Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[#STREET] Dans ma rue, des maraudes à l’hébergement citoyen

[#STREET] Dans ma rue, des maraudes à l’hébergement citoyen
L’association Dans Ma Rue veut aller plus loin que les maraudes. En tissant divers partenariats auprès d’acteurs pour le logement, elle souhaite capitaliser autour du climat de confiance qu’elle instaure auprès des sans-abri pour les accompagner au mieux dans leur réinsertion professionnelle.


 

 

 

 

Restaurer la confiance

 

Fondée en 2015 par deux étudiants, Usman Ishaq et Meryl Attou, l’association Dans Ma Rue organise tous les samedis des maraudes en faveur des sans-abri, au cours desquelles 200 bénévoles se relaient. Animée par une volonté simple, « recréer du lien social et instaurer un climat de confiance avec les bénéficiaires », elle est implantée depuis sa création dans le 13e arrondissement de Paris, et depuis novembre 2017, dans le 15e arrondissement. « Le choix du samedi après-midi a son importance, précise Meryl Attou. Cela permet d’impliquer des bénévoles qui ne seraient forcément disponibles la semaine dans des actions citoyennes, et d’engager davantage de dialogue avec les sans-abri ». Attachés à l’établissement d’une « chaîne de solidarité locale », ils disposent de locaux fournis par le restaurant l’Âge d’Or et la Maison Jean Rodhain, tandis que le réseau La Ruche qui Dit Oui leur fournit chaque semaine un panier alimentaire. Walomo leur fournit ainsi des vêtements chauds, et Intersport leur fait parvenir un colis par an. « Les partenaires locaux, c’est important pour nous, ajoute-t-elle. Cela nous permet d’impliquer plus de personnes du quartier, et de développer davantage de citoyenneté. »

 

Accompagner les sans-abri vers la réinsertion

 

Très active sur Facebook, l’association, qui publie régulièrement sur ses réseaux sociaux des portraits des sans-abri ou des clichés de ses bénévoles veut aller plus loin et être la colonne vertébrale d’une véritable chaîne de solidarité inter-arrondissements. Objectif ? Mieux accompagner les sans-abri dans leurs démarches de réinsertion. Pour ce faire, elle a tissé de nombreux partenariats. Antoine s’est ainsi vu offrir une tenue de travail par l’association La Cravate Solidaire, qui l’a également entraîné à préparer un entretien professionnel. Grâce au collectif Merci pour l’invit, il est également logé depuis le mois de décembre chez un particulier, dans le cadre d’un contrat d’hébergement citoyen. « C’est une première phase de test, explique Meryl Attou. Si cela fonctionne pour Antoine, nous nous lancerons aux côtés de La Cravate Solidaire et de Merci pour l’invit dans d’autres démarches similaires de réinsertion ». 

 

, , , , ,