Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Cancers de l'enfant et pesticides : une enquête choc

Cancers de l'enfant et pesticides : une enquête choc
Le 15 février, c'est la journée Internationale des cancers de l’enfant. 1ère cause de mortalité par maladie des enfants, le cancer emporte plus de 500 enfants/an en France, soit l'équivalent de 20 classes d'école, un chiffre qui ne baisse plus depuis 15 ans. La recherche fondamentale sur les cancers et leucémies pédiatriques est trop peu soutenue : seuls 3% des fonds de recherche anti-cancer sont alloués aux enfants. Et comme le démontre une enquête récente, beaucoup reste à faire en matière de prévention, notamment vis-à-vis des pesticides agricoles. Le challenge à relever est double : faire baisser le nombre d’enfants diagnostiqués et soigner mieux les enfants touchés.


Financement de la recherche & aide aux familles : rencontre avec Brigitte MACRON
Récemment, Stéphane Vedrenne, co-fondateur d’Eva pour la vie, a pu rencontrer Madame Brigitte MACRON, avec Maria Menicacci (maman co-fondatrice de la Fédération Grandir Sans
Cancer ) et le Dr Marie Castets (chercheuse INSERM de Lyon). Mme Macron est visiblement consciente du problème du financement de la recherche en pédiatrie, ainsi que de la situation des familles. Tout est question de volonté politique, à l’instar du « Gabriella Miller Kids 1st research act » signé fin 2014 aux USA par Barack Obama, une loi qui alloue un fonds dédié à la recherche sur les cancers et maladies incurables de l’enfant.


Prévention : un rapport inquiétant sur la présence de pesticides interdits dans les lieux de vie d’enfants
En parallèle, même si les causes sont plurifactorielles, il est scientifiquement admis (notamment, selon plusieurs publications de l'INSERM) que l’exposition des enfants et femmes enceintes aux pesticides accroit les risques de leucémies et cancers chez l'enfant.
Alertées par des riverains, Eva pour la vie & le Collectif Info Médoc Pesticides ont co-financé l’étude HAPPI, visant à faire analyser par le laboratoire KUDZU SCIENCE des échantillons de poussière prélevés dans des habitations riveraines de vignes - accuaillant des enfants ou des femmes enceintes - ainsi que dans une salle de classe de l’école primaire, dans le Médoc.
Les résultats sont alarmants. 100% des lieux de vie, fréquentés par des enfants, des femmes enceintes ... sont
contaminés, par 11 à 21 pesticides différents. Dans chacune des habitations et dans la salle de classe, ont été détectées des molécules classées cancérigènes, reprotoxiques et/ou perturbateurs endocriniens. Dans plus de 70% des échantillons, on retrouve des pesticides interdits, pour certains depuis plus de 10 ans, comme par exemple le DIURON, dans des quantités jusqu’à 60 fois supérieures à la limite de quantification.

Les associations attendent des mesures efficaces des collectivités et de l'Etat, telles que l'interdiction d'épandage de produits non bio à proximité des habitations, avec un accompagnement adapté des agriculteurs et viticulteurs, afin que la sécurité des enfants, des femmes enceintes et des habitants soit améliorée, tout en accélérant le développement économique de cette filière de prestige.

, , , , ,