6 façons d'aider après les attentats de Paris du 13 novembre

6 façons d'aider après les attentats de Paris du 13 novembre
Suite aux attentats survenus à Paris et à Saint-Denis le vendredi 13 novembre 2015, une immense vague de solidarité s’est déclenchée sur la Toile. De nombreux dons ont été récoltés pour les familles des victimes. Découvrez 6 façons d’aider après les attentats...


1) Faire un don

Depuis les attentats, les appels aux dons fleurissent sur le web. Les familles et amis des victimes appellent à la générosité des internautes afin de financer les funérailles de leurs proche(s) disparus ou de venir en aide aux orphelins.

Sur le site Go fund me, une récolte de fonds a été lancée pour Tania et Kevin, les enfants de Lacrimoara et Ciprian, décédés rue de Charonne. Elle atteint aujourd'hui la somme de 90 000 euros.

Une vingtaine de cagnottes vérifiées ont aussi été ouvertes sur le site Leetchi.com, plate-forme de financement participatif ouverte en 2009, pour aider les familles touchées par les attentats.  Il y a celle destinée aux orphelins du sous-brigadier de police Thierry Hardouin et Marie sa compagne, décédés sur la terrasse de La Belle Equipe.

La page créée pour les soeurs Hodda et Halima Saadi, décédées elles aussi à La Belle Equipe, a dépassé les 30 000 euros et celle en hommage à Ludovic Boumbas, qui a perdu la vie en sauvant une amie, a déjà récolté 7 600 euros sur les 10 000 demandés.  

Les fonds récoltés pour Véronique de Bourgies, ancienne journaliste du Madame Figaro, seront reversés à l'association humanitaire qu'elle avait créée pour venir en aide aux enfants de Madagascar. Le site de financement participatif ne prendra évidemment aucune commission sur ces dons.

La Fondation de France a elle aussi décidé de s’engager en lançant le fonds « Ensemble contre le terrorisme – #GiveForFrance» qui permet à de nombreux donateurs étrangers de venir en aide aux victimes des attentats de Paris. En plus de couvrir les besoins d’aide et d’assistance des familles des victimes et des survivants, le fonds permettra également « de financer des actions de prévention contre le terrorisme et de lutte contre la radicalisation des jeunes ». Pour donner, c'est ici.

 

2) Signer une pétition

Afin de participer à la solidarité post-attentats, il est également possible de signer une/des pétition(s) en ligne. Ainsi, une pétition pour la création d'un mémorial aux victimes des attentats à Paris, a reçu 91 000 soutiens.

Une autre pétition, sur le site mesopinions.com, souhaite attribuer les 144 millions d’euros en jeu lors du prochain tirage Euro Millions aux familles des victimes des attentats.

 

3) Devenir bénévole

Vous pouvez aussi vous engager concrètement, en devenant bénévole par exemple. L'Association Française de Thérapie Comportementale et Cognitive (AFTCC) a anticipé l'explosion de traumatismes à venir et lancé un appel sur son site aux thérapeutes volontaires qui souhaiteraient venir en aide aux victimes et aux familles. La Croix Rouge, quant à elle, a constaté "une augmentation des demandes de personnes intéressées pour devenir bénévole".

 

4) Donner son sang

C'est un acte gratuit et nécessaire qui a rassemblé des milliers de gens aux portes de l’Etablissement français du sang samedi 14 novembre, au lendemain des attentats qui ont fait 130 morts et 352 blessés. Plus de 9 400 personnes se sont déplacées à travers le pays pour donner leur sang, soit le double par rapport à un samedi habituel. L'établissement Français du Sang appelle à la continuité car 10 000 dons sont nécessaires chaque jour.

 

5) Se former aux premiers secours

Il est temps de sauter le pas ! Depuis les attentats du 13 novembre, les Français sont de plus en plus nombreux à s’inscrire à des formations de premiers secours pour acquérir les bons réflexes face à des situations exceptionnelles, mais aussi à des situations plus courantes. Patrice Dallem, directeur de l'urgence et du secourisme à la Croix Rouge, explique que le nombre de demandes de formation a augmenté de 50% depuis les événements tragiques de Paris. Après les attaques contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher en janvier dernier, la Croix Rouge avait enregistré une augmentation de 7% des inscriptions.

 

6) S’engager dans l’armée

La tragédie qui s'est déroulée à Paris a suscité, chez les jeunes, une volonté de protéger le pays face à la menace et un regain d'intérêt pour les carrières militaires. Depuis les attentats, 1400 internautes se manifestent chaque jour sur le site de recrutement de l’Armée de terre sengager.fr, alors qu'ils ne sont que 200 à 300 en moyenne ces derniers mois, a indiqué le Bureau du recrutement.

 

Ces nombreux moyens d’être solidaires ont un seul et même but : diffuser un message d’espoir et une rage de vivre. Et s’il faudra du temps pour panser nos plaies, on n’oubliera pas et notre solidarité vaincra.



 

, , , ,