Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[ÉCLAIRAGE] L’égalité femmes-hommes dans l’économie sociale et solidaire

[ÉCLAIRAGE]  L’égalité femmes-hommes dans l’économie sociale et solidaire
Le Conseil Supérieur de l’Économie Sociale et Solidaire (CSESS) dévoile le premier rapport relatif à l’égalité femmes-hommes au sein du secteur de l’économie sociale solidaire, officiellement reconnu par la loi en juillet 2014. Éclairage sur le bilan en demi-teintes dressé par le CSESS.




Promesses et réalités

L’économie sociale et solidaire (ESS), désignant selon le CEDEF « un ensemble d'entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d'utilité sociale », s’est révélée porteuse d’espoirs pour rééquilibrer les rapports femmes-hommes au sein de l’entreprise, en affirmant notamment la volonté de construire des modèles de salariat plus souples. 

Pour autant, la première évaluation du Conseil Supérieur de l’Économie Sociale et Solidaire (CSESS), rendue publique en février dernier, fait état d’un bilan mitigé. L’ESS est en effet confrontée aux mêmes problématiques d’égalité que celles des entreprises classiques : écart de salaires entre femmes et hommes, difficulté pour les femmes d’accéder à des postes à responsabilité, persistance des stéréotypes… Le CSESS met notamment en avant qu’à emplois et qualifications identiques, les femmes gagnent en moyenne 8% de moins que les hommes. De même, les femmes sont surreprésentées parmi les emplois de service les moins qualifiés de l’ESS (90%). Autant d’exemples qui prouvent les difficultés de l’ESS à tenir ses promesses initiales.

 

Améliorer l’égalité femmes-hommes

Au-delà d’une simple analyse, le CSESS est également chargé de formuler des propositions afin de résoudre les problématiques auxquelles le secteur est confronté. Trois horizons d’actions ont été retenus dès 2014 : assurer l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’ESS, en permettant notamment une meilleure articulation entre la vie personnelle et professionnelle des salariés de l’ESS ; favoriser l’accès des femmes à tous les postes de responsabilité, de dirigeant.e.s salariés comme de dirigeants élus ; assurer la parité entre les femmes et les hommes dans toutes les instances élues des entreprises de l’ESS. Pour accomplir ces objectifs, on peut relever quelques mesures phares telles que la mise en place d’une représentation équilibrée dans les instances dirigeantes, les femmes devant en composer au moins 40 %. Le CSESS préconise aussi un soutien particulier apporté aux projets portés par des femmes auprès des organismes de financement, afin de lutter contre les stéréotypes dont elles peuvent être victimes. 

 

Perspectives : horizon 2020

Le prochain rapport sur l’égalité femmes-hommes sera publié en 2020. D’ici là, le CSESS invite à se saisir de nouveaux outils afin de perfectionner la compréhension des dynamiques à l’oeuvre au sein de l’ESS. Le Conseil espère en effet la naissance d’un Observatoire de l’égalité et de la parité femmes-hommes, qu’il décrit comme « un laboratoire, un lieu de recherche-action, reposant sur des ressources humaines et institutionnelles publiques et privées déjà existantes mais fragmentées, en les identifiant, les rassemblant et les dynamisant. » L’ambition est donc double : évaluer, expliciter mais aussi pousser à la mise en place de politiques innovantes, qui permettent de répondre efficacement aux problématiques d’égalité.

, , , , , ,