Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Exposition des photographies d'Assem HAMSHO, photographe syrien

Exposition des photographies d'Assem HAMSHO, photographe syrien
L'exposition, qui a été inaugurée ce samedi, se tient au Daily syrien, 12 rue des petites écuries, Paris 10ème.


L'exposition continue ! Les photos d'Assem HAMSHO sont toujours exposées au Daily syrien (12 rue des petites écuries). Elles sont également en vente, dans leur cadre, au prix de 100€, dont 75€ reviennent à l'association.
Pour plus d'info : nous contacter à yalla.enfants@gmail.com

Venez nombreux !

Les photos ont été prises à Aley, au Liban, dans l'école de l'association Yalla ! Pour les Enfants qui scolarise, depuis plus de quatre ans des réfugiés syriens. Le photojournaliste syrien s'est engagé très tôt dans l'aide aux réfugiés et il a particip au début de Yalla !

Il raconte :

"Lors de la première vague de déplacés, début 2013, je me trouvais au Liban, dans une région proche de la frontière syrienne. J’essayais, avec un groupe d’amis, d’aider les gens qui fuyaient la mort et qui s’installaient dans les champs et les montagnes. A cette époque, nous collectionnions des vêtements, des couvertures, nous essayions de fournir des tentes afin que les gens ne dorment pas dans la nature. Notre action n’était pas suffisante à couvrir tous les besoins, pourtant nous essayions de faire quelque chose. La catastrophe prit rapidement des proportions importantes, la demande était énorme et les actions mises en place, insuffisantes. Les enfants ont attiré mon attention : la tragédie qu’ils vivaient dans les camps, ces bancs d’école qu’ils avaient désertés, cette souffrance psychologique causée par des scènes de guerre, de destruction et d’exil qui ne les quittaient plus. Nous avons donc commencé à mettre en place des tentes, afin de donner des cours aux enfants. Au même moment, les rues des villes comme des villages se remplissaient d’enfants errants, à la recherche quotidienne de nourriture et d’abris : en effet, de nombreuses familles s’étaient mis à habiter des constructions dépourvues des aménagements les plus basiques, comme de meubles. Dans tout cela, il y avait cette amie que j’avais rencontrée auparavant à Paris, et qui m’avait alors dit qu’elle pensait se rendre au Liban pour pouvoir aider les réfugiés sur place. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à Beyrouth et que je l’ai amenée voir les camps de réfugiés proches de la frontière. Nous nous sommes mis d’accord, à ce moment, pour travailler ensemble : je m’occuperais du travail sur le terrain dans les camps, et elle se chargerait d’aider les enfants errants dans les villes. Nous avons étudié la situation et nous nous sommes mis à la recherche d’un lieu dans lequel nous pourrions installer une école. Nous nous sommes rendus à Alley, se trouve un grand nombre de Syriens. C’est là que nous avons visité, par l’intermédiaire de connaissances, une école. Nous avons réfléchi aux différentes possibilités d’aide et de soutien. Yalla, prenons la responsabilité de cela ! Yalla, tendons-leur la main ! Yalla, allons jouer avec eux ! Yalla, enseignons-leur un peu et apprenons d’eux aussi ! Yalla ! Voilà comment est venu « Yalla ». De là a débuté le projet, qui a maintenant cinq ans et travaille de façon toujours aussi consciencieuse. Donnons un nouveau sens à l’existence de tant d’enfants réfugiés au Liban". Assem HAMSHO