Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Parcours et métiers ESS : Laurent Batsch, président de la Fondation Dauphine

Parcours et métiers ESS : Laurent Batsch, président de la Fondation Dauphine
Diplômé de l’ENS Cachan et docteur en sciences de gestion, Laurent Batsch commence sa carrière comme professeur de lycée avant de devenir maître de conférence à l’Université Paris-Dauphine en 1993. Il en devient président en 2007 et lance la Fondation Paris Dauphine dans la foulée en 2008. Après avoir quitté la présidence de l’université en 2016, il a repris la présidence de la Fondation en 2017. “J’ai trouvé assez naturel de continuer à servir à plus forte raison au sein d’un élément fédérateur comme l’est la Fondation”.


 

 

Ses fonctions sont entièrement bénévoles, il n’est toutefois pas seul avec une Directrice Générale assistée de deux collaboratrices. “La levée de fonds est aujourd’hui un véritable métier et nous avons la chance d’avoir une grande professionnelle du secteur aux manettes”. Les fonds levés servent par exemple à la mise en place de programmes d’égalité des chances: “nous n’avons pas de quota mais nous aidons des lycéens méritant à se muscler, à se donner confiance”. Laurent Batsch est d’ailleurs intarissable sur les histoires de ces jeunes qui “se sont dit que c’était possible et qui sont aujourd’hui de la vraie graine de dirigeant”. Dans son bureau, trône le tableau offert par l’une des étudiantes issue de ce programme.

 

En plus de ce programme, la Fondation Paris-Dauphine permet de financer les premiers pas de l’incubateur, de soutenir de nombreuses initiatives de recherche, de donner accès à des logements étudiants à loyers intermédiaires ou encore de financer des bourses de mobilité internationale. “Grâce au soutien de Carrefour nous avons ainsi pu développer ces expériences à l’étranger lesquelles sont particulièrement importantes dans un cursus” indique M.Batsch avant d’insister ”nous faisons du plus, nous incubons des projets qui sont ensuite repris par l’Université”.

 

Pour cela, le président ne ménage pas sa peine : animer les instances, participer au portage des projets et des campagnes... “Je suis une sorte de VRP dans une TPE à la fois agile et frugale. Quand vous êtes président, vous passez votre temps à serrer les boulons donc je fais ce que je sais faire”. Au quotidien, les journées commencent très tôt “par un petit déjeuner avec un partenaire ou un prospect”. Après ces réunions matinales s’enchaînent des présences “lors des comités scientifiques ou sur le terrain, au contact des projets soutenus”, un passage par le bureau pour signer “une lettre de remerciements et faire le point avec l’équipe de la Fondation” avant de se rendre aux réunions d’alumnis “le plus souvent en fin de journée pour porter la bonne parole et les convaincre de monter dans notre bateau.”

 

Mécanicien, fédérateur, Laurent Batsch se voit avant tout au service de l’Université “je rends à Dauphine et c’est formidable de voir que l’on entraîne avec nous les étudiants”. C’est notamment le cas avec les Foulées de l’Immobilier organisées chaque année par le master Management de l’Immobilier. Cette course à pied à proximité du campus a permis de lever 16000 euros au profit de la Fondation l’année passée. Ce geste solidaire constitue le premier class gift (don de promotion) de ce type à Paris-Dauphine et sera affecté à l’accès au logement d’élèves de milieux modestes.

 

Bien que la fondation lève déjà environ 3,5 millions d’euros par an, son président regarde surtout vers l’avenir. “L’Université aura 50 ans en 2018/2019 et nous avons donc des projets et des ambitions de levée de fonds importants”. Au-delà de cet objectif à court terme, il envisage surtout son travail sur le long terme. “La Fondation est un formidable outil d’apprentissage organisationnel et un vecteur d’identité fort”. Dans ce cadre, Laurent Batsch veut emmener plus loin cette “énergie et cette intelligence de la réussite” qu’il personnalise.

, , , ,