La mutualité Française met à l'honneur une innovation à Kerpape

La mutualité Française met à l'honneur une innovation à Kerpape
Grâce à l'impression 3D, le Rehab-Lab du centre mutualiste de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Kerpape, situé à Ploemeur (Morbihan), permet au patient d'être acteur de la fabrication de son aide technique. Un ingénieur et un ergothérapeute travaillent avec lui pour répondre au mieux à ses besoins.


Avec la mise en œuvre du Rehab-Lab, les patients ont pu s'investir davantage et apporter leur contribution pour créer et personnaliser leur aide technique. Cette réflexion est menée avec l'aide des ingénieurs et des ergothérapeutes qui apportent leur expertise médicale sur les besoins et les capacités de chaque personne. Parmi les objets modélisés et réalisés en 3D au Rehab-Lab, les plus usuels sont téléchargeables sur Internet, ce qui permet à d'autres personnes de les imprimer à distance.Ce projet a été soutenu par la fondation Orange ,avec le financement d'une première imprimante 3D en 2016.

Une communauté de Rehab-Lab

Dans les faits, le Rehab-Lab est un Fablab. "Un Fablab est un laboratoire de fabrication mis à disposition de n'importe quel citoyen, où l'on retrouve des ressources en électronique, en informatique, ainsi que des machines et des outils dédiés à la fabrication numérique. L'objectif est que n'importe quel citoyen puisse, par lui-même, créer des objets ludiques ou usuels. Dans le cadre du Rehab-Lab, nous avons souhaité cadrer les activités autour de l’impression 3D et des aides techniques par et pour les patients/résidents de structures de soins de suite et de réadaptation, dites SSR, médico-sociales, etc", explique Willy Allègre, ingénieur au laboratoire d'électronique du centre de rééducation de Kerpape.

"Depuis la création du Rehab-Lab, nous avons communiqué autour de cette démarche. Cela a suscité l'intérêt de nombreuses équipes, notamment d'ergothérapeutes, qui voulaient reproduire notre modèle. Nous nous sommes alors lancés dans des formations pour accompagner d'autres structures", poursuit Willy Allègre.

Pour cet ingénieur, l'objectif est de développer une communauté de Rehab-Lab et de la faire grossir pour partager des expériences et des pratiques. Fin 2018, cette communauté compte six structures en France : Fondation Ildys Roscoff, Centre de la Tour de Gassies, GIHP Aquitaine, SEM APF Cauffry, SAVS de Bastia, Clinique du Grésivaudan, Fondation John Bost et CMP Rennes Beaulieu

.https://www.mutualite.fr/actualites/au-rehab-lab-le-patient-cree-son-aide-technique-en-3d/

L'Auteur vous propose aussi