Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[ENTRETIEN] C. Lantieri, DG délégué du groupe FDJ, Président de la Fondation FDJ

[ENTRETIEN] C. Lantieri, DG délégué du groupe FDJ, Président de la Fondation FDJ
Directeur Général délégué du Groupe FDJ et Président de la Fondation d'entreprise FDJ, Charles Lantieri présente l'engagement de la Fondation pour l'égalité des chances par le jeu. La Fondation a lancé l'année dernière son premier appel à projets pour une éducation inclusive à destination des associations. Un premier bilan, un an après la désignation des lauréats, se montre déjà très encourageant. Charles Lantieri explique par ailleurs comment le groupe et la Fondation d'entreprise FDJ favorisent la mobilisation et l'engagement des collaborateurs et dévoile les projets à venir.


 


 

Pourquoi la Fondation d’entreprise FDJ a-t-elle choisi de se concentrer sur la thématique de l’égalité des chances ?

 

La Fondation d’entreprise FDJ a plus de 25 ans, elle a évolué avec les besoins de la société. Nous avons d’abord soutenu le sport de haut niveau, puis la solidarité par le sport. En faisant le constat que les inégalités s’étaient accrues notamment avec la fracture numérique, qui aujourd’hui concerne aussi les jeunes, nous avons décidé d’œuvrer pour l’égalité des chances. C’est donc le résultat d’une évolution sociétale, mais aussi d’une conviction ancrée culturellement dans l’entreprise ; car dans notre activité, notre engagement c’est que chaque joueur a les mêmes chances.

 

Pouvez-vous nous présenter plus largement les domaines d’intervention de la Fondation d’entreprise FDJ ?

 

La Fondation d’entreprise FDJ a choisi de soutenir des projets à dimension ludique, collaborative ou (ré)créative dans les domaines de l’éducation, la formation et l’insertion dans la société. Elle est dotée de 18 millions d’euros sur 5 ans, ce qui lui permet d’apporter un important soutien financier aux projets associatifs, en complément d’un accompagnement opérationnel et de l’implication des collaborateurs FDJ.

Dans le cadre de notre repositionnement, nous avons choisi de lancer un premier appel à projets l’an dernier auprès de dix associations présélectionnées ; trois lauréats ont été distingués : Bibliothèques sans Frontières avec le projet Voyageurs du numérique (1 million d’euros sur deux ans), le Réseau Étincelle (400 000 euros sur deux ans) et le “Coup de cœur des collaborateurs”, l’Association Coup de Pouce, a reçu 200 000 euros sur deux ans. Nous souhaitons accompagner l’essaimage de ces associations. Les sommes sont significatives, car l’objectif  n’est pas de multiplier les actions mais de sélectionner des projets pertinents, très bien construits et à fort impact.

De plus, FDJ emploie aujourd’hui plus de 6 % de personnes en situation de handicap. C’est un engagement de l’entreprise et de sa fondation qui consacre 25 % de son budget aux projets soutenant les personnes en situation de handicap. Cette thématique est en phase avec notre volonté de soutenir l’égalité des chances.

 

Quel est le bilan de ces projets, un an après ?

 

2017 a été une année très importante pour la Fondation d'entreprise FDJ. Tout d'abord le changement de cap avec la volonté de recentrer notre action sur de nouveaux enjeux sociétaux en soutenant l’égalité des chances par le jeu. Ensuite, le premier appel à projets ciblé dont les trois lauréats ont pu être soutenus dans leur phase d'amorçage. L'histoire qui s'écrit entre Bibliothèques Sans Frontières, le Réseau Étincelle, l’Association Coup de Pouce et la Fondation d'entreprise FDJ nous rend très fiers. Les premiers résultats des projets « Voyageurs du Numérique » et « Remobilisation des décrocheurs scolaires » sont déjà visibles.. Le tour de France des Voyageurs du Numérique a commencé cet été, il se poursuit avec l’objectif d’installer 400 clubs sur l’ensemble du territoire. Les sessions de formations du Réseau Étincelle ont débuté, certaines ont d’ailleurs eu lieu à FDJ. Nous ferons un premier bilan à la fin de l’année ou en début d’année prochaine.

 

Comment la Fondation est-elle perçue en interne ?

 

La Fondation d'entreprise FDJ est également la fondation des collaborateurs, nous essayons de multiplier les occasions de les mobiliser. D’ailleurs, deux d’entre eux sont élus par l’ensemble des collaborateurs au conseil d’administration. Ils ont tous la possibilité de s’engager par le tutorat (auprès des associations Télémaque et Nos Quartiers ont des Talents ou d’autres associations œuvrant dans le domaine du handicap), le coaching (Unis-Cité, Réseau Etincelle…) ou ponctuellement sur des événements (accueil des Apprentis d’Auteuil et Secours Populaire au château de Versailles). FDJ prend en charge une partie de leur temps dans le cadre d’un accord d’entreprise. Ils peuvent aussi se mobiliser financièrement avec l’arrondi solidaire ou encore parrainer des associations. Le mécénat de compétences est en train de se mettre en place. La multiplicité des dispositifs permet à chacun de trouver sa forme d’engagement. Cela correspond également à une évolution générale de la société : les entreprises ne sont plus seulement considérées comme des lieux de production, mais comme des lieux de vie sociale et des parties prenantes de la société.

 

Quels sont les projets majeurs de cette rentrée et de 2019 ?  

 

La Fondation ne s’arrête jamais. Au-delà de la poursuite de nos projets initiés en 2017, nous avons lancé le premier appel à grands projets, ouvert, du nouveau mandat, entre juin et septembre 2018. Nous avons reçu plus de 150 dossiers et nous allons récompenser entre 2 et 5 projets, avec des dotations allant de 200 000 à un million d’euros pour deux ans.

D’ici la fin de l’année, la Fondation dévoilera donc les lauréats, des associations qui agissent sur deux volets. D’un côté l’éducation, par le développement de méthodes d’apprentissage innovantes, inclusives et créatives basées sur le jeu. De l’autre l’insertion, par la création de programmes d’accompagnement ludiques permettant le retour à une vie sociale ou à l’emploi de personnes fragilisées en difficultés (scolaire, sociale, économique…). Nous allons également réaliser une étude sur la perception des Français vis-à-vis de l’égalité des chances.

Rendez-vous donc d’ici la fin de l’année !

 

 

Crédit photo : Tristan Paviot.
 

, , , ,