[VOYAGES] [ENTRETIEN] Dominique Ktorza, Agence Nationale des Chèques-Vacances.

[VOYAGES] [ENTRETIEN] Dominique Ktorza, Agence Nationale des Chèques-Vacances.
Selon l’étude ANCV-BVA 2009, 1 Français sur 3 n’est pas parti en vacances en 2008. EN 2015, près de 40 % des Français seront privés de vacances alors qu’ils étaient plus de deux tiers à partir dans les années 1990. Cette tendance touche en premier lieu les foyers les plus modestes (47% d'entre eux partaient en vacances en 2007 contre 37% en 2012). En ce début d'été, ces chiffres ne laissent pas sans réaction. L'Agence Nationale des Chèques-Vacances est connue par le nom des Chèques-Vacances (un milliard et demi de volume d'émission de chèques vacances), presque aussi célèbre que celui des « tickets resto » mais paradoxalement, ses actions de fond et ses objectifs ne sont pas si évidents pour le grand public. Le cœur d'action de l'agence, c'est de réduire la « fracture touristique » et d'aider le plus grand nombre à connaître la joie des vacances. Dominique Ktorza est directrice de l'action sociale de l'Agence Nationale des Chèques-Vacances.


À l'occasion du lancement de la campagne de cet été 2015, nous avons rencontré Dominique Ktorza, directrice de l'action sociale de l'agence. Dominique, au-delà de son sourire, se distingue de ce milieu des EPIC très codé et parfois monotone par son naturel. Elle maîtrise son sujet parfaitement, et présente la solidarité comme une mission, une évidence pour cette agence qui aide des millions de personnes à partir en vacances, bien souvent le rêve d'une année. Dominique a fait les Langues O puis Dauphine. Elle a été attachée de presse puis libraire, avant de se consacrer à l'action sociale, et ce depuis 20 ans. L'action sociale, comme la solidarité, le mécénat ou la philanthropie est un « vrai métier » qui permet d' « humaniser la société ».

L'agence a une mission d'intérêt général dont elle a le monopole : favoriser l’accès aux vacances pour tous et contribuer à la rénovation des équipements touristiques à vocation sociale. Le budget global de l’action sociale représente 28,4 millions d’euros, dont 25,1 millions consacrés à l’aide à la personne et 3,3 millions pour la rénovation d'une trentaine d'équipements touristiques. Ce volet solidaire se divise entre un modèle financièrement solidaire pour les Chèques-Vacances et des actions de solidarité en direction des publics vulnérables.

Depuis plus de 30 ans, l'ANCV aide aux départs en vacances. Les chiffres sont impressionnants : 4 millions de salariés et de fonctionnaires (soit avec leurs proches 10 millions de personnes). Volet moins connu, des programmes d’aide au départ aux vacances sont financés grâce aux Chèques-Vacances. Chaque année plus de 200 000 personnes fragilisées, notamment les jeunes adultes, les familles monoparentales, les seniors et les personnes handicapées partent et bénéficient de ce temps de repos essentiel, grâce au soutien de l’ANCV et de ses partenaires.

Dominique Ktorza souligne qu'avec ses ses 10 millions de bénéficiaires, l'agence nationale des chèques vacances est un « acteur important de l'ESS ». Le modèle de financement des vacances solidaires est unique : 1% de commission est prélevé auprès des entreprises, et les professionnels du tourisme reversent également 1% des montants touchés. Il y a également des critères sociaux pris en compte avec le système d'épargne vacances avec abondement et il y a aussi un programme d'aide aux vacances avec un programme d'action sociale. Avec plus de 75 partenaires nationaux qui aident les publics en grande difficulté sociale et économique, l'agence est un « support d'intervention sociale ».

Deux programmes soutiennent les deux extrémités de l'échelle de l'âge qui sont particulièrement touchées par l'isolement et l'absence de vacances : les seniors et les jeunes. « Seniors en Vacances », lutte contre l’isolement des personnes âgées et qui contribue à leur bien-être. Départ 18 : 25 favorise l’autonomie et la mobilité des jeunes, sur des critères économiques ou selon leur statut (contrat pro, alternance, boursiers, apprentis, service civique...). Ces politiques sont menées avec une volonté d'inscrire « la famille dans le cœur de l'action ». En 4 ans, 1 million de personnes ont été touchées par ces programmes. Chaque année, 28 à 30 millions d'euros sont dégagés pour les départs en vacances. Comme l'agence a le monopole du marché des chèques vacances, la mission sociale apparaît comme une « caution », un équilibre.

Quand nous finissons notre discussion, Dominique Ktorza rebondit sur l'action sociale et le mécénat, elle met en lumière la « lutte contre l'exclusion », le besoin de la société de « vivre ensemble » et la « mobilisation » nécessaire. L'important selon elle, c'est la pérennité du système. Difficile de lui souhaiter autre chose.


 

, , , , , ,