Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

SINGA : Innover socialement pour répondre aux enjeux de la crise migratoire

SINGA : Innover socialement pour répondre aux enjeux de la crise migratoire
Bouleverser les stéréotypes et les a priori sur les réfugiés pour démontrer toute la richesse économique et culturelle qu’ils peuvent apporter à la société qui les accueille, c’est ce qui motive Guillaume Capelle et Nathanaël Molle, qui ont fondé en 2012 l’association SINGA, dont le mot d’ordre est « Accueillir renforce ».


« Rencontrer et faire ensemble, c’est la belle solution pour être efficace »

Constatant que le manque d’intégration et le déclassement professionnel et social des réfugiés sont facteurs de situations humaines dramatiques comme de la montée des préjugés, SINGA veut améliorer les conditions d’accueil et d’insertion des réfugiés en France. « Nous sommes d’abord une communauté, une plateforme basée sur les rencontres. Notre message, c’est : arrêtons d’agir pour, commençons à agir avec! C’est une vraie révolution, cela modifie le rapport, les perspectives : on est plus ouvert, moins condescendant » explique Guillaume Capelle.  Initiée en Île-de-France, SINGA met en lien des réfugiés avec plus de 5 000 intervenants autour de la pratique d’activités culturelles, artistiques ou sportives. « La rencontre change tout ! s’enthousiasme-t-il. À travers SINGA, des milliers de Français sont passés de l’image de réfugiés vus à la télé ou stigmatisés à une rencontre avec de vraies personnes. Et inversement. Ils deviennent amis, partenaires d’un projet de création d’entreprise ou membres d’un même groupe de musique. »  

SINGA réunit aussi autour de l’entrepreneuriat et du numérique, car elle accompagne les réfugiés vers l’emploi (cours de langue, formations professionnelles, réseau) et à créer leur entreprise. Fortement médiatisée en 2015, sa plateforme CALM (Comme à la maison) a permis à des citoyens d’accueillir provisoirement à domicile près de 250 réfugiés. Ces initiatives novatrices inspirent régulièrement institutions publiques et associations du secteur, qui créent à leur tour des programmes similaires. « C’est l’impact que l’on souhaitait, ajoute Guillaume Capelle, que notre action soit relayée et reprise par d’autres, que nos solutions soient démocratisées. »

 

Un modèle qui essaime en France et à l’international

En décembre 2015, La France s’engage, qui met en lumière les projets les plus innovants au service de la société, et dont Total est partenaire, a distingué l’association. « Le vrai plus, c’est la reconnaissance de nos actions, à l’échelle nationale, par la Présidence de la République. Désormais, les mairies, qui sont pour nous des interlocuteurs importants, nous ouvrent plus facilement leurs portes. » expose Guillaume Capelle. La dotation devait contribuer à accélérer le déploiement territorial de SINGA, avec l’ouverture de structures dans 7 nouvelles villes. C’est chose faite depuis 6 mois à Lille, Lyon et Montpellier et ce sera prochainement le cas à Rennes, Strasbourg, Marseille et Bordeaux.

Parallèlement, pour répondre aux sollicitations de nombreux groupes partout en France, SINGA a décidé de se développer sur le modèle de la franchise sociale : il y a désormais des collectifs SINGA à Calais, à Blois… Et l’essaimage de SINGA ne s’arrête pas là car un réseau international se construit : SINGA Belgique, Allemagne et Québec ont vu le jour. La Turquie, la Suisse et l’Australie devraient suivre.

 

www.singa.fr

 

 

 

Photo : Singa

, , , , , , ,