Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

Malakoff Médéric, mécène de l’accessibilité des handicapés à la culture

Malakoff Médéric, mécène de l’accessibilité des handicapés à la culture

Fondation Culturespaces : 1 euro pour rapprocher les enfants de la culture

Fondation Culturespaces : 1 euro pour rapprocher les enfants de la culture

[SAGA MÉCÉNAT] Versailles sauvé des eaux

[SAGA MÉCÉNAT] Versailles sauvé des eaux

[CHIFFRES] Les associations à l’heure des réseaux sociaux

[CHIFFRES] Les associations à l’heure des réseaux sociaux

Carenews, l'actualité des associations, du mécénat et de la philanthropie

Une collecte de fonds d'une association anti-IVG a été suspendue

Une collecte de fonds d'une association anti-IVG a été suspendue

Le site de collectes pour les associations HelloAsso a décidé de suspendre la campagne du groupe anti-IVG Les Survivants. Le mouvement avait lancé une cagnotte en ligne pour réaliser un « tour de France » anti-avortement cet été. Cette collecte devait se réaliser par le biais de l'association Life Parade, au statut « d’intérêt général ». Un coup de pression sur Twitter aurait accéléré la suspension de cette opération de financement participatif.

Les Survivants, mouvement Anti-IVG

 

En avril dernier, la RATP était victime d’un affichage anti-interruption volontaire de grossesse (IVG) à l’intérieur de plusieurs rames du métro parisien. Un acte de « malveillance » réprimé par la RATP qui a par la suite porté plainte.

Quelques mois plus tard, le groupe Anti-IVG Les Survivants lance une collecte de fonds pour financer un tour de France de Saint-Malo à Bayonne. L’opération a permis de récolter 15 700 euros.

Pour attirer ses donateurs, le site proposait « un défiscalisation possible » pour ceux qui voudraient y contribuer. Un message qui a interpellé plusieurs internautes qui n’ont pas hésité à faire réagir le site hébergeur HelloAsso. Pour se défendre de toute accusation, le site affirme que le compte ne serait pas suspendu, car l'association est reconnue « d’intérêt général ». 

 

Le 28 juin dernier, HelloAsso explique dans un tweet que « bien que cette association [Les Survivants] ait pu prouver qu’elle avait été reconnue d’intérêt général en 2007, nous avons pris la décision de suspendre cette campagne ainsi que le compte de l’association. » Selon la plateforme, « il est nécessaire que les autorités mettent en place des contrôles ad hoc (dans un but précis) sur l’activité de certaines associations».

 

Defend Europe et Paypal

 

Il y a quelques semaines, une fronde numérique était née contre PayPal. Ce service de paiement en ligne avait décidé de suspendre la collecte de fonds de Defend Europe. Ce mouvement d’extrême droite identitaire, qui réunit des membres français, allemands, autrichiens et des italiens, avait lancé une campagne de financement en ligne. Au total, pas moins de 65 000 euros avaient été levés en trois semaines avant que la collecte ne soit gelée par Paypal. L’un des comptes en banque de Génération identitaire a été supprimé par le Crédit Mutuel. 

 

Source

 

 

[DERNIÈRE MINUTE 29] LES BRÈVES MÉCÉNAT, ASSOCIATIONS & INTÉRÊT GÉNÉRAL

[DERNIÈRE MINUTE 29] LES BRÈVES MÉCÉNAT, ASSOCIATIONS & INTÉRÊT GÉNÉRAL

Toutes les infos que nous n'avons pu intégrer au planning éditorial de carenews.com mais qui font rayonner l'intérêt général ! Cette semaine, le mécénat culturel est remis en question dans une tribune du Huffington Post, la communauté d’Arras signe avec Véolia un fonds de solidarité, de plus en plus de défenseurs de la nature sont en danger, les trois lauréats du Prix Challenge #IMake4MyCity ont été dévoilés, Handicap International développe l’impression 3D pour des prothèses et Léonardo DiCaprio convie la maire de Paris au gala de sa fondation qui œuvre pour l’environnement.

Mécénat et partenariats d'entreprise

 

La 71e édition du festival d'Avignon s'est ouverte le 6 juillet 2017 et le mécénat culturel occupe aujourd’hui une place importante dans la pratique et le discours sur la culture. À cette occasion, l'équipe culture de la France insoumise revient sur ce qui a constitué un axe essentiel de réflexion et de propositions dans la rédaction du livret « les arts insoumis, la culture en commun ».

 

C’est une première en France, une salle du Musée d'art moderne de la Ville de Paris portera le nom d’un mécène, Albert Amon.

 

La communauté urbaine d’Arras a créé avec Veolia la création d’un fonds de solidarité. Les ménages en difficulté pourront ainsi bénéficier d’une aide pour payer leur facture d’eau. 

 

 

Appel à projets / Résultats

 

Pour sa 7e édition, Nîmes Métropole a dévoilé le 6 juillet 2017 le nom des 11 lauréats de son appel à projets pour le développement durable #DéDé.

 

À l’occasion de la 7e édition de l’appel à projets national en faveur des aidants familiaux de Crédit Agricole Assurances, 21 nouveaux projets ont été sélectionnés parmi les 215 reçus. Parmi les projets retenus, l’accueil Familles Cancer, l’Association Française du Syndrome d’Angelman (AFSA) et Fonds de dotation du Centre Hospitalier René-Dubos.

 

Les prix du challenge #Imake4MyCity ont été remis jeudi 6 juillet 2017, à l’Orange Vélodrome de Marseille. Les trois lauréats, FabLabs Solidaires Mamiratra de Madagascar, Breakers d’Espagne et Cap Sciences de Bordeaux ont reçu 15 000 euros chacun en guise de récompense. 

 

Dans le prolongement de l’appel à propositions de 2016 intitulé « Promotion de mesures et d’actions en matière d’APBS en faveur des réfugiés », le programme européen pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport lance son appel à projets qui vise à soutenir les projets sportifs locaux axés sur l’intégration des réfugiés. Une vingtaine de projets seront sélectionnés.

 

 

Actu des assos

 

Inégalités sociales et environnementales vont de pair en Île-de-France, où les ménages à bas revenus sont à la fois exposés aux nuisances et pollutions. Selon l’Institut d’aménagement et d’urbanisme, ils seraient également plus nombreux à vivre dans des zones dépourvues d'espaces verts et boisés.

 

Le nombre de meurtres des défenseurs de la nature a encore augmenté en 2016. Face aux intérêts industriels, notamment miniers ou pétroliers, les régions les plus touchées sont l’Amérique latine et l’Asie du Sud-Est.

 

 

Handicap international souhaite développer l'impression 3D pour fabriquer des prothèses. Ce procédé leur permettra de les produire plus vite et de faire bénéficier un plus grand nombre de personnes à travers le monde.

 

 

Dans un communiqué publié le 12 juillet 2017, Première Urgence explique avoir mis en place un centre de santé dans le camp de Salamiyah pour répondre aux besoins croissants des populations qui fuient Mossoul.

 

Social Tech

 

Un Hackathon challenge discrimi’innovation sera lancé les 19 et 20 octobre 2017 par la région Bourgogne-Franche-Comté. L’objectif est de réunir des bourguignons et franc-comtois à la thématique de la lutte contre les discriminations liées à l’âge, au lieu de résidence ou à l’origine des personnes.

 

Hack Me Up, premier Hackathon de l’innovation sociale organisé les 29 et 30 juin derniers, a permis à 14 porteurs de projet de travailler avec une trentaine de développeurs web pour trouver des solutions à leurs problématiques digitales.

 

Grâce à l’essor des appareils électroniques et technologies, tout le monde peut désormais faire un don mais aussi s’engager à donner son temps, le tout en quelques secondes.

 

Pascal Canfin, directeur général du World Wildlife France (WWF France), a lancé une application de crowdacting pour favoriser la consommation responsable et créer une communauté.

 

Deux étudiants de l’école 42 ont lancé une nouvelle plateforme collaborative appelée paricilasortie.com. Elle propose d’orienter ses sorties sur le critère de l’accessibilité aux personnes handicapées.

 

Evènements

 

Le Lauréat du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière - Académie des beaux-arts 2016 pour son projet Refuge, Bruno Fert expose du 20 octobre au 19 novembre le travail réalisé dans le cadre du Prix tout au long de cette année

 

 

People


L’acteur américain Léonardo DiCaprio a convié l’actuelle maire de Paris Anne Hidalgo au gala de sa fondation qui œuvre en faveur de l’environnement. L’événement se déroulera le 26 juillet 2017 dans le domaine Bertaud-Belieu à Saint-Tropez.

 

Le groupe musical Garbage a dévoilé le 14 juillet 2017 une nouvelle chanson baptisée « No Horses ». Tous les profits engrangés par le téléchargement légal ou le streaming de cette chanson seront reversés au Comité International de la Croix Rouge jusqu’à la fin de l’année 2018.

 

Lundi 17 juillet 2017 a débuté une vente de produits dédicacés par quatre grands nageurs français au profit de l'association L'Etoile de Martin. Parmi eux, Camille Lacourt, Florent Manaudou, Fabien Gilot, Frédérick Bousquet, symboles de l'âge d'or de la natation française.

 

Entreprise

 

La remise des prix de la 10e édition du prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap a eu lieu le lundi 29 juin 2017 à Paris.

 

 

Emploi / stage / service civique

 

Responsable du mécénat – Orchestre national d’Île-de-France (Alfortville 94)

 

Chargé de mécénat – Fondation Entreprendre

« Toi-même tu filmes », 90 secondes pour parler de la fraternité

« Toi-même tu filmes », 90 secondes pour parler de la fraternité

Durant l’été 2016, les équipes de Toi-même tu filmes, Youtube, Génération Numérique et la Mobile Film Academy ont réalisé une tournée à la rencontre de la jeunesse en France. Une tournée de deux mois pendant laquelle les équipes de tournage et d’encadrement ont sensibilisé les jeunes sur le thème de la fraternité.

L’année dernière, ce ne sont pas moins de 800 personnes qui ont participé au projet. 200 films de 90 secondes qui ont été tournés. Cette année, l’équipe repart pour une tournée nationale qui se déroule du 3 juillet au 29 août 2017.

 

Leur objectif est d’aider les jeunes à déconstruire les discours de haine autour d’un thème commun à tous : la fraternité. Cette année, les équipes de Toi-même tu filmes se mobilisent pour la seconde année consécutive afin de former plus de 10 000 jeunes à devenir acteurs mais aussi réalisateurs.

 

Le concept « toi-même tu filmes »

 

Il y a quelques mois, l’association Les Petits Débrouillards rencontre Youtube afin de participer au projet solidaire. L’association agit sur les jeunes issus des quartiers populaires. Le projet consiste à réaliser un court-métrage de 90 secondes sur le thème de la fraternité, le tout avec l’aide d’un smartphone.

 

Ouvert à tous, ce concours vidéo permet aux jeunes de prendre la parole et d’agir sur un changement social positif, grâce au pouvoir de la vidéo. À la clé, une formation au Youtube Space de Los Angeles, aux côtés de personnalités engagées.

 

La précédente édition a récompensé sept films dont « Tu as quoi de plus que moi », réalisé par six jeunes de Grigny. Malik Zoubeiri a produit ce court-métrage avec l'aide de cinq camarades. Pour lui, la fraternité tourne autour du respect et de la communauté. Accompagnés par le youtubeur Maxime Musqua, ils ont pu vivre une expérience unique et aller à la rencontre de l’écrivain Alain Mabanckou et des réalisateurs Guy-Roger Duvert et Patrick Jean, dans les bureaux Youtube à Los Angeles.


Toi-même tu filmes s’est également développé dans d’autres pays grâce à l’association Creators for change

 

Découvrez le gagnant de l’édition 2016 en cliquant ici.

[CHIFFRES] Les associations à l’heure des réseaux sociaux

[CHIFFRES] Les associations à l’heure des réseaux sociaux

Les associations ont adopté les réseaux sociaux, que ce soit pour gagner en visibilité ou améliorer leur image. Le Baromètre « Les ONG, les réseaux sociaux et l’engagement citoyen en 2017 » fait le point sur la situation.

Les réseaux sociaux, des outils plébiscités par le milieu associatif

Le numérique, et plus particulièrement les réseaux sociaux, est un formidable outil pour le milieu associatif. Il permet non seulement aux associations de se faire connaître, mais aussi de se rapprocher de leurs publics ou encore de booster leurs collectes de fonds. Le Baromètre Harris Interactive 2017 pour Communication Sans Frontières et Facebook « Les ONG, les réseaux sociaux et l’engagement citoyen en 2017 », qui a été dévoilé le 6 juillet à l’occasion du premier Sommet Social Good de Facebook France, met en lumière l’évolution et les enjeux de la numérisation des associations, mais aussi les attentes de ces dernières envers les ONG.

100 % des associations interrogées présentes sur les réseaux sociaux

Le Baromètre montre l’importance des réseaux sociaux pour la visibilité et l’image des associations. Alors que 100 % des associations interrogées sont actives sur les réseaux sociaux, 47 % des socionautes relaient leurs publications à d’autres personnes. Par ailleurs, 43 % des Français estiment que la présence d’une association sur les réseaux sociaux renforce leur confiance. Concernant les contenus partagés par les ONG, les attentes diffèrent entre les associations et le grand public : 60 % des responsables associatifs estiment que les ONG devraient prioritairement proposer des vidéos et des reportages, alors que les internautes pensent en majorité qu’elles devraient utiliser les réseaux sociaux comme un vecteur de transparence sur leur fonctionnement.

Malakoff Médéric, mécène de l’accessibilité des handicapés à la culture

Malakoff Médéric, mécène de l’accessibilité des handicapés à la culture

Alors que 61 % des personnes handicapées considèrent qu’il est compliqué pour elles de profiter de sorties culturelles, le groupe de protection sociale Malakoff Médéric soutient l’accessibilité aux festivals de l’été depuis plusieurs années.

 

 

Les personnes en situation de handicap encore trop écartées de la culture

Selon une enquête réalisée entre le 3 avril et le 17 mai 2017 par Malakoff Médéric, 61 % des personnes en situation de handicap considèrent l’accès à la culture difficile. Parmi les facteurs qui empêchent le plus les personnes handicapées de sortir, on compte le prix (pour 44 % des personnes interrogées), l’affluence (pour 27 %) et le manque d’accessibilité des lieux (pour 18 %). Toujours d’après cette étude, les festivals de musique et les concerts n’accueillent que 30 % de personnes handicapées. Malgré ces chiffres, il est intéressant de noter que 57 % des personnes interrogées considèrent que l’accessibilité à la culture des handicapés a progressé ces dernières années.

Malakoff Médéric, partenaire des festivals accessibles aux handicapés

Si le groupe mutualiste de protection sociale Malakoff Médéric a commandé cette étude, c’est qu'il cherche à améliorer l’accessibilité des lieux de culture pour les personnes en situation de handicap depuis plusieurs années. En 2015 et en 2016, il a ainsi été mécène de diverses manifestations estivales équipées de dispositifs destinés à accueillir les personnes handicapées (bénévoles et accompagnants dédiés, prêt de fauteuils roulants adaptés aux terrains accidentés, systèmes de boule magnétique et de colonnes vibrantes pour les malentendants…). Cette année, Malakoff Médéric renouvelle son engagement en faveur de l’accès à la culture par le soutien de Solidays, des Eurockéennes de Belfort, de Terres du Son et de Rock en Seine.

[SHOPPING] Clarins et l'Atelier de Famille créent des bracelets solidaires

[SHOPPING] Clarins et l'Atelier de Famille créent des bracelets solidaires

Les quatre petites filles de Jacques Courtin-Clarins s’associent avec l’Atelier de Famille pour créer une collection de quatre bracelets aux couleurs estivales. Tous les bénéfices seront reversés à la Fondation Arthritis qui lutte pour les rhumatismes les plus graves.

Des bracelets solidaires créés par les petites filles de Jacques Courtin-Clarins

 

Bleu, orange, rouge et vert, telles sont les quatre couleurs choisies par l’Atelier de Famille et Clarins pour réaliser quatre bracelets solidaires. Chaque bracelet coûte huit euros, et tous les bénéfices sont reversés à la Fondation Arthritis. Depuis 1989, Clarins et la fondation sont étroitement liés et c’est cette même année que Jacques Courtin-Clarins décide de fonder l’Association de Recherche sur la Polyarthrite (ARP). Le créateur de la marque s’implique dès lors pour la santé des Français atteints de rhumatismes graves à travers cette association qui devient en 2006 une fondation reconnue d'utilité publique.  

 

La Fondation Arthritis pour la recherche sur l'ensemble des rhumatismes

 

Aujourd’hui, les quatre petites filles Courtin-Clarins rendent hommage à leur famille en s'engageant auprès de la Fondation Arthritis. Chaque année, la fondation soutient une vingtaine de projets de sur l’ensemble des rhumatismes, et couvre des axes de recherche tels que la génétique, l’immunité et inflammation.

 

Ainsi, la famille Courtin-Clarins s’associent avec la marque française de bijoux l’Atelier de Famille. Un geste solidaire qui permet de s’engager tout en illuminant son poignet d'un joli bracelet coloré. Les 4 bracelets sont en vente depuis le 3 juillet au prix de 8 euros sur le e-commerce de Clarins. Vous pouvez les retrouver dans les instituts et Spas Clarins en France et en Europe et sur le site de la Fondation Arthritis. 

 

3D Celo met l’impression 3D au service de l’intérêt général !

3D Celo met l’impression 3D au service de l’intérêt général !

On entend de plus en plus parler de l’impression 3D comme d’une révolution dans le monde de la technologie. Pour l’équipe de 3D Celo, c’est bien plus que cela. L’impression 3D au service de l’intérêt général peut changer la donne pour les quelque 10 millions de personnes amputées dans le monde. Nous sommes allés à la rencontre de Léopold Lanne, co-fondateur de Sano Celo et 3D Celo, l’association et l’entreprise qu’il a créées avec Léonard Gaucher, pour en savoir plus sur ce concept innovant.

Tout a commencé lorsque Léopold Lanne est parti en Inde. Le jeune ingénieur a alors été frappé, non seulement par la situation précaire de la majorité de la population, mais aussi par le manque crucial de structures médicales. Marqué par cette expérience, Léopold Lanne décide d’agir. De retour en France, il reprend contact avec son camarade d’école préparatoire, Léonard Gaucher, qui lui, travaillait déjà dans le secteur des imprimantes 3D. Entre le constat fait en Inde et la découverte du potentiel de l’impression 3D, les deux ingénieurs ont vite trouvé comment utiliser l’un au service de l’autre : il leur a semblé naturel de créer une association, Sano Celo (Objectif Santé) afin de « promouvoir l’impression 3D au service de la santé et du développement en Afrique ». En parallèle, un projet d’entreprise s’est amorcé, et la société de formation et de conseil en impression 3D, 3D Celo a vu le jour quelques mois après la création de l’association.

 

L’association Sano Celo

 

En Inde, Léopold Lanne a beaucoup appris : parmi les 650 millions de personnes handicapées sur la planète, près de 10 millions d’entre elles sont amputées. Or, 80 % des personnes amputées vivent dans des pays en voie de développement, où l’accès aux soins n’est pas garanti. L’association Sano Celo, soit « Objectif Santé » En espéranto a alors vu le jour il y a un an, pour développer des technologies à moindre coût, et donc plus accessibles. « En France, 90 % des ingénieurs travaillent sur le high-tech, qui ne concerne que 10 % de la population. Les 90 % restants n’ont pas les moyens d’y avoir accès. Nous, nous nous concentrons sur le low-tech : cela suffit à faciliter le quotidien, et on est plus dans l’utile que le futile. » C’est ainsi que Sano Celo marque son engagement : en mettant ses compétences au service de ceux qui en ont besoin, et ce, de manière écologique.

 

En effet, l’impression 3D a un impact environnemental conséquent car il nécessite moins de déplacement que le moulage traditionnel et moins de matières premières. Les avantages de l’impressions 3D sont aussi économiques. « Une prothèse de main imprimée en 3D, faite sur mesure coûte entre 10 et 15 euros. » explique le responsable technique, Steven Launay. Une prothèse classique aujourd’hui coûte entre 41 000 et 82 000 euros selon le magazine H+. Cerise sur le gâteau : tous les modèles de prothèses sont en Opensource, c’est à dire, accessibles à tous. Ainsi, les utilisateurs des prothèses ou même d’autres experts, médecins ou ingénieurs peuvent suggérer des modifications, des améliorations… « Le consommateur devient prosommateur c’est à dire, un consommateur pro-acteur » ajoute Léopold Lanne.

 

L’entreprise 3D Celo

 

De l’association Sano Celo est née l’entreprise 3D Celo quelques mois plus tard. Pour continuer à faire vivre Sano Celo, Léopold Lanne et Léonard Gaucher devaient trouver une activité professionnelle suffisamment flexible pour pouvoir partir plusieurs semaines en bénévolat.  L’équipe s’est donc spécialisée dans le conseil et la formation en impression 3D, et accompagne les professionnels dans la transition numérique. « Nous formons et conseillons des professionnels de différentes horizons, ça peut être des architectes ou des industriels par exemple. En octobre 2017, nous allons intervenir au Togo pour une formation d’un mois ». Cette formation sera faite avec leur partenaire local Afate Gninou, le premier à avoir développé une imprimante 3D en Afrique à partir de déchets recyclés. Pour plus d’informations, cliquez ICI !

[SAGA MÉCÉNAT] Versailles sauvé des eaux

[SAGA MÉCÉNAT] Versailles sauvé des eaux

Bernard Hasquenoph, fondateur de Louvre pour tous, signe pour carenews.com une saga estivale. À travers des chroniques étudiant quelques cas d'études Bernard Hasquenoph retrace quelques étapes-phares du fundraising : financement participatif, produit-partage, adoption de bancs... Retrouvez cette semaine son premier récit sur le mécénat participatif autour du crowdfunding.

L’un s’est-il inspiré de l’autre ? On a tous en mémoire l’appel radiophonique que l'abbé Pierre lança à l’hiver 1954 pour venir en aide aux sans-abri, et « l'insurrection de la bonté » qui s’en suivit, à savoir la récolte de 500 millions de francs de dons. En revanche, dans un registre patrimonial, qui se souvient que le même scénario se produisit deux ans plus tôt, étrangement jour pour jour, au profit du château de Versailles ?

 

En août 1951, sous la présidence socialiste de Vincent Auriol, le sénateur André Cornu est nommé au poste, vacant depuis un moment, de secrétaire d’État aux Beaux-Arts. Ancêtre de notre ministre de la Culture, il trouve sur son bureau un rapport concernant le domaine de Versailles. Aussi fou que cela puisse paraître aujourd’hui, ses responsables tentaient d’alerter les autorités depuis des années sur l’état de dégradation avancée de ce fleuron de l’art français. Après 1925 où le mécénat providentiel de l’américain John D. Rockefeller Junior avait permis d’entreprendre des travaux urgents, le château recevait le minimum pour pallier à son entretien. La Seconde Guerre mondiale n’arrangea rien : le manque de chauffage, le froid, des toitures endommagées, l’eau ruisselait de partout... Un plan d’action était prêt mais chiffré à cinq milliards de francs, soit le double du budget annuel des monuments gérés par l’Etat. Comment réunir une telle somme ? Pour sensibiliser l’opinion et faire pression sur les pouvoirs publics, les dirigeants du château se tournèrent de façon très moderne vers les médias. Sans succès malgré des reportages alarmistes. La donne changea avec André Cornu. « Je n’avais pas attendu d’être ministre des Beaux-Arts pour aimer Versailles, mais comme tout le monde, j’en ignorais les misères secrètes », écrira-t-il dans ses mémoires. Dès son arrivée, il en fit sa priorité. Saisissant l'occasion d'un nouvel incident - la Grande Galerie inondée ! -, le 24 novembre 1951 il y débarqua avec une délégation de politiques et journalistes. Le choc se produisit. « Honte nationale », « Il faut sauver Versailles ! »... Du journal communiste Libération aux Actualités françaises projetées dans les cinémas, tout le monde s’offusqua.

C’est dans ce contexte que le 1er février 1952, André Cornu se rendit dans les studios de la Radiodiffusion française pour appeler à la solidarité. Jouant de la fibre patriotique, il annonça le lancement d’une souscription nationale placée sous le haut patronage du président de la République : « Versailles est un bien commun, sa sauvegarde sera l’oeuvre commune de tous les Français ! » Alternant émotion et pragmatisme, Cornu savait communiquer : « Si chacun y affectait l’argent d’un paquet de Gauloises, les cinq milliards seraient trouvés ». L’image fit mouche. Dès l’appel lancé, les dons affluèrent, de particuliers comme d’entreprises. Et de partout : de France, y compris des Colonies, comme de l’étranger. Pour gérer la campagne, un Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles fut créé, relayé dans les départements. Préfigurant les lois sur le mécénat, les manifestations organisées pour recueillir les dons - et elles furent nombreuses - bénéficièrent d’exonérations fiscales. Afin d’assurer l’avenir de Versailles, différentes mesures furent adoptées pour générer des recettes de façon pérenne, jetant les bases d’une gestion moderne du domaine : multiplication des droits d’entrée, taxations, concessions, spectacle payant…  Le gouvernement aussi enfin prit sa part, puisant dans la cagnotte de la loterie nationale. Au point qu’au final, boosté par l’engouement populaire, c’est l’État qui supporta l’essentiel des dépenses, les dons ne représentant que 9% des sommes engagées, soit 509 millions de francs.

La « sauvegarde de Versailles » a-t-elle été la première opération de mécénat participatif en France ? Par son ampleur sans doute. Lancée sur un média populaire alors dominant, la radio, bénéficiant d’une infrastructure et d’une communication adaptées, elle généra aussi son lot de critiques. Ainsi peut-on lire dans un journal de l’époque : « C’est une honte pour le gouvernement que de faire appel à la charité publique et de puiser dans la poche des visiteurs pour sauver notre château... ». Et de dénoncer pêle-mêle l’argent dépensé pour les guerres, l’incurie de l’Etat concernant l’entretien des monuments historiques, le danger d’un désengagement, les barrières tarifaires... Des débats toujours d’actualité.

Source : Églantine Pasquier, « André Cornu et la sauvegarde de Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

AXA Gestion Privée lance ECHO, un service de mécénat en ligne avec Commeon

AXA Gestion Privée lance ECHO, un service de mécénat en ligne avec Commeon

AXA Gestion Privée s’appuie sur la plateforme de mécénat participatif Commeon pour lancer ECHO. Un service de don en ligne qui permet à ses clients de construire ou développer une démarche philanthropique, de manière simple et sécurisée.

 

 

Un service de don en ligne hébergé par Commeon

Les personnes fortunées sont nombreuses à souhaiter mettre une partie de leur capital au service de l’intérêt général, par le biais d’actions de mécénat. C’est pour aider ses clients à construire ou développer leur démarche philanthropique qu’AXA Gestion Privée a décidé de lancer ECHO. Hébergé par la plateforme de mécénat participatif Commeon, ce service de crowdgiving rassemble divers projets citoyens, solidaires ou culturels, ainsi que des associations et des fondations, que les clients d’AXA Gestion Privée peuvent choisir de financer. La sélection d’initiatives et d’organismes proposée est issue des programmes de mécénat d’AXA France et régulièrement mise à jour.

Une démarche philanthropique simplifiée et sécurisée

Soucieuse de favoriser une démarche collaborative, la Gestion Privée d’AXA met aussi ses clients, les agents généraux et conseillers d’AXA France à contribution, en leur permettant de proposer des projets qui leur tiennent à cœur. En pratique, chaque client d’AXA Gestion Privée souhaitant faire partie de la communauté ECHO se voit attribuer un « portefeuille philanthropique ». Ce dernier leur permet de centraliser le capital qu’ils souhaitent consacrer au mécénat et de donner en un clic aux initiatives de leur choix, de manière parfaitement sécurisée. Les clients donateurs ont ensuite directement accès à leurs reçus de don, ce qui facilite leurs démarches fiscales.

Mécénat : l’ONF souhaite récolter 20 000 euros pour replanter des arbres

Mécénat : l’ONF souhaite récolter 20 000 euros pour replanter des arbres

L’Office national des forêts vient de lancer une campagne de mécénat pour réunir des fonds qui serviront à financer la plantation d’arbres dans le Nord-Pas-de-Calais. La plantation aura lieu à l’occasion de la réouverture de 4 forêts domaniales fermées en septembre 2016.

 

 

Un simple clic pour financer des arbres

L’ONF lance « Reconstruire les forêts du Nord-Pas-de-Calais », une campagne de mécénat qui a pour but de financer la plantation d’arbres dans les forêts domaniales de Boulogne, Vimy, Hardelot et Nieppe. Ces forêts avaient été fermées au public en septembre 2016 en raison d’une maladie qui affectait les frênes, la chalarose. En novembre 2017, l’ONF rouvrira ces 4 forêts domaniales. Il envisage de mobiliser les enfants de la région pour reconstruire 10 hectares en forêt d’Hardelot. Le coût total de cette opération est estimé à 50 000 euros. L’ONF financera la plantation à hauteur de 30 000 euros. Il compte sur le mécénat participatif pour récolter la somme restante. Une campagne a été lancée sur la plateforme Ulule pour réunir 5 000 euros et 5 000 plants. Vous avez jusqu’au 5 septembre 2017 pour réaliser un don ou financer la plantation d’un arbre en ligne.

Les forêts, un patrimoine naturel à protéger

En se lançant dans le mécénat participatif, l’Office national des forêts invite les particuliers, les entreprises et les administrations publiques à devenir acteurs de la protection des forêts. Outre la récolte de fonds, cette campagne permet également de sensibiliser sur la nécessité de préserver ce patrimoine naturel qui joue un rôle crucial dans la biodiversité, l’écologie de la planète et la lutte contre le changement climatique.

L'information en direct des associations et des mécènes