DU 10 au 20 OCTOBRE, SKYROCK SENSIBLISE LES JEUNES AU SERVICE CIVIQUE

DU 10 au 20 OCTOBRE, SKYROCK SENSIBLISE LES JEUNES AU SERVICE CIVIQUE
DONNER LA PAROLE AUX JEUNES POUR PROMOUVOIR LE SERVICE CIVIQUE. ​Ce 10 octobre 2016, de 19h45 à 20h05, la radio Skyrock (96.0 FM) reçoit Yannick Blanc, Haut-commissaire de l’engagement civique et Président de l’Agence du Service Civique. Du 10 au 20 octobre 2016, la radio diffuse également sur ses ondes, sur skyrock.fm et sur sa chaine YouTube trois extraits d’une table ronde consacrée au Service Civique (Le service civique, qu’est ce que c’est ? Quelles sont les missions du service civique, Quel avenir pour le service civique ?). L’animateur MRick y a réuni trois volontaires de Service Civique, venus témoigner de leur expérience, trois jeunes auditeurs de la radio, ainsi que Yannick Blanc et Christian Louis, directeur de l’association Les Enfants du Canal, -qui fait appel à 60 volontaires du Service Civique tous les ans-. Présent lors de l’enregistrement de cette table ronde, Carenews vous propose de revenir sur les points forts de ces échanges à travers plusieurs articles.


« Quand le Service Civique finit, on n’a plus envie d’en partir ! » expose d’emblée Océane, 19 ans, titulaire d’un CAP en commerce, qui vient de terminer six mois de Service Civique chez les Compagnons Bâtisseurs, dont un chantier au Maroc. D’ordinaire réservée, elle tient à partager son enthousiasme : « Il faut y aller, le vivre intensément ! Cela m’a rendue plus autonome ». Une satisfaction partagée par Clément qui effectue son Service Civique chez les pompiers : « C’est enrichissant, c’est une expérience formidable, cela va vous faire grandir en maturité ! ». Les chiffres confirment cet engouement : De 6 000 en 2010, année de la création du Service Civique, les volontaires sont depuis plus de 150 000 à s’être engagés.

 

Rappels sur le Service Civique

Le Service Civique a été créé il y a six ans par la loi du 10 mars 2010 dans l’objectif de renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale. Tout jeune de 16 à 25 ans (30 ans pour les jeunes en situation de handicap) peut se porter volontaire pour une mission d’intérêt général de 6 à 12 mois, à raison d’un minimum de 24 heures par semaine. La mission peut s’effectuer, en France ou à l’étranger, au sein d’une association, d’un établissement public, d’une collectivité territoriale ou d’un service de l’Etat. Elle doit porter sur l’un des neuf domaines d’action suivants : solidarité, santé, éducation pour tous, culture et loisirs, sport, environnement, mémoire et citoyenneté, développement international, action humanitaire et intervention d’urgence. Chaque volontaire bénéficie d’un tutorat et suit une formation civique citoyenne. Comme le rappelle Yannick Blanc, Président de l’agence du Service Civique, « ce n’est ni du bénévolat, ni un « job », ni un contrat aidé ».  Le Service Civique ne peut donc pas s’effectuer en entreprise et n’est pas rémunéré. Mais il est indemnisé 573 euros net/mois et permet de bénéficier d’une couverture sociale. Il ne peut être effectué qu’une seule fois, même lorsqu’on est aussi enthousiaste qu’Océane, « afin que le plus grand nombre puisse en bénéficier ».

 

« L’humain » au cœur des missions de Service Civique

La solidarité est le secteur le plus demandé par les jeunes volontaires. La part du secteur associatif dans les missions est passée de 64 à 80%. Un tour des motivations auprès de Wahid et Florian, les auditeurs invités, confirme cette tendance : Ils voudraient «se sentir utile dans une association », « rendre service » ou « faire du soutien scolaire pour redonner confiance à des jeunes ». Comme, Abdérrahim, 24 ans, qui a décidé, après sa licence en management et informatique, « de faire une pause dans ses études pour remettre l’humain au cœur de ses objectifs ». Selon Christian Louis, directeur de l’association Les Enfants du Canal, qui propose 60 missions de Service Civique chaque année, ce qui fait le succès du Service Civique, c’est d’abord « la volonté des jeunes d’agir en allant vers l’autre et d’aider ». La dimension humaine lui paraît essentielle au fonctionnement du Service Civique : « On met les jeunes au maximum dans des missions en contact avec les gens, c’est là que l’expérience acquise et l’enrichissement sont les plus forts ». Clément, le volontaire, engagé auprès des pompiers renchérit : « Franchement, le Service Civique c’est super ! C’est quelque chose d’extraordinaire. Il y a de l’humain, on va à la rencontre des personnes en détresse. »

" On a la chance de pouvoir compter sur un grand nombre de jeunes passés par le Service Civique.Il faut leur donner la parole pour convaincre les autres" déclare Yannick Blanc, qui ajoute, reprenant à son compte un slogan connu : « Finalement, le Service Civique, ce sont les jeunes qui en parlent le mieux ».

 

 

 

 

, , , , ,