Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

7e appel à projets de Crédit Agricole Assurances en faveur des aidants

7e appel à projets de Crédit Agricole Assurances en faveur des aidants

[CHIFFRE] Fondation du patrimoine : une collecte historique pour 2016

[CHIFFRE] Fondation du patrimoine : une collecte historique pour 2016

[MÉCÉNAT CULTUREL] Rolex donne le tempo au château de Fontainebleau

[MÉCÉNAT CULTUREL] Rolex donne le tempo au château de Fontainebleau

Les restaurants Exki et Action Froid organisent une soupe populaire à Paris

Les restaurants Exki et Action Froid organisent une soupe populaire à Paris

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

Le Schmilblick, le jeu qui finance les associations à fort impact social

Le Schmilblick, le jeu qui finance les associations à fort impact social

Et si jouer sur son smartphone pouvait soutenir des associations d’intérêt général en les finançant ? C’est le principe du CareGame, un jeu de devinettes : le Schmilblick, mis en place par trois jeunes diplômés qui veulent changer les choses.

« Faire avancer le schmilblick », c’est être constructif, apporter quelque chose d’utile… Ça tombe bien, c’est le but ! Alors qu’il n’est pas toujours évident de donner du temps ou de l’argent aux associations au quotidien, le CareGame permet de donner un peu, régulièrement en répondant à des devinettes... Dans le métro, à la pause, devant la télé il y a toujours un moment où l’on est face à son smartphone à regarder les mêmes réseaux sociaux ou à faire le même jeu. Et si, pour une fois, geeker sur son téléphone était un moyen de faire changer les choses ?

 

Le don ludique, comment ça marche ?

Découvrir l’image mystère qui se cache derrière le schmilblick, un concept assez simple et pourtant…

À chaque partie, l’utilisateur choisit une association d’intérêt général à fort impact social à soutenir. Il fera alors remporter des points à cette association pour chaque partie gagnée, ils seront ensuite convertis en dons. L’application est gratuite, mais le jeu sera « freemium », c’est à dire rémunéré grâce à la pub et aux achats intégrés (achat d’indices ou de bonus). Le jeu CandyCrush rapporte 500 000 euros par jour grâce à ce système.

15 % des revenus de l’application seront versés aux associations. Pour l’instant, les créateurs de l’application ont choisi de soutenir Activ’Actions, les Apprentis d’Auteuil, Coexister, Passeport Avenir et SINGA. Ils envisagent d’élargir le choix, notamment avec WWF.

 

Financer CareGame sur Ulule

Déjà à plus de la moitié de leur objectif, il reste près de 12 000 euros à financer sur la plateforme de crowdfunding Ulule. Pour aller jusqu’au bout du don solidaire, pour chaque euro versé à l’application, la Fondation Alter&Care versera 1 euro à l’association Le Rocher qui lutte contre la crise éducative des cités.

Il reste 7 jours pour participer à la campagne de crowdfunding et ça se passe ICI.

Solidarité : campagne choc contre la pauvreté d’ATD Quart Monde

Solidarité : campagne choc contre la pauvreté d’ATD Quart Monde

ATD Quart Monde marque son 60e anniversaire en lançant un appel à l’action de grande envergure. Plusieurs personnalités comme Nicolas Hulot et Lilian Thuram ont déjà signé cet appel visant à sensibiliser sur la lutte contre la pauvreté.

Plusieurs grands évènements organisés dans toute la France

Le mouvement ATD Quart Monde veut faire de 2017 l’année de la mobilisation en lançant un appel à l’action permettant de construire un monde meilleur, une « société autrement ». Une belle façon de célébrer le 60e anniversaire du mouvement et le 100e anniversaire de la naissance de son fondateur, Joseph Wresinski. Des forums, des concerts de chorales et de nombreux autres événements sont prévus tout au long de l’année dans toute la France. Une bande dessinée ayant pour thème central les préjugés sur la pauvreté sortira en mars. Un concours de nouvelles est prévu en juin. L’été sera la saison des festivals et plusieurs courts-métrages seront présentés en octobre. Sans oublier un grand rassemblement qui se tiendra à Paris les 14 et 15 octobre.

Des partenaires et des personnalités engagés

L’appel à action d’ATD Quart Monde bénéficie du relais et du soutien de plusieurs médias tels que le journal La Croix et les chaînes de France Médias Monde (France 24, RFI, MCD). Il a d’ores et déjà été signé par deux personnalités activement engagées depuis plusieurs années dans la lutte contre la misère et la protection de l’environnement : Nicolas Hulot et Lilian Thuram. Pour connaître le programme des activités et signer l’appel d’action, rendez-vous sur www.stoppauvrete.org et suivez le hashtag #StopPauvreté sur les réseaux sociaux.

Terres Innovantes : le fonds de dotation des Jeunes Agriculteurs

Terres Innovantes : le fonds de dotation des Jeunes Agriculteurs

Les Jeunes Agriculteurs, syndicat agricole dédié aux moins de 35 ans, lance son fonds de dotation Terres Innovantes avec à sa tête Jérémy Decerie. Le but de ce fonds est de soutenir les jeunes agriculteurs dans leurs démarches innovantes, et de faire changer l’image parfois erronée que se fait le grand public. Le syndicat souhaite montrer les visages de l’agriculture d’aujourd’hui et de demain.

Les Jeunes Agriculteurs ont créé ce fonds de dotation pour faire connaître et donner de l’ampleur aux actions d’intérêt général qu’organise le syndicat.

Aujourd’hui, pour perdurer dans le milieu agricole, il faut innover et agir auprès du grand public afin de construire l’agriculture de demain.

Les objectifs du fonds sont de tisser des liens entre les agriculteurs et les consommateurs, de promouvoir le métier d’agriculteur en montrant au grand public les « coulisses » du métier, de valoriser le rôle de l’agriculture sur les territoires en démontrant que les agriculteurs sont pleinement acteurs dans la richesse économique, sociale et environnementale des territoires et de favoriser les innovations en s’adaptant aux évolutions du métier et de l’environnement.

 

La campagne de communication #NourrirLeFutur

L’objectif est de rapprocher le consommateur du produit et du producteur en mettant en lumière l’impact positif sur le plan économique, sociétal et environnemental de l’agriculture sur les territoires.

Le fonds de dotation Terres Innovantes souhaite valoriser l’importance de l’agriculture en France en dressant le portrait de dix jeunes agriculteurs innovants et impliqués sur les thématiques de l’ODD. Ces portraits voulant dynamiser et moderniser l’image que l’on se fait des agriculteurs s’articulent autour d’un objectif : nourrir le futur.

Cette campagne est diffusée sur les quais du métro parisien du 23 février au 1er mars dans plus de 236 stations (environ 4 800 000 usagers). La campagne aura également un stand au Salon de l’Agriculture, dans la nef du Hall 1 ainsi que sur les réseaux sociaux grâce au hashtag #NourrirLeFutur.

 

La fin des clichés sur l’agriculture

La plupart des Français voit aujourd’hui l’agriculture comme sinistrée et sans avenir, source de pollution et parfois entachée par des scandales sanitaires. 70 % d’entre eux ont une image positive  de l’agriculture, mais carricaturale. L’essor de l’agriculture biologique et responsable a tout de même permis de rehausser cette image et fait prendre conscience qu’il était préférable de payer un peu plus cher pour manger mieux et assurer un revenu correct aux agriculteurs.

Cette campagne veut sortir de l’angle de la crise économique et sociale, déjà régulièrement traité par les médias. Montrer une agriculture plus jeune, plus dynamique et forte de propositions pour redonner confiance aux Français, là est l’objectif des Jeunes Agriculteurs.

[VIDÉO] Interview d'Isabelle Gougenheim, de l'association IDEAS

[VIDÉO] Interview d'Isabelle Gougenheim, de l'association IDEAS

Lors du forum La France s’engage, carenews.com a rencontré quelques-uns des lauréats. Isabelle Gougenheim vient présenter l’association IDEAS et présenter ses défis pour 2017.

Cette association accompagne bénévolement des associations et fondations. Créée il y a plus de 10 ans, IDEAS tend à optimiser l’impact des associations et fondations en leur permettant d’être plus efficaces et reconnues et de les aiguiller vers des financeurs.

 

Qu’apporte le label aux associations ?

IDEAS soutient un grand nombre d’associations de différentes tailles – aussi bien de toute petite structure que de très grosses fondations. Le but est de les aiguiller dans leurs démarches pour qu’elles soient plus efficaces, plus transparentes et plus solides. En contact avec différents mécènes, fondations et philanthropes, IDEAS les redirige vers les associations en accord avec leurs envies et leurs besoins, leur permettant ainsi de trouver des financements pour leurs projets.

 

[SHOPPING] Une carte bancaire Caisse d'Épargne et Repetto contre le cancer

[SHOPPING] Une carte bancaire Caisse d'Épargne et Repetto contre le cancer

À l'occasion de la Journée des droits des femmes, la Caisse d'Épargne lance une série limitée de cartes bancaires en association avec la prestigieuse maison de danse Repetto, au profit de l'association « Le Cancer du Sein, Parlons-en ! ».

Des visuels et des porte-cartes féminins, imaginés par Repetto

 

Cette année, la Caisse d'Épargne a souhaité célébrer la Journée des droits des femmes par le lancement d'une série de cartes bancaires exclusive. Trois visuels originaux et féminins ont été créés à cette occasion par la maison de danse française Repetto, aux couleurs des plus célèbres ballerines. Ils orneront quelque 20 000 exemplaires de cartes Visa Classic, Visa Premier et Visa Platinum, qui seront disponibles dans les agences et sur le site Internet de la Caisse d'Épargne dès le 8 mars 2017. La Maison Repetto a également imaginé des porte-cartes, qui accompagneront chacune de ces cartes bancaires personnalisées.

 

Sensibiliser le grand public au cancer du sein et soutenir la recherche

 

Les visuels dessinés par la Maison Repetto pour les cartes bancaires seront proposés au tarif unique de 2 euros. Pour chaque carte achetée, la Caisse d'Épargne s'engage à verser 2 euros supplémentaires. L'intégralité des sommes collectées sera reversée à l'association « Le Cancer du Sein, Parlons-en ! ». La Caisse d'Épargne, engagée en faveur des femmes, soutient  depuis trois ans cet organisme, dont la mission est de sensibiliser le grand public au cancer du sein, mais également de récolter des fonds pour soutenir la recherche. Pour faire un don à l'association, rendez-vous sur la plateforme de collecte en ligne Espace Dons, développée par la Caisse d'Épargne.

[CHIFFRE] Fondation du patrimoine : une collecte historique pour 2016

[CHIFFRE] Fondation du patrimoine : une collecte historique pour 2016

Pour la Fondation du patrimoine, 2016 est l’année de la réussite ; les Français n’ont jamais été autant participé à une collecte de fonds ! Quel cadeau pour les 20 ans de la Fondation, la plus grande collecte depuis sa création a été réalisée grâce à près de 46 000 donateurs.

Au total, c’est plus de 15,7 millions d’euros recueillis par la Fondation du patrimoine en faveur de projets de restauration du patrimoine. Grâce à cela, 874 nouveaux projets ont vu le jour en 2016 sur 2 500 projets ouverts aux dons. C’est plus de 14 % d’euros récoltés en plus par rapport à l’année précédente avec 7 % de donateurs en plus.

En moyenne, les dons sont d’une valeur de 246 euros pour les particuliers (3 % en plus qu’en 2015) et 18 % en plus pour les entreprises avec des dons de 1 283 euros en moyenne. Le crowdfunding a également été un exemple de réussite puisqu’il a augmenté de 14 %, représentant 11 000 utilisateurs donateurs pour 2,2 millions d’euros récoltés.

Les Clubs des mécènes de la Fondation du patrimoine a réuni 655 000 euros pour des projets de restauration de leur région.

AG2R La Mondiale se lance également dans l’aventure puisqu’il devient partenaire avec un soutien de 300 000 euros par an pendant 3 ans.

Le patrimoine français est donc bien protégé par les citoyens français et les 20 ans de la Fondation entre de bonnes mains.

7e appel à projets de Crédit Agricole Assurances en faveur des aidants

7e appel à projets de Crédit Agricole Assurances en faveur des aidants

Le 7e appel à projets aidants de Crédit Agricole Assurances est lancé ! S'adressant aux associations portant une initiative en faveur des aidants familiaux, il intègre une nouveauté cette année : un accompagnement au financement participatif.

Soutenir les actions concrètes et durables en faveur des aidants

 

Depuis 2010, Crédit Agricole Assurances lance chaque année un appel à projets « aidant ». Il est destiné à soutenir les initiatives concrètes ayant un impact réel et durable en faveur des aidants familiaux, ces personnes qui accomagnent quotidiennement un proche malade, âgé ou handicapé. Une vingtaine de projets seront récompensés en 2017 et bénéficieront d'un soutien financier durant un an, pour un total de 300 000 euros. Petite nouveauté pour cette 7e édition, dont les candidatures sont ouvertes du 1er février au 6 avril : à défaut d'être financés, une dizaine d'organismes se verront proposer une formation en ligne par HelloAsso, qui leur permettra de découvrir le fonctionnement du financement participatif.

 

Appel à projets aidants de Crédit Agricole Assurances : un bilan très positif

 

Depuis la création de l'appel à projets aidants de Crédit Agricole Assurances, quelque 1 000 initiatives ont été soumises, dont 120 ont été financées, à hauteur de 2 millions d'euros. Parmi les associations ayant marqué l'édition 2016, on peut citer :

ADAPEI 90 (Territoire de Belfort), qui proposait 400 heures de répit à 130 aidants d'enfants et d'adolescents en situation de handicap ;

ACCORD'AGES (Maine-et-Loire), pour ses séances psycho-éducatives visant à accompagner les couples aidants/aidés en proie à des troubles cognitifs.

BINOME 21 (Côte-d'Or), pour la mise à disposition de 10 jeunes en service civique afin de lutter contre l'isolement des seniors et d'accorder un temps de répit à 100 aidants.

 

 

Les restaurants Exki et Action Froid organisent une soupe populaire à Paris

Les restaurants Exki et Action Froid organisent une soupe populaire à Paris

La chaîne de restaurants EXKi et l'association Action Froid travaillent pour la première fois ensemble afin de venir en aide aux plus démunis. Au programme, une soupe populaire ce samedi 25 février sur l'avenue de France à Paris.

EXKi et Action Froid : Première collaboration

 

Née en 1999, Exki est une chaîne culinaire qui compte 86 restaurants à travers l'Europe. Exki lance sa 4e édition de soupe populaire, cette année en partenariat avec Action Froid. Action Froid est une association qui a vu le jour en 2012 et vient en aide à ceux qui sont dans le besoin en distribuant de la nourriture et des produits de première nécessité.

 

Le restaurant et l'association recrutent des volontaires !

 

Exki et Action Froid ont donc décidé de collaborer pour cette soupe solidaire qui aura lieu dans le 13e arrondissement de Paris, au 116 avenue de France (près de la Bibliothèque Nationale de France). Ceux qui veulent aider doivent simplement s'inscrire sur la page facebook d'EXKi ou sur leur site web. Il y aura très certainement besoin de main d'oeuvre, puisque le restaurant et l'association ont prévu de faire près de 300 litres de soupe ! Les volontaires seront les bienvenus donc, le samedi 25 février à partir de 13h devant le restaurant.

[#STREET] Soupe impopulaire et Slip-Dating : Le Carillon résonne dans Paris

[#STREET] Soupe impopulaire et Slip-Dating : Le Carillon résonne dans Paris

Louis-Xavier Leca crée l'association du Carillon en septembre 2014 pour venir en aide aux sans-abri. Trois ans plus tard, le Carillon compte une quinzaine de personnes dans son équipe, des bénévoles et des commerçants qui ensemble, tentent de lutter contre l'exclusion.

Le Carillon

 

Le Carillon est une association qui a vu le jour il y a à peine trois ans. L'idée est de sensibiliser les habitants des quartiers parisiens ainsi que les commerçant à la situation des sans-abri. Pour ce faire, l'association a mis en place un réseau de solidarité (dans les 10e, 11e, 12e, 14e, 19e, et 20e arrondissements). Le label du Carillon peut être retrouvé sur les devantures des commerçants, indiquant ainsi leur bienveillance à l'égard des SDF. Ils peuvent aussi proposer des services solidaires, comme remplir une bouteille d'eau ou donner une baguette aux personnes dans le besoin. Ces services sont indiqués par des petites vignettes imaginées par l'association. En plus de ces vignettes, les commerçants peuvent aussi lancer des défis aux consommateurs qui ont rejoint le réseau. Ils offrent par exemple pour un repas acheté, une boisson chaude pour un sans-abri.

 

La Soupe Impopulaire et le Slip-Dating

 

Cette sensibilisation se fait aussi par le biais d'évènements organisés par l'association, les bénévoles, mais aussi les sans-abri ! La Soupe Impopulaire est un événement qui a déjà eu lieu plusieurs fois. Bénévoles et sans-abri récupèrent les légumes invendus dans les supermarchés et en font une soupe. La soupe est ensuite distribuée aux habitants du quartier, pour une moment chaleureux et convivial. Cette initiative pour le moins peu commune a rencontré un franc succès dans le 11e arrondissement de Paris. L'association tente de développer les rapports humains entre les habitants et les SDF. Des collectes sont aussi organisées, comme le « Slip-Dating » qui a eu lieu ce 11 février. L'évènement consistait à collecter des sous-vêtements neufs pour les plus démunis, et de permettre encore une fois aux particuliers de rencontrer et d'échanger avec les sans-abri.

[MÉCÉNAT CULTUREL] Rolex donne le tempo au château de Fontainebleau

[MÉCÉNAT CULTUREL] Rolex donne le tempo au château de Fontainebleau

Bernard Hasquenoph, fondateur de Louvre pour tous, signe pour carenews.com une rubrique mensuelle. À travers des chroniques étudiant quelques cas d'études de mécénat culturel, Bernard Hasquenoph retrace l'historique des relations entre de grandes marques, souvent du luxe, et les institutions culturelles françaises. Croisant les problématiques de la philanthropie, du marketing, de l'image, du financement, du parrainage... ses récits sont au coeur d'une spécificité bien française, celle du mécénat culturel traditionnel, devenu nécessaire et omniprésent, parfois sans le dire, dans les musées, établissements publics, opéras, théâtres...


« À bas le roi ! » C’est l'étonnante inscription que l’horloger Patrick Arvaud a retrouvé cachée en 2011 dans les rouages d’une pendule du
château de Fontainebleau en la restaurant. On ne saura jamais quel coquin l’avait gravée là. Comme tout palais qui se respecte, Fontainebleau compte son lot d'horloges - une soixantaine - qu'il faut entretenir si l'on veut qu'elles continuent d'égrener le temps. Leurs tic-tac et leurs sonneries participent à créer cette ambiance d’intimité si appréciée du visiteur, rappelant qu’avant de devenir musée, les lieux étaient bien vivants. Fabriquées entre 1680 et 1880, aucune d’elles cependant n’était en place sous l’Ancien Régime. À la Révolution, le mobilier fut dispersé et vendu à l’encan. On peut espérer que certaines reviennent un jour, comme celle datant de Louis XV, propriété de Valéry Giscard d’Estaing, déjà prêtée pour une exposition. La plupart sont arrivées sous Napoléon qui ordonna le remeublement du château en 1804. Beaucoup sont des commandes à de grands maîtres horlogers tels les Lepaute, chefs d’oeuvre de style Empire que l’on doit, pour le décor, à des bronziers comme Thomire.

C’est vers la fin des années 1990 que le château décida de les remettre en mouvement, assumant les frais de restauration confiée déjà à la maison Arvaud, sise rue du Cherche-Midi à Paris, adresse prédestinée pour un horloger. Un savoir-faire qui a son prix. Aussi en 2008, Bernard Notari, directeur alors du domaine, eut la bonne idée de frapper à la porte de l’entreprise Rolex. La manufacture suisse mondialement célèbre fut séduite par la collection et accepta de financer la restauration de 27 pendules et horloges pour un montant de 110 000 euros. Un mécénat tellement évident pour une marque de montres qu’il en est presque atypique aujourd’hui. Et même chez Rolex qui s’attache surtout à soutenir la musique, et plus particulièrement le monde de l’opéra, et développe par ailleurs un programme original de mentorat entre artistes confirmés et jeunes talents.

Par bonheur pour Fontainebleau, le partenariat fut renouvelé en 2015 pour 50 000 euros. Outre la restauration de quatre autres pendules - dont celle qui revient aujourd’hui au musée chinois de l’Impératrice, avec une boîte à musique aux 8 airs différents ! - ce nouveau mécénat prévoit, et c'est plus rare, la maintenance durant 3 ans des 35 en fonction. Un rêve. Ces capricieuses machines demandent à être remontées très régulièrement, hebdomadairement dans l’idéal. Jusqu’à il y a peu, c’est un agent du château, tapissier de métier, qui s’en chargeait. Celui-ci parti à la retraite, elles se retrouvaient orphelines. C’est donc désormais la trentenaire Yohanna Arvaud, troisième du nom à reprendre l’affaire, qui vient tous les quinze jours, comme elle le fait dans d’autres institutions, du Louvre à l’Elysée. Le jour de fermeture, accompagnée d’un agent équipé d’un volumineux trousseau de clefs et d’un escabeau, elle déambule de pièce en pièce. Le geste précis, elle connaît les particularités de chaque pendule. L’oreille de l’horloger étant son meilleur outil, la moindre variation sonore l’alerte sur un dysfonctionnement. Si l’atmosphère relativement humide des salles du château convient à la bonne conservation des meubles, cela l’est moins pour la mécanique des pendules, dont les pièces ont tendance à s’oxyder, se rouiller puis se gripper.

Comme tout monument public, le mécénat est devenu essentiel pour Fontainebleau, tellement les besoins sont immenses dans un domaine de 130 hectares et un château aux 1500 pièces dont seulement une centaine, de plus en plus nombreuses, se visite. Afin, aussi, de pouvoir développer projets pédagogiques, expositions et autres événements comme le Festival de l’histoire de l’art. Bénéficiaire en 1925 de la générosité de l’américain John D. Rockefeller junior comme à Versailles, il fallut attendre les années 2000 et sa transformation en établissement public à caractère administratif en 2009 pour que le château de Fontainebleau se dote d’une véritable politique de mécénat, jusqu’à la création récente d’un poste dédié à cette tâche.

Parmi ses soutiens, on trouve, outre la fidèle société des Amis du Château de Fontainebleau, le Crédit Agricole, l’INSEAD, la Fondation du patrimoine ou Total mais le plus spectaculaire reste le partenariat noué en 2007 avec les Émirats arabes unis. En marge de l’accord avec la France pour la création du Louvre Abu Dhabi, son président le cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan fit don de 10 millions d’euros pour la restauration du théâtre Impérial ! En remerciement, le ministre de la Culture de l’époque, Renaud Donnedieu de Vabres, décida de donner au théâtre « le nom du mécène qui le sauvait d’une ruine annoncée ». Un acte inédit en France que le château minimise aujourd’hui, parlant d’un titre honorifique. La marque Rolex, elle, se signale par de petits écriteaux verts placés à côté de chaque pendule restaurée.

PS. Mes remerciements aux équipes du Château de Fontainebleau, plus particulièrement à Éric Grebille, responsable du mécénat, et à Vincent Droguet directeur des collections ; à Yohanna Arvaud ainsi qu’à Rolex France.

À lire : “Vingt-quatre heures au Château de Fontainebleau” par Hélène Verlet, éd. Les Amis du Château de Fontainebleau, dossier n°12, 2016, 10 €.

 

Photo : B. Hasquenoph

L'information en direct des associations et des mécènes