Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[ON Y ÉTAIT] Le programme phare de Vivendi, Create Joy, fête ses 10 ans

[ON Y ÉTAIT] Le programme phare de Vivendi, Create Joy, fête ses 10 ans

[ENTRETIEN] Cécile Vic, déléguée générale de la Fondation Air France

[ENTRETIEN] Cécile Vic, déléguée générale de la Fondation Air France

 [AÀP] "100 jours pour entreprendre" sous le signe de l'alimentation solidaire

[AÀP] "100 jours pour entreprendre" sous le signe de l'alimentation solidaire

La démarche RSE de Coca-Cola European Partners

La démarche RSE de Coca-Cola European Partners

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

[RADIO] L'éco des solutions sur le thème de la sobriété

[RADIO] L'éco des solutions sur le thème de la sobriété

Comme chaque semaine, Patrick Lonchampt anime l'émission L’éco des solutions sur RCF. Cette semaine, l’émission s’est interrogée sur la surconsommation. Carenews, partenaire média pour la rubrique "actualités du mécénat, de l'ESS et de l'intérêt général", a évoqué le mécénat de Chanel pour la restauration du Grand Palais, l’entreprise à mission Camif, ainsi que le top 3 des fondations par dotation annualisée.

Dans " L'éco des Solutions ", Patrick Lonchampt s'intéresse à une problématique économique et à ses solutions. Le thème de L'Éco des solutions (#EcoSolu) de ce lundi était :  peut-on vivre heureux et sobrement sans pour autant devenir un marginal ?

 

Comment entreprendre quand le contexte familial et social ne nous donne pas le plein accès aux études ?

 

Les questions foisonnent auprès des invités Claire flurin, directrice exécutive de Purehouse lab, Thibault Turchet, responsable des affaires juridiques de l’association Zero Waste, Alexandre Bader, bénévole chez HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée), Elise Rousseau, auteure de la BD " Mais pourquoi j'ai acheté tout ça !? Stop à la surconsommation " et Johan Ricaud, co-fondateur de Shopopop.

Elise Rousseau dénonce par sa BD le phénomène de la surconsommation qui n’apporte rien “ à part encombrer nos placards et détruire la planète. “ Elle évoque également un sujet complexe et qui touche à des choses profondes dans la psychologie humaine. Alexandre Bader, diplômé d’école supérieure de commerce et bénévole chez HOP, déclare qu’on “ ne se rend même plus compte qu’on est dans une société du jetable. “ Quant à Thibault Turchet, il tempère les inquiétudes en trouvant “ réconfortante “ la prise de conscience qui ne demande qu’à grandir, notamment par le biais de l’association Zero Waste.

 

L'actualité de l'économie sociale et solidaire, du mécénat et de l'intérêt général par carenews

 

Un mécénat historique pour la rénovation du Grand Palais

 

La maison Chanel vient d'annoncer qu'elle sera le mécène exclusif et historique du projet de rénovation et d'aménagement du Grand Palais qui va débuter en 2020 et s'achèvera en 2024. Le Grand Palais est par ailleurs l’endroit où se déroulent régulièrement les défilés de la marque.
 

La maison Chanel offre 25 millions d'euros, ce qui est un montant historique.

Le budget des travaux est estimé à 466 millions de travaux pour doubler la capacité de la nef et relier le Palais de la Découverte à l’extérieur.

En contrepartie, l'entrée principale du Grand Palais sera rebaptisée Gabrielle Chanel, ce qui donne naissance aux polémiques sur la personnalité controversée de la couturière et son nom apposé à un édifice public.

 

La Camif devient l'une des premières entreprises à mission de France

 

Emery Jacquillat signe une tribune expliquant que la Camif, qui suit une démarche responsable depuis 2014 est devenue l’une des premières entreprises à mission en France.
Il utilise plusieurs arguments en faveur du statut et de son développement :

- l’émergence d’un mouvement d’entreprises qui met au cœur de leur modèle la résolution d’un enjeu de société (social et/ou environnemental) et qui s’attache à prendre en compte les intérêts de l’ensemble de leur partie prenante

- le fait que cette différenciation positive aura aussi pour effet d’encourager les sociétés classiques à s’interroger et se positionner : font-elles partie du problème ou de la solution ?

- ce nouveau modèle d’entreprises à mission, entre l'ESS et le capitalisme traditionnel, offre une troisième voie qui est le modèle de l’économie du XXIe siècle, plus durable, plus local, plus inclusif, circulaire.

Il s’agit, selon Jacquillat, du “ changement dans le capitalisme dont le monde a besoin “.


 

Top 3 des fondations par dotation annualisée

 

1. Fondation Total avec 25 millions

2. Fondation Michelin avec 15 millions

3. Fondation EDF et Fondation BNP Paribas avec 10 millions

[CHIFFRE] Engagement : les Français, confiants dans l'entreprise

[CHIFFRE] Engagement : les Français, confiants dans l'entreprise

Selon une étude de Havas Paris de janvier 2018, pour 74 % des Français, les " hommes et femmes politiques n’ont plus de projet de société ", et pour 60 % des Français, “ les entreprises ont aujourd’hui un rôle plus important que les gouvernements dans la création d’un avenir meilleur “.

Comment expliquer ces chiffres ?
 

Les entreprises communiquent de plus en plus sur des valeurs de solidarité par leur politique RSE et leurs fondations. Ils sont de plus en plus actifs dans la société, à l’instar du PDG de Danone, Emmanuel Faber, fervent défenseur de la justice sociale. La loi PACTE pour la croissance et la transformation des entreprises, dont l’application est prévue au printemps, viendra confirmer cette implication sociétale.

 

83% pensent " que les hommes et femmes politiques ne pensent qu’à l’économie " et 69% " que les gouvernants se comportent de plus en plus comme des chefs d’entreprise "

 

Bien que l’économie soit au coeur des préoccupations du gouvernement, elle jouit d’une bien mauvaise presse chez ses représentants, dont les multiples affaires de paradis fiscaux et de détournement d’argent laissent aux Français un goût amer. De fait, 65 % des Français affirment que “les États et les gouvernements ont de moins en moins de pouvoir pour changer les choses “.

 

86 % des Français déclarent “qu’une entreprise peut tout à fait se comporter de manière très responsable et éthique et cependant gagner beaucoup d’argent.“

 

“ Making good while make money “ (ie : Faire du bien tout en faisant de l’argent, en français), la devise revendiquée par les GAFAM (ie : l’acronyme des géants du web, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), semble porter ses fruits. Ces multinationales jouissent d’une grande popularité selon les sondages auprès des Français. Quant aux grandes entreprises françaises, telles que Total, Orange, ou les banques comme BNP Paribas et Société Générale, elles veillent elles aussi à véhiculer des notions solidaires par le biais de leurs fondations.

Ainsi, 86 % des Français déclarent “ qu’une entreprise peut tout à fait se comporter de manière très responsable et éthique et cependant gagner beaucoup d’argent. “

 

Source : Étude de Havas Paris

[DERNIÈRE MINUTE 08] Les brèves mécénat, associations et intérêt général

[DERNIÈRE MINUTE 08] Les brèves mécénat, associations et intérêt général

Toutes les infos en bref qui font rayonner l'intérêt général ! Cette semaine, grimpez les marches de la plus haute tour de France à La Défense, participez à l’Open Water Swim, posez pour les enfants de réfugiés Rohingyas et découvrez le nouveau clip des Enfoirés !

Initiatives

 

Avec plus de 20 heures de concerts live, 100 intervenants et speakers, jeux et expositions, le festival MakeSense reprend du service en 2018. L’objectif ? “ Rassembler 2000 jeunes citoyens de tout horizon (jusqu’à présent peu engagés et plutôt en difficulté sociale) pour les faire passer à l’action en les aidant à résoudre les enjeux de demain. “ Quatre sujets de société seront abordés : mieux manger, climat, numérique pour tous, et migration.

                                                                                                                                   

Envie de gravir les 954 marches du plus haut gratte-ciel de Paris ? Les inscriptions à la course Vertigo sont ouvertes. La course se tiendra le 24 mai 2018 dans la tour First située dans le quartier d'affaires de La Défense. Cet évènement sportif caritatif est ouvert aux salariés et aux particuliers. Les sommes récoltées aideront à promouvoir le sport santé à destination du jeune public.

 

Une quinzaine de magasins Truffaut ont mis à disposition des clients le week-end du 9 au 11 février des aiguilles et de la laine. Toutes les pièces tricotées (écharpes, bonnets...) ont pu être remises aux plus démunis. L’enseigne Truffaut a également versé 10 000 euros à la Fondation Abbé Pierre.

 

La chaîne de restauration Nando’s parraine la 43e édition de la Royal Life Saving Society (RLSS) Open Water Swim. La compétition se déroulera le dimanche 29 avril prochain. Les recettes seront reversées à la RLSS. Le départ se fera sur la plage de Pereybère.

 

Cristiano Ronaldo a posé avec ses enfants pour appeler ses fans à faire des dons au profit des enfants de réfugiés Rohingyas

De nombreuses stars américaines, à l’initiative de George et Amal Clooney ont fait des dons de plusieurs milliers de dollars aux organisateurs de "March for Our Lives", une marche de protestation contre les armes à feu, prévue le 24 mars à Washington.

 

 

Appel à projets/Concours/Résultats
 

Monoprix remporte le Grand Prix Essec du Commerce Responsable pour son engagement en faveur du Développement Durable et pour l’ensemble de sa politique RSE.

 

 

People

 

Kendji et Maître Gims ont rapporté 48 000 euros à la Chaîne de l'Espoir pour leur participation à L'Aventure Robinson sur TF1, diffusée vendredi 16 février.
 

Découvrez le clip “ On fait le show “ des Enfoirés, écrit par Soprano.
 

Déjà militante pour Time’s Up, le mouvement de lutte contre les agressions sexuelles envers les femmes, l’actrice Emma Watson fait un don de 1,13 million de livres à un Fonds destiné à soutenir les femmes victimes de harcèlement ou d'abus sexuels.
 

L'Aston Martin de James Bond est exposée chez Christie's à Los Angeles jusqu'au 3 mars 2018. Elle sera vendue aux enchères le 20 avril prochain par Daniel Craig au profit de l'association the Opportunity Network, pour l'éducation des jeunes défavorisés.

 

Actu des associations/Fondations
 

 

La Croix Rouge Française publie un communiqué pour confirmer son “ ambition et son engagement à promouvoir et faciliter l’accès à l’hygiène des populations en situation de grande précarité. “ Cette sensibilisation s’appuie sur son opération “ Kits hygiène et bien-être “, lancée en 2011 pour la distribution de kits contenant des produits d’hygiène aux sans-abri lors des maraudes.

 

L'UNICEF lance un appel aux dons destiné aux gamers en crypto-monnaie pour aider les victimes de la guerre en Syrie. L’appel aux dons se termine le 31 mars 2018.

 

Nouveau partenariat entre la Fondation Visio et Wesco. Jusqu'au 31 mars 2018, pour chaque produit acheté (jeux et matériel de puériculture), 1 euro est reversé à la recherche ophtalmo-pédiatrique.

 

Nouveau logo pour la Fondation 30 Millions d’amis. À découvrir ici !
 

Nouveau partenariat entre l’institut de Cancérologie Clairval et l’association Onco-Partage dans le but d’aider la sexualité des couples malgré le cancer. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site internet canceretsexualite.


 

Entreprises/Mécénat


 

À 122 ans, le navire-école et monument historique Le Belem n’a pas fini d’intriguer les visiteurs qui pourront le découvrir dès avril 2018. En attendant ce moment, des travaux de restauration sont effectués sur le navire, financé par la Caisse d’Épargne à hauteur d’⅓.

 

À Vevey, en Suisse, Nestlé a réduit son rôle de mécène en se retirant de plusieurs projets culturels de la ville. Certains y voient un moyen de faire pression sur la ville, en reconnaissant la dépendance de la ville vis à vis des dons de la multinationale.
 

Integer France et Hopening sont responsables de l’accompagnement stratégique et opérationnel pour leur statuts d’experts en parcours client et en fundraising. Ils opéreront sur “ l’ensemble des campagnes de collecte de fonds auprès du Grand public, y compris le PasteurDon “.
 

L’Institut Imagine, Kamel Mennour, Christie’s et la Galerie kreo s’associent une nouvelle fois. Leur volonté commune est la défense des valeurs d’humanisme, d’ouverture et de créativité. Pour ce faire, ils organisent une troisième vente caritative exceptionnelle au profit de l’Institut Imagine, spécialisée dans les maladies génétiques de l’enfant à l’adulte.

 

Jean-Michel Pasquier, fondateur et CEO de KOEO, a prôné l’idée d’intégrer le mécénat de compétences dans la formation professionnelle, dans Les Échos. Selon lui, cela rendrait possible dans toutes les entreprises et pour chaque salarié “ la mise en place d’un jour de mécénat de compétences chaque année, qui serait déduit du crédit de formation individuelle : ce serait alors un véritable Service Civique Professionnel déployé dans chaque entreprise ! “
 

L'opéra orchestre national de Montpellier se dote du Club mécènes Berlioz. “ Présidé par le Montpelliérain Jérôme Ribeiro, du Groupe MAJ, il compte une vingtaine de membres et vise les premiers 200 000 euros levés auprès des entreprises régionales. “
 

 

Crowdfunding

 

Créée en 2010 par Thomas Grange et Alexandre Boucherot, la célèbre plateforme de financement participatif vient de franchir la barre des 100 millions d’euros collectés.
 

L'ouvrage SOS Terre et Mer fait l’objet d’une campagne de crowdfunding sur Ulule. Il est le fruit d'un collectif d'auteurs et d’illustrateurs de l'imaginaire dont les bénéfices seront reversés au profit de SOS Méditerranée et à plusieurs autres associations dédiées au migrants.
 

La Monnaie de Paris lance jusqu'au 21 mars 2018 une campagne de crowdfunding sur Commeon intitulée “ Gravez votre banc, gravez votre histoire “ pour la création de 12 bancs originaux par les étudiants de l'école Boulle.

[QUOI DE NEUF ?] Actualités & évènements du mécénat et des assos (23/02-11/3)

[QUOI DE NEUF ?] Actualités & évènements du mécénat et des assos (23/02-11/3)

L'actualité solidaire de Carenews et les évènements, conférences, remises des prix ou encore appels à projets qui vont rythmer le monde du non-profit, des associations, du mécénat, de la RSE et de l'intérêt général.

 

 

 

Vendredi 23 février 2018

 

Fin de l’appel à projets de la Fondation MAIF sur la prévention des risques.

 

Samedi 24 février 2018

 

Début du salon de l’agriculture. Les Banques alimentaires y tiennent un stand jusqu’au 4 mars et sensibilisent le grand public et les exposants à la solidarité alimentaire et à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

 

Stage sur la prise de parole en public organisé par SAFI France à Saint-Maximin.

 

Dimanche 25 février 2018

 

Fin de l’appel à candidatures de Résonances Nord-Sud pour les entrepreneurs sociaux portant des projets dans le domaine de l’ESS qui créent un fort impact social entre l’Afrique et l’Île-de-France.

 

 Mercredi 28 février 2018

 

Journée internationale des maladies rares

 

Fin de l’appel à projets de la Fondation PSA « la mobilité comme facteur d’insertion sociale et professionnelle ».

 

Vendredi 2 mars 2018

 

Fin de l’appel à projets de la Fondation Norsys pour « faciliter l’accès à la connaissance pour mieux vivre »

 

Samedi 3 et dimanche 4 mars 2018 

 

Week-end Graines solidaires organisé dans les magasins Truffaut pour échanger avec les associations de solidarité soutenues par l’enseigne.

 

Mercredi 7 mars 2018

 

Début de la Social Good Week.

 

Jeudi 8 mars 2018 

 

Global Positive Forum.

 

Journée internationale pour les droits des femmes.

 

Vendredi 9 mars 2018

 

Début des Jeux paralympiques d’hiver.

 

Collecte nationale des Restos du Cœur.

 

Hackathon de la Fondation EDF « Gaming, le futur du don en ligne ».

 

Nuit du code citoyen, pour « accélérer les projets numériques citoyens ».

[SHOPPING] Le tee-shirt d'Agnès b. pour la Fondation Abbé Pierre

[SHOPPING] Le tee-shirt d'Agnès b. pour la Fondation Abbé Pierre

Soutien immuable de la Fondation Abbé Pierre depuis sa création en 2006, Agnès b. a renouvelle la production et la vente de son tee-shirt à l’effigie de l’abbé Pierre, réalisé en collaboration avec le street artiste-graffeur JonOne en 2012. L’intégralité des bénéfices sera reversée à la Fondation.

 

Un tee-shirt inspiré par le discours mythique de l'Abbé Pierre

La pièce, mise en vente à 45 euros sur le site d’Agnès b. ainsi que dans toutes les boutiques de la marque, reprend la fresque réalisée par l’artiste new-yorkais JonOne en hommage à l’Abbé Pierre square des Deux-Nèthes, dans le 18e arrondissement de Paris. Elle avait été présentée pour la première fois à l’occasion de la commémoration du quatrième anniversaire de la disparition du fondateur d’Emmaüs, et reprend le texte du célèbre « appel de l’hiver 54 ».

 

Agnès b, une créatrice engagée  

 

« Mon engagement auprès de l'abbé a commencé il y a longtemps. Avec mes amis dans l'immeuble, on rinçait des bouteilles qu'on prenait dans les caves pour les mettre dans le camion de l'abbé Pierre. J'ai toujours admiré et aimé cet homme », déclare Agnès b. dans un communiqué. Aussi, elle a été l’une des premières à rejoindre le Comité d’Amis et de Parrains de la Fondation dès sa création, en 2006. Depuis, le Fonds de dotation Agnès Troublé dite Agnès b. a notamment fait don à la Fondation Abbé Pierre d’une maison dans le centre de la France, et accompagné une opération de sensibilisation dans les festivals de musique, « Abbé Road », en habillant les bénévoles du projet. 

 

[ON Y ÉTAIT] Le programme phare de Vivendi, Create Joy, fête ses 10 ans

[ON Y ÉTAIT] Le programme phare de Vivendi, Create Joy, fête ses 10 ans

Afin de souffler la dixième bougie de l’un de ses programmes les plus populaires, Create Joy (ie : un programme de solidarité dédié aux adolescents en difficulté âgés de 11 à 25 ans), Vivendi avait mis les petits plats dans les grands. Durant deux heures au Théâtre de Œuvre à Paris, porteurs de projets et intervenants se sont succédés sur scène, partageant leurs touchantes expériences liées à l’intérêt général.

 

Une ambiance festive pour célébrer le mécénat de Vivendi

 

L’après-midi débute sous un tonnerre d’applaudissements : la fanfare des Fabriques Orchestrales Junior soutenue par Vivendi, qui vient d’offrir au public une démonstration de quelques minutes, partira défiler aux côtés des brass bands locaux à La Nouvelle Orléans, à l’occasion du 300e anniversaire de la fondation de la ville. C’est Diane Emdin, responsable du projet Create Joy, qui annonce, ravie, la bonne nouvelle, avant d’accueillir sur scène Serge Araudi. Le philosophe et consultant introduit l’après-midi, pensée sous forme d’hommage aux partenaires de Create Joy, en dissertant autour de la naissance d’une nouvelle civilisation, propice à la création d’initiatives solidaires. Tous les voyants sont donc au vert, et la fête peut commencer.

 

Comment entre-t-on dans le monde associatif ?  

 

Durant plus d’une heure, qui sera ponctuée par un intermède musical à nouveau assuré par les Fabriques Orchestrales Junior, les porteurs de projets se succèdent sur scène, tous animés par la même passion. Et bien souvent, c’est l’histoire personnelle qui justifie l’ « entrée en solidarité ». Claire Guibault, directrice du Paris Mozart Orchestra, raconte comment l’adoption de ses deux fils au Togo lui a donné envie de faire de sa passion, la musique, un vecteur de prise de confiance en soi pour les jeunes de banlieue. Pour la fondatrice de Colombbus, qui lutte contre l’exclusion numérique, Sophie Germain, c’est un voyage qui a tout changé et fait naître son besoin d’engagement. Quant à Baya Bellanger, journaliste à la tête de La chance aux concours, c’est son parcours de boursière qui lui a donné envie de faciliter l’accès aux concours aux publics les plus isolés, en créant une prépa entièrement gratuite. « Je ne peux pas travailler autrement qu’en m’investissant émotionnellement dans les projets », confie à son tour Diane Emdin, d’ailleurs chaleureusement remerciée par l’ensemble des intervenants durant l’après-midi.

 

Create Joy, un programme conçu pour durer 

 

Le point commun de bien des associations présentes au théâtre de l’Oeuvre ce mardi ? Create Joy a bien souvent été leur premier mécène, et a su leur rester fidèle au fil des années. Depuis sa création, plus de 70 associations en France, en Grande Bretagne et en Afrique, ainsi que des dizaines de milliers de jeunes de 11 à 25 ans ont pu bénéficier de son soutien. Si Vivendi consacre un million d’euros par an au programme, l’accompagnement du groupe est protéiforme. « En réalité, nous tournons surtout autour de 35 à 40 associations par an, car nous privilégions le renouvellement de projets, précise Diane Emdin. Cela nous permet d’accompagner les associations dans leur développement et de pérenniser notre partenariat autour de valeurs communes et d’une vraie relation de confiance. »

 

 

La démarche RSE de Coca-Cola European Partners

La démarche RSE de Coca-Cola European Partners

Porter le nom de Coca-Cola c'est être considéré parmi les marques les plus connues de la planète, cela offre de la visibilité mais oblige à une grande attention, surtout en ce qui concerne l'environnement et ceux qui nous entourent. L'entreprise Coca-Cola European Partners vient de sortir un plan de responsabilité sociale et environnementale avec pour visée " une valeur positive" pour la société. En 2007, la première politique RSE de l’entreprise est lancée. Cette année, Coca-Cola European Partners, embouteilleur de l’entreprise phare  et The Coca-Cola Company ont lancé une feuille de route conjointe : six piliers d’action pour une nouvelle politique RSE. La société veut, dès 2025, être reconnue comme étant une entreprise positive pour la société. 

 

 

3 piliers d’action prioritaires pour une RSE structurée

 

Le 6 novembre dernier, Coca-Cola European Partners et The Cola-Cola Company ont lancé ensemble une nouvelle feuille de route destinée à l’application d’une politique de Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE). À visée sociale et environnementale, elle a établi six piliers d’actions dont trois prioritaires (boissons, emballages et sociétal) et trois de responsabilité (l’eau, le climat et la chaîne de valeurs). 

La filiale de Coca-Cola en Europe passe ainsi à la vitesse supérieure en terme d’action sur le développement durable et se donne des objectifs bien précis.

 

Une attention particulière portée aux emballages et à l'environnement

 

En 2025 100 % des emballages seront recyclables. Un engagement pris avec la Fondation Ellen Macathur et son initiative « The New Plastics Economy » . 50 % du plastique recyclé sur la totalité des emballages sera utilisé contre 34% actuellement et 100 % des emballages mis sur le marché seront collectés (aujourd’hui . L’entreprise d’embouteillage va faire appel en France a des éco-organismes. En 2022, Citeo (chargé de récolter ces emballages) ambitionne de récupérer 80 % des bouteilles. 

Pour faire de cette mission un succès, une initiative avec Citeo, Danone, Nestlé et la mairie de Paris sera mise en place sur les 3 prochaines années. Le constat a été fait qu’on triait beaucoup moins qu'ailleurs par manque de place, de temps, et d'implication. C’est pourquoi les partenaires ont décidé d’installer 3 000 points de collecte d’emballages dans la capitale. Tout sera mis en oeuvre pour inciter au recyclage qui pourra par exemple donner lieu, en supermarché, à des contreparties. Pour tout objet recyclé, le citadin se verra offrir un bon d’achat ou engagera une des entreprises partenaires à verser un don à une association. 

Dans les prochaines années, l’entreprise souhaite s’associer à des start-up françaises pouvant répondre à la question de la collecte d’emballages comme LemonTri.

 

Des actions de RSE et de mécénat pour l'insertion de la jeunesse 

 

Coca-Cola a mis en place plusieurs partenariats pour répondre aux questions sociétales. L’entreprise apporte un soutien financier et un mécénat de compétences par ses salariés. Elle agit principalement auprès des jeunes, en permettant, par exemple, grâce à la mise en place de son programme « Passeport pour l’emploi » avec l’association « Réseau pour l’égalité des chances », à des adolescents issus de quartiers défavorisés de mettre un pied dans le monde de l’entreprise et de discuter avec des professionnels. Après 15 ans d’existence, le programme a fêté son 25 000e bénéficiaire en 2017.

L’entreprise, également mécène de Nos Quartiers ont des Talents (NQT) permet à plus de 100 jeunes d’être suivis chaque année par des managers parrains etencourage des projets d’entrepreuneuriat. Cette année, 6 projets d’entreprises portés par ces jeunes ont été soumis aux votes des clients de Casino dans le cadre du Challenge Start-Up. Les 3 meilleurs projets ont reçu un soutien financier et un accompagnement personnalisé par les managers de Coca-Cola et de Casino. 

Enfin, un engagement plus global pour une RSE très structurée : Coca-Cola European Partners organise chaque année une semaine de la RSE. En moyenne les collaborateurs de l’entreprise consacrent une demi-journée, sur leur temps de travail, à des activités associatives en présence de bénéficiaires. 

 

[AÀP] "100 jours pour entreprendre" sous le signe de l'alimentation solidaire

 [AÀP] "100 jours pour entreprendre" sous le signe de l'alimentation solidaire

La 7e édition du concours a été lancée le 15 janvier dernier. Les jeunes de 18 à 30 ans sont invités à faire le buzz autour de leur projet, avec cette année un prix spécial décerné sur le thème de « l'alimentation solidaire ».

 

 

 

Le concours "100 jours pour entreprendre" se renouvelle

 

Du 15 janvier au 25 avril 2018, les jeunes porteurs de projets sont invités à poster une vidéo de présentation de leur future entreprise sur le site www.100jourspourentreprendre.fr. Objectif ? Créer le buzz autour de leur idée, et rassembler un maximum de votes pour tenter de remporter une " Boîte 100 Jours " d'une valeur de 15 000 euros. Cette année, le concours dédié aux jeunes entrepreneurs, parrainé par la fondatrice de Leetchi, Céline Lazorthes, s'offre un nouvel élan avec quelques nouveautés :

 

- Un concours ouvert aux jeunes jusqu'à 30 ans ;

- Un prix spécial " Alimentation solidaire " parrainé par la Fondation Carrefour ;

- Un prix spécial " Start-upeuse de l’année " ;

- Deux après-midi de formation pour tous les candidats les 15 février et 22 mars, en particulier pour les jeunes issus des banlieues et des milieux ruraux.

 

100 jours pour convaincre

 

Les entrepreneurs en devenir qui souhaitent proposer leur candidature ont jusqu'au 25 avril 2018 pour poster la vidéo présentant leur projet d'entreprise. Sur les 40 projets ayant fédéré le plus de votes, 20 seront invités à faire le "pitch" de leur projet devant un jury de professionnels. Seront ensuite désignés 10 lauréats pour cette 7e édition. La "Boîte 100 jours" qu'ils remporteront alors leur fournira tous les outils indispensables à la création de leur entreprise. Elle inclut notamment un soutien financier, un accompagnement juridique et comptable, un parrainage, une formation au crowdfunding pour lever des fonds, ou encore des espaces de travail pour développer leur activité.

 

 

[ENTRETIEN] Cécile Vic, déléguée générale de la Fondation Air France

[ENTRETIEN] Cécile Vic, déléguée générale de la Fondation Air France

La Fondation d'entreprise Air France, qui a fait de l'enfance son principal axe d'intervention, a soufflé l'an dernier sa 25e bougie. C'est l'heure du bilan : 1 338 projets ont été soutenus, sur cinq continents. Place désormais aux nouveaux objectifs. La fondation, dotée de deux millions d'euros par an, va élargir son champ d’action dans de nouveaux pays, et financer des projets plus importants, notamment par le biais d'un club créé par sa déléguée générale, Cécile Vic. Fière du passé mais le regard déjà tourné vers l'avenir, elle raconte son arrivée au sein de la fondation il y a 15 ans, les défis du quotidien et ceux de demain.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ? Quand avez-vous rejoint la fondation Air France, et quelles ont été vos motivations ?

 

J’ai commencé ma carrière à la DRH d’Air France, aux relations sociales. À titre personnel, je faisais partie d’une association qui oeuvrait pour les enfants en Roumanie. C’est ainsi que j’ai eu connaissance de l’existence de la fondation, en présentant un dossier au nom de cette association. Nous avons obtenu une petite subvention qui a permis de concrétiser notre projet de l’époque : créer un espace de jeu dans le plus grand hôpital pédiatrique de Bucarest. Quelques temps plus tard, j’ai reçu un appel me proposant un poste à la fondation. J’avais choisi Air France comme entreprise, et soudain, on me proposait de pouvoir marier mes ambitions personnelles et professionnelles. Je n’ai pas hésité, c’était une évidence.  
 

La fondation a fêté ses 25 ans en fin d’année dernière. Quels ont été vos temps forts ?

Tout d’abord, d’avoir réussi à structurer et développer la fondation. Aujourd’hui, nous sommes six employés, c’était loin d’être le cas il y a quinze ans ! Plus spécifiquement, le prix de la Fondation Air France est toujours un moment important. Bien sûr, chaque départ en mission est un moment fort, car je découvre ce que les associations ont réalisé grâce à notre financement. J’étais il y a quinze jours au Cameroun et j’ai pu assister à la fin du développement de notre complexe scolaire qui était une école de 68 élèves il y a une dizaine d’années et qui accueille aujourd’hui 2 000 élèves jusqu’au baccalauréat. C’est toujours très fort, de suivre un projet pendant plusieurs années, car les équipes sont très motivées sur place, et il n’y a rien de tel que de constater de belles réussites. Je suis convaincue que l’éducation peut changer le monde.

 

Pourquoi ce thème de l’enfance est-il si cher à la Fondation ?

Car c’est celui qui compte le plus pour nos collaborateurs ! Il y 25 ans, nous avons mené un sondage auprès du personnel pour savoir ce que voulaient les salariés. Pourquoi ? Peut-être parce que le personnel d’Air France voyage beaucoup et que cela permet d’avoir davantage conscience de certaines réalités... 

 

Quels sont les objectifs et priorités de la fondation pour les prochaines années ?

Pour les cinq ans à venir, l'objectif est de pérenniser les gros projets auxquels nous avons participé. Nous envisageons également des financements dans des pays ou des départements comme la Guyane, où nous avons été peu présents jusqu’à présent. L’idée est donc d’élargir notre champ d’action et d’essayer de financer des projets plus importants. Pour cela, j’ai créé un club des fondations, avec notamment les fondations ELLE, Carrefour, ADP, Total, Chanel… Nous sommes plus de 40 fondations au total et nous échangeons ensemble pour financer collectivement certains projets.

 

La fondation encourage l’implication de ses salariés en prêtant une attention particulière aux projets qu’ils présentent. Comment vous positionnez-vous en terme d’engagement de vos collaborateurs ?

Principalement par l’intermédiaire de notre réseau des Amis de la Fondation. Nous proposons des actions de bénévolat au profit de la fondation. Nous nous assurons d’une bonne circulation de l’actualité de la fondation grâce à nos 250 ambassadeurs chargés de démultiplier l’information auprès de leurs collègues, ce qui les sensibilise à intervenir de manière un peu plus soutenue. Depuis cette année, la DRH du groupe organise également deux journées durant lesquelles 1 000 salariés peuvent prêter main forte à une association. Ce programme a pour vocation à se développer. Et en complément, nous proposons des missions de bénévolat toute l’année, avec nos associations partenaires, ou selon les besoins de la fondation. Nous avons par exemple réalisé une collecte auprès du personnel l’an dernier : huit tonnes de jouets, de matériel scolaire ou encore de produits de puériculture vont être envoyées à Madagascar.

 

Air France se présente comme pionnière dans le domaine des fondations d’entreprise. Comment avez-vous perçu l’évolution du secteur depuis 25 ans ?

Quand la Fondation Air France a été créée, il y avait très peu de fondations. En 2003, la nouvelle loi (ie : relative au mécénat, aux associations et aux fondations, dite "loi Aillagon") a permis à d’autres fondations de voir le jour, grâce à une fiscalité avantageuse. Mais aujourd’hui encore, le mécénat n’est pas toujours une évidence. Tous les cinq ans, il faut prouver sa valeur ajoutée, car on peut être remis en cause. Mais les évolutions sont réelles. ll y a quinze ans, on retrouvait souvent les mêmes profils à la tête des fondations : des femmes pas très jeunes, ou des hommes en fin de carrière ; c’était une sorte de placard. Aujourd’hui les choses ont terriblement changé ! On retrouve désormais beaucoup de jeunes femmes qui font carrière, cette évolution là est très nette. Mais en tant qu’outil, la fondation d’entreprise reste merveilleuse pour une entreprise. En interne, elle est excellente pour la cohésion sociale. Je vais vous raconter une anecdote : nous cherchions dans le cadre d’une action de bénévolat des binômes. Un jeune pilote était avec un agent de piste, deux mondes totalement différents ! Pourtant ils se sont entendus à merveille, alors qu’ils ne se seraient jamais rencontrés au sein de l’entreprise. Le mécénat permet des rencontres, il permet de valoriser son personnel, mais aussi de montrer une image plus humaniste en externe. Les directions ne réalisent pas tout le temps l’intérêt d’une fondation d’entreprise, et c’est bien dommage, car il est immense.

 

[#STREET] HandsAway ose une vidéo choc pour sensibiliser aux agressions sexistes

[#STREET] HandsAway ose une vidéo choc pour sensibiliser aux agressions sexistes

« Bande de bites ». C’est le titre du clip imaginé par HandsAway et posté sur YouTube le 23 janvier dernier pour lutter contre la banalisation des agressions sexistes et sexuelles. Réalisé par l’agence de publicité TBWA, il a été visionné plus de 6 400 fois depuis sa mise en ligne.

 

TBWA réalise une vidéo choc dans le cadre d’un mécénat de compétences

 

82 % des Françaises ont subi le harcèlement de rue avant leur 17 ans, rappelle HandsAway (que l’on peut traduire par Bas les pattes !) dans sa vidéo « Bande de bites », réalisée afin de sensibiliser le grand public aux agressions sexistes et sexuelles. Pour illustrer son propos, l’association met en scène des pénis animés dans plusieurs situations de la vie quotidienne, tandis que se fait entendre, en off, une série de témoignages de femmes. Un clip réalisé par l’agence de publicité TBWA, dans le cadre d’un mécénat de compétences.

 

Une application dédiée à la lutte contre le harcèlement

 

HandsAway, c’est aussi une application gratuite, visant à lutter elle aussi contre les agressions sexistes subies par les femmes. Créée par Alma Guirao en 2016 « face au réel manque de solution pour faire face à ce phénomène de société », elle permet aux utilisatrices d’alerter et de témoigner en cas d’agression sexiste. L’application, soutenue par la Mairie de Paris et la Région Île-de-France, offre également un espace d’échange et d’informations destiné aux victimes, encouragées à communiquer autour de leurs expériences. Forte de son succès, puisqu’elle a déjà été téléchargée plus de 11 000 fois, HandsAway s’exportera dès le 1er mars 2018 en Belgique, sous le nom Touche pas à ma pote by HandsAway.

L'information en direct des associations et des mécènes