[CARENEWS JOURNAL] Dossier Central : lutte anti-gaspillage et don en nature

France, Allemagne , …
[CARENEWS JOURNAL] Dossier Central : lutte anti-gaspillage et don en nature
Le dossier central du Carenews Journal (automne 2015) est consacré à ces sujets cruciaux et d'actualité. Retrouvez ici les informations et analyses de ce dossier de trois pages. L’actualité de la fin de l’hiver et du printemps a été animée par les débats sur la loi anti-gaspillage à l’Assemblée nationale et au Sénat, mais aussi au sein des associations spécialisées dans ces sujets (lutte contre le gaspillage alimentaire des particuliers comme de la grande distribution, précarité alimentaire, dons matériels). Bien loin de la collecte de fournitures scolaires dans les écoles ou de celle des sachets de riz à la sortie des supermarchés, le don en nature a évolué considérablement ces dernières années, mettant malheureusement en lumière un gâchis croissant et une précarité qui ne faiblit pas. En miroir apparaît le dynamisme collectif à travers des innovations, des associations structurées, des entreprises mécènes impliquées et toute une société en marche vers un monde plus juste et plus responsable.


Quelques chiffres 

8,7 millions de personnes en situation de pauvreté monétaire (ONPES) 630 millions d’euros de produits non-alimentaires détruits par an (ADN France)

1 personne en situation de précarité sur 2 ne mange pas à sa faim. (Médecins du Monde)

2,3 millions de tonnes de nourriture seraient gaspillées chaque année dans la distribution. Le gaspillage se chiffre à 1,5 million de tonnes dans la restauration collective et commerciale, et à 6,5 millions de tonnes au sein des foyers. (Planetoscope)

 

Le mécénat en nature des entreprises : valeur ajoutée et limites (Extrait)

« Généralement opposé au don financier, il est souvent centré sur les produits et activités de l’entreprise et peut être préféré pour des raisons stratégiques ou de trésorerie. Le don en nature est hétérogène puisqu’il comprend également les prêts (biens immobiliers, matériels...). Ce mécénat multiforme offre des partenariats très divers. Ces collaborations sont créatrices de valeur immatérielle et de sens pour les mécènes comme pour les bénéficiaires. »  

Lire le [Dis Flavie] C'est quoi le mécénat en nature ?

 

Chez nos voisins

Belgique

Les grandes surfaces qui font don de leurs invendus à des associations peuvent, depuis 2014, récupérer la TVA payée à l’achat des produits pour enrayer la destruction de marchandises, jusqu’alors plus économique. Des discussions sont en cours sur une extension du dispositif aux petits commerces.

Allemagne

Lebensmittelretten installe des réfrigérateurs communs alimentés par des particuliers et destinés à tous (priorité aux plus démunis tout de même) dans les rues de Berlin. Les bénévoles de l’association récupèrent également des produits de restaurants et de commerces pour remplir les frigos.

 

Les évènements sportifs, la télé et la restauration rapide s’y mettent aussi !

Le Chaînon Manquant redistribue par exemple les repas non servis lors d’évènements comme Roland Garros. Top Chef donne les produits non utilisés du fameux garde-manger au Secours Populaire et invite les bénévoles de l’association à son gala final.

Les entreprises de restauration comme Pret A Manger s’engagent à donner les produits non vendus le jour même. Devant le constat que la collecte était difficile pour de nombreuses associations, l’entreprise de restauration rapide a lancé un charity van (camionnette réfrigérée) en 2014. L’entreprise donne des chiffres impressionnants : 100 % de collecte et de redistribution des invendus, et en 2014, 130 000 produits offerts à ceux qui en ont le plus besoin.

Des associations comme Emmaüs ou le Secours Populaire recueillent les dons des entreprises comme ceux des particuliers pour les distribuer ou les revendre.

 

Lutte anti-gaspillage connectée

Partage ton frigo

Met en commun les contenus des réfrigérateurs dans les entreprises mais aussi chez les particuliers via une appli.

Optimiam

Des particuliers téléchargent gratuitement l’application et consultent via la géolocalisation, la distance qui les sépare des commerçants qui proposent des invendus à prix cassés. Ensuite ils composent leur panier puis obtiennent un code flash à présenter en boutique.

 

Une liste de quelques associations

 

Invendus alimentaires

A.N.D.E.S., le réseau des épiceries solidaires L’A.N.D.E.S. apporte des solutions innovantes pour proposer une alimentation saine et accessible aux personnes en situation de précarité. Elle rend accessibles des produits alimentaires de qualité et met en place des actions d’accompagnement.

Pour accomplir leurs missions d’accompagnement alimentaire et de lutte contre le gaspillage alimentaire, les Banques Alimentaires collectent, gratuitement, chaque jour, des denrées auprès de plusieurs sources d’approvisionnement et les redistribuent à un réseau de 5 300 associations partenaires.

Invendus non-alimentaires

Dons Solidaires mobilise et accompagne les entreprises qui souhaitent donner leurs invendus de produits non alimentaires et les propose ensuite aux associations caritatives pour aider les populations défavorisées.

L’Agence du Don en Nature (ADN) lutte contre l’exclusion et la précarité par le don de produits neufs non-alimentaires via son réseau de 500 associations partenaires.

 

Interview de Jacques Bailet, président de la fédération française des Banques Alimentaires

" Nous devons être en mesure de fournir aux 5 300 associations et centres communaux d’action sociale avec lesquels nous travaillons des denrées pour constituer des repas équilibrés. C’est notre première mission : nous récupérons celles- ci auprès des grandes surfaces, de l’industrie agro-alimentaire, des producteurs et nous devons continuellement étendre notre couverture géographique. Pour cela nous devons recruter et former des bénévoles mais aussi investir pour avoir des outils (100 000 m2 d’entrepôts, 20 000 m2 de chambres froides au meilleur niveau). Nous sommes actifs sur les sujets soulevés par le projet de loi Garot encourageant la limitation du gaspillage.

Deuxième mission : accompagner les associations pour aller au-delà du simple don et les aider à recréer du lien social avec ceux qui viennent chercher des denrées. "

Lire l'entretien complet de Jacques Bailet avec Catherine Brault. 

 

 

Le Carenews Journal est disponible sur le site de CarenewsGroup

 

Crédit photo : ADN 

, , , , , ,