Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Lancement du label ESS French Impact et de l'accélérateur d'innovation sociale

Lancement du label ESS French Impact et de l'accélérateur d'innovation sociale
La volonté d’Emmanuel Macron était claire, et son programme l’énonçait : « l’économie sociale et solidaire est un atout pour faire réussir notre pays. » Il avait promis cet automne un « accélérateur », c’est chose faite. Le ministère de la Transition énergétique était "the place to be" de l’ESS ce matin. Tout le petit monde de l’Économie Sociale et Solidaire s’est en effet réuni pour assister au lancement de l’accélérateur de l’innovation et du label French Impact sur lequel planche un groupe de travail depuis quelques mois.


 

 

Un engagement qui mobilise une partie du monde politique

 

Ce que beaucoup de personnes ont souligné et remarqué, c’est le nombre de ministres et de personnalités politiques engagées et présentes pour ce lancement.

 

Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire, a ouvert l’évènement en insistant sur la quête de sens et de solidarité de chacun. « L’innovation sociale apporte des réponses de vivre ensemble et de maillage social. Il faut libérer l’innovation sociale et la remettre au cœur de nos réponses aux défis sociétaux grâce à une politique ambitieuse de soutien à son développement. C’est ma volonté pour l’avenir de notre société», a-t-il rappelé. L’économie sociale et solidaire deviendra-t-elle la norme ? Les entreprises seront-elles un jour à mission ? Autant de pistes lancées par le ministre.

Ensuite, des pitchs se sont succédés avec quelques interventions très applaudies comme celle de Siel Bleu (une association qui propose des programmes de sport adapté pour lutter contre maladies et récidives) ou de Pascal Lorne de Go Job, "le BlaBlaCar de l'emploi".

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre chargé de la cohésion des territoires ont eux aussi pris la parole.

Enfin, Christophe Itier, Haut-commissaire à l’ESS et à l’innovation sociale, a enfin lancé officiellement le French Impact et a détaillé le plan pour les années à venir. Le Haut-commissaire, qui depuis sa prise de poste défend que l’ESS française vaut bien la FrenchTech en termes d’attractivité, a remercié tous ceux qui s’étaient mobilisés.

Le secteur, qui pèse 10 % du PIB et près de 13 % des emplois privés en France, dans 165 000 entreprises, commence il est vrai à se structurer.

 

Le label #FrenchImpact est officiellement lancé

 

Le label se veut fédérateur en mobilisant un réseau de « hackers French Impact » pour favoriser la simplification administrative, les relations entre innovateurs sociaux et pouvoirs publics et l’expérimentation. Il promet aussi de mieux évaluer l’impact social et de soutenir l’écosystème et les territoires innovants avec des labellisations (incubateurs, financeurs, ruches, évaluateurs, PTCE...).

 

Un fonds d’amorçage national va être créé. Celui-ci doit mobiliser 1 milliard d’euros sur cinq ans, avec des sources privées comme publiques. Si le chiffre est ambitieux, il faut noter que ce budget des budgets déjà alloués au secteur, ou non.

Un appel à projets doit être lancé pour labelliser les entreprises de l’ESS qui deviendront les ambassadrices de French Impact.

, , , , ,