[Entretien] avec Céline Filet-Laurichesse, DG de la fondation Bouygues Telecom

[Entretien] avec Céline Filet-Laurichesse, DG de la fondation Bouygues Telecom
Céline Filet-Laurichesse, déléguée générale de la fondation Bouygues Telecom, nous livre dans cet entretien son parcours professionnel et le fonctionnement de la Fondation Bouygues Telecom.


Quel est votre parcours professionnel ?

Avant d’arriver chez Bouygues Telecom j’ai essentiellement travaillé dans le monde associatif et pendant six ans au sein de Solidarité Sida en tant que responsable de la communication et des partenariats. J’ai par exemple récolté des fonds pour la Nuit du zapping. Puis j’ai été recrutée en 2005 par Bouygues Telecom comme responsable du mécénat pour créer une fondation d’entreprise ce qui a été réalisé en mai 2006. Il s’agissait de lui donner une colonne vertébrale et de mettre en place un programme impliquant les collaborateurs.

 

Quel est l’objet de cette fondation et comment fonctionne-t-elle?

L’idée première est de créer du lien en se concentrant sur trois domaines: la protection de l’environnement, le soutien aux personnes en difficultés médicales ou sociales, la promotion de la langue française. Pour chacun de ces domaines nous intervenons à trois niveaux. D’abord nous investissons dans des projets majeurs qui sont les mêmes depuis le début et décidés par le conseil d’administration. Pour l’environnement nous travaillons ainsi avec la fondation Nicolas Hulot et Surfrider foundation Europe qui oeuvre pour le défense de l’Océan et du littoral; dans le domaine de la solidarité nous avons pour partenaire l’association Petits Princes qui aide les enfants malades à réaliser leurs rêves; pour la défense de la langue française nous avons créé un programme spécifique « Nouveaux Talents » pour accompagner des aspirants écrivains. Nous remettons tous les ans un prix au meilleur afin de l’aider à démarrer. Nous en avons soutenu sept à ce jour.

Ensuite dans chacun des trois domaines nous soutenons des associations parrainées par des collaborateurs du groupe parce qu’ils les connaissent ou parce qu’ils y sont investis. Nous en soutenons ainsi une trentaine par an, le plus souvent des associations de taille modeste ayant un rayon d’intervention local.

Enfin depuis 2011 nous faisons auprès de nos clients un appel à projets par an pour parrainer une association dont ils sont membres. Les projets retenus sont sélectionnés par un jury d’experts dans chacun des trois domaines. Chaque année 150 à 300 projets sont examinés. Nous en finançons une trentaine pour un montant de 5 000 euros chacun. Cela nous permet d’aider des associations qui jamais ne seraient venues à nous autrement.

 

Quel est le degré d’implication des salariés de Bouygues Telecom ?

Nous avons mis en place un système de volontariat permettant à tous les salariés en contrat à durée indéterminée depuis six mois de s’impliquer sur son temps de travail dans une association à laquelle nous apportons notre aide. Comme par exemple participer au nettoyage des plages avec Initiative Océanes. A ce jour 850 salariés sur les 9000 que compte l’entreprise sont impliqués d’une façon ou d’une autre. Ce qui n’est pas si mal.

, , , , ,