[SHOPPING] Ka.Ji.Ji : des vêtements écolo pour les femmes et les bébés

[SHOPPING] Ka.Ji.Ji : des vêtements écolo pour les femmes et les bébés
Fondée en 2015, la marque Ka.Ji.Ji est née de la volonté de Karine Jean-Jacques d’offrir aux bébés et leurs mamans des accessoires gais, de qualité et respectueux de l’environnement. Désormais ouverte à la beauté, Ka.Ji.Ji s’illustre également par sa démarche sociale : certaines pièces sont en effet réalisées par des personnes en situation de handicap du Théâtre Eurydice ESAT de Plaisir (78), situé à quelques encablures des locaux de la fondatrice.



 

“Se faire du bien et faire du bien à la planète”


 

Créée par Karine Jean-Jacques dans les Yvelines, la marque Ka.Ji.Ji. (auparavant L’unique pour bébé) propose des accessoires textiles pour les femmes et les bébés résistants aux lavages ainsi que des produits d'hygiène. Volontairement très colorées, les pièces aux nombreux motifs ethniques sont pensées pour éveiller les sens des bébés, et les matières premières utilisées (la majorité des produits est composée d'une éponge en fibre naturelle de bambou certifiée du label Oeko-tex) respectent l’épiderme. Dans une démarche soucieuse de l’environnement, le tissu est également imprimé avec une encre à base d’eau sur du 100 % coton biologique certifié GOTS (Global Organic Textile Standard).  


 

La démarche sociale de Ka.Ji.Ji


 

Tout d’abord unique créatrice de tous ses accessoires, Karine Jean-Jacques s'entoure aujourd’hui de main d’œuvre pour honorer ses commandes. Désirant privilégier les méthodes artisanales et socialement responsable, elle a décidé de faire appel à un ESAT (Établissement et Service d'Aide par le Travail) local afin de confectionner ses accessoires, le Théâtre Eurydice de Plaisir, situé tout près de chez elle. “Une dizaine de personnes est en charge de la coupe et du montage des produits, explique Karine Jean-Jacques. L’expérience se passe à merveille à tous les niveaux : je n’ai que quelques pas à faire pour leur montrer mon patron, puis l’équipe fait un prototype et fixe le prix, et je récupère toujours mes pièces dans les délais !” Aujourd’hui, elle souhaite développer ce genre de collaboration avec un nouvel ESAT.

 

, , , , ,