[À LA TÉLÉ] À but non lucratif reçoit Bel France et le Rire Médecin

[À LA TÉLÉ] À but non lucratif reçoit Bel France et le Rire Médecin
Ce lundi, Didier Meillerand a parlé du Rire Médecin dans son émission hebdomadaire, À But Non Lucratif. Il a donc reçu Caroline Simonds, fondatrice de l'association, Franck Peillon, son directeur Général, Gérard Jugnot, parrain du Rire Médecin et Jennifer Marquet, directrice générale de Bel France, mécène de l'association depuis plus de 20 ans.


Le Rire Médecin et Gérard Jugnot

 

L'association a été créée il y a 25 ans par Caroline Simonds, une comédienne américaine. Elle a décidé d'utiliser la comédie pour aider les enfants à l'hôpital. Pour ce faire, l'association forme des clowns qui interviennent dans les hôpitaux et tentent de faire rire et de distraire les petits malades. C'est deux par deux que ces clowns vont dans les services, et bousculent le monde de la médecine pour quelques minutes.

 

Leur cause a séduit Gérard Jugnot, qui parraine l'association depuis 2012 et qui dit sans détour : « je suis un haut-parleur ». Le célèbre acteur donne de la visibilité à l'association. Il le dit lui-même : « Le rire est un médicament [et] le métier de clown à l'hôpital reste un métier. » Gérard Jugnot trouve la cause émouvante mais aussi bénéfique pour les enfants qui ont besoin de rire un peu.

 

Le financement du rire médecin passe d'abord par les mécènes

 

La formation initiale des clowns nécessite cinq mois. Il y a bien sûr leur formation de comédiens, mais aussi une formation psychologique. C'est une étape coûteuse pour l'association, mais le directeur général Franck Peillon a insisté sur sa nécessité : « L'hôpital n'est pas une scène banale. » Il a également expliqué que si le budget général de l'association était aujourd'hui de 4,5 millions d'euros, c'était surtout grâce à ses mécènes qui représentent au moins un tiers de cette somme.

Bel France, a choisi de soutenir l'association depuis maintenant plus de 20 ans et donne aujourd'hui 40 000 euros par an à l'association.

 

Le groupe Bel France soutient le Rire Médecin depuis plus de 20 ans

 

Bel est en effet un partenaire récurrent du Rire Médecin. En plus du soutien financier que le groupe fournit, leur directrice générale Jennifer Marquet a mentionné les actions menées par Bel France pour promouvoir l'association. Près de 500 de leurs salariés sont mobilisés chaque année sur les sites du Rire Médecin, le groupe soutient des actions de collecte et propose une action pour développer la notoriété de l'association tous les ans. Cette année, l'entreprise a consacré un épisode de sa série « la Vie du Filet », diffusée sur youtube, au Rire Médecin (« Le plus marrant »). Bel propose en plus aux consommateurs de reverser 50 centimes pour deux produits mini-babybel achetés.

 

La participation du groupe Bel et du Rire Médecin se fait en toute transparence. L'entreprise assume pleinement ce que Didier Meillerand a qualifié d'« actions de stratégie de marque ». Jennifer Marquet décrit les trois principaux enjeux de ce mécénat : le premier est l'image de la marque. Babybel repose énormément sur la joie enfantine, et sa participation au Rire Médecin est donc porteuse de sens. Ensuite vient la nécessité de continuer à nourrir cette marque avec la proximité et la confiance des collaborateurs mais aussi des salariés. Leur engagement auprès de l'association réveille un sentiment de fierté. Enfin, les consommateurs : si consommation devient synonyme d'action, alors les consommateurs auront tendance à choisir les produits qui soutiennent une bonne cause.

 

Le personnel hospitalier y met du sien, pour le plus grand bonheur des enfants

 

Pour Caroline Simonds, ce sont cette transparence et cette compréhension entre l'association et l'entreprise qui permettent de proposer un travail de qualité. Les partenariats avec les mécènes sont bien sûr nécessaires, mais la collaboration avec les hôpitaux est également très importante pour le bon fonctionnement des interventions. La communication entre les membres du Rire Médecin et des aide-soignants permet de perfectionner les interventions et d'être attentifs aux besoins des enfants.

 

 

 

, , , , , , , , , , ,