Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[FASHION WEEK] Bethany Williams embauche des détenues pour son défilé

[FASHION WEEK] Bethany Williams embauche des détenues pour son défilé
La mode engagée, la créatrice Bethany Williams connaît. Et en a d’ailleurs fait sa marque de fabrique, puisqu’elle réalise la double performance d’allier à la fois mode éthique et sociale. Comment ? En limitant sa production – trois pièces seulement présentées lors de la dernière Fashion Week de Londres, elle recentre les regards sur son processus de fabrication, pour le moins audacieux. En guise de main d’oeuvre, pas de « cracks » sortis tout droit de la mythique Central Saint Martins, mais des femmes issues d'un centre de réhabilitation pour toxicomanes et des détenues de la prison de Sutton, au Royaume-Uni. D’anciennes toxicomanes ont été sollicitées pour la confection, et elle a fait appel à des sans-abri pour défiler à Londres. Lumière sur une créatrice engagée.


 

« Women in Change », une collection pour l'emploi et l'insertion 

 

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais Bethany Williams, designer irlandaise basée à Londres, a déjà tapé dans l’œil des plus grands magazines de mode. Car la Britannique milite pour une mode sociale, et montre l’exemple. Après avoir collaboré avec la banque alimentaire Vauxhall Food Bank pour sa précédente collection, elle s’est intéressée, pour sa ligne Printemps/Été 18, au thème de l’évolution des femmes. Baptisée « Women’s Change », la ligne a été confectionnée avec des femmes issues du centre de réhabilitation pour toxicomanes San Patrignano en Italie, ainsi que des détenues de l’HMP Downview située à Sutton, au Royaume-Uni. Poursuivant sa démarche, Bethany Williams s’est par ailleurs associée au réalisateur Akinola Davies Jr. pour filmer les différentes étapes de création de la collection, et aidé à la mise en place de programme de réhabilitation pour les détenues de l’HMP.

 

Repenser l’écosystème de la mode à travers toute la chaîne de production

 

Mais Bethany Williams veut aller plus loin. Rappelant à I-D que « la mode concerne toutes les industries, de l’agriculture à la communication », et emploie « une personne sur six sur la planète », elle désire prendre le vêtement comme point de départ et colonne vertébrale d’une chaine de dialogue et de réflexion autour des thèmes qui lui sont chers. Aussi, chaque étape de fabrication fait l’objet d’une démarche éco-socialo-responsable qui force l’admiration : les vêtements sont 100% bio ou recyclés, « jusqu’aux boutons », les collections directement inspirées des échanges avec ses collaboratrices, et un pourcentage des bénéfices est ensuite reversé à des projets ou associations. Bethany Williams pousse l’aventure solidaire jusqu’au podium : les mannequins sélectionnés par l’agence londonienne TIH Models sont sans emploi, et sans-abri.



 

, , , , ,