Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[ÉCLAIRAGE] Co-construction : les fragilités du territoire

[ÉCLAIRAGE] Co-construction : les fragilités du territoire
Le référentiel "Co-construction territoriale" du Rameau analyse la vision qu’a chaque type d’acteur sur les fragilités du territoire français. Il est manifeste que les plus grandes préoccupations de nos concitoyens sont d’ordre économique, mais elles peuvent varier selon l’échelle que l’on choisit. Ainsi, tant les citoyens que les associations que les entreprises ont été interrogées.


Une étude des fragilités territoriales en France

Il s’agit de connaître la perception de chacun, non pas de délibérer objectivement quelles sont les plus grandes fragilités territoriales. Au total, 16 types de fragilités ont été dénombrés dans leur diversité, pouvant aller du pouvoir d’achat à l’éducation, de la sécurité au handicap. Tout un panel de priorités supposées a été élaboré pour savoir à la fois ce qui est considéré comme fragilité prioritaire et à la fois ce qui leur importe le plus, concernant leurs valeurs. Par exemple, en voyant que les citoyens pensent que la sécurité est la deuxième, on peut deviner qu’ils sont de plus en plus sensibles aux menaces extérieures mais aussi intérieures au pays. Cela aurait pour conséquence la volonté de grossir le budget de la défense ou de la police.

Des opinions divergentes selon les différentes échelles

L’étude du Rameau a été réalisée par une tripartition, en interrogeant des mêmes questions les citoyens, les associations et les entreprises. Une fois les réponses reçues, elles ont été comparées afin de mettre en évidence les dénominateurs communs de ces fragilités territoriales perçues. Pour les citoyens, elles sont économiques et correspondent à l’emploi (7,1/10), le niveau de vie (6,6/10) puis le développement économique (6,5/10). On note une préoccupation pour la sécurité, la délinquance comme évoqué plus haut. En ce qui concerne les associations, le chômage est important (6,8/10), suivi par le vieillissement (6,7/10) et le lien social (6,4/10). Somme toute, les fragilités auxquelles sont confrontés les gens qu’ils côtoient, mais ce constat est à nuancer selon la nature de l’association. Enfin, pour les entreprises, il n’est pas étonnant de voir que les plus grandes fragilités concernent le « vital » du citoyen, c’est-à-dire les emplois (5,6/10), la pauvreté (5,5/10) et le pouvoir d’achat (5,4/10). Vital est cependant à entendre dans ce qui l’est immédiatement, puisque l’environnement est classé en dernier. De manière générale, il faut préciser que les citoyens sont plus nombreux à considérer que certains domaines sont en fragilité territoriale. Aussi, les dénominateurs communs sont l’emploi/chômage/insertion professionnelle, puis la pauvreté/précarité/niveau de vie.

Ainsi, de grands défis attendent les projets de co-construction territoriale et méritent que citoyens, associations, pouvoirs publics et entreprises s'y engagent. 

, , ,