[#STREET] Les avocats du Barreau des Rues, solidaires avec les grands exclus

[#STREET] Les avocats du Barreau des Rues, solidaires avec les grands exclus
En automne 2017, quatre avocats parisiens ont l'idée de créer un réseau de solidarité professionnel. Le Barreau des Rues initie tout d'abord des collectes de dons matériel à destination des détenus tels que des chaussures, des friandises pour la nuit de Noël, ou encore des vêtements chauds pour les femmes incarcérées. L’association mène ensuite des campagnes plus larges pour les publics en situation de grande exclusion. Les avocats de l'association, qui vient d'être récompensée des Trophées Pro Bono du Barreau de Paris, descendent à présent dans la rue pour rencontrer directement les personnes les plus éloignées du droit. Le collectif parisien, rejoint par plusieurs cabinets de conseil, porte son regard sur la province où d'autres collègues veulent initier un mouvement similaire, et développe actuellement un programme de formation spécifique à destination des travailleurs sociaux.


 

Mettre à contribution le monde judiciaire pour venir en aide aux personnes exclues


 

En novembre 2017, l'avocate Anne-Sophie Laguens, interpellée par la précarité d'une jeune détenue et de son bébé, lance spontanément un appel aux dons sur les réseaux sociaux : elle reçoit quatre cartons de vêtements. Un évènement qui la conduit, avec trois collègues, à développer ce qui deviendra le Barreau des Rues. Encadrée par la Fondation Barreau Solidarités, l'association veut mettre à contribution la générosité du monde juridique et judiciaire au service des personnes exclues.

 

Installant un point de collecte facilement identifiable au vestiaire de l'Ordre, ils lancent une première collecte de chaussures, alertés par les religieuses du dépôt du palais de justice. Certains détenus en garde à vue comparaissaient pieds nus en audience... S'ensuivent d'autres collectes, toujours déterminées par un besoin clairement identifié par des acteurs sociaux expérimentés, et à destination d'un public déterminé. Le Barreau des Rues étend ses récoltes de dons matériels aux publics précaires et exclus à l'extérieur des prisons, et noue des partenariats avec la Fondation des Femmes, ou encore Utopia 56 qui œuvre en faveur des réfugiés de Calais et de Paris.


 

"Mettre l'avocat dans la rue pour fournir des couvertures, des vêtements chauds, mais surtout de la parole"


 

Dès les premières semaines d'existence de l'association, l'idée d'accompagner les associations dans les maraudes se profile déjà : "avoir un avocat sur place peut libérer la parole sur des problématiques d'ordre juridique, les personnes qui vivent dans la rue ne connaissent souvent par leurs droits" explique l'avocate Anne-Sophie Laguens, présidente de l'association.


 

L'objectif ? Apporter un témoignage de considération et un peu de dignité. "L'idée n'est pas forcément de faire du conseil juridique dans la rue, mais plutôt d'y mettre l'avocat pour fournir des couvertures, des vêtements chauds, et surtout de la parole."

 

Un mouvement de solidarité qui prend de l'ampleur


 

Le 8 octobre 2018, la toute jeune association était doublement récompensée par les Trophées Pro Bono du Barreau de Paris par le prix du meilleur projet en équipe, et le prix des avocats. Un gage de reconnaissance, pour une initiative qui pourrait se répliquer, dans les mois à venir. En région, plusieurs barreaux ont exprimé le souhait de mettre en place des projets similaires. Pour l'heure, les avocats du Barreau des Rues peaufinent un projet de formation à destination des travailleurs sociaux sur les problématiques de droits auxquelles ils sont régulièrement confrontés.





 

, , , , , ,