Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[ENVIRONNEMENT] Les fermes et la permaculture au service de l'écologie

[ENVIRONNEMENT] Les fermes et la permaculture au service de l'écologie
Alors que le marché du bio prend de plus en plus d'ampleur, la rédaction de Carenews a voulu illustrer ce mouvement de fond avec la ferme du Bec Hellouin, première ferme en Europe axée sur la permaculture (dérivé de " permanent agriculture " en anglais), dont les formations proposées rencontrent un franc succès auprès du public. Elle s'est engagée dans un programme de recherche avec l'INRA et AgroParisTech, en collaboration avec l’Institut Sylva et avec le soutien de la Fondation Léa Nature. Les rapports, effectués régulièrement, soulignent la viabilité de ce type de ferme innovante qui n'utilise aucun produit phytosanitaire.


 

La ferme du Bec Hellouin, une initiative unique en Europe


La ferme normande a été créée en 2004 par Charles et Perrine Hervé-Gruyer avec l’intention de nourrir leur famille avec des plantes saines. En fin 2006, le couple a pris le statut d’agriculteur, avant de découvrir, fin 2008, la permaculture. L'aventure leur a, par ailleurs, inspiré l'écriture du livre Permaculture – Guérir la Terre, nourrir les Hommes.

Pour un rendement optimal, la ferme du Bec Hellouin a emprunté les méthodes d'Eliot Coleman et de John Jeavons, des pionniers du micro-maraîchage biologique intensif. La ferme veut être à la fois un espace de production alimentaire biologique, un espace d'échange et de savoir, mais aussi de partage, d'expériences et de formation.


 

La permaculture, une façon de diminuer notre empreinte écologique ?
 

La permaculture a été initiée afin de permettre aux individus et aux communautés de repenser la relation des sociétés à leur environnement. L'objectif d'une telle culture est donc de créer des " écosystèmes vécus ", en " s'appuyant sur les interactions de leurs différentes composantes pour en optimiser l'autonomie et garantir la qualité de vie des humains qui en sont parties prenantes ".

 

Le rapport d'étude Maraîchage biologique permaculturel et performance économique, mené par l'institut Sylva et l'unité de recherche SADAPT (INRA-AgroParisTech) sur la ferme du Bec Hellouin de 2015, a conduit à la conclusion suivante : " il est possible de produire de façon importante sur une petite surface maraîchère cultivée essentiellement à la main et de dégager ainsi un bénéfice suffisant pour assurer un revenu correct à une personne ayant un statut agricole. "

 


Une multiplication d'initiatives pour une agriculture plus saine et plus respectueuse de l'environnement
 

Sont-ce là les fermes et les paysans de demain ?

Du point de vue environnemental et sociétal, des types de fermes comme celle du Bec Hellouin sont idéales, d'autant plus dans leur refus d'utiliser les produits phytosanitaires.

L'initiative de la ferme n'est pas sans rappeler les potagers urbains mis en place par la Fondation Carrefour qui, elle, décide de soutenir l'agriculture urbaine, au moyen de jardins partagés, d'agriculture verticale et de maraîchage afin de lutter contre la sous-alimentation et la malnutrition infantile. Combat que l'on retrouve dans le partenariat entre le Réseau Cocagne et la Fondation RTE qui militent, eux aussi, pour développer le maraîchage biologique en développant des projets locaux.

La thématique de l'agriculture raisonnée et solidaire se retrouve aussi dans le partenariat entre les équipes AccorHotels et l'association Ateliere Fara Frontiere (AFF) en Roumanie qui visent à rendre le maraîchage de légumes bio accessible à tous.

Les projets innovants pour une agriculture solidaire et raisonnée continuent d'attirer les acteurs de l'environnement et, de plus en plus, le secteur du mécénat.

 

, , , ,