[POSITIVONS] Autistes à l'usine, l'expérience du groupe Andros

[POSITIVONS] Autistes à l'usine, l'expérience du groupe Andros
Ils sont aujourd'hui 12 adultes, atteints de troubles du spectre de l'autisme, à occuper un emploi en CDI au sein de l'usine Novandie. C'est à Auneau, en Eure-et-Loire, qu'un dispositif particulièrement innovant a vu le jour sous l'impulsion du Groupe Andros. Un projet de vie ouvert et inclusif, qui permet à la fois l'accueil d'adultes porteurs d'autisme en entreprise, une prise en charge socio-éducative adaptée, mais également un hébergement en autonomie. L'initiative, portée par Jean-François Dufresne, l'un des dirigeants de la société Andros et père d'un enfant autiste, a été soutenue par une collaboration étroite entre le monde de l'entreprise et les collectivités. L'association Vivre et Travailler Autrement, créée pour ce projet, a été récompensée, en juin 2018, par la Fondation La France s'engage, et veut à présent essaimer le dispositif pour l'insertion des adultes porteurs d'autisme.


 

 

L'autisme de l'adulte, nouvel enjeu de santé publique


 

Si la prévalence des troubles du spectre de l'autisme est aujourd'hui plus importante, on estime que seulement 2% des adultes qui en sont atteints ont accès à l'emploi. Faute d'une compréhension suffisante du trouble et des aménagements possibles, les capacités et les compétences de ces personnes restent à valoriser : ils s'agit pourtant de profils méthodiques aux facultés parfois hors du commun.


 

Un dispositif d'insertion socioprofessionnelle inclusif et innovant


 

C'est dans l'esprit de l'un des dirigeants de la société Andros, Jean-François Dufresne, père d'un enfant autiste, que germe l'idée de ce dispositif. Un projet particulièrement innovant dans le domaine, puisqu'il s'agit du seul, à ce jour, qui propose à la fois une activité professionnelle pérenne, une prise en charge assurée par des professionnels de l'autisme, et un hébergement adapté.

 

Située à Auneau en Eure-et-Loire, l'usine Novandie, qui fabrique notamment les produits laitiers du groupe Andros, accueille une dizaine de jeunes adultes autistes à temps partiel en CDI. Un emploi permis par des aménagements du poste de travail et un encadrement permanent dispensé par des spécialistes du Service d'éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) et de l'Etablissement et service d'aide par le travail (ESAT). À quelques minutes de l'usine, la Maison du parc est un lieu de vie spécialement aménagé pour accueillir ces nouveaux employés dans des appartements autonomes.


 

Vivre et Travailler Autrement : un modèle efficace et la volonté de s'essaimer


 

Le projet-pilote, impulsé par l'association Vivre et Travailler Autrement, a été développé sous l'égide du Groupe Andros et en partenariat étroit avec les institutions publiques. Et l'expérience est plutôt concluante : "Au total, un professionnel autiste ne coûte pas plus cher qu’un autre. Il fait le même travail que les professionnels non handicapés. Sur certains postes, il peut être plus productif. Embaucher des personnes autistes est rentable", assure Yannick Bontemps, ancien directeur de l'usine d'Auneau.

 

L'association, parrainée par Josef Schovanec, a été récompensée en juin 2018 par la Fondation la France s'engage : un gage de sérieux qui lui permettra, sans doute, de favoriser les aspirations d'essaimage de ce modèle d'insertion socio-professionnelle novateur.  

 

 

, , , , , , , , ,