Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[CHIFFRE] Les agressions physiques à caractère LGBTphobes augmentent de 15 %

[CHIFFRE] Les agressions physiques à caractère LGBTphobes augmentent de 15 %
Comme chaque année, SOS Homophobie publie son rapport annuel sur l’homophobie en France. Et il n’est pas vraiment rassurant : après une montée considérable des situations de LGBTphobies signalées en 2016 (+ 19,5 %), 2017 enregistre une nouvelle hausse de 4,8 %. Les agressions physiques à caractère LGBTphobes augmentent quant à elles de 15 %, avec 139 agressions physiques signalées en 2017 (121 en 2016). Selon l’association, ces chiffres s’expliquent par une relative libération de la prise de parole pour dénoncer les actes LGBTphobes, ainsi qu’un contexte électoral tendu, impliquant notamment des débats autour de la loi Taubira dite “mariage pour tous”.


 

 

Une augmentation des actes et propos homophobes inquiétante

 

Le 22e rapport sur l’homophobie révèle une recrudescence des témoignages d’actes homophobes. Reposant sur une analyse des témoignages de LGBTphobies reçus par l’association* SOS Homophobie, le travail des groupes et commissions de l’association ainsi qu’un suivi de l’actualité et de la presse, le rapport enregistre + 15 % d’agressions physiques à caractère homophobe, ainsi qu’une hausse de 4,8 % de “situations de LGBTphobies”. Les gays, avec une augmentation de 30 % des témoignages, et les bisexuels (154 %) sont particulièrement visés, tandis que les actes et propos de haine transphobes augmentent de 54 %.

 

La LGBTphobie commence dès l’école

 

Autre chiffre mis en avant par l’étude, les situations de LGBTphobies dans le milieu scolaire augmentent de 38 %. L’insulte “pédé” remporte une triste palme, celle de l’insulte la plus populaire dans les cours de récréation. Gage que l’homophobie reste encore un mal sociétal, l’homophobie “du quotidien” (qui regroupe “les témoignages de haine anti-LGBT ayant lieu dans les lieux publics, au travail, dans le voisinage, dans le milieu familial, dans le milieu scolaire et dans les commerces et services”) concerne 55 % du total des témoignages reçus au cours de 2017 par l’association. C’est sur internet qu’ils sont le plus virulents (22 %), puis dans le voisinage (11 %), les lieux publics (11 %), et au travail (11 %).


 

*sur sa ligne d’écoute, sur le chat’écoute ou sur le formulaire du site www.sos-homophobie.org

 

 

, , , , ,