« Viens voir mon taf » : donner leur chance aux élèves de REP grâce à un stage

« Viens voir mon taf » : donner leur chance aux élèves de REP grâce à un stage
La discrimination positive chez les jeunes de 3e scolarisés dans ce qu’on appelle un réseau d’éducation prioritaire (REP) peut-être une une solution aux inégalités. C’est en tout cas ce que semblent penser Mélanie Taravant, Virginie Salmen et Gaëlle Frilet à l’origine de l’initiative « Viens voir mon taf ». Ce réseau en ligne met en lien entreprises et jeunes défavorisés devant effectuer un stage au cours de leur année de 3e. Une technique innovante permettant de leur faire découvrir des métiers de tous horizons. 


Le contact humain comme réponse aux attentats

Lorsqu’on postule pour un stage, la première impression est souvent déterminante. Difficile donc de trouver un stage en entreprise correct quand on présente moins bien qu’un autre élève. Pour leur donner une chance de découvrir le métier dont ils rêvent et inciter les entreprises à aider ces jeunes issus des REP, trois amies de longue date ont crée le site « Viens voir mon taf ».

C’est au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, en 2015, que Mélanie Taravant et Virgine Salem, toutes deux journalistes, et leur amie Gaëlle Frilet, professeure d’anglais, ont eu un déclic sur la nécessité d’instaurer un dialogue entre les différentes communautés cohabitant en France. Comment faire tomber les barrières et déclencher des rencontres humaines et différentes ?

 

Mettre ses contacts à profit des jeunes défavorisés

Le métier de journaliste se construit sur la base d’un carnet d’adresses bien remplie. Mais à quoi servent ces contacts si on ne les mets pas à contribution ? C’est la question qui a tout de suite fait sens pour Virginie Salmen. Selon la journaliste d’Europe 1, il serait plus bénéfique de privilégier la mixité à l’homogénéité des classes sociales. 

C’est donc en piochant dans leur carnet d’adresses que les trois femmes ont commencé à trouver des stages pour aider les jeunes scolarisés dans les réseaux d’éducation prioritaire. Le concept est si efficace que, très vite, lancer un site web apparaît comme une évidence. 

 

Une initiative qui peut faire naître des vocations

« Viens voir mon taf » est enregistré en tant qu’association aux yeux de la loi et a signé des partenariats avec des structures de renom et variés comme la Fondation de France, la Fondation Transdev, Europe 1 ou encore Le Monde. Toutes les entreprises peuvent poster une offre de stage sur le site en décrivant le métier en quelques mots.

Les élèves quant à eux postulent directement sur le site, qui vérifie leur profil et s’assure qu’il s’agit bien d’élèves venant de REP. L’association rappelle la nécessité d’aider ces jeunes en appuyant le fait que ces élèves « regorgent d’énergie mais n’ont pas les contacts » et qu'un simple « coup de pouce pourrait tout changer».

 

, , , ,