Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[LU] RSE : les entreprises doivent encore atteindre leur maturité citoyenne

[LU] RSE : les entreprises doivent encore atteindre leur maturité citoyenne
Les entreprises sont nombreuses à montrer leur engagement citoyen à travers leur politique RSE. Comme l’exposent Laurence Borde et Nathalie Dupuis-Hepner dans Les Échos, la responsabilité sociétale n’atteint toutefois pas encore le cœur du monde économique.



 

La RSE, à l’origine de rapprochements inédits en faveur des citoyens

 

Intégrée par de multiples entreprises, la notion de responsabilité sociétale (RSE) a permis la mise en place de partenariats inédits entre le secteur privé, le monde social et les collectivités locales. Renault, Total et la Macif mettent ainsi des solutions de mobilité durables au service de personnes fragilisées depuis deux décennies, sous l’impulsion de l’association Wimoov, de Pôle emploi et des territoires. Tandis que Carrefour, SEB, Leroy Merlin et la Mairie de Paris se sont alliés au sein de la Banque solidaire de l’équipement, initiée par Emmaüs-Défi. Grâce à la RSE, l’économie devient plus positive, les barrières hiérarchiques sont franchies et les salariés trouvent du sens à leur travail.

 

La nécessité pour les entreprises de mettre la RSE au cœur de leurs intérêts

 

Malgré tout, les actions de RSE actuelles sont « encore insuffisant[es] pour impulser une transformation profonde de l’entreprise et lui faire atteindre sa maturité citoyenne » aux yeux de Laurence Borde et Nathalie Dupuis-Hepner, membres du réseau de consultants en entreprise Company Doctors. Selon elles, pour que les actions mises en place atteignent véritablement le cœur des entreprises, il est essentiel pour ces dernières de faire mûrir leur politique de responsabilité sociétale en capitalisant « en profondeur les enseignements de [leurs] initiatives par des méthodes agiles d’observation et de modélisation ». Mais aussi d’intégrer définitivement innovation et RSE à leur stratégie économique.


Retrouvez l’intégralité de l’article de Laurence Borde et Nathalie Dupuis-Hepner ici.

, ,