Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[POSITIVONS] À Rennes, une épicerie zéro-gaspi va ouvrir ses portes

[POSITIVONS] À Rennes, une épicerie zéro-gaspi va ouvrir ses portes
Dix millions de tonnes de nourriture sont jetées chaque année en France, et beaucoup de personnes qui pourraient être nourries à l’année si l’on mettait fin au gaspillage alimentaire. Partant de ce paradoxe, deux entrepreneurs engagés dans la lutte anti-gasti, Charles Lottmann et Vincent Justin, ouvriront le 4 mai prochain à Melesse au nord de Rennes NOUS anti-gaspi, une épicerie 100 % zéro gaspillage et déchet. Ils y revendront des produits sauvés des poubelles des supermarchés, abîmés, proches de leur date de péremption ou livrés trop tard – mais parfaitement consommables.


 

Sauver les produits écartés par la grande distribution pour lutter contre le gaspillage alimentaire

 

NOUS anti-gaspi, c’est avant tout une aventure humaine. Celle de Charles Lottmann, ex-chargé de projets chez PHENIX, une entreprise sociale engagée dans l’économie circulaire, et de Vincent Justin, entrepreneur venu du monde de l’art. Ensemble, ils décident de s’attaquer à un dilemme récurrent du secteur alimentaire : que faire des stocks d’invendus que les associations ne sont pas en mesure de redistribuer ? En réponse, ils imaginent une boutique reposant sur les principes de l’économie circulaire, dédiée aux produits “hors normes”. NOUS anti-gaspi, qui ouvrira ses portes le 4 mai 2018, revendra en effet exclusivement des produits déclassés ou invendus à cause d’emballages abîmés, de livraisons trop tardives ou de défauts physiques. En complément de l’expertise de PHENIX, partenaire opérationnel et stratégique du projet, l’épicerie sera fournie en denrées alimentaires par Les Gueules Cassées, qui lutte contre le gaspillage alimentaire.

 

Faire vivre l’économie circulaire sur un territoire engagé

 

Ainsi que l’indique la structure, consommer responsable permettrait aux Français de faire des économies conséquentes sur le budget alimentaire : 2 400 euros environ par an pour une famille de quatre personnes. Achetés moins chers, les produits de la boutique de l’agglomération rennaise seront aussi revendus moins chers… et en circuits courts. Une démarche qui s’inscrit dans une politique régionale très active sur la question de la réduction des déchets. La structure met en avant que les politiques publiques sont encourageantes pour permettre l’éclosion de ce genre de projets : “le comité syndical SMICTOM d’Ille et Rance (i.e. lauréat de l’appel à projets “Territoire Zéro Déchet Zéro Gaspillage” du ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie) est très actif sur le champ de la réduction des déchets, et tout cet écosystème local est favorable”. De fait, la boutique de Melesse devrait servir de projet pilote, avant l’ouverture de “trois ou quatre boutiques” en Bretagne d’ici deux ans.

 

 

 

, , , , , , ,