Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

La Fondation Norauto engagée en faveur de la mobilité des handicapés auditifs

La Fondation Norauto engagée en faveur de la mobilité des handicapés auditifs

Engagement des Français : le profil des bénévoles en pleine mutation

Engagement des Français : le profil des bénévoles en pleine mutation

La Fondation SFR met l'accent sur la réussite professionnelle des jeunes

La Fondation SFR met l'accent sur la réussite professionnelle des jeunes

[RADIO] Le mécénat et le tourisme avec Groupe Maranatha et Comptoir des Voyages

[RADIO] Le mécénat et le tourisme avec Groupe Maranatha et Comptoir des Voyages

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

Le premier appel à projets de la Fondation Caisse d'Épargne Picardie est lancé

Le premier appel à projets de la Fondation Caisse d'Épargne Picardie est lancé

La Fondation Caisse d'Épargne Picardie a lancé son premier appel à projets sur la thématique « Insertion professionnelle des jeunes et innovation sociale » le mardi 23 mai 2016 à Amiens. Doté de 250 000 euros, il vise à soutenir des projets novateurs, à destination des jeunes les plus fragiles.

La Picardie, un territoire durement touché par le chômage et la précarité

Plus qu'ailleurs, les jeunes de Picardie sont touchés par un taux de chômage élevé et par la précarité. Souvent peu qualifiés, les jeunes issus de milieux ruraux voient leurs chances d'accéder à la formation et à l'emploi particulièrement réduites. D'autant plus que les ressources et acteurs pouvant être mobilisés à leur service sont rares. C'est pourquoi la Fondation Caisse d'Épargne Picardie pour la Solidarité, l'Innovation et la Culture en Picardie souhaite apporter son soutien à des initiatives locales, visant à accompagner les jeunes dans l'utilisation des outils numériques, à favoriser leur mobilité, à les aider à maîtriser les codes de l’entreprise et à leur assurer les savoirs de base.

 

À qui s'adresse l'appel à projets de la Fondation Caisse d'Épargne Picardie ?

L'appel à projets de la Fondation Caisse d'Épargne Picardie est réservé aux initiatives implantées en Picardie, en faveur des jeunes de 15 à 24 ans, sans diplôme ou de niveau BEP ou CAP, pouvant être en situation de décrochage scolaire et/ou en difficulté pour leur insertion professionnelle. Les projets à destination des jeunes issus de milieux ruraux ou associant dans leur réalisation les jeunes eux-mêmes seront privilégiés. Tout organisme porteur d'un projet à but non lucratif peut déposer son dossier de candidature jusqu'au 30 septembre 2016. Créée en octobre 2005, la Fondation Caisse d'Épargne Picardie pour la Solidarité, l'Innovation et la Culture en Picardie succède à la fondation d'entreprise « Apprendre, travailler et vivre en Picardie ».

 

 

[RADIO] Le mécénat et le tourisme avec Groupe Maranatha et Comptoir des Voyages

[RADIO] Le mécénat et le tourisme avec Groupe Maranatha et Comptoir des Voyages

Didier Meillerand reçoit dans l’émission À But Non Lucratif (BFM Business Radio – 19 juin 2016) quatre acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS). Cette semaine le mécénat du groupe hôtelier Maranatha (l’éducation par la musique) et du voyagiste Comptoir des Voyages (sauvetage en mer des migrants). Avec Olivier Carvin président de Maranatha, Bruno Galy directeur PACA de la fondation Apprentis d’Auteuil, Alain Capestan  PDG de Comptoir des Voyages, Fabienne Lassale, directrice générale adjointe de SOS Méditerranée et Laurent Bayle, directeur général de la Philharmonie de Paris.

Pour Olivier Carvin, président du groupe Maranatha, entreprise familiale, «l’entreprise doit être un acteur du monde dans lequel elle vit. Le mécénat est d'abord l’engagement citoyen d’un homme, le chef d'entreprise, puis une composante au service de la performance et de la stratégie [de cette entreprise] ». Il admet le bénéfice d’image comme étant secondaire mais réel.

L’engagement sociétal de Maranatha concerne aussi directement et concrètement les collaborateurs, qui pour un tiers d’entre eux (sur 120 personnes) sont déjà bénévoles. Les clients contribuent aussi puisque 1 € par nuitée a déjà rapporté 10 000 euros en plus au projet Démos porté par Apprentis d’Auteuil et la Philharmonie. Comme le groupe hôtelier accueille 900 000 clients par an et qu’il s’est fixé un objectif de 30% de dons générés par les utilisateurs de ses hôtels (le client peut donner 1 euro qui est abondé de 25 centimes par l’entreprise, les perspectives sont encourageantes et l’effet levier très clair.

Le groupe Maranatha soutient la fondation Apprentis d’Auteuil à hauteur de 60 000 euros sur trois ans. Il permet ainsi la mise en place de concerts organisés avec la Philharmonie de Paris, au sein du programme Demos, par ailleurs soutenu par la fondation SNCF ou Deloitte : 30 orchestres pour les enfants de 8 à 12 ans sont en cours de mise en place. Les samedi et dimanche 25 et 26 juin derrniers, Démos Ile-de-France a organisé des concerts à la Philharmonie de Paris, dans la grande salle de 2400 places.

La fondation Apprentis d’Auteuil est depuis 150 ans au service des plus éloignés du système classique pour éduquer, accueillir, former, insérer : 23000 jeunes et 4000 familles accompagnés. Pour Bruno Galy, directeur Provence Alpes Côtes d’Azur des Apprentis d’Auteuil, le programme Démos est une « innovation qui permet de lutter efficacement contre la rupture et l’échec scolaire ». Apprentis d’Auteuil a l’habitude de travailler avec les entreprises mécènes – 50% de son budget global est financé par des fonds privés, mécènes ou particuliers. Bruno Galy souligne l’importance du soutien des entreprises pour montrer l’intérêt des autres sur des populations qui n’ont souvent pas un regard très positif sur eux-même. Utiliser un instrument avec les orchestres Démos peuvent changer le regard sur soi, et le regard de la famille sur l’enfants : « l’impact social est énorme car il peut réduire considérablement le coût de familles et d’enfants en situation d’échec pour la société. On peut transformer In société comme ca ! ».

Laurent Bayle, directeur générale de la Philharmonie de Paris confirme la réussite de ce genre de programmes qui fédèrent les énergies humaines et décloisonnent les rapports humains via la musique, souvent elle-même très cloisonnée. Le coût est de 260 000 euros par an par orchestre, soient 8 millions au total par an à terme : le soutien de l’État, 2 millions, complète celui des Apprentis d’Auteuil et des collectivités locales (3 millions), la différence étant prise en charge par le cercle des mécènes de la Philharmonie. Fabienne Lassalle, directrice adjointe de SOS Méditerrannée, soutenue par le Comptoir des Voyages, fait le lien avec les orchestres Démos : « une des premières manifestations du retour à la vie sur le bateau quand les gens sont sauvées est la musique ».

Alain Capestan,  PDG de Comptoir des Voyages du groupe Voyageurs du monde,  est également mécène par conviction. Comme le groupe Maranatha il considère que l’entreprise n’est pas juste un « acteur économique au service de l’emploi et des bénéfices des actionnaires » et que le mécénat peut corriger certains effets pervers des activités économiques : c’est « donner pour aider ».  Avec un chiffre d’affaires de 385 millions, l’entreprise a créé une fondation et une association, toutes deux nommées « Insolites bâtisseurs ». La Fondation aide au développement durable, et avec les fonds investis et les clients qu’elle incite à donner, elle distribue 700 000 euros par an. L’association Insolites bâtisseurs agit pour la reforestation en compensant les effets carbone des collaborateurs et pour 10% ceux des clients. En parallèle de ses deux bras de la politique de mécénat l’entreprise Comptoir des Voyages finance aussi des coups de cœur, elle vient par exemple de faire un don de 100 000 euros à l’association SOS Méditerrannée et essaie d’emmener à ses suites ses confrères au sein de syndicats. Dans ce dernier cas c’est le conseil d’administration de l’entreprise qui gère la décision de financement, car il faut aller vite.
Pour Alain Capestan il n’y a pas d’enjeu de communication externe – il ne le cache pas la preuve il est sur BFM Business. Accompagner l’association SOS Méditerranée au micro c’est lui donner de la visibilité supplémentaire pour sa recherche de fonds et faire école, notamment dans le secteur des agents de voyage. Cependant la communication interne est développée et permet l’implication des collaborateurs (physique pour la reforestation, financière pour les dons).

L’association SOS Méditerranée est jeune : elle s’est créé suite à l’horreur des noyades collectives de réfugiés et de migrants en février 2016. Avec son bateau Aquarius, un bateau de 77 mètres au large des côtes lybiennes, elle a déjà sauvé plus de 2 200 personnes lors de 13 opérations de sauvetage. Or une journée en mer coûte 11 000 euros (son partenaire de soins à bord est Médecins sans Frontières) : SOS Méditerranée a donc besoin, pour boucler son budget annuel estimé à 3,6 millions d’euros, d’encore 1 million. Fabienne Lassalle, la directrice adjointe de l’association, a invité son mécène Alain Capestan de Comptoir des Voyages à venir sur place, sur le bateau, pour pouvoir témoigner : ce dernier précise qu’un don pour SOS Méditerranée ouvre droit, aux entreprises comme aux particuliers, à une déduction fiscale.
 

« Actualité du non-profit » : Didier Meillerand reçoit l’association les Pierrots de la Nuit qui sensibilise et accompagne tous les acteurs (établissements comme les restaurants et les boîtes de nuit, consommateurs, pouvoirs publics et riverains) pour moins de nuisances sonores, dans une démarche de médiation. Association financée par des subventions publiques et un peu de mécénat comme la fondation EDF.

Rubrique de Sylvain Reymond, responsable mécénat et partenariats solidaires chez IMS Entreprendre pour la Cité :  le mécénat de compétences, une alternative de gestion des talents. Les exemples de la fondation Deloitte et de son Impact Day avec l’association Aurore, plus de leviers de cohésion sociale pour un mécénat plus performant, ou encore de Orange et la Poste avec le management de transition.

L'émission À but non lucratif est diffusée sur la radio BFM Business le dimanche à 14h. Vous pouvez retrouver le podcast des émissions sur la page À but non lucratif ainsi que sur son fil twitter @abutnonlucratif. Animée par Didier Meillerand À but non lucratif propose aux auditeurs la mise en lumière d’une initiative positive, solidaire, caritative ou humanitaire financée par une entreprise et portée par ses valeurs humaines ou de responsabilité sociale, dans le champ économique du Non Profit Business.

[D'AILLEURS] Les banques suisses, établissements collectionneurs et mécènes

[D'AILLEURS] Les banques suisses, établissements collectionneurs et mécènes

Certaines banques genevoises ont acquis avec le temps un nombre impressionnant d'œuvres d'art, souvent fièrement exposées dans leurs locaux. Entre collections et mécénat, les banques suisses ne cachent pas leur attachement envers les artistes helvètes.

Quand les banques de Genève se transforment en musées d'art

Certaines banques genevoises se transforment aujourd'hui en de véritables musées d'art. Le siège de la Banque Pictet & Cie SA expose ainsi dans son hall d'entrée des œuvres de Diday, de Calame ou encore d'Agase, des artistes suisses célèbres du XIXe siècle. Et ce n'est pas la seule à être à la tête d'une remarquable collection : le groupe Julius Baer possède plus de 5 000 œuvres contemporaines d'artistes helvètes ou vivant en Suisse, et la banque Piguet Galland accueille dans ses nouveaux salons une sélection tournante issue des 2 000 pièces de la collection de la Banque Cantonale Vaudoise.

 

Les banques suisses, pour la promotion des talents locaux

Cet engouement des banques suisses envers les œuvres d'art est assez récent. Il a commencé il y a quelques décennies seulement pour bien des établissements, souvent dans un but purement pratique : orner leurs murs ou habiller leurs espaces dédiés à la clientèle avec goût et cohérence, afin d’afficher un certain prestige. Cette visibilité profite bien évidemment aux artistes, qui ont la possibilité de taper dans l'œil d'acheteurs fortunés. En outre, nombreuses sont les banques de Genève à être impliquées dans le mécénat artistique, à travers différents prix et bourses attribués à des artistes locaux. Ce qui participe indéniablement à la renommée de l'art suisse et constitue un tremplin pour les jeunes talents helvètes.

 

Source

La Fondation SFR met l'accent sur la réussite professionnelle des jeunes

La Fondation SFR met l'accent sur la réussite professionnelle des jeunes

Engagé depuis 10 ans en faveur de l'égalité des chances, le groupe SFR a décidé d’allouer à la Fondation SFR 5 millions d'euros sur 5 ans, en faveur de la réussite professionnelle des jeunes issus de milieux modestes.

L'insertion professionnelle, un levier crucial pour les jeunes

La réussite professionnelle des jeunes, plus spécifiquement des jeunes issus de milieux modestes, est une problématique qui tient à cœur à la Fondation SFR. Afin d'offrir des perspectives d'avenir aux jeunes, la Fondation s'engage à soutenir dans les prochaines années des projets destinés à assurer leur insertion professionnelle, clé de leur insertion sociale. Parmi les projets choisis par la Fondation SFR, on peut citer CLICNJOB, un service proposé par l'association WeTechCare. Première plateforme internet destinée à aider les jeunes éloignés de l’emploi en France, CLICNJOB a pour objectif de permettre l'insertion professionnelle de 1 million de jeunes dans les 5 ans à venir. La Fondation SFR souhaite financer cette initiative à hauteur de 170 000 euros.

 

La Fondation SFR engagée dans un triple mécénat

D'autre part, la Fondation SFR affirme sa volonté de toujours mieux soutenir les associations en mettant l'accent sur son triple mécénat : en plus d'un mécénat financier, la Fondation est engagée dans un mécénat de compétences et un mécénat en nature. SFR encourage ainsi ses collaborateurs à faire bénéficier une association de leurs compétences sur leur temps de travail, en leur accordant un crédit de 6 à 11 jours rémunérés par an. Concernant le mécénat en nature, SFR fait régulièrement don de cartes prépayées à l’association Emmaüs Connect, afin de favoriser l'accès à internet et à la téléphonie mobile des personnes éloignées du numérique dans le cadre du programme « Connexions Solidaires ». Un bel exemple d'engagement sociétal.

Un musée Yves Saint-Laurent ouvrira à Marrakech

Un musée Yves Saint-Laurent ouvrira à Marrakech

Engagement des Français : le profil des bénévoles en pleine mutation

Engagement des Français : le profil des bénévoles en pleine mutation

Selon une enquête réalisée par Recherches & Solidarités, 2 personnes sur 3 déclarent donner de leur temps, ou l'avoir déjà fait. L'engagement des Français semble donc toujours être au rendez-vous, malgré la crise. Mais ce chiffre cache une profonde mutation dans le profil des bénévoles.

L'engagement des seniors diminue, les jeunes prennent la relève

L'enquête menée par Recherches & Solidarités révèle que 63 % des personnes interrogées sont engagées dans le bénévolat, que ce soit dans une association ou en dehors de tout cadre, de façon régulière ou occasionnelle. Cela représente un total de 13 millions de personnes prêtes à donner de leur temps en France. Si l'on regarde les chiffres d'un peu plus près, la part des 50-65 ans engagés dans le bénévolat est passée de 45 à 37 % entre 2010 et 2016, et celle des plus de 65 ans a reculé de 51 à 44 %. Dans le même temps, la part des moins de 35 ans passe de 27 à 36 %, et celle des 35-49 ans de 30 à 40 %.

 

Une mutation à prendre en compte par le milieu associatif

Globalement, les personnes arrivant à la retraite aujourd'hui cherchent prioritairement à voyager et profiter de leurs proches, plutôt qu’à s'engager dans le bénévolat. Les plus jeunes prennent donc la relève, mais avec d’autres motivations. Ils sont bien plus attirés par le fait de prendre part à un projet, souvent entre amis et quelle que soit la structure, que par la dimension d'engagement avancée par leurs aînés. Malheureusement, les associations ne sont pas toujours enclines à donner leur chance aux jeunes, les dirigeants ne leur faisant pas toujours confiance. Pourtant, le monde associatif n'aura d'autre choix que de s'adapter à la mutation du profil des bénévoles dans les années à venir.

Le Château La Fleur de Boüard récolte 66 500 € pour Mécénat Chirurgie Cardiaque

Le Château La Fleur de Boüard récolte 66 500 € pour Mécénat Chirurgie Cardiaque

Une vente aux enchères, organisée le vendredi 3 juin au Château La Fleur de Boüard, producteur de vin AOC Lalande-de-Pomerol dans le Bordelais, a permis de récolter 66 500 € au profit de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque. Une deuxième édition devrait être organisée dans deux ans.

Une soirée de gala honorée par la présence de célébrités

Pour la première fois, le Château La Fleur de Boüard s'est associé à l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque à l'occasion d'une soirée de gala caritative baptisée « LA FLEUR SUR LE COEUR ». Durant cette soirée exceptionnelle, une vente aux enchères animée par le commissaire priseur Pierre Cornette de Saint-Cyr a permis la vente de nombreux grands crus. Le comédien Patrick Timsit, parrain de cette soirée, ainsi qu'Alain Juppé, maire de Bordeaux, et la créatrice de lingerie et marraine de Mécénat Chirurgie Cardiaque Chantal Thomass étaient présents. Cet événement a été organisé à l'initiative de Coralie De Boüard, très concernée par les actions de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque.

 

5 enfants malades pourront être pris en charge

La vente aux enchères du Château La Fleur de Boüard a été couronnée de succès : l'ensemble des lots proposés ont été vendus, à des prix souvent supérieurs à leur valeur réelle. L'objectif initial de Coralie De Boüard était de pouvoir aider un enfant, ce seront finalement 5 enfants qui pourront être soignés. Créée en 1996, l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque organise la venue en France et l’opération d’enfants atteints de pathologies cardiaques, qui ne peuvent pas être soignés dans leur pays par manque de moyens financiers et techniques. Parallèlement, l'association œuvre également sur le terrain en formant des chirurgiens dans les pays d'origine des enfants pris en charge.

 

 

Source

 

La Fondation Norauto engagée en faveur de la mobilité des handicapés auditifs

La Fondation Norauto engagée en faveur de la mobilité des handicapés auditifs

Soucieuse de rendre la mobilité accessible à tous, la Fondation Norauto soutient le lancement par l'ARIS (Association Régionale pour l'Intégration des Sourds) du 1er support d'apprentissage du Code de la route à destination des personnes sourdes et malentendantes, avec incrustation en Langue des Signes Française.

Obtenir le permis de conduire pour les sourds et malentendants : un parcours du combattant

Malgré la loi Handicap du 11 février 2005 reconnaissant la Langue des Signes Française (LSF) comme une langue officielle, les personnes en situation de handicap auditif restent confrontées à de grandes difficultés pour obtenir leur permis de conduire. En effet, les ressources pédagogiques adaptées et les auto-écoles sensibilisées manquent cruellement : les supports numériques de cours du Code de la route officiels ne sont que partiellement sous-titrés, et seule l'auto-école de l'ARIS dispense des cours de code et de conduite en LSF. De plus, la préfecture de Paris est la seule à organiser une session mensuelle d'examen au code de la route traduite en LSF, en partenariat avec l'ARIS.

 

Un module de traduction en Langues des Signes Française ajouté aux cours de Code officiels

C'est pour remédier à cette situation que l'ARIS lance le 1er support d'apprentissage du Code de la route avec incrustation en LSF, en collaboration avec l'ENPC (Éditions Nationales du Permis de Conduire), la Fondation Norauto et d'autres partenaires. Par cette initiative, l'ARIS a pour objectif de rendre accessibles aux sourds et malentendants les 34 supports vidéo pédagogiques de questions-réponses du Code. Ces derniers sont intégralement traduits en LSF par l'ajout d'un module vidéo dans le support d'origine. Engagée en faveur de la mobilité solidaire, la Fondation Norauto accompagne divers projets destinés à aider les personnes fragilisées ou handicapées dans leurs déplacements : apprentissage de la conduite, appréhension des déplacements urbains, ou encore aménagement de véhicules.

Développement durable : remise des prix aux Deauville Green Awards

Développement durable : remise des prix aux Deauville Green Awards

Les Deauville Green Awards récompensent « l’excellence en matière de production et communication audiovisuelle pour le développement durable ». Les finalistes se sont partagés, lors de la soirée au Casino Barrière, différents prix comme les Prix de finalistes, Green Awards d’Or, Prix Spéciaux ainsi que les 3 Grands Prix.  44 Green Awards d’Or et 60 prix de finalistes ont été remis.

Il s’agissait de la 5e édition. Cette année, plus de 300 films des 5 continents étaient en compétition. Plus de plus de 200 festivaliers (soit une hausse de 50% par rapport à 2015) se sont retrouvés à Deauville.

Concernant les Grands Prix. Le prix de la compétition Pub a été remporté par Regarde-moi produit par ISEGORIA et réalisé par Pierre Nogueras pour l’association Laurette Fugain. Le film a également remporté Le prix spécial Suisse. Le prix de la Compétition COM’ a été remporté par Red Dirt Road produit par RASCONA FILMS et réalisé par Rodney Rascona pour une ONG cambodgienne. Enfin, le prix Compétition DOC’ : En quête de sens documentaire produit par KAMEA MEAH et réalisé par Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière.

On notera aussi, entre autres, les prix d’ONG, agences ou entreprises dans des domaines tels que la solidarité, l’environnement ou plus globalement l’intérêt général. COP 21 : L'appel des enfants ! du Jardin d'Acclimatation / LVMH dans ( Lutte et adaptation au changement climatique). Fondation Société Générale : Engagés ensemble (Organisations et responsabilité sociale). Et vous, comment réagiriez-vous si vous étiez dans ce bus ?, serious game du Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Communication Publique : Efficacité d'une campagne de communication publique. Le prix spécial du Jury Coming In de ENGIE/ORANGE. Being born a girl de Babel Stratégie et Communication (Handicap, diversité, solidarité).

La liste complète des finalistes et les vidéos sont disponibles sur le site des Deauville Green Awards.

"Nous avons le possible en termes de solutions !" a conclu Jean Jouzel, parrain 2016 du festival et Prix Nobel de la paix avec le GIEC en 2007.  

Loi Sapin 2 : des ONG insatisfaites de la définition du lanceur d'alerte

Loi Sapin 2 : des ONG insatisfaites de la définition du lanceur d'alerte

Plusieurs amendements concernant les lanceurs d'alerte ont été adoptés le 25 mai 2016 dans le cadre de la loi Sapin 2. Ces amendements donnent notamment une définition du lanceur d'alerte, que plusieurs ONG et syndicats estiment incomplète. Ces derniers appellent le gouvernement à la retravailler.

Qu'est-ce qu'un lanceur d'alerte ?

Notion née dans les années 1990, le lanceur d'alerte désigne une personne qui estime avoir découvert des éléments menaçants pour l'homme, la société, l'économie ou l'environnement et qui, de manière désintéressée, les porte à la connaissance d'instances officielles, d'associations ou de médias pouvant y remédier, parfois contre l'avis de sa hiérarchie. Par cette prise de position délicate, les lanceurs d'alerte sont souvent victimes de tentatives d'intimidation ou de menaces, voire de représailles. La loi Sapin 2, relative à « la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique » jette les bases d'un statut pour les lanceurs d'alerte, afin de mieux les protéger.

 

La définition de l'Assemblée générale jugée trop restrictive

Selon les députés, un lanceur d'alerte est une personne qui « révèle ou témoigne, dans l'intérêt général et de bonne foi, d'un crime ou d'un délit, de manquements graves à la loi ou au règlement, ou de faits présentant des risques ou des préjudices graves pour l'environnement, la santé ou la sécurité publiques ». Mais une dizaine d'ONG et syndicats, dont Transparency International, Anticor et la CFDT Cadres, jugent que cette définition est trop restrictive. Selon les ONG, des cas comme celui d'Antoine Deltour, poursuivi dans le cadre du procès des LuxLeaks, sont en effet exclus de cette définition. Elles appellent le gouvernement à « reprendre la rédaction de cet article afin de lever toute incertitude ».

 

 

Source

L'information en direct des associations et des mécènes