Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[SOCIAL TECH] [FASHION WEEK] L'appli NotMyStyle lutte contre la fast fashion

[SOCIAL TECH] [FASHION WEEK] L'appli NotMyStyle lutte contre la fast fashion
Savez-vous d’où viennent vos vêtements ? Qui les a fabriqués, et dans quelles conditions ? C’est la question que se sont posés les fondateurs de l’application anglaise NotMyStyle. L’application mobile veut rendre aux utilisateurs les informations essentielles sur la provenance des textiles de leurs magasins, de l’éthique à leur impact environnemental. Elle a pour but de “ responsabiliser les marques, mobiliser les consommateurs, changer les circuits et les habitudes de consommation et donc, in fine, les conditions de travail dans l'industrie “, selon l’Atelier BNP Paribas.


 

“ Repenser le cycle de vie d'un vêtement, de sa conception à sa fabrication en passant par son utilisation et sa fin de vie “
 

L’application NotMyStyle distingue les marques en trois onglets que sont :

- “ Stop “ lorsque les marques délivrent peu d’informations sur la provenance de leur textiles

- “ Think “, pour des “ marques intermédiaires “

- “ Shop “ pour une transparence des informations sur la marque.
 

Alisha, Joni et Jess, les trois fondatrices de l’application souhaitent faciliter la circulation des données, et à terme, optimiser les conditions de travail dans le secteur du textile, notamment chez les femmes dans les pays en développement.

 

“ L’industrie textile est la deuxième industrie la plus polluante derrière celle du pétrole “

 

Selon le Danish Fashion Institute, moins d’un tiers de textile n’est pas recyclé en France sur près de “ 700 000 tonnes de vêtements consommés chaque année “. C’est aussi douze kilos de vêtements par an qui sont jetés et 70 kilos, jamais portés. La mode encourage cette obsolescence du textile, ce qui contribue à la pollution de la planète.
L’application NotMyStyle espère ainsi faire réfléchir les utilisateurs au cycle du vêtement pour lui donner plus d’importance, et ainsi éviter le gâchis.



 

Source : Atelier BNP Paribas

 

, , ,