Contribuez à la réalisation d’une enquête universitaire sur le mécénat !

Contribuez à la réalisation d’une enquête universitaire sur le mécénat !

GHOOD 2019 : 200 associations de collaborateurs Groupe EDF récompensées !

GHOOD 2019 : 200 associations de collaborateurs Groupe EDF récompensées !

PRIX SUEZ-Institut de France : ouverture de l'appel à projets le 16 sept

PRIX SUEZ-Institut de France : ouverture de l'appel à projets le 16 sept

[SHOPPING] Gang de Grand-Mères, le tricot solidaire 100 % français

[SHOPPING] Gang de Grand-Mères, le tricot solidaire 100 % français

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

[DERNIÈRE MINUTE 37] Les brèves mécénat, associations et intérêt général

[DERNIÈRE MINUTE 37] Les brèves mécénat, associations et intérêt général

Toutes les infos en bref qui font rayonner l’intérêt général ! Cette semaine, une nef temporaire pour Notre-Dame, un concurrent pour Les Enfoirés, la journée mondiale des premiers secours avec la Croix-Rouge française, et l’astronaute Thomas Pesquet qui devient parrain.

 

 

Environnement

 

Suite aux polémiques suscitées par les “maires courages”, ces maires qui ont pris des arrêtés (potentiellement illégaux) pour interdire l’épandage de pesticides à proximité des habitations dans leur commune, le gouvernement a lancé une consultation nationale, sur le modèle du Grand débat, sur le sujet des pesticides. Le procédé devrait aboutir à l’adoption d’un décret qui entrerait en vigueur le 1er janvier 2020.

 

La MAIF et le réseau associatif de commerce équitable Artisans du monde lancent, à l’occasion de la Fête des Possibles, “Plan P”, un appartement de 180 m2 implanté dans le MAIF Social Club. Du 12 au 14 septembre, le grand public est invité à s’y rendre pour assister à des ateliers (fabrication DIY, jardinage, couture…) et découvrir des alternatives solidaires et durables à mettre en œuvre chez soi au quotidien. 

 

Associations

 

Dans un communiqué de presse du 9 septembre dernier, le Mouvement associatif, qui regroupe plus de 600 000 associations en France, interpelle le gouvernement et plus particulièrement le secrétaire d’État Gabriel Attal. En cause : le grand plan pour la vie associative souhaité par le Président de la République à l’issue du Grand débat national, dont les mesures n’ont toujours pas été entérinées. Lire le communiqué en entier


 

People

 

Le rappeur français Maître Gims a annoncé avoir un projet de concert caritatif, comme le font « Les Enfoirés », au profit des enfants d’Afrique et avec l’aide de TF1 et de l’Unicef. « Ça s’appellera ‘les 13 salopards’. Il y aurait 13 personnes, des artistes que je vais choisir moi-même » a-t-il expliqué.

 

L’humoriste et chroniqueur de France Inter Guillaume Meurice a lancé une boutique en ligne de produits estampillés de phrases humoristiques (“Sortons-nous les droits du cul”...). L’intégralité des bénéfices de ces produits seront reversés à l’association SOS Méditerranée, qui porte secours aux migrants en détresse en mer.

 

L’astronaute français Thomas Pesquet, qui s’est rendu populaire sur les réseaux sociaux avec ses photos de la Terre prises depuis l’espace, a annoncé, le 12 septembre, qu’il était devenu le parrain de l’association Aviation sans frontières. L’association oeuvre depuis 1980 pour apporter un soutien logistique aux actions humanitaires, en soutenant l’acheminement de l’aide d’urgence et le transport des personnes dans le besoin.


 

Santé

 

La Ligue de Football Professionnel (LFP) a annoncé début septembre le lancement du programme « 1 but et au lit ! », mené avec la Fédération hospitalière de France (FHF) pour améliorer le quotidien des enfants hospitalisés. Pour chaque but en L1 et L2, 100 euros seront reversés pour financer des lits d'accompagnants dans les services pédiatriques. Déjà plus de 22 000 euros ont été récoltés depuis le début de la saison.

 

L’Institut de Rythmologie et de modélisation Cardiaque (Liryc) a signé mardi 3 septembre à Pessac (Gironde), une convention de mécénat avec le groupe de technologies médicales Boston Scientific, portant sur un million d’euros sur cinq ans.

 

Le groupe Elsan, opérateur de santé privée, a signé le 9 septembre une convention de mécénat avec la Fondation de l'UPVD (Université de Perpignan), pour financer des travaux de recherche et de développement numérique sur les politiques d’aménagement du territoire et d’accessibilité aux soins.

 

À l’occasion de la journée mondiale des premiers secours, le 14 septembre 2019, des milliers de bénévoles de la Croix-Rouge française se mobilisent pour sensibiliser, informer, initier gratuitement le grand public aux réflexes à avoir en cas de catastrophes, aux gestes de premiers secours mais aussi aux comportements qui sauvent. Plus d’infos sur le site internet de l’association.



 

Enquêtes

 

Insolite : le magazine 60 millions de consommateur a épinglé une pratique pour le moins douteuse des crématoriums. Ceux-ci récupèrent, après la crémation du corps, les éléments métalliques du corps des défunts (dents en or, pacemaker, prothèses…) et les revendent à des entreprises de recyclage. Mais depuis quelques années, certains crématoriums les donnent à des fondations spécialement créées pour récupérer les fonds de ces reventes, et les donner à des associations caritatives. 

 

En septembre 2016, la plateforme de livraison de repas Foodora lançait une vaste campagne caritative au profit des Restos du Coeur. Pour chaque kilomètre parcouru par les livreurs à vélo, Foodora promettait un euro de don, et les clients pouvaient également contribuer à la campagne en ajoutant un euro à leur commande. Mais trois ans après, une partie de la somme promise semble manquer à l’appel… Une enquête à lire sur Marianne.


 

Notre-Dame de Paris


Le Journal du Dimanche (JDD) a dévoilé, le 8 septembre, le projet de nef en bois temporaire, promis par Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP au lendemain de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. La structure doit être érigée, d’ici au printemps 2020, dans le jardin de l’Hôtel-Dieu qui jouxte la cathédrale.

 

[QUOI DE NEUF ?] Actualités et évènements de l’intérêt général (13-22 septembre)

[QUOI DE NEUF ?] Actualités et évènements de l’intérêt général (13-22 septembre)

Quels sont les temps forts de l’ESS, du mécénat et de la philanthropie ces prochains jours ? Carenews répertorie l’actualité solidaire, les conférences, les festivals, les journées mondiales, les appels à projets et remises de prix à noter dans son agenda.

 

 

 

Samedi 14 septembre 2019

 

À l’occasion des journées nationales d’action contre l’illettrisme organisées par l’ANLCI, l’association Tous Bénévoles invite la réalisatrice Marianne Bressy à présenter son film Au pied de la lettre , sur l’illettrisme. La projection a lieu à partir de 14h30 au Lavoir Moderne Parisien dans le 18e arrondissement. L’entrée est gratuite et ouverte à tous.

Rendez-vous partout en France pour la journée mondiale des premiers secours (JMPS). Elle vient clôturer « L’été qui sauve », l’opération estivale de la Croix-Rouge française. Pendant l’évènement, des milliers de bénévoles de la Croix-Rouge se mobilisent pour sensibiliser, informer et initier gratuitement petits et grands aux réflexes à avoir en cas de catastrophes naturelles, d’accidents, d’arrêts cardiaques.

 

Annonce des lauréats 2019 du Prix du Livre Environnement par la Fondation Veolia.

 

Dimanche 15 septembre 2019

 

Fin des Journées nationales d’action contre l’illettrisme (#JNAI2019).

 

Lundi 16 septembre 2019

 

Lancement de la Semaine européenne de la mobilité (SEM), jusqu’au 22 septembre. Cette 18e édition met à l’honneur la pratique du vélo et de la marche à pied. Deux moyens de transport économiques, non polluants et bénéfiques pour la santé. 

 

Lancement de l’appel à projets pour les 7e Prix SUEZ-Institut de France qui récompensent les innovations sociales permettant l’accès aux services essentiels (eau, assainissement, déchets) dans les pays en développement.

 

Mercredi 18 septembre 2019

 

Fin de l’appel à projets de la Fondation de France pour le programme Vie sociale et citoyenneté des personnes handicapées.

Début de la biennale d’art contemporain de Lyon. Pour la première fois, Total Foundation est mécène principal de l’évènement, qui se tient jusqu’au 5 janvier 2020.

 

Lancement de l’opération solidaire « Le Cinéma a du Coeur ». Jusqu’au 24 septembre, pour toute place achetée dans les cinémas participants, un euro est reversé aux Restos du coeur.

 

Jeudi 19 septembre 2019

 

Théâtre, Une vie parisienne, d’après l’opérette d’Offenbach, aux Arènes de Montmartre. Une partie des recettes sera reversée aux associations aidant les personnes sans-abri du quartier.Pour réserver votre place : https://www.billetreduc.com/241881/evt.htm

 

Vendredi 20 septembre 2019

 

Fin de l’appel à projets du fonds de dotation Oresys Care pour l’emploi.

 

Inauguration à Tours du Cloître des Capucins, résidence solidaire intergénérationnelle. Le projet est porté par Habitat et Humanisme.

 

Taratata en live au Zénith de Lille pour financer les actions de la Fondation pour la recherche sur Alzheimer.

 

Lancement de ZEvent, 54 heures pendant lesquelles des stars des jeux vidéos jouent en direct sur Twich pour récolter des fonds au profit de l’Institut Pasteur. 

 

Samedi 21 septembre 2019

 

Journée mondiale de la paix.

 

Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer.

 

World Cleanup Day, le plus grand nettoyage citoyen de la planète. Une carte interactive vous permet de connaître les évènements organisés près de vous.

 

Lancement des Journées européennes du patrimoine.

 

Dimanche 22 septembre 2019

 

Journée sans voiture.

 

Paris SLA Swim contre la maladie de Charcot

 

Fin de Sculptures en l’île, avec le mécénat culturel de la Fondation SNCF.

 

Départ de la Mini Transat à la Rochelle, course en solitaire et sans assistance de 7 500 km, jusqu’aux Canaries et en Martinique. Sur la ligne de départ, le voilier de l’association Project Rescue Ocean skippé par Axel Tréhin et soutenu par les entreprises OSLO, In’Tech et Westlake Plastics. Project Rescue Ocean prévoit d’organiser une action de dépollution improvisée lors du départ à la Rochelle, en remettant au plus grand nombre des sacs en toile de jute visant à être remplis de déchets.






 

[SHOPPING] Gang de Grand-Mères, le tricot solidaire 100 % français

[SHOPPING] Gang de Grand-Mères, le tricot solidaire 100 % français

Chaque vendredi, Carenews vous présente une idée de shopping solidaire. Cette semaine, nous vous parlons de Gang de Grand-Mères. Cette ligne d’accessoires de mode de fabrication 100 % française redynamise l’image des personnes âgées et lutte contre leur isolement.

 

 

 

C’est en 2014 que Hugo Camusso, entrepreneur et créateur de mode, a lancé son Gang de Grand-Mères. Des mamies tricotent ses créations avec de la laine de qualité, assurant des produits entièrement français et solidaires. L’entreprise veut ainsi redynamiser l’image des seniors, et aider ses ouvrières à sortir de leur isolement. 10 % du chiffre d’affaires est reversé à l’association « Les Mamies du Gang » pour qu’elles réalisent des activités diverses : soins bien être, sport, sorties… 

 

Depuis le lancement de la marque, le gang a développé sa ligne. De nombreux accessoires tricotés main (bonnets, écharpes, noeuds papillon, tours de chapeau…) sont proposés à la vente, sur le même modèle : chaque client·e peut choisir la couleur de la laine et sa tricoteuse. Du dessin des modèles à la découpe du bouton en cuir qui les orne, les produits sont 100 % français, et leur emballage est recyclable. 

 

D’autres produits, également made in France, sont par ailleurs vendus par la marque : des bougies coulées à la main par les grand-mères, mais aussi des t-shirts, boutons de manchette, cartes… Tous sont disponibles sur le site internet, ainsi que dans des boutiques à Paris et dans plusieurs autres villes françaises. 

 

Gang de Grand-Mères vise ainsi à favoriser le respect de l'environnement en limitant la distance entre les artisans, redynamiser et soutenir l’emploi en local, avec plus de 30 emplois en France, tout en s'assurant des bonnes conditions de travail et faisant perdurer un savoir-faire artisanal d'excellence. 

 

La marque applique également ces principes dans ses activités parallèles : des ateliers découverte du tricot, des cours de perfectionnement, mais aussi des partenariats (fabrication de produits, événementiel…) ainsi que des service d’expertise senior. 

[FUSAC] Les paniers prêts-à-cuisiner bio Rutabago lèvent 1,8 million d’euros 

[FUSAC] Les paniers prêts-à-cuisiner bio Rutabago lèvent 1,8 million d’euros 

Premier concept de paniers prêts-à-cuisiner certifiés 100 % BIO en livraison, Rutabago a clôturé son deuxième tour de financement et annonce un montant total de 1,8 million d’euros. Biocoop et NovESS entrent au capital.

 

 

 

L’entreprise, née en 2016, avait déjà levé 210 000 euros en pré-seed en 2017. Elle s’entoure désormais de cinq investisseurs principaux : Biocoop, NovESS, La Fondation Daniel & Nina Carasso à travers son nouveau fonds d’investissement à impact, Club Invest IDF et Lita.co. La Nef, la Région Ile-de-France et trois autres acteurs financiers et institutionnels ont également participé à cette levée de fonds. 

 

Biocoop et NovESS au capital de Rutabago

 

Rutabago n’a voulu faire appel qu’à des acteurs de l'Économie Sociale et Solidaire (ESS), en accord avec sa démarche écologique et socio-responsable. « Peu d’acteurs en France soutiennent l’économie à impact, mais nous n’avions pas envie de faire de concession sur nos valeurs. Aujourd’hui, grâce à nos nouveaux actionnaires, notamment Biocoop et NovESS, on peut dire qu’on a réussi le défi ! » s’est félicité Younes El Hajjami, co-fondateur de Rutabago. 

 

« Au-delà de l’aspect stratégique, ce sont les valeurs de ces entrepreneurs, qui ont parfaitement su allier ESS et innovation, qui nous ont donné envie de les soutenir », a de son côté expliqué Clément Ben Hammou, responsable investissements et participations Biocoop.

 

Le fonds NovESS, dédié au financement de l'Économie Sociale et Solidaire, a également voulu soutenir l’éthique de Rutabago, tout en saisissant son potentiel économique. Le gérant du fonds, Christophe Deconinck, a ainsi précisé : « Son business model solide et son positionnement unique sur un marché très porteur, nous ont convaincu de l’accompagner afin qu’elle puisse accélérer son développement et changer d’échelle. »

 

L’objectif : livrer 1 million de repas en 2020

 

Pour cause : d’ici 2020, le marché mondial des paniers prêts-à-cuisiner est estimé à 10 milliards d’euros et la France pourrait capter jusqu’à 5 % de ce marché. Et depuis son lancement, Rutabago connait une croissance mensuelle moyenne à deux chiffres. Son objectif pour 2020 est de livrer 1 million de repas 100 % BIO dans toute la France.

 

Cette levée de fonds va lui permettre de s’équiper d’un outil logistique plus performant, mais aussi de renforcer sa communication.

[ON Y ÉTAIT] Convergences 2019 : une édition pour la lutte contre les inégalités

[ON Y ÉTAIT] Convergences 2019 : une édition pour la lutte contre les inégalités

La 12e édition du forum mondial Convergences, le rendez-vous annuel et incontournable des acteurs de la transition écologique et sociale, s’est tenue les 5 et 6 septembre derniers à Paris. Pendant deux jours, les participants ont échangé et débattu sur les leviers à actionner et les freins à lever pour réduire les inégalités.

 

 

 

Les 5 et 6 septembre 2019, le Palais Brongniart s’est transformé en véritable fourmilière : le forum mondial Convergences a rassemblé près de 5 000 participants (société civile, entreprises, associations, institutionnels) et 350 intervenants, venus d’une soixantaine de pays. La lutte contre les inégalités était la problématique centrale de cette 12e édition. « Les inégalités sont devenues un thème majeur sur le plan national, européen et mondial », explique Thibault Larose, directeur exécutif de Convergences depuis février.

 

Les deux jours de forum ont été marqués par plusieurs temps forts : la présentation du 10e Baromètre de la microfinance et du 3e Baromètre des solutions durables, mais aussi, nouveauté de cette édition, l’inauguration d’un prototype de la « Maison 3Zéro ». Co-construit par Convergences et l’ONG ACTED, la « Maison 3Zéro » est un espace éco-conçu qui se veut un lieu d’échanges, de débats et de partages d’idées. Une première Maison sera installée à Manille, aux Philippines, où s’est déroulé l’un des premiers forums Convergences à l’international avec le soutien de l’association locale Gawad Kalinga.

 

 

Plus d’actes, plus d’impact

 

Une soixantaine d’ateliers, de tables rondes et de conférences ont réuni les participants autour de la lutte contre les inégalités. Mais par où commencer ? Plusieurs pistes ont été explorées, faisant la part belle à la finance durable et à l’éducation, chacune de ces thématiques ayant fait l’objet d’une dizaine d’ateliers au cours des deux jours de forum. Et parce qu’inégalités « climatiques » vont de pair avec inégalités sociales et économiques, la thématique de l’écologie a également été abordée au cours d’une dizaine de conférences et ateliers, à travers ses différentes facettes (économie circulaire, agriculture, accès à l’énergie, finance verte…).

 

Au coeur des débats du forum Convergences depuis déjà plusieurs années, la question de la mesure d’impact est restée centrale pour cette 12e édition, en perspective avec la récente adoption de la loi Pacte qui élargit les obligations RSE de toutes les entreprises et prévoit le statut de l’entreprise à mission. À l’occasion d’une table ronde sur le thème de la mesure d’impact social, l’Avise et l’agence (IM)PROVE ont annoncé la sortie très prochaine d’un vademecum recensant outils, référentiels et méthodes autour de la mesure d’impact.

 

Les deux jours de forum se sont clôturés en mettant à l’honneur les jeunes qui s’engagent pour la planète. Le collectif Youth We Can, lancé par Convergences en 2012, a animé un atelier sur les thèmes de l'énergie, les déchets et de la consommation responsable, puis l’intervention de Yann Arthus-Bertrand, photographe et fondateur de la fondation GoodPlanet, est venue clôturer le forum sur une note engagée : « Aujourd'hui, nous n’avons pas besoin d'espoir, mais de courage, et de faire ensemble. »

 

 

 

Relier & Inspirer : quatre entités pour impulser un changement de regard

Relier & Inspirer : quatre entités pour impulser un changement de regard

Depuis la création, en 2012, de la Scop Ça Me Regarde qui organise des missions solidaires en entreprise, ses fondateurs, Ségolène Delahalle et Arnaud Fimat, ont développé trois autres entités. Ensemble, elles ont donné naissance au groupe Relier & Inspirer. L’objectif ? Opérer un changement de regard au sein de l'entreprise. Ainsi, « La Maison du Management » s’adresse plus particulièrement aux managers pour leur permettre de gagner en compétences. Le cabinet « Inspire » accompagne les entreprises dans leurs stratégies et transformations alors que l’association « Un début de réseau » propose de rapprocher les collaborateurs d’entreprises et les jeunes en insertion.

 


 

« Nous avions la volonté de créer un collectif plus grand », souligne Arnaud Fimat, co-fondateur de Relier et Inspirer. C’est ainsi que nos quatre entités Ça Me Regarde, la Maison du Management, Inspire et Un début de réseau composent notre groupe composé de 9 salariés.

 

« Ça Me Regarde » : faire grandir l’entreprise à travers des missions solidaires

 

« Nous nous sommes rencontrés en 2007 chez Manutan avec chacun des domaines d’intervention différents, une vision partagée et une complémentarité immédiate. Nos sensibilités, notre motivation et implication nous ont permis de nous découvrir vraiment. Ça Me Regarde a vu le jour en 2012, avec la solidarité comme catalyseur du changement. De là, est née l’idée d’aller plus loin…», expliquent Ségolène Delahalle et son associé.

 

Ça Me Regarde est une entreprise coopérative qui organise des journées citoyennes, des RTT solidaires et des séminaires d'équipe au sein des entreprises. C’est l’entité historique du groupe Relier & Inspirer.  

 

« La Maison du Management et son Salon » : permettre aux managers de professionnaliser et de tonifier leurs compétences managériales

 

La Maison du Management a rejoint le groupe en 2018. Située à deux pas de l’Étoile à Paris, elle propose sous différents formats une centaine de rencontres par an avec des ateliers, débats, conférences et formations. 

 

Le Salon annuel du Management a été créé en 2017 par les équipes de la Maison du Management pour proposer sur un même espace et sur un temps réduit les meilleures réflexions et pratiques de management. Pendant deux jours ont lieu des congrès, tables rondes, ateliers, expositions, présentations, rencontres d’affaires, parcours expérientiels, start-up village et évènements. La 3e édition du salon aura lieu les 1er et 2 avril 2020.

 

« Inspire » : accompagner la transformation de l'entreprise

 

Inspire est un cabinet de conseil qui accompagne l’entreprise dans sa stratégie et sa transformation avec quatre objectifs précis : accompagner la transformation de l'entreprise, mettre les équipes en mouvement, prendre soin de chacun et mesurer les impacts. L’ouverture à l’autre, l’intelligence collective et l’état d’esprit sont trois piliers de leur approche. Au programme : rencontre inspirante, ateliers expérientiels, conférences, débats, chantiers solidaires, pédagogie participative et outils ludiques.

 

« Un début de réseau »: rapprocher les collaborateurs d’entreprises et les jeunes en insertion

 

Après avoir accompagné plus de 3 500 collaborateurs d'entreprises lors de journées solidaires à la rencontre de jeunes en insertion, Arnaud et Ségolène ont fait un constat : ces collaborateurs pourraient réellement apporter un coup de pouce à ces jeunes grâce à leur réseau. En 2017, environ 60 % des personnes ont trouvé un emploi grâce à leur réseau (selon Pôle Emploi). « Nous souhaitons grâce à l’association Un début de réseau, en cours de construction, créer des espaces de rencontres pour des publics qui ne se rencontrent pas. C’est comme si on industrialisait les coups de pouce possibles avec nos proches », précise le co-fondateur de Ça Me Regarde. 

 

Sur une plateforme numérique qui sera lancée au début de l’année prochaine, les collaborateurs et les jeunes pourront renseigner leurs compétences et centres d’intérêt. Afin d’accompagner le jeune dans son orientation professionnelle, des visites en entreprise seront au programme.  Qui sont ces jeunes volontaires pour rejoindre Un début de réseau  ? En général âgés entre 16 et 25 ans et sans diplôme ni qualification, ceux-ci sont tous encadrés par une structure d’insertion comme l'École de la 2e Chance, le centre EPIDE, la mission Locale ou l’Espace Dynamique d’Insertion. « Il existe de nombreux moyens de faire des connexions, de bâtir des passerelles », explique Ségolène avant d’ajouter qu’ « il y en aura d’autres » chez Ça Me Regarde.

 

[EN IMAGES] #jaccueille encourage à ouvrir sa porte aux personnes réfugiées

[EN IMAGES] #jaccueille encourage à ouvrir sa porte aux personnes réfugiées

L’association SINGA lance une campagne pour promouvoir l’accueil de personnes réfugiées par des citoyen·nes. Avec #jaccueille, le but est de développer le dispositif CALM (Comme à la maison), et de montrer combien « ouvrir une porte peut changer deux vies : la mienne, la sienne ».

 

 

 

Un dispositif à succès 

 

Avec son programme CALM [Comme À La Maison], l’association SINGA met en relation des personnes réfugiées et des particuliers depuis 2015. Ces derniers mettent à disposition une chambre, pour une durée de 1 à 12 mois. « L’immersion permet à la personne accueillie de se focaliser sur ses démarches en cours pour la recherche d’un emploi ou d’études et sur l’apprentissage de la langue française », a expliqué Mathilde, membre de SINGA, à Mr Mondialisation. L’accueil vise également à construire des liens forts entre réfugié·e·s et citoyen·ne·s, grâce à une véritable cohabitation.

 

En 2018, l’association a mis en place des accueils de courte durée. Et comptabilise, au total, plus de 1 000 accueils réalisés, dont 570 personnes accueillies et 850 cohabitations accompagnées. Le dispositif est un succès : comme le rapporte Mr Mondialisation, 65 % des participant·e·s trouvent des solutions de logement durables, et 40 % des personnes accueillies trouvent un emploi au cours de leur accueil. 

 

#jaccueille, pour que CALM passe à la vitesse supérieure

 

Le but est désormais d’intégrer de nouvelles familles mettant une chambre à disposition, ainsi que de se développer sur l’ensemble du territoire — CALM étant pour le moment essentiellement présent à Paris, Lille, Lyon, Montpellier et Toulouse. La campagne #jaccueille, diffusée sur les réseaux sociaux mais aussi dans la rue, doit aider à « construire ensemble, une société plus inclusive »


Les citoyen·ne·s intéressé·e·s pour accueillir peuvent facilement entrer en contact avec l’association, grâce à un formulaire sur le site dédié. SINGA les accompagne ensuite pour faire de la cohabitation une réussite ; une équipe, une assistance téléphonique ainsi qu’un service de médiation professionnel étant à leur disposition en cas de besoin. Chaque personne réfugiée est par ailleurs accompagnée par un travailleur social.

 

 

[MERCATO] Jean-Pierre Letartre préside le World Forum for a Responsible Economy

[MERCATO] Jean-Pierre Letartre préside le World Forum for a Responsible Economy

Jean-Pierre Letartre a été nommé président du Réseau Alliances, réunissant 350 sociétés autour de la responsabilité sociétale des entreprises, en janvier 2019. Après avoir été président et directeur du cabinet d'audit et de conseil EY France pendant onze ans, il a succédé à Philippe Vasseur, qui occupait la présidence du réseau Alliances depuis la création de son évènement-clé en 2007.

 

 

 

Jean-Pierre Letartre prend donc également la présidence du World Forum for a Responsible Economy, l’évènement annuel de référence sur les bonnes pratiques RSE. Sa treizième édition doit se tenir à Lille du 15 au 17 octobre 2019 sur le thème « EGO IMPERIUM ou comment donner à chacun le pouvoir de changer le monde ».

 

Originaire de Lille, Jean-Pierre Letartre est diplômé d’un DEA de droit des affaires, expert-comptable, commissaire aux comptes. Après avoir commencé sa carrière en tant qu’auditeur au sein du cabinet PwC, il a rejoint le cabinet Ernst & Young en 1985. Entré au conseil exécutif du MEDEF en 2013, il y anime le projet « France 2020 », visant à dessiner les perspectives de l’économie française et l’évolution des rôles des entreprises dans la société. 

 

 

Crédit photo : Virginie de Galzain.

[ON Y ÉTAIT] UEED 2019 : l’ESS pourra-t-elle embarquer toute l’économie ?

[ON Y ÉTAIT] UEED 2019 : l’ESS pourra-t-elle embarquer toute l’économie ?

Les 3 et 4 septembre derniers se sont tenues les Universités de l’économie de demain (UEED), un nouvel évènement dédié à l’innovation sociale et solidaire organisé par le collectif #NousSommesDemain.

 

 

 

Les Universités de l’économie de demain (UEED) sont-elles l’évènement ESS qui va faire la différence ? L’année dernière, lorsque le collectif #NousSommesDemain, dont fait partie le Mouves, a commencé à rassembler des entrepreneurs sociaux pour créer ce nouvel évènement, l’objectif était clair : réunir les acteurs de l’innovation sociale, les représentants associatifs, mais aussi les représentants de l’économie « classique », pour établir un dialogue et la convergence des idées pour une économie globalement plus vertueuse. 

 

Pourtant, les UEED n’ont pas réussi, pour leur première édition, à séduire les grandes entreprises du CAC 40, ni les ministres du gouvernement français, ni les médias classiques. « Alors que tous ont trouvé du temps pour se déplacer aux universités du MEDEF », a regretté Frédéric Bardeau, fondateur de Simplon.co et administrateur du Mouves, au moment de la plénière d’ouverture. Le président du Mouves, Jonathan Jérémiasz, s’est néanmoins félicité de l’enthousiasme suscité par l’évènement parmi les acteurs de l’ESS. Ce sont en effet pas moins de 1 500 participants qui ont été enregistrés sur deux jours. « La fréquentation dépasse nos attentes », s’est enthousiasmé Jonathan Jérémiasz.

 

Tout en se gardant bien d’opposer les UEED aux Rencontres des Entrepreneurs de France (ex-Universités d’été du MEDEF), qui se sont déroulées les 28 et 29 août derniers, Jonathan Jérémiasz a appelé à l’unité des acteurs de l’ESS : « Les Universités de l’économie de demain doivent devenir le rendez-vous de la rentrée des acteurs qui veulent changer le monde positivement, et accélérer la transition économique et environnementale ».


 

Des propositions pour un plaidoyer commun

 

Pendant deux journées, une trentaine d’ateliers et de conférences ont fait débattre les participants des UEED autour des thématiques du business d’impact, du changement d’échelle et des enjeux climatiques et sociaux. L’objectif, à la fin des deux jours, était de faire voter les participants sur des propositions qui seront portées et formalisées par le Mouves, puis diffusées à grande échelle à travers les réseaux partenaires.

 

Si les thèmes étaient variés, la question de la mesure d’impact est celle qui est revenue le plus régulièrement autour des tables rondes. L’enjeu, au-delà du reporting individuel des entreprises sur leurs actions, est de rendre crédible et désirable le business model vertueux. « Se doter d’instruments de mesures précis pour ne pas tomber dans le greenwashing ou le social washing, c’est le pas qui nous reste à faire pour convaincre et embarquer le reste de l’économie », assure Jean-Marc Borello, président du groupe SOS, rappelant les étapes franchies ces dernières années, en particulier la loi Pacte : « Notre secteur, un secteur minoritaire, a réussi à faire changer le droit commun ! » 

Autre élément central des débats : mettre en place une fiscalité incitative, par un système de bonus/malus, pour valoriser les entreprises ayant un comportement vertueux et pénaliser celles ayant un impact social et/ou environnemental négatif. La proposition, qui rejoint la question de la mesure d’impact, a fait consensus parmi les participants. Elle a même terminé dans les sept propositions finales votées par les participants. Son principe s’est décliné dans d’autres propositions adoptées : subordonner l’attribution d’un marché public à l’impact territorial de l’entreprise, prévoir une part de rémunération ou d’intéressement en fonction de l’accomplissement de la raison d’être, intégrer des critères d’impact social et environnemental pour l’attribution d’aides financières, instaurer une TVA réduite pour les produits plus respectueux de l’environnement…

 

Toutes les propositions adoptées, et l’ensemble des débats qui se déroulés au cours de ces UEED, participeront à la construction d’un plaidoyer commun d’entrepreneurs. Mettant en perspective les deux jours d’échange avec un premier bilan de la loi Pacte, Jonathan Jérémiasz conclut sur une note optimiste : « On n'a jamais autant parlé d'entreprise et d'intérêt général, et du rôle social et environnemental de l'entreprise… À nous de mettre de l'exigence dans tout ça ! » 

 

Contribuez à la réalisation d’une enquête universitaire sur le mécénat !

Contribuez à la réalisation d’une enquête universitaire sur le mécénat !

Jean-Michel Tobelem et Mourad Attarça, deux chercheurs travaillant sur les questions du mécénat et des stratégies managériales et d’entreprises, lancent une vaste étude sur la perception du mécénat.

 

 

 

 

Défendu depuis longtemps par des associations comme Admical, sous le feu des projecteurs depuis l’incendie de Notre-Dame, régulièrement remis sur la table du conseil des ministres, le mécénat reste peu exploré sur le plan académique, en dehors de quelques thèses sur le sujet. Pourtant, la question est forte d’enjeux, puisque le mécénat est souvent remis en cause à l’occasion des lois de finances, opposant défenseurs du mécénat et membres du gouvernement, sans pouvoir s’appuyer sur des travaux universitaires.

 

Carenews s’associe à Jean-Michel Tobelem, chercheur et docteur en gestion, professeur à l’École du Louvre et dans plusieurs universités franciliennes, et à Mourad Attarça, maître de conférence en stratégie des entreprises et en management, pour leur étude sur la perception du mécénat par le grand public. 

 

Contribuez ! Les réponses sont évidemment anonymes et confidentielles. Pour remplir le questionnaire (durée : 15 minutes), c’est ici.

 

L'information en direct des associations et des mécènes