Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[CHIFFRE] Lilo.com franchit le cap des 600 000 euros

[CHIFFRE] Lilo.com franchit le cap des 600 000 euros
Trois ans. C’est le temps qu’il aura fallu à la start-up Lilo, qui œuvre à promouvoir un web éthique « au service de l’homme et de l’environnement », pour récolter 620 000 euros via son moteur de recherche Lilo.org. Une centaine de porteurs de projets et associations, présélectionnés par la start-up et soutenus ensuite directement en ligne par les internautes, vont ou en ont déjà bénéficié.


 

 

 

Un web solidaire avec Lilo

 

Secteur dynamique aux multiples visages, le web n’est pas seulement l’apanage des « géants » aux dents longues. Partout dans le monde, des acteurs soucieux de distiller un élan éthique et solidaire font surface dans le vaste écosystème de l’économie numérique. La start-up française Lilo en est le parfait exemple. Via son moteur de recherche Lilo.org, elle reverse 50 % de son chiffre d’affaires à des projets solidaires. Pari risqué s’il en est, mais pas moins lucratif : la start-up a franchi le cap des 600 000 euros de dons en seulement trois ans. Et s’en réjouit, forcément. « Il y a 3 ans, nous avons commencé à partir de rien. Aujourd’hui, ce sont plus de 600 000 euros reversés pour soutenir des projets dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’environnement et du social, explique Clément Le Bras, co-fondateur de Lilo.org, dans un communiqué. (…) Les internautes sont autant des consommateurs que des citoyens : ils veulent du sens. L’avenir est à ceux qui encouragent et accompagnent cet élan. »

 

Un million d’euros pour soutenir des projets en 2018

 

Fort de ses 700 000 utilisateurs mensuels et de ses 4 000 nouveaux utilisateurs par jour, Lilo affiche un optimisme sans faille et projette d’atteindre le million d’euros reversés avant la fin 2018. Preuve qu’innovation sociale peut aussi rimer avec croissance économique, Lilo.org a atteint son équilibre un an seulement après sa création, et ouvrira ce mois-ci deux nouveaux bureaux, en Italie et en Espagne. Des résultats encourageants, qui vont permettre à Clément Le Bras et Marc Haussaire de consolider leur soutien aux projets existants, mais aussi de conduire des projets pilotes innovants dans les secteurs « de la santé, de l’environnement, du social et de l’éducation ».

 

, , , , , ,