Les e-donateurs de moins de 35 ans toujours plus nombreux !

Les e-donateurs de moins de 35 ans toujours plus nombreux !
Le sixième baromètre de l’agence Limite et l’IFOP sur les e-donateurs, réalisé en partenariat avec l’Institut des Dirigeants d’Associations et Fondations et l’Association Française des Fundraisers, vient de sortir. Ses résultats sont encourageants. Les donateurs en ligne de moins de 35 ans sont en effet de plus en plus nombreux.


26 % de e-donateurs en France

Chaque année, depuis 2010, l’agence Limite réalise une enquête permettant de comparer l’évolution des stratégies digitales mises en place par les 115 principales associations et fondations françaises selon plusieurs critères - les réseaux sociaux, le référencement, les paiements, les interactions, les contenus digitaux et les questionnaires - avec les réponses des Français au sondage barométrique mené avec l’IFOP depuis six ans. Cette sixième vague du baromètre confirme que le don en ligne est bien entré dans les habitudes des donateurs puisqu’un Français sur quatre déclare avoir fait un ou plusieurs dons par internet en janvier 2016.

Les moins de 35 ans plus nombreux

Parmi ces e-donateurs, 22% ont moins de 35 ans, soit 6 points de plus qu’en janvier 2014. Jérôme Fourquet, directeur du Département Opinion et Stratégies d’Entreprise de l’IFOP, explique cette tendance par les réseaux sociaux et la croissance de la visibilité des associations sur le net. Près de 4 donateurs sur 10 affirment d’ailleurs recommander des associations à leurs contacts via les réseaux sociaux. Cette pratique est de plus en plus fréquente chez les jeunes qui sont 61% à le faire, soit 29 points de plus par rapport a 2010. Pour ce faire, ils utilisent surtout Facebook (80% d’entre eux) et Twitter.

Une part plus importante des réseaux sociaux

Ces deux réseaux sociaux sont des supports de communication privilégiés pour les associations et leur permettent de gagner en notoriété. En un an, elles ont connu une augmentation de fans de 19% sur Facebook et de 66% sur Twitter. 36% des e-donateurs ont découvert de nouvelles associations en naviguant sur Internet, parmi lesquels 55% d’internautes de moins de 35 ans.

Une demande de transparence

Ce sont d’ailleurs les choix stratégiques des administrateurs actuels, notamment en matière de transparence, de réactivité et d'interactions des e-donateurs, qui détermineront la vie ou la mort de leur association ou de leur fondation à 10 ans, précise Laurent Terrisse, Président fondateur de l’agence Limite dans un communiqué.

Le décalage s'installe entre les associations et la génération Y

Car, si les e-donateurs de moins de 35 ans sont de plus en plus nombreux, le décalage entre les attentes de ces internautes et les réponses des associations et fondations, notamment en termes d’information, de transparence et de dialogue s’est accru lui aussi.

Une communication à renouveller


En 2015, les donateurs étaient 78% à être satisfaits des informations reçues en retour de leurs dons en ligne, alors qu’ils étaient 88% en 2014. Les associations ont donc tout intérêt à donner davantage d’informations sur leurs actions concrètes. On constate en effet que les récits des associations sur leurs actions ont diminué de 9 points en un an en ce qui concerne les vidéos et de 14 points en ce qui concerne les portraits. Les vidéos sont pourtant un réel vecteur d’entrée dans les pratiques d’engagement pour les jeunes, qui donnent massivement lors des crises d’urgence (conflit en Lybie, Attentats de janvier, Attentats de novembre, crise des réfugiés).

, , , , , , ,