[RÉFUGIÉS] [CNJ9] Réfugiés, déboutés, dublinés... Petit lexique de termes

[RÉFUGIÉS] [CNJ9] Réfugiés, déboutés, dublinés... Petit lexique de termes
"S'efforcer au langage clair pour ne pas épaissir le mensonge universel", préconisait Albert Camus dans L'Homme révolté en 1951. Cette citation de l'auteur de l'Étranger pour témoigner de l'importance d'un vocabulaire précis et juste lorsqu'il s'agit de la crise migratoire. Quelle est la différence entre un migrant et un réfugié ? Carenews répond.


Migrant : selon l’ONU, il s’agit d’une personne qui vit plus d’un an dans un pays autre que celui de sa naissance suite à un déplacement volontaire ou forcé. Les 2/3 des migrants s’installent dans un pays limitrophe à leur pays d’origine.

Réfugié : d’après la convention de Genève (1951), le réfugié est une personne qui, « craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».

Demandeur d’asile : il s’agit d’une personne qui a déposé une demande d’asile à l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides) et qui attend une réponse. Durant l’examen de sa demande d’asile, le demandeur reçoit une autorisation provisoire de séjour qui n’ouvre pas le droit d’exercer une activité professionnelle et reçoit l’allocation pour demandeurs d’asile (ADA).

Débouté : une personne « déboutée », appelée dans le langage courant un « debouté », s’est vu refuser l’asile, elle peut alors devenir « clandestin » ou « sans-papiers ».

Dubliné : il s’agit d’un migrant qui, en vertu des accords de Dublin III du 26 juin 2013, doit faire sa demande d’asile dans le premier pays européen où il a été contrôlé. En France, lorsqu’une personne est placée en procédure Dublin, elle ne peut déposer de demande d’asile et ce pendant les longs mois que durent la procédure.

Migrant économique : terme largement utilisé par les politiques et les médias ces derniers mois en opposition aux « réfugiés » . Pour autant, il demeure très difficile de définir avec précision qui serait un migrant « économique » qui a quitté « volontairement » son pays tant, dans les pays d’origine, conflits, guerre, famine et crise sont intimement liés.

 


 

--------------------------------

Semaine thématique réalisée avec le soutien de la Fondation Sanofi Espoir.

, , , , ,