[VU] La finance solidaire, aussi rentable que l'épargne classique

[VU] La finance solidaire, aussi rentable que l'épargne classique
Avec une progression de 20 % entre 2015 et 2016, l'épargne solidaire attire de plus en plus de Français. Ce type de placement est-il pour autant intéressant du point de vue de la rentabilité ? Réponse de Nicolas Dabbaghian, fondateur de la Société pour une épargne activement responsable (SPEAR).


L'épargne solidaire, un domaine en plein boom

Avec un encours de 8,5 milliards d'euros en 2015 et une progression de 20 % par rapport à l'année dernière, l'épargne solidaire semble séduire les Français. Ce type de placement, destiné à financer divers projets à fort impact sociétal et environnemental (comme le soutien des magasins Biocoop, l'installation de panneaux solaires ou la création de crèches écoresponsables), pourrait sembler dénué d'intérêt du point de vue de la rentabilité. Selon Nicolas Dabbaghian, fondateur de SPEAR, la finance solidaire rapporte au contraire autant qu'un placement classique. Il s'agit par ailleurs d'une épargne sûre, les banques endossant le risque existant sur les placements solidaires.

Bénéficier d'une réduction d'impôt de 18 à 50 %

Si l'épargne solidaire ne rapporte aucun intérêt au vu des taux bas actuels, elle permet de bénéficier d'une réduction d'impôt, à hauteur de 18 % sur l'impôt sur le revenu et 50 % sur l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Sur le long terme, ce crédit d'impôt correspond à une rémunération de 2 % pour les épargnants assujettis à l'impôt sur le revenu, et de 4 à 5 % pour ceux qui payent l'ISF. En résumé, la finance solidaire n'est pas plus risquée ni moins rentable que l'épargne classique, tout en ayant des répercussions positives sur notre société. 

 

L'émission L'éco

, , , , , ,