[DOSSIER CARENEWS JOURNAL 5] SPORT ET MÉCÉNAT

[DOSSIER CARENEWS JOURNAL 5] SPORT ET MÉCÉNAT
Dans le domaine sportif, le mécénat et le parrainage sont très présents. On peut même dire qu’en sport, le sponsoring est arrivé et s’est développé bien avant le mécénat. Pourtant, philanthropie et sport n’ont pas une relation classique. Elle est variée et polymorphe. On peut envisager le mécénat sportif sous de nombreux angles : soutien à des programmes de sport, soutien à des athlètes, soutien au handisport. Le sport est considéré comme un catalyseur d’insertion et de développement personnel. Aussi de nombreux projets utilisent‐ils un ou des sports pour aider les enfants en difficulté ou les adultes en réinsertion. Et si l’on parle de mécénat et de sport, difficile de ne pas envisager leurs liens sous un spectre différent : celui du mécénat prodigué par les entreprises de sport, voire sportives. Les clubs de foot, de rugby ou de tennis sont eux aussi des entreprises et leurs structures caritatives, fondations ou fonds de dotation se développent avec le temps...


"Le mécénat une signature, le parrainage un affichage" (Jacques Rigaud)

Si dans les pays anglo‐saxons parrainage et mécénat sont presque indistincts, en France, la limite réside à la fois dans l’exécution de l’opération (publicitaire pour le parrainage) et dans la législation. Une opération de mécénat impose des contreparties indirectes et limitées. Son versement est un don qui entraîne une réduction d’impôt importante (couramment de 60% du don). L’opération de parrainage, quant à elle, autorise des contreparties directes, son paiement est une prestation comptabilisée comme une charge déductible du résultat fiscal. La frontière entre mécénat et parrainage est claire sur le papier, mais mince dans les faits. Ainsi, certains mécènes et bénéficiaires n’hésitent plus à passer directement au régime du parrainage pour ne pas risquer une requalification de leurs projets ; certaines entreprises ne sont également pas intéressées par la déduction fiscale offerte par le mécénat et y préfèrent la visibilité, tandis que certaines associations n’ont pas la possibilité d’offrir cette fameuse déduction.

> Point sponsoring

Le sponsor ou parrain est par définition : “ Un particulier ou entreprise qui finance une manifestation, une épreuve sportive, culturelle — ou un de ses participants — dans un but publicitaire.” (Larousse). Importé du marketing, le concept de parrainage (sponsoring) est utilisé la plupart du temps dans le domaine sportif. Ainsi, du flocage des maillots aux bannières publicitaires, on retrouve dans ce domaine de nombreuses opérations de sponsoring dont les enjeux de visibilité sont extrêmement importants.

Des campagnes sport et mécénat ! 

> " Marquez pour le patrimoine ! " Crowdfunding sportif pour la culture

À l’occasion de l’Euro 2016, le Centre des monuments nationaux (CMN) lance une campagne originale de mécénat participatif : « Marquez pour le patrimoine ! » Pour lever des fonds, le CMN installera 22 baby‐ foot au sein de 14 monuments nationaux. L’occasion pour les visiteurs de partager un moment de convivialité mais aussi pour l’institution culturelle de réaliser une campagne de financement pour la restauration de son patrimoine. Les balles sont en vente au prix de 1 euro et peuvent être gardées par les visiteurs.

> Sport solidaire et connecté avec Kinder et le Secours Populaire

Le Secours populaire a lancé au printemps l’application Qui Court Donne. Cette initiative est présentée comme le premier mouvement solidaire connecté en faveur de l’accès au sport au profit de l’enfance. La plateforme Running Heroes est le soutien logistique de l’opération. L’application de running transforme les kilomètres parcourus et les défis sportifs en dons grâce au mécénat de Ferrero France. Kinder soutient en effet les programmes développés autour de l’enfance (Ferrero France investit près d’un 1,8 million d’euros par an).

 

Des entreprises dont le coeur de métier est le sport

 > Un mécénat à fond la forme

La Fondation d’entreprise Decathlon a pour mission principale d’aider les personnes fragiles à mieux vivre grâce au sport. Depuis 2014, elle a contribué au succès du projet Another possibility of life, dédié aux personnes atteintes de handicap mental à Shanghai (Chine). Tous les projets soutenus par la fondation sont issus d’initiatives personnelles ou collectives de collaborateurs de l’entreprise. Decathlon est une entreprise française de distribution d’articles de sport. Implantée dans 21 pays, elle emploie plus de 60 000 personnes. Créée en 2005, sa fondation soutient des projets qui touchent des personnes se trouvant dans des situations de fragilités diverses (handicap mental, physique, précarité financière, enfants), quel que soit le sport concerné (danse, sports nautiques, vélo, course, rugby...).

 > Les clubs sportifs deviennent mécènes

Depuis quelques années, les clubs sportifs ont développé leurs actions solidaires via des fondations ou fonds de dotation. Le football est particulièrement représenté dans ces structures. Pionnier en la matière, la Fondation Paris-Saint-Germain [lire le Carenews Journal n°2]. On peut également citer la fondation du Toulouse Football Club ou celle de l’Olympique Lyonnais. Récemment, le fonds de dotations OM attitude a contribué aux 70 ans de l’UNICEF en reversant l’intégralité des recettes de la 35e journée de Ligue 1, lors de la rencontre OM‐ Nantes. Les sommes de la billetterie se sont ajoutées à la générosité du public lors du match. Inversant le principe du sponsoring, les joueurs de l’OM ont porté un maillot floqué aux couleurs de l’UNICEF durant leur échauffement.

> Damien Seguin, Figure de proue du Handisport

Damien Seguin, médaillé plusieurs fois aux jeux paralympiques, est un acteur important du mécénat sportif. En 2005, il crée Des Pieds et Des Mains dont le but est de faciliter l’accès des sports nautiques aux personnes en situation de handicap. Depuis 2015, il est soutenu par la Fondation Française des Jeux pour faire changer le regard sur le handicap en participant à l’intégration des sportifs handivoile. Il participe cet été au Tour de France à la voile. La Fondation FDJ intervient dans les domaines du sport, de la solidarité et du handicap depuis 1993.

Des associations qui oeuvrent pour la pratique sportive

> La CAMI sport et Cancer

En France, le cancer touche annuellement 365 000 personnes. La pénibilité des effets secondaires peut être diminuée par la pratique d’une activité physique durant le traitement. Le sport augmente également les chances de guérison et réduit les risques de rechute. La fédération CAMI Sport et Cancer promeut les bienfaits de la pratique physique et sportive en cancérologie depuis de nombreuses années. La CAMI installe des pôles d’activités physique et sportive au sein des hôpitaux. Le soutien de Malakoff Médéric va permettre de déployer 8 nouveaux pôles d’activité physique et sportive d’ici fin 2018, avec une première ouverture à Lille en septembre 2016.

> En solidarité, drop de béton transforme l’essai !

Depuis plus de 20 ans, Drop de Béton apporte son aide aux publics en difficulté grâce au rugby. Le rugby sert de socle aux différentes actions de Drop de Béton dans des domaines aussi divers que le handisport, l’insertion sociale ou professionnelle, la pratique sportive féminine. Drop de Béton développe des programmes favorisant l’éducation, la formation professionnelle et l’accès à l’emploi. D’abord girondine, l’association s’est développée en Aquitaine et en Île‐de‐France. L’activité de Drop de Béton a su séduire Société Générale. La banque, mécène solidaire agissant en faveur de la jeunesse et du sport, intervient auprès de Drop de Béton en apportant des dons et les compétences de ses collaborateurs.

 

Ce dossier est extrait du Carenews Journal n°5.

, , , , ,