Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Économie sociale et solidaire : baromètre 2017 de l’entrepreneuriat social

Économie sociale et solidaire : baromètre 2017 de l’entrepreneuriat social
Pour un Français sur trois, les entrepreneurs sociaux sont les acteurs les plus innovants dans la résolution des problèmes sociaux et environnementaux. Près de 60% des jeunes de 18-24 ans se montrent attirés par le secteur de l’économie sociale et solidaire pour y travailler ou y lancer leur propre activité. Même si le secteur est en constante croissance seulement 37% des Français ont entendu parler de l’entrepreneuriat social (contre 15% en 2008). Le manque de moyens financiers et de partenariats avec les entreprises reste un défi majeur. Le baromètre de l’entrepreneuriat social montre les différents projets, initiatives et l’avenir de l’économie sociale et solidaire. 


Quelques chiffres sur l'entrepreneuriat social

61% des Français ont déjà entendu parler de l’économie sociale et solidaire.

En septembre 2016, 93% des entrepreneurs se disaient prêts à recruter en 2017.

65% des Français souhaitent consommer autrement (et 71% des 18-24 ans).

41% des Français sont motivés pour agir comme bénévoles.

43% des entrepreneurs français estiment que le manque de moyens financiers est leur principal frein.

Depuis 2000, l’emploi privé dans l’ESS a progressé de 24% contre 4,5% dans les autres secteurs privés.

600 000 emplois dans ce secteur sont à renouveler d’ici 2020.

 

«  Public Open Innovation  », une dynamique par et pour les territoires

Aujourd’hui, 80% des startups sont regroupées dans 20 zones d’emplois avec en tête Paris, Lyon, Lille, Toulouse et Montpellier. Alors, comment encourager l’innovation sociale sur l’ensemble des territoires  ?

Le développement des catalyseurs de startups en dehors des grandes métropoles se fera par l’encouragement à la création et la reprise d’activité. Il faudra également favoriser la coopération entre les acteurs pour innover. La création d’un fonds «  Public Open innovation  » rattaché au Premier ministre qui rapprochera les ministères de l’entrepreneuriat permettra la mobilisation et l’inspiration des politiques pour le monde de demain. Cela passera également par faire connaître l’impact social et financier de ces innovations sociales auprès des élus.

«  C’est par le développement d’une alliance concrète entre pouvoirs publics et entrepreneurs sociaux, entre efficacité et intérêt général que nous pourrons réellement faire bouger les lignes, proposer une autre vision de la société et répondre aux défis du monde d’aujourd’hui  » explique Christophe Itier, DG de la Sauvegarde de Nord

 

Des entrepreneuriats sociaux qui montrent l’exemple

L’entreprise JURATRI trie les emballages ménagers en milieu rural. Elle se spécialise dans la valorisation des déchets d’équipements électriques et électroniques. Aujourd’hui, son chiffre d’affaire et de 7 millions d’euros et plus de 35 000 T de déchets ont été recyclé évitant l’enfouissement. Sa croissance est favorable à l’emploi puisque l’entreprise se compose déjà de 120 salariés, dont 55, en réinsertion professionnelle et 20 nouveaux emplois sont également à prévoir d’ici 2 ans.

 

ICI MONTREUIL est une société qui a mis en place un «  MakerSpace  », c’est-à-dire un espace collaboratif et solidaire qui aide les entrepreneurs du «  faire  » (artisans, artistes, designers, architectes, entrepreneurs…) La société propose un abonnement donnant accès à un espace de 1800m2 avec ateliers partagés, parc de machines numériques et professionnelles mutualisées, des openspaces, des salles de réunions ainsi que des showrooms. L’abonnement permet également de participer à des formations ainsi que des accompagnements regroupant une communauté de «  faiseurs  » cumulant 63 savoir-faire. 

ICI MONTREUIL accompagne une dizaine de projets de production par an et héberge 165 résidents en plus de leurs 350 utilisateurs. Leur objectif est de créer d’autres «  MakerSpace  » partout en France. 

 

Les femmes, actrices de l’entrepreneuriat social

Le baromètre de l’entrepreneuriat social présente également la place des femmes dans ce milieu. Plus de 88% des femmes entrepreneures se sentent plus autonomes et épanouies grâce à leur(s) projet(s) d’entrepreneuriat social. Pour la majorité de ces femmes, la dimension sociale est prioritaire au profit et leur procure une véritable satisfaction. La Fondation Chanel, engagée pour les femmes soutient plusieurs projets en apportant un appui technique, une formation ou une aide financière. Le développement de projets sociaux et solidaires est une priorité. Pour cela il faudra aux femmes une plus grande visibilité, la confiance de leurs partenaires – beaucoup de femmes se sentent moins soutenues et aidées parce qu’elles sont des femmes - ainsi que des fonds financiers supplémentaires. 

Clémentine Chambon est l’exemple parfait de la grande réussite des femmes dans ce domaine. À seulement 24 ans, elle figure dans le top 30 des jeunes entrepreneurs sociaux européens de moins de 30 ans du classement Forbes. Avec Amit Saraogi, elle fonde Oorja. Le but de cette société était de trouver une solution fiable et abordable d’électrification des zones rurales en Inde. Au-delà de l’aspect technique, les deux femmes se sont concentrées sur la compréhension de la communauté et de ses besoins. Elles ont donc monté un projet de création de minicentrales qui produisent de l’électricité générée à partir des déchets agricoles et de l’énergie solaire. 

« L’entrepreneuriat social est un moyen efficace pour contribuer au développement positif de la société en résolvant de grands problèmes d’inégalités sociales afin de rendre la société plus agréable et plus juste pour tous», dit Clémence Chambon

 

Ont aussi été abordés les sujets de participation citoyenne à l’entrepreneuriat, la permaculture comme solution d’avenir, les solutions innovantes pour lutter contre le gaspillage énergétique, alimentaire et matériel ainsi que les nouvelles formes de financements pour les entrepreneurs. 

 

Convergences, lancée en 2008, est une plateforme de réflexion, de mobilisation et de plaidoyer qui promeut le développement durable, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Elle se compose de plus de 240 organisations partenaires. La plateforme mobilise et réunit différents acteurs dans le but de faire évoluer les choses, notamment lors du Forum Mondial Convergences. Dans son Baromètre de l’Entrepreneuriat Social, Convergences réunit KPMG, Ashoka, Mouves, OpinionWay, FranceActive, Bnp Paribas et la Fondation Chanel comme partenaires.

, , , ,