Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

L’Adie et la loi Pacte : l’association se réjouit des engagements de l’État

L’Adie et la loi Pacte : l’association se réjouit des engagements de l’État
Déjà près de trois décennies que l’Adie soutient activement les personnes éloignées de l’emploi et du système de prêt bancaire. Créée en 1989 par Maria Nowak, l’association est l’une des pionnières du microcrédit en France. Devenue une actrice qui compte auprès des travailleurs indépendants, elle a lancé en janvier dernier une consultation identifiant les besoins des entrepreneurs qu’elle accompagne, le “Mégaphone”, et soumis une quinzaine de propositions au Gouvernement. Le ministre de l’Économie, Bruno Lemaire, a annoncé qu’il intégrerait une série de ces mesures dans la future loi Pacte. L’Adie s’en félicite, mais compte prolonger son action afin que l’ensemble de ses mesures soient adoptées.


 

Favoriser la création et la croissance des entreprises

 

Quatre mesures ont été retenues par Bruno Lemaire : la suppression limite d’âge pour les entreprises pouvant avoir accès au microcrédit, l’incitation des banques à orienter les porteurs de projet n’ayant pas accès au crédit bancaire classique vers une solution de microcrédit, la suppression de l’obligation de Stage Préparatoire à l’installation, ainsi que celle de l'obligation d'un compte bancaire dédié pour les plus petits micro-entrepreneurs. L’État renforcera par ailleurs son financement soutenant le développement du microcrédit. La dotation du Fonds de cohésion sociale, qui garantit les microcrédits, va augmenter progressivement. Baissée à 14 millions d’euros pour 2018, elle devrait atteindre une vingtaine de millions d’euros d’ici cinq ans. “Compte tenu de notre ambition de développement actuelle, on risquait de buter dès l’année prochaine sur une insuffisance de garantie. Donner des moyens supplémentaires est une très bonne mesure qui libère notre capacité d’octroyer plus de prêts”, a commenté Frédéric Lavenir, président de l’Adie.

 

L’Adie renforce son action pour les entrepreneurs

 

L’association ne compte toutefois pas s’arrêter en si bon chemin. Dans un communiqué, elle annonce qu’elle se lance dans une vaste campagne de plaidoirie dès ce printemps 2018, afin de “faire entendre l’ensemble des mesures proposées dans le Mégaphone, à tous les niveaux de prise de décisions”. Elle animera des débats autour des projets de loi, qui seront relayés par les hashtags #OnlAdieàlElysée et #OnlAdieauxDéputés. Pour l’Adie, qui a financé près de 15 000 entreprises depuis janvier 2017 (i.e. : pour un prêt moyen de 3 000 euros), il n’est pas encore temps de baisser la garde. “Plus que jamais, l’Adie réaffirme son ambition de faire en sorte, par ses actions de financement, d’accompagnement et de plaidoyer, que tout le monde puisse devenir entrepreneur”, conclut l’association.

 

, , , , ,