Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[FASHION WEEK] Leax : une marque 100 % française et écolo

[FASHION WEEK] Leax : une marque 100 % française et écolo
À 20 ans, Clément Lacour décide de lancer son entreprise. Sensible aux sujets environnementaux, il crée Leax, une marque de vêtements française. Pour être en accord avec ses valeurs de défense de l’environnement il s’associe à Mountain Rider, qui assure le ramassage de 500 grammes de déchets dans la nature pour chaque produit acheté sur Leax. 


 

 

Chez Leax, on privilégie la qualité à la quantité

Partant du constat que l’industrie textile est la deuxième industrie la plus polluante au monde, après le pétrole, le jeune Lyonnais Clément Lacour décide de se lancer pour faire évoluer les choses. Avec Leax, marque respectueuse et de la nature et des Hommes, il prouve qu’environnement et industrie ne sont pas incompatibles. 

Cette éco-production commence par le choix des matières utilisées, certifiées naturelles, bio ou recyclées. Ensuite, la confection, l’assemblage et l’emballage se font en France pour limiter la pollution superflue et bénéficier du savoir-faire Français. 

Et c’est finalement en supprimant les intermédiaires que ces habits de bonne qualité, produits dans le respect de l’environnement, sont vendus à des prix abordables. Par exemple un même tee-shirt serait vendu 112,50 euros par un distributeur contre 45 euros sur le site ou dans le showroom de Leax (situé à Lyon).

 

Un partenariat avec Mountain Rider pour dépolluer nos montagnes

Mountain Rider est un organisme dont les missions sont en partie de sensibiliser au développement durable, organiser des campagnes de ramassage des déchets en montagne ainsi que de proposer des modules de formation aux différents métiers de la montagne.

C’est pour équilibrer la pollution engrangée par la confection de ses vêtements que Leax s’associe à Mountain Rider. Par ce partenariat, l’entreprise s’engage auprès de ses consommateurs à ramasser 500 grammes de déchets pour chaque produit acheté. En un an, il a permis de ramasser près d’une demi-tonne de déchets en montagne.

, , , , , , , ,