Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[ÉDUCATION] [LU] ESS : Voyage à l’Essec, à la chaire d’entrepreneuriat social

[ÉDUCATION] [LU] ESS : Voyage à l’Essec, à la chaire d’entrepreneuriat social
L’Essec, prestigieuse école de management basée à Cergy-Pontoise, abrite depuis 2003 une chaire d’enseignement entièrement dédiée à l’économie sociale et solidaire. Zoom sur son mystérieux 6e étage qui forme des étudiants ayant pour mission de révolutionner l’ESS.


 

 

Une spécialisation qui ajoute du savoir-faire aux projets d’intérêt général

Lorsque le professeur Thierry Sibieude créa avec Anne-Claire Pache une chaire d’enseignement consacrée à l’ESS au sein de l’Essec en 2001, il ne pensait pas que cette nouvelle formation aurait le succès qu’elle connaît aujourd’hui. Car au sixième étage de l’école de renommée mondiale, vingt d’étudiants se préparent chaque année à relever les défis de l’ESS et contribuer à une économie qui place l’intérêt général devant la recherche de profits. Cette spécialisation de six mois, qui a reçu dès son lancement le soutien financier de plusieurs grandes organisations (Fondation de France, Macif, Caisse des dépôts), enchante les élèves qui ont la chance de connaître ce fameux sixième étage. « La chaire entrepreneuriat social m’a réconcilié avec l’école. Ce sont des cours qui donnent du sens, qui ouvrent l’horizon sur des activités utiles », confie une étudiante.

Près de 330 élèves formés

En quinze ans d’existence, cette chaire d’enseignement a déjà réalisé un beau parcours. Un programme d’égalité des chances a été créé en 2003. Le premier incubateur pour entreprises sociales soutenu par une grande école, baptisé Antropia, a été lancé en 2005. En 2011 est née une deuxième chaire dédiée à la philanthropie. Aujourd’hui, cette section spéciale de l’Essec peut se vanter d’avoir propulsé 330 anciens élèves dans le monde du travail. Certains sont chargés des innovations sociales de grandes entreprises, d’autres travaillent dans des associations ou autres structures de l’ESS.

 

Source : La Croix

, , , , , ,