Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[CNJ] Tech for good vs Social Good Tech

[CNJ] Tech for good vs Social Good Tech
Tech for good : a priori accessible, le terme couvre en réalité un éventail de concepts et de catégories. À cheval entre le monde de la Tech et celui de l’ESS, il peut sembler un peu fourre-tout. Aucune institution ne s’est d’ailleurs essayée à le définir et les acteurs d’utilité sociale lui opposent le terme de « Social Good Tech ». Petit tour de piste des acteurs et tentatives de typologie.


 

 

 

Des acteurs de la Tech qui innovent sur le champ de l’impact social ou environnemental : le cœur des Tech for Good

Des start-ups qui ont mis au point des produits ou services dans des domaines couverts par l’intérêt général, souvent inspirés de l’économie collaborative : voici qui constitue le bataillon le plus visible des « Tech for good ». Elles se distinguent finalement peu des start-ups classiques, travaillant leur business model et leur stratégie marketing pour séduire un plus large panel de « venture capitalists », de partenaires et de clients. Des incubateurs et des fonds dits d’ “Impact Investing” leur sont désormais dédiés.

 

Des acteurs de la Tech mécènes du Social Good

Autre solution pour accompagner les acteurs de l’ESS dans leur transformation numérique : le mécénat global des entreprises de la Tech ! À ce titre, le modèle philanthropique de Salesforces (1 % de don des bénéfices, 1 % de don en compétences, 1 % de don en produits et services/an) fait figure de modèle. L’Epic Foundation tente de les fédérer avec un modèle clé en main en sélectionnant et en accompagnant des projets sur le modèle du Venture Capital.

 

Les solutions Tech dédiées et intégrées à l’ESS : Tech for Good ou Social Good Tech ?

Les géants de la Tech proposent également des services adaptés aux associations et à leur budget. On peut citer celles de Linkedin ou de Facebook. Certains acteurs résistent encore et toujours aux géants du Web que sont les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) et proposent des modèles alternatifs ! Ces dernières années ont vu émerger une autre catégorie d’entreprises tournées vers l’accompagnement numérique des acteurs de l’ESS ou directement leur public. Il s’agit de plateformes de financement comme HelloAsso, de solutions de générosité embarquée comme MicroDON, de solutions backOffice/CRM comme AssoConnect, ou encore Emmaüs Connect ou WeTechCare.

 

Des acteurs de l’ESS qui passent à la transition numérique : accélérer la Social Good Tech

Comme tous les acteurs économiques, les acteurs de l’ESS  doivent conduire un changement profond dans leur organisation, intégrer une culture de l’innovation à tous les niveaux, et mettre à niveau leurs équipes. Sur ces chantiers ont peut déplorer la faiblesse du nombre d’acteurs engagés, parmi lesquels on peut cependant saluer Solidatech (autre émanation d’Emmaüs) qui a conduit une étude poussée sur le sujet (La place du numérique dans le modèle associatif, 2016) ou encore WebAssoc qui fonctionne uniquement sur un format bénévole. Il est temps que l’ESS s’empare de la Tech non comme une fin, mais comme un moyen d’améliorer son impact social.

 

La Digital Social Innovation : une volonté politique ?

À ce jour aucun fonds public n’est clairement fléché vers cette problématique, pourtant cruciale pour le secteur. Le programme présidentiel de François Hollande La France s’engage avait amorcé les choses ; Ashoka France s’est emparé du sujet avec un accélérateur dédié (ShareIT.io) et Christophe Itier, Haut-commissaire à l’ESS, planche actuellement sur celui du nouveau gouvernement. Côté activistes, quelques collectifs de plaidoyer et de valorisation des solutions se sont formés : RéZolutions numériques, la Social Good Week ou encore le Social Good Accelerator lancé au Web Summit en novembre 2017.

 

L’accélération de l’innovation sociale est aujourd’hui un enjeu crucial au niveau européen et il faut avoir sur ce sujet les mêmes ambitions et les mêmes moyens que pour le secteur de la Tech. L’urgence est telle que nous devons unir les forces pour construire des modèles convergents et les faire financer. Une question de volonté politique, mais aussi économique : il est temps de faire passer l’innovation sociale à la vitesse supérieure.

 

 

Jeanne Bretécher est fondatrice et directrice associée de Génération2 Conseil, un cabinet de conseil intégré en mécénat collaboratif et en partenariats entre associations et entreprises. Génération2 Conseil est partenaire de l'édition 2018 de la Social Good Week et organise une conférence sur les ressources partagées en tant que bien commun le 12 mars.

Article extrait du Carenews Journal, hiver 2018. 

 

, , , , ,