Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[PATRIMOINE] Saint-Gobain, mécénat entre tradition et innovation

[PATRIMOINE] Saint-Gobain, mécénat entre tradition et innovation
Innover pour conserver, ainsi pourrait être résumée l’action du groupe Saint-Gobain en faveur du patrimoine culturel français. Le groupe, réparti dans 67 pays et totalisant plus de 179 000 salariés, est aujourd’hui l’un des leaders mondiaux de la production et de la distribution de matériaux du bâtiment. Mais son histoire s’inscrit également dans la tradition et le savoir-faire “à la française”, et Saint-Gobain entend bien conserver cet héritage en alliant innovation et tradition dans ses activités, et en soutenant des actions de valorisation et de restauration du patrimoine français. Tout en valorisant son histoire à travers sa politique de mécénat, Saint-Gobain apporte son soutien financier et technique tant à des chantiers d’envergure nationale qu’à des projets locaux, et diversifie ses actions entre patrimoine historique et art moderne.



 

Une politique de mécénat teintée d’histoire

 

Dans le cadre de sa politique de mécénat, le groupe Saint-Gobain apporte chaque année son soutien, financier ou matériel, à des évènements culturels ou liés au patrimoine. Dans une volonté de donner de la cohérence à ses actions, les projets soutenus sont choisis avec soin. “Notre politique de mécénat favorise un soutien récurrent à des institutions culturelles dont l’action est liée à l’histoire, la stratégie ou le savoir-faire du groupe Saint-Gobain”, explique Marie de Laubier, Directrice des relations générales du groupe. Soucieux de conserver des traces de son histoire, le groupe s’est doté en 1979 d’un centre dédié à la collecte et la conservation de ses archives, et valorise régulièrement ses archives dans le cadre d’expositions : cette année, Saint-Gobain collabore notamment avec l’exposition de Dominique Perrault sur la Bibliothèque nationale de France, “Portrait d’un projet 1988-1998”. La Bibliothèque nationale de France (BnF) est en effet l’un des chantiers historiques de Saint-Gobain : tous les vitrages des bâtiments ont été fournis par le groupe. L’exposition “La Fabrique du luxe : les marchands merciers parisiens au XVIIIe siècle”, au musée Cognacq-Jay à Paris, bénéficie également de nombreuses archives et objets d’époques du groupe Saint-Gobain.

 

Saint-Gobain s’engage également dans des chantiers d’ampleur, toujours en cohérence avec son histoire et ses racines. C’est ainsi qu’avec la fondation suisse Philanthropia, le groupe s’est engagé pour la restauration de la Chapelle royale du Château de Versailles, en apportant son mécénat pour une durée de trois ans. Un choix guidé par l’histoire du groupe, qui est intimement liée à celle du Château de Versailles : fondée en 1665 par Jean-Baptiste Colbert, alors ministre de Louis XIV, sous le nom de Manufacture royale des glaces, l’entreprise est chargée de fournir les miroirs de la galerie des Glaces et les vitraux de la Chapelle royale. Elle utilise alors un procédé innovant pour produire un verre de meilleure qualité et sur une plus grande surface, pour la fabrication des désormais célèbres miroirs de la galerie des Glaces. La Manufacture royale deviendra, par la suite, le groupe Saint-Gobain et diversifiera ses expertises, tout en conservant son savoir-faire et ses méthodes traditionnelles, notamment avec son atelier de verrerie à Saint-Just, dans le département de la Loire. La restauration de la Chapelle royale du Château, engagée en mars 2018, se fera dans le respect de ces méthodes traditionnelles, avec une équipe d’artisans et de compagnons.


 

Des projets diversifiés pour valoriser le patrimoine à l’échelle nationale

 

La politique de mécénat de Saint-Gobain s’inscrit également dans une diversité de projets, avec la volonté de valoriser le patrimoine sur l’ensemble du territoire français. Né il y a plusieurs siècles au cœur de la campagne française, à Saint-Gobain dans l’Aisne, le groupe Saint-Gobain agit également pour la promotion du patrimoine rural, plus “modeste” mais profondément inscrit dans l’histoire des territoires. À ce titre, Saint-Gobain apporte chaque année son soutien à la Fondation du patrimoine, qui œuvre pour la valorisation du patrimoine de proximité, “celui qui fait de [la France] un pays où il fait bon vivre”, selon les mots de Célia Verot, directrice de la fondation. En 2017, le groupe a soutenu plusieurs projets dans la région du Loir-et-Cher, où le groupe a installé son centre d’archives, en partenariat avec le Club des mécènes du Loir-et-Cher : une église à Lorges, la restauration d’un lavoir, d’une grange ou encore de peintures murales.

 

Si la tradition et l’histoire sont deux valeurs fortes pour le groupe Saint-Gobain, l’art contemporain et moderne n’est pas pour autant délaissé dans le cadre de la politique mécénale du groupe. L’un des grands chantiers de la politique de Saint-Gobain pour le patrimoine fut la restauration du Cyclop, une gigantesque œuvre du sculpteur suisse Jean Tinguely en collaboration avec Niki de Saint Phalle, représentant une tête de cyclope couverte de milliers d’éclats de verre fournis par l’entreprise Saint-Gobain. Située au coeur de la forêt de Milly, dans l’Essonne, l’oeuvre, exposée aux intempéries, subissait de fortes détériorations. Saint-Gobain a mobilisé ses chercheurs pour mettre au point une nouvelle colle permettant de restaurer la sculpture et de la pérenniser. Plus récemment, le groupe a collaboré avec l’artiste émirienne Zeinab Alhashemi en faisant appel aux méthodes traditionnelles de sa verrerie de Saint-Just, pour présenter une oeuvre d’art unique dans le cadre de l’exposition temporaire “CO-LAB” du musée du Louvre Abu Dhabi : un exemple parfait d’alliance entre tradition et modernité, pour le rayonnement du savoir-faire français.





 

, , , ,