[SOCIAL TECH] U-Report, la voix de la jeunesse

[SOCIAL TECH] U-Report, la voix de la jeunesse
Les jeunes d’aujourd’hui sont les acteurs de demain, et c’est la raison pour laquelle il est fondamental de leur donner voix au chapitre dans la prise de décision collective. L’UNICEF l’a bien compris, et a, pour cela, décidé de surfer sur les modes de communication qui leur sont familiers : les réseaux sociaux. C’est ainsi qu’en 2011, l’ONG a lancé U-report, un outil numérique international qui interroge les jeunes sur les problématiques de société qui les touchent au quotidien. La France a rejoint le réseau des “U-Reporters” en juin 2016, devenant le 25e pays membre de la communauté virtuelle.


 

Les réseaux sociaux pour permettre aux jeunes de s’exprimer

 

Utiliser les messageries Facebook et Twitter pour donner la parole aux jeunes : c’est le pari fait par l'UNICEF avec le lancement de U-Report (de l’anglais to report, rapporter, déclarer), un outil numérique gratuit et anonyme qui interroge et mobilise les jeunes, par le biais de sondages affichés en temps réel sur la page d’accueil du site et de messages envoyés directement sur leur smartphone, sur des problématiques de leur vie quotidienne. L’objectif : les informer, et leur permettre de s’exprimer, de débattre et de donner écho à leurs interrogations. Avec U-report, UNICEF ambitionne de constituer une véritable communauté internationale de jeunes engagés, les “U-reporters”, et de les impliquer dans la prise de décision à l’échelle nationale.

 

À cette fin, les réseaux sociaux sont apparus aux yeux de l’UNICEF comme l’outil le plus adapté, et U-Report a rapidement connu un vif succès, dès son lancement en Ouganda en 2011. Alors qu’un récent sondage U-Report France indiquait que 34 % des jeunes privilégiaient les réseaux sociaux pour s’informer, Eskandar Benaïcha, chef de projet U-Report France, raconte : “Il a été évident à nos yeux que U-Report répondait, de façon originale et innovante avec ses sondages sur smartphone, à un besoin revendiqué par les jeunes en France : leur parole dans les débats publics”. Aujourd’hui, U-Report est utilisé dans plus de trente pays et rassemble 3 millions de jeunes entre 13 et 30 ans.


 

Un puissant outil de citoyenneté participative

 

Au fur et à mesure que le mouvement prenait de l’ampleur, U-report s’est avéré être un outil très efficace de communication en temps réel, et a fait ses preuves à de nombreuses reprises dans des pays où le manque d’infrastructures rend plus difficile la circulation de l’information ; à l’image du Liberia où U-report a permis, en 2014, alors que le pays était frappé par une épidémie du virus Ebola, de diffuser des informations de base sur les façons de se protéger du virus et sur les services médicaux disponibles, et en 2015, d’informer les jeunes sur le tabou des abus sexuels au sein des écoles.

 

U-Report interroge les jeunes sur des problématiques du quotidien, comme l’éducation, la santé, l’environnement, le droit des femmes, les médias, ou sur leurs engagements personnels, mais aussi sur des sujets d’ampleur mondiale, comme les sommets du G7 ou du G20, les commissions internationales, l’Assemblée Générale des Nations Unies. En France, la communauté des U-Reporters a rapidement pris de l’importance : de 2 000 membres au bout de 6 mois de fonctionnement, à plus de 7 500 aujourd’hui (dont près de la moitié ont entre 15 et 19 ans), le réseau continue de grandir. Jehanne, 22 ans et U-Reporter engagée, témoigne : “Je pense qu'il est aujourd'hui plus qu'indispensable de montrer à chaque citoyen à quel point sa démarche personnelle peut avoir un impact et qu'ensemble nous avons la capacité de changer considérablement les choses et d'aller vers un système plus juste”.

 


 

 

, , ,