en « mode pro bono ». Faisons de toute compétence un bien public.

L'information en direct des associations et des mécènes