FUNDORAMA : 4e édition de l’étude de l’AFF sur les métiers du fundraising

FUNDORAMA : 4e édition de l’étude de l’AFF sur les métiers du fundraising
À l'occasion de la 4e édition de l'étude Fundorama, l'Association Française des Fundraisers (AFF) met en lumière les métiers du fundraising. Le Fundraising est une pratique essentielle au monde associatif, qui a encore du mal à exploiter son potentiel.


Les métiers de Fundraising

 

Les métiers du fundraising concernent tout ce qui touche à la collecte de fonds. Même si le fundraising n'a rien de nouveau, il a pris son envol dans les années 80 avec les grands mouvements associatifs qui nécessitaient des financements, et a pu évoluer et se propager grâce aux médias. Les associations ont besoin de cette pratique, afin de récolter des dons, ou bien de recevoir des financements pour pouvoir agir.  Aujourd'hui, on parle des métiers de fundraising au pluriel, car cela englobe un plusieurs domaines d'expertise. L'AFF a mené pour la quatrième fois une étude afin de mieux cerner les métiers du fundraising et leur évolution.

 

L'étude Fundorama et l'évolution des métiers du fundraising

 

Afin de réaliser cette étude, l'AFF a contacté 270 fundraisers à travers la France. Les métiers de fundraising nécessitent aujourd'hui plusieurs domaines d'expertises tels que le marketing, la communication, l'évènementiel, l'informatique... Selon l'étude, c'est l'arrivée du numérique qui a donné une nouvelle dimension aux métiers du fundraising. Grâce aux nouvelles technologies, les fundraisers peuvent maintenant avoir un accès direct aux donateurs. De plus, les associations se tournent de plus en plus vers le digital pour les collectes et la communication.

 

Cependant, l'évolution n'est pas seulement technologique. Toujours selon l'étude 86% des personnes sondées trouvent que les métiers du fundraising ont évolué ces 5 dernières années. Et il semblerait que ce ne soit pas près de changer 97 % d’entre elles s’attendent à ce que le métier continue de se renouveler.

 

Les difficultés des métiers de fundraising

 

Bien que les métiers du fundraising soient primordiaux, ils sont encore très méconnus, voir sous-estimés. C’est du moins ce qui ressort de l’étude. En effet, même si 95 % des personnes interrogées sont très optimistes quant à l’avenir de la profession, 64 % trouvent que le travail est stressant. Il est mentionné que le travail manque souvent de reconnaissance, et 54 % considèrent que leur organisation ne se donne pas les moyens pour faire face aux évolutions des métiers du fundraising. L’ AFF publie un bilan positif des métiers et bienfaits du fundraising, sans perdre de vue les défis de la profession, car selon le sondage, la reconnaissance et le salaire ne sont pas toujours au rendez-vous.

 

, , , , , , ,