François Hollande défend la fiscalité du mécénat

François Hollande défend la fiscalité du mécénat
Le samedi 23 janvier 2016, François Hollande a profité de l’inauguration du Musée Unterlinden de Colmar pour rappeler son attachement au régime fiscal du mécénat. Une déclaration qui se veut rassurante, dans un contexte où les avantages fiscaux relatifs à la Loi Mécénat sont régulièrement critiqués.


C’est à l’occasion de la réouverture du musée Unterlinden de Colmar, agrandi et rénové, que le président de la République a souligné l’importance du dispositif mécénat. Accompagné par la ministre de la Culture Fleur Pellerin, il a rappelé que ces mesures permettent « d’enrichir le patrimoine de la Nation ».

 

La fiscalité prévoit des dispositions pour les mécènes. Ces dispositions sont régulièrement évoquées par des parlementaires. Je veux ici confirmer l'orientation qui est la nôtre. C'est très important d'avoir ces mécanismes, parce que ça permet d'enrichir le patrimoine de la Nation. " – François Hollande

 

François Hollande a pris pour exemple le Musée Picasso à Paris, qui a en effet enrichi ses collections par ce biais. Le président a également souligné l’importance du rôle joué par le dispositif du mécénat dans l’acquisition d’œuvres et pour empêcher leur exportation en dehors de nos frontières : "Il est très important que nous puissions continuer à acquérir des œuvres majeures. Encore récemment, deux Rembrandt s'apprêtaient à quitter le territoire".

Par cette déclaration, François Hollande souhaite rassurer le monde de la culture. En effet, les inquiétudes sont fortes quant au maintien de ce dispositif, avantageux pour les mécènes mais coûteux pour l’Etat. La Loi Mécénat de 2003 prévoit en effet des déductions fiscales incitatives, qui placent la France parmi les pays les plus généreux en la matière. Cependant, dans un contexte économique difficile, les dispositions favorables de cette Loi sont fréquemment remises en cause, notamment par la Cour des Comptes qui y voit un moyen de réaliser des économies supplémentaires. Rappeler son attachement au dispositif du mécénat tel qu’il existe aujourd’hui est un bon moyen pour François Hollande d’apaiser ses relations avec le secteur culturel, souffrant déjà de fortes réductions budgétaires.

, , , ,